Lalibela : Des églises à la petite ville mondiale / From churches to the global small town

PUBLICATION – NOTE DE RECHERCHE / PUBLICATION – RESEARCH NOTE

Lalibela, ville éthiopienne dans la mondialisationM. Bridonneau, 2014, Lalibela, une ville éthiopienne dans la mondialisation, Paris, Karthala (couverture/cover .pdf)

Des églises à la petite ville mondiale / From churches to the global small town

Par / by Marie Bridonneau

Marie Bridonneau est géographe, maître de conférences à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Elle est chercheuse au sein de l’UMR Lavue-Laboratoire Mosaïques, et une collaboratrice régulière du CFEE. Elle est membre de la nouvelle équipe de recherche du CFEE « Construire le patrimoine éthiopien ». Elle vient de publier Lalibela, une ville éthiopienne dans la mondialisation. Recompositions d’un espace sacré, patrimonial et touristique (Karthala, 2014), ouvrage issu de sa thèse. Elle évoque ici sa démarche, son enquête et ses résultats.  Marie Bridonneau poursuit aujourd’hui ses recherches en Éthiopie selon deux directions principales : les relations entre patrimoine et pouvoir et la transformation urbaine.

Marie Bridonneau is a geographer, assistant professor at Université Paris Ouest Nanterre La Défense, also a researcher at the UMR Lavue-Research team « Mosaïques », and a regular collaborator of CFEE. She is a member of the new CFEE research team « Building the Ethiopian heritage ». She just published Lalibela, une ville éthiopienne dans la mondialisation. Recompositions d’un espace sacré, patrimonial et touristique [Lalibela, an Ethiopian city in the globalisation. Recomposition of a sacred heritage and a touristic space] (Karthala, 2014), a book wrote from her PhD thesis. Here she discusses her approach, her investigation and her results. Marie Bridonneau is currently working on urban change and the relations between heritage and power in Ethiopia.

(Bilingual article)

Lalibela est une de ces petites villes qui révèlent la rapidité et l’intensité des changements que connaît l’Éthiopie contemporaine. Ses églises, reconnues comme « exceptionnelles » par l’UNESCO depuis 1978, ont récemment propulsé cet espace au cœur du jeu mondial, à la faveur de l’intérêt que suscitent les sites du Patrimoine mondial.

Lalibela is one of these small towns revealing current fast and intense transformations in contemporary Ethiopia. Its churches, which have been declared « outstanding » by the UNESCO since 1978, have recently put the place – a world Heritage site – on the world map.

Ma démarche a été de considérer le patrimoine comme le point de départ d’une réflexion sur les recompositions profondes qui affectent une petite ville que ses églises amarrent intensément à l’espace mondial. J’ai cherché à construire une analyse multiscalaire de cet espace urbain sacré, patrimonial et touristique, en l’appréhendant dans son articulation aux acteurs, mais aussi aux pratiques, normes et modèles élaborés à différentes échelles, des aires régionales et nationales à la sphère internationale. Il s’agissait ainsi de contribuer à la connaissance de ces petites villes africaines prises dans des mouvements accélérés de mondialisation, mouvements que favorisent les processus de patrimonialisation et de mise en tourisme.

My approach was to consider heritage as the starting point of a research dealing with the deep recombination affecting a small town with its churches linking intensely the town to the world. I built a multi-level analysis of this urban, sacred, heritage and touristic place, considering its relations to the actors but also to the practices, norms and models elaborated at different scales, from regional and national spaces to the international area. I aimed at contributing to the knowledge of small African town taken in fast movements of globalisation – movements which are favoured by heritage and tourism processes.

L’observation de temps particuliers de pèlerinages, de célébrations culturelles et religieuses, ou encore de consultations publiques et missions de consultance a permis l’identification d’un jeu d’acteurs, structuré à Lalibela en quatre entités principales : la société locale, c’est-à-dire les habitants de Lalibela et de ses alentours, en tant que producteurs de l’espace social « ordinaire » ; les représentants de l’État, garants d’une continuité du pouvoir depuis l’échelon fédéral jusqu’au niveau local ; l’Église de Lalibela, c’est-à-dire l’administration en charge des églises et du culte, relevant de l’Église orthodoxe tewahedo d’Éthiopie ; et les acteurs de l’internationalisation. Ces derniers, qu’ils soient touristes, experts internationaux en patrimoine ou « passeurs » de l’internationalisation (guides locaux par exemple) impulsent une ouverture de l’espace local au monde. À chacune de ces catégories – très mouvantes – d’acteurs correspondent des relations diverses, voire contradictoires, au patrimoine que recouvrent les églises de Lalibela. Pour les citadins, la dimension sacrée domine : les églises sont appropriées comme objets sacrés. Aux yeux de l’État, ce patrimoine est un « haut lieu » national, l’icône d’une Éthiopie à montrer au monde. Les acteurs de l’internationalisation privilégient la dimension mondiale de Lalibela, la ville étant un de ces « sites du patrimoine mondial [qui] appartiennent à tous les peuples du monde sans tenir compte du territoire sur lequel ils sont situés », selon l’expression de l’UNESCO. Une telle diversité des sens patrimoniaux donne lieu à des appropriations et des usages contradictoires du patrimoine et de ses territoires.

Observing specific times of pilgrimages, cultural and religious events, public meetings and consultancy missions led me to identify in Lalibela the interplay between four main groups of actors: the local society (i.e. inhabitants of Lalibela and its surroundings) as producers of the ordinary social space; the public agents, ensuring a continuity of power from the federal level to the local one; the Church of Lalibela (i.e. the administration in charge of the churches and the religious service) belonging to the Ethiopian Orthodox Tewahedo Church; and the actors contributing to the internationalisation of Lalibela. Whether tourists, international experts in heritage or « brokers » of internationalisation (such as local guides), all these actors encourage an opening to the world. Each of these moving categories of actors has its own diverse – even contradictory – relations to the churches of Lalibela. The sacred comes first for the local urban dwellers: churches are appropriated as a holy place. To the federal state, this heritage is a national icon to be exposed to the world. Those who contribute to the internationalization give priority to the global aspect of Lalibela as a “World Heritage site belonging to all the peoples of the world, irrespective of the territory on which they are located”, according to the UNESCO terms. Such a diversity of relations to heritage triggers out contradictory appropriations and uses of heritage and territories.

La destruction en cours des quartiers environnant les églises de Lalibela, mars 2014 / The ongoing destruction of neighbourhoods surrounding the churches, March 2014 (© Kidane W/Giorgis Ayalew)
La destruction en cours des quartiers environnant les églises de Lalibela, mars 2014 / The ongoing destruction of neighbourhoods surrounding the churches, March 2014 (© Kidane W/Giorgis Ayalew)

Le « resettlement » de Lalibela (2009-2014) a consisté en le déplacement contraint de quelques milliers d’habitants établis à proximité des églises et en leur réinstallation en périphérie de l’espace urbain. Au nom de la conservation patrimoniale, de la valorisation touristique du site et du développement urbain, acteurs publics éthiopiens, acteurs internationaux (la Banque mondiale, surtout) et consultants ont négocié pour penser, légitimer puis organiser la destruction des quartiers environnant les églises et la construction de nouveaux quartiers périphériques. L’impératif patrimonial est mobilisé pour mettre en lumière certaines dimensions de l’espace et en cacher d’autres, et contribuer ainsi à construire une petite ville internationale.

The resettlement of Lalibela (2009-2014) consisted in the displacement of few thousands inhabitants settled near by the churches and in their reinstallation in the outskirts of the town. In the name of heritage conservation, touristic valorisation and urban development, Ethiopian public actors, international actors (especially the World Bank) and consultants negotiated a manner to think, legitimate and organise the destruction of neighborhoods surrounding the churches and the building up of new peripheral areas. Heritage, as a priority, has been mobilised to highlight some dimensions of the place and to hide some others, thus contributing to elaborate a small international town.

L’internationalisation de Lalibela est facilitée par la présence d’acteurs liés aux politiques patrimoniales et au tourisme. Elle s’incarne dans ces paysages élaborés avec le souci de renforcer l’attractivité touristique : paysages hôteliers hybrides, associant modernité dans les matériaux et savoir-faire locaux dans les formes architecturales. Paysages et formes urbaines révèlent la pénétration du monde au cœur de la petite ville : le souci concomitant du confort et de l’exotisme, du typique et de l’artéfact culturel localisé. Dans ce contexte, certains habitants créent un nouveau rapport à l’autre et à l’ailleurs et tirent profit de la possibilité d’interaction avec l’étranger qu’offre l’activité touristique. De manière plus spécifique, les « relations de parrainage » qui se nouent entre touristes et habitants révèlent comment le développement d’une petite ville peut être lié à des rencontres individuelles, et donc à une articulation directe entre l’espace local et international, tant les « sponsors » dont bénéficient de nombreux jeunes gens ont, entre autres, contribué à l’inflation hôtelière.

Actors related to heritage policies and tourism activity have promoted the internationalization of Lalibela. Internationalisation operates through the shaping of new landscapes improving tourism attractiveness, such as hybrid hotel landscapes matching modern materials and vernacular architectural shapes. Lalibela’s urban landscapes reveal how the world is coming to the small town: a concomitant interest for comfort and exoticism, for typical things and cultural local artifacts. In this context, some dwellers create a new connection to the outside world and people, reaping advantages offered by tourism activity and interaction with foreigners . More specifically, “sponsor relationships” between tourists and inhabitants reveal how the development of a small town can be linked to inter-individual encounters, and then to a direct connection between local and international spaces. For instance, such kind of “sponsorship” relations benefiting to many young local people have increased the number of hotels in Lalibela.

Parallèlement, l’espace politique éthiopien reste très impliqué dans ces dynamiques locales. Les pouvoirs de l’État et de l’Église semblent davantage renforcés qu’affaiblis par les recompositions sociales et spatiales identifiées au niveau local.  La conduite de l’opération de resettlement par l’État révèle l’efficacité de ses pratiques de gestion et d’encadrement territorial. L’Église orthodoxe d’Éthiopie, et plus précisément l’administration ecclésiastique locale, apparaissent comme les premiers bénéficiaires de la valorisation du patrimoine de Lalibela. Enfin, la réussite financière de la nouvelle classe d’entrepreneurs du tourisme ne semble pas, pour l’heure, remettre en cause l’ordre politique existant, même si elle peut à terme favoriser l’expression d’une contestation.

At the same time, the Ethiopian political space still remains largely involved in these local dynamics. The state and the Church seem to be more reinforced than weakened by the social and spatial reshaping going on in this local space. The resettlement process carried out by the state reveals the efficiency of its practices of territorial management. The Ethiopian Orthodox Church, and more especially the local church administration, appear as the direct beneficiaries of the income of Lalibela’s heritage. And the success of the new businessmen involved in tourism activities doesn’t challenge for now the existing political order, even if it could favour the expression of protest in the future.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *