Conférence / Lecture: The history of the female body in public health

CONFÉRENCE / LECTURE

The History of the Female Body in Public Health, par / by Anne Marie Moulin

Vendredi 6 mars 2015, 14h-16h, Bibliothèque d’études éthiopiennes Berhanou Abebe (CFEE) / Friday, March 6th 2015, 2-4 PM, Berhanou Abebe Library of Ethiopian Studies (CFEE).

Anne-Marie Moulin est médecin et philosophe, directrice de recherche émérite au CNRS, rattachée au laboratoire SPHERE (Sciences, Philosophie, Histoire, UMR 7219 – CNRS, Université Paris 7 Diderot et Université Paris 1 Panthéon Sorbonne).

Anne-Marie Moulin is medical doctor and philosopher, honorary research director of the Centre national de la recherche scientifique (CNRS), at SPHERE (Sciences, Philosophie, Histoire, UMR 7219 – CNRS, Université Paris 7 Diderot et Université Paris 1 Panthéon Sorbonne).

(en français seulement)

Comment le regard sur le corps féminin a-t-il évolué à travers l’Histoire ? Quelle est la contribution des femmes, directe ou indirecte, à l’histoire de la médecine ?

La prise en compte des différences entre les corps des femmes et ceux des hommes doit être d’abord questionnée. Cette différence, liée à la reproduction (fréquence de l’image d’une femme à l’utérus gravide), est fondamentale dans les écrits médicaux de la tradition hippocratique et galénique, qui se poursuit par la médecine arabe et persane.

Cependant, dans la mesure où la théorie humorale des corps perçoit surtout la maladie comme un trop-plein, une « pléthore » constamment menaçante en raison de l’apport alimentaire, la physiologie féminine propose un modèle, avec ses menstrues régulières. On retrouve ce modèle dans la saignée, thérapeutique et surtout préventive. Souvent moquée, la saignée a traversé près de deux siècles et a été encore pratiquée jusqu’au début du 20ème siècle !

Les femmes ont ainsi joué un rôle important dans la découverte du procédé médical (et religieux à la fois, comme en Éthiopie) de la variolisation, ou inoculation préventive de la variole, en un point du corps. Lady Montagu, femme d’ambassadeur à Istanbul, a rapporté de l’Empire ottoman cette pratique qui s’est répandue en Europe et a longtemps coexisté dans plusieurs pays, avec l’introduction de la vaccine jennérienne (1798). En Ethiopie, l’inoculation de la variole par la pratique de scarifications en forme de croix est signalée par les voyageurs dès la fin du 18ème siècle. Elle a subsisté jusqu’au début du 20ème siècle, et peut-être plus longtemps encore.

L’accouchement offre également un point d’observation intéressant. Il constitue pendant longtemps un domaine purement féminin , jusqu’à ce que, au moins en Europe, le corps médical (masculin) parvienne au 18ème siècle à marginaliser les sages-femmes traditionnelles. Au 19ème siècle, les femmes, comme la Britannique Florence Nightingale sur le front de la guerre de Crimée, vont créer le métier d’infirmière remplaçant les garde-malades traditionnelles, au statut déprécié, en transposant sur le champ de bataille, et au profit d’inconnus, le soin normalement réservé par les femmes aux proches dans l’enceinte domestique.

L’entrée des femmes dans le corps fermé des médecins a connu bien des épisodes intéressants. Déterminé à faire naître un corps médical féminisé, le pacha d’Egypte Mohamed Ali, fondateur d’une École de médecine en 1828, n’hésita pas à recruter ainsi parmi les orphelines et même les prostituées (en raison de leur familiarité admise avec le corps des hommes…) puis les esclaves.

Dans les sociétés où la ségrégation des femmes et des hommes est la règle, le soin du corps reste problématique. Aujourd’hui, avec la formation généralisée de doctoresses et d’infirmières, se pose le problème de l’accès indifférencié au corps des patient(e)s pour les soignants des deux sexes. Et certains pays (comme dans le golfe Persique) envisagent une sorte de division du travail entre deux corps de santé parallèles, opérant pour chacun des deux sexes. Cette division amène à repenser la signification du caractère sexué du corps humain : y a-t-il non seulement une anatomie mais une physiologie différente des organes, influencés par un environnement hormonal et métabolique différent, ou ne faut-il pas considérer que les hommes et les femmes se situent sur un continuum et que de toute façon il est impossible de comprendre le corps humain sans en envisager toutes les variantes, y compris à propos de la distinction des sexes, ou mieux des « genres » ?

L’auteure

Agrégée de philosophie et docteur en médecine, spécialisée en pathologie tropicale et parasitologie, Anne Marie Moulin est une ancienne élève de l’École Normale Supérieure et ancienne interne des hôpitaux. Elle a partagé sa vie entre la médecine, la philosophie et les sciences sociales et effectué de nombreuses missions en Afrique et dans le monde arabe et musulman. Elle a dirigé le département Santé Sciences Sociales de l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement) de 1999 à 2002, et préside actuellement son comité d’éthique. Elle a publié plusieurs ouvrages, Le dernier langage de la médecine, L’aventure de la vaccination, Le médecin du Prince, Islam et Révolutions médicales, ainsi que de nombreux articles sur des questions historiques, épistémologiques et éthiques touchant la médecine et la santé publique internationale.

An agrégé in philosophy and a medical doctor, specialised in tropical pahology and parasitology, Anne Marie Moulin has studied at École Normale Supérieure and has been an intern of French public hospitals. She has shared her life between medicine, philosophy and social science, and lead various research missions in Africa and in Arabic and Muslim countries. She has been the director of the department of Health and Social Science at the IRD (Research Instritute for Development) from 1999 to 2002, and she is now the president of its ethics committee. She published books such as Le dernier langage de la médecine, L’aventure de la vaccination, Le médecin du Prince, Islam et Révolutions médicales, and many articles dealing with historical, epistemological and ethical questions about medicine and international public health.

Photo : in Egypte, Le Caire/Cairo, Maison Al Hilal, 1946 (d’après/from Anne Marie Moulin (dir.), Islam et révolutions médicales. Le labyrinthe du corps, Paris, IRD/Karthala.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *