TERRAIN / FIELDWORK: Sekota, l’Ethiopie rurale en transition

TERRAIN / FIELDWORK

Sekota, l’Ethiopie rurale en transition

Par Alice Corbet

Alice Corbet is a doctor in Anthropology (Ecole des Hautes études en Sciences sociales, EHESS, Paris, 2008) and CNRS research fellow at Les Afriques dans le Monde (LAM, UMR 5115, Sciences Po Bordeaux). She has been assigned to the CFEE since January 2017.
See her page on LAM website
.
In this text, she presents her current fieldwork research in Sekota.

[in French]

La zone de Wag Himra est située dans le Nord-Est de la région Amhara, limitrophe de la région du Tigray. Partagée en 6 woredas, sa capitale est Sekota. Seulement 13 % du Wag Hemra sont cultivés, mis en pâturage ou occupés par une forêt. Le reste est non-cultivable car formé de pentes ardues, de ravines et des buissons non-exploitables qui subsistent après la déforestation. Le sol est tellement dégradé par sa sur-exploitation et par l’assèchement du climat que les rares zones planes sont sujettes aux inondations lors des violents orages qui peuvent subvenir en saison des pluies.

Cette terre essoufflée rappelle que le Wag Himra est, de longue date, connue pour être une région de sécheresse et d’insécurité alimentaire. Dans les années 80, Sekota était en effet un des principaux foyers de la « grande famine » (Binet 2013). Depuis, de multiples et graves crises de production agricoles et  alimentaires se sont succédé, mobilisant régulièrement le gouvernement et la communauté internationale.

Selon plusieurs ONG, depuis 2012, 100% des foyers ont été affectés par une crise, essentiellement de type alimentaire. On prend alors la mesure de l’importance de la pauvreté : en 2015, 30.2% de la population bénéficiait du PSNP (Productive Safety Net Program), système gouvernemental qui fournit une aide alimentaire (151 869 personnes concernées parmi les 502 616 habitants évalués par le CSA (Central Statistical Agency)).

Après un premier séjour courant août 2017, je me suis à nouveau rendue à Sekota en octobre. D’autres visites de terrain suivront. Il s’agit de comprendre comment la modernisation agricole, accentuée depuis les années 1980 dans la région, s’est mise en place auprès des petits cultivateurs pour les aider à accroître leur production (Davis 2010). On verra ce qui est en jeu, au niveau culturel (changements d’habitudes liées à la distribution d’engrais, d’herbicides, de poulets à des prix très bas, ou de semences par exemple) comme au niveau de l’accès à de nouveaux biens ou à de nouvelles infrastructures. Dans cette étude, basée sur une démarche ethnographique combinant des observations de terrain auprès des différents acteurs de l’aide et des petits paysans à de nombreux entretiens avec des personnes impliquées (agents de l’Etat, ONG), on se demandera aussi dans quelle mesure le domaine agricole est dépendant de l’aide apportée. L’importante présence d’organisations humanitaires nationales et internationales (plus de quinze sont basées à Sekota), parfois depuis 1984, est aussi un signe des difficultés de la région. Que mettent-elles en œuvre pour aider les populations, notamment concernant l’aide alimentaire ?

Quant aux paysans, ils subissent toujours les difficultés quotidiennes liées à la pauvreté du sol et au travail harassant qu’il leur demande, et doivent s’adapter continuellement aux aléas climatiques. Il semblerait qu’ils réajustent leur mode de vie  pour diversifier leurs apports financiers (Pankhurst 2017). Les plus jeunes, qui n’ont plus de terre à cultiver ou des parcelles trop petites, adoptent de nouvelles stratégies. Ainsi la ville de Sekota s’est-elle agrandie ces dernières années, et beaucoup de jeunes partent dans les villes éthiopiennes, et notamment à Addis-Abeba, pour essayer de lancer un business, puis, en cas d’échec, de chercher du travail comme employés. Ces mouvements de migration paraissent aussi s’effectuer en direction de Djibouti, voire du Soudan, parfois à un très jeune âge (pré-adolescent). L’étude cherchera à mesurer ces dynamiques et à essayer de comprendre leur fonctionnement. Les jeunes partent y travailler plusieurs mois dans l’année, par exemple dans le commerce ou chez des particuliers, puis retournent chez eux lors des périodes agricoles, comme lors de la moisson, afin d’aider leurs familles, rapporter de l’argent, puis se marier et faire vivre les fêtes locales, telles que lors de Shadey, en août (Pankhurst, Piguet 2009 ; Dom 2017). Ces migrations, pour l’heure saisonnières, semblent devenir un fait social récurrent dans le Wag Himra. Mais on peut se demander si elles ne deviennent pas de plus en plus longues, menant à un délaissement du Wag Himra et de sa vie pastorale.

Ce travail permettra de comprendre ainsi les bouleversements agricoles et sociaux que rencontre cette région marquée historiquement par les difficultés et par une forte présence de l’aide nationale et internationale. Il cherchera aussi à mesurer les mouvements migratoires, qui semblent devenir une forme de survie indispensable, et à ce titre durable.

Bibliographie

Binet Laurence, 2013, Famine et transferts forcés de populations en Ethiopie 1984-1986, MSF.
Central Statistical Agency, 2015, Ethiopia Demographic and health survey.
Davis Kristin, Swanson Burton, Amudavi David, Ayalew Mekonnen Daniel, Flohrs Aaron, Riese Jens, Lamb Chlé, Zerfu Elias, 2010,  IFPRI Discussion Paper.
Dom Catherine, 2017, « Migrating for work from rural communities », in Pankhurst Alula (ed), 2017,  Change and transformation in twenty rural communities in Ethiopia, Ethiopia Wide, p. 375-402.
Pankhurst Alula (ed), 2017,Change and transformation in twenty rural communities in Ethiopia, Ethiopia Wide.
Pankhurst Alula, Piguet François (eds), 2009, Moving people in Ethiopia : development, displacement and the state, Woodbridge : Boydell and Brewer.


Une réflexion au sujet de « TERRAIN / FIELDWORK: Sekota, l’Ethiopie rurale en transition »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *