Publication: Potter Craftsmanship in Late Neolithic Ethiopia (Wolayta and Oromo)

PUBLICATION

Technical traditions and potter craftsmanship among the Woloyta and Oromo groups in Ethiopia. Actualist references for refining prehistoric ceramic analytical protocols

Traditions techniques et artisanat potier chez les groupes Woloyta et Oromo d’Éthiopie. Des référentiels actualistes pour le perfectionnement des protocoles analytiques des céramiques préhistoriques

Par/by Jessie Cauliez, Claire Manen, Vincent Ard, Joséphine Caro, Ayed Ben Amara, Anne Bocquet-Liénard, Laurent Bruxelles, Nadia Cantin, Xavier Savary, Fabien Convertini et/and Victoria Borgen.

in Laurence Burnez-Lanotte (ed.), Matières à Penser: Raw materials acquisition and processing in Early Neolithic pottery productions, Proceedings of the Workshop of Namur (Belgium), 29 and 30 May 2015, Paris, Société préhistorique française, 2017, ISBN : 2-913745-72-5 [en ligne/online].

in Laurence Burnez-Lanotte (dir.), Matières à penser : sélection et traitement des matières premières dans les productions potières du Néolithique ancien, Actes de la table ronde de Namur (Belgique) 29 et 30 mai 2015, Paris, Société préhistorique française, 2017, ISBN : 2-913745-72-5 [en ligne/online].

(la version française suit)

Abstract: In prehistoric archaeology, any examination of the clay raw materials used for producing ceramics brings us back to the question of the supply sources and the localization and extent of the exploited territories. It also involves working on the technical traditions of the first stages of the operational chain as an identity marker of a social group, tracking the technological mixing of attributes from one group and techniques from another, assessing the diachronic development of technical procedures and evaluating the physical and chemical constraints of the raw material in the artisan potter’s choices. For the Neolithic, our team focuses on the north-western Mediterranean zone and the Horn of Africa, and aims to record three types of complementary historic processes, for which it is essential to carry out research on raw materials and how they were processed. First of all, these consist of diffusion processes during the emergence of the first productive societies. Work on Mediterranean Neolithisation involves the consideration of diffusion mechanisms for new techno-economic characteristics and of the long-distance transfer of ceramic know-how. From an economic viewpoint, (domestic?) production structures are also examined, as well as the use of tempers as cultural signatures. At the end of the Neolithic, processes linked to movements of communities outside their boundaries are also clearly observed; they sometimes lead to the gradual re-composition of the operating system of neighbouring societies, as is the case with the extension of the Languedoc group of Ferrières in the Jura on the lakeside sites of Chalain, or in the heart of Provence where unequivocal Italic cultural filiations are observed in ceramic productions and demonstrate strong circulation currents linked to copper metallurgy. For diffusion processes, the analysis of raw materials (localization of sources, unique or multiple supply sources? etc.) is indispensable in order to evaluate whether aesthetic and technical standards spread first and were then adopted or whether, conversely, these processes resulted from human mobility. Next, we look at cohabitation processes, for example at the end of the Neolithic, when the Bell Beaker culture spread throughout the whole Mediterranean region. Situations involving mixing have been observed throughout the South of France: for example, we find vases affiliated to local groups (such as Fontbouisse) but which contain chamotte tempers, which was the dominant Bell Beaker technique, and at the same time, we find Bell Beaker containers presenting calcite tempers, which is one of the main characteristics of regional style Provence products. These situations denote the existence of borrowing and assimilation and can only be analysed through the study of clay paste preparation conditions. Lastly, we observe processes where cultural isolation is maintained, in marginal, conservative zones represented by the resistance of hybrid communities rethinking their products over time, while at the same time retaining typical characteristics considered as standard during the preceding period. Again, it is vital to take account of actions on materials in order to answer this question. One of the ways of developing our archaeological reflection with regard to these historic processes and refining our discourse and interpretations of our Neolithic ceramic assemblages is to refer to actualistic data. In this article, we present research conducted since 2011 with Ethiopian potter communities in the Oromiya region in the Rift Valley. The aims of this research include: building up reference collections of the technical procedures in order to increase the efficiency of analytical protocols on prehistoric archaeological series, and working on occurrences of the borrowing or non-borrowing of technical and stylistic ceramic traits, as part of the ANR project led by V. Roux (UMR 7055 Préhistoire et Technologie, Nanterre). The aim is to construct models for interpreting processes of archaeological diffusion in prehistory and to assess the dynamics at work in the development of cultural traits and societies. In keeping with the theme of the workshop, we will concentrate on the first area of our research and on observations of the first stages of the operational chain. This is, above all, a way of presenting our study protocols and our archaeological investigation of these ethnographic reference collections to the wider scientific community.

Résumé : En archéologie préhistorique, s’interroger sur les matières premières argileuses employées dans le façonnage des céramiques revient à questionner les sources d’approvisionnement et par suite la localisation et l’étendue des territoires exploités, à travailler sur les traditions techniques aux premières étapes de la chaîne opératoire comme marqueur identitaire d’un groupe social, à pister les phénomènes de mixités techniques entre attributs typologiques propres à un groupe et techniques spécifiques à un autre, à mesurer l’évolution des procédés techniques dans la diachronie, et enfin à évaluer les contraintes physiques et chimiques de la matière dans les choix de l’artisan potier. Pour le Néolithique, notre équipe, sur ses terrains en Méditerranée nord occidentale ou dans la Corne de l’Afrique, vise la documentation de trois types de processus historiques complémentaires, pour lesquels les travaux sur les matières premières et leurs traitements sont des informateurs essentiels. Tout d’abord, des processus de diffusion au moment par exemple de l’émergence des premières sociétés de production. Les travaux sur la néolithisation méditerranéenne nous entraînent en effet à s’interroger sur les mécanismes de diffusion des nouveautés techno-économiques et sur les transferts à longues distances de savoir-faire céramique. Sont également questionnées d’un point de vue socio-économique, les structures de production (domestiques ?) de même que l’usage de certains dégraissants comme signatures culturelles. A la fin du Néolithique, des processus liés au déplacement de communautés hors de leurs limites sont également clairement avérés ; ils aboutissent parfois à la recomposition progressive du système de fonctionnement de sociétés voisines comme c’est le cas avec l’extension du groupe languedocien de Ferrières dans le Jura sur les sites lacustres de Chalain ou au cœur de la Provence lorsque des filiations culturelles italiques sont sans équivoques dans les productions céramiques et témoignent des puissants courants de circulation liés à la métallurgie du cuivre. Pour ces processus de diffusion, l’analyse des matières premières (localisation des sources, sources d’approvisionnement uniques ou multiples ?, etc.) est indispensable afin de mesurer si ce sont des canons esthétiques et techniques qui ont diffusé, et qui par la suite ont été adoptés ou au contraire si il y a eu mobilité de personnes. Ensuite, des processus de cohabitation, par exemple à la fin du Néolithique, lorsque le phénomène Campaniforme inonde toute la Méditerranée. Des situations de métissages sont en effet avérées dans tout le sud de la France avec des vases affiliés aux groupes locaux (comme le Fontbouisse) fabriqués à l’aide de dégraissant à la chamotte, technique dominante dans le Campaniforme et, dans le même temps, des contenants campaniformes présentant du dégraissant à la calcite, caractéristique première des produits des styles régionaux de Provence. Ces situations traduisent des phénomènes d’emprunt et d’assimilation que seule l’analyse des modalités de préparation de la pâte est susceptible de documenter. Enfin, des processus de maintien d’isolats culturels, dans des zones en marges, conservatrices qui vont se traduire par la résistance de communautés hybrides réinterprétant leurs produits selon les codes de leur temps, tout en faisant perdurer les caractéristiques typiques de ce qui était la norme à la période précédente. Là encore, la prise en compte des actions sur la matière est fondamentale pour régler cette question. Un des moyens d’alimenter notre réflexion archéologique sur ces processus historiques et d’affiner notre discours au moment de proposer des interprétations de nos assemblages céramiques néolithiques est sans aucun doute de faire appel à des données actualistes. Dans le cadre de cet article, nous proposons de présenter les recherches que nous conduisons depuis 2011 avec des communautés de potières en Éthiopie, dans la vallée du Rift, en région Oromiya. Cette recherche poursuit plusieurs objectifs parmi lesquels : constituer des référentiels des procédés techniques pour décupler l’efficacité des protocoles analytiques sur les séries archéologiques préhistoriques et, dans le cadre d’un projet ANR piloté par V. Roux (UMR 7055 Préhistoire et Technologie, Nanterre), travailler sur les phénomènes d’emprunt ou de non-emprunt de traits techniques et stylistiques céramiques. Il s’agit ici d’offrir des modèles pour interpréter en Préhistoire les processus de diffusion archéologique et, dès lors, les dynamiques à l’œuvre dans l’évolution des traits culturels et des sociétés. En accord avec la thématique du workshop, nous concentrerons notre présentation sur le premier axe de notre recherche et sur les observations réalisées sur les premières étapes de la chaîne opératoire. Il s’agit surtout de soumettre à la collectivité nos protocoles d’études et nos questionnements archéologiques sur ces référentiels ethnographiques.

Lien vers l’article ici / Link for the paper

Lien vers l’ouvrage complet ici / Link for the entire book


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *