Atelier / Workshop: The African Standby Force in 2015 / La force africaine en attente en 2015

ATELIER / WORKSHOP

La force africaine en attente en 2015 : une opérationnalisation et des questions / The African Standby Force in 2015: an operationnalisation and some questions

Par / by Jérémy Révillon

En 2002, l’Union africaine a lancé la mise en œuvre d’un ambitieux programme dans le domaine de la paix et de la sécurité : l’Architecture africaine de paix et sécurité. L’idée d’une Force africaine en attente est née, et devait être opérationnelle au 30 juin 2010. A cette date, l’Union africaine prévoyait de disposer de capacités à gérer des opérations de paix complexes, et les communautés économiques régionales africaines devaient être capables de déployer à bref délai des soldats au sein de ces opérations. De nombreux retards ont été pris, toutefois. Une nouvelle feuille de route couvre aujourd’hui la période décembre 2010-décembre 2015. Son objectif : la mise en place complète des brigades régionales africaines en attente. Ce sont ces enjeux qui ont été évoqués par Jérémy Révillon (doctorant en histoire à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour / Les Afriques dans le Monde) durant un atelier organisé à la Bibliothèque d’études éthiopiennes Berhanou Abebe du CFEE, ce 27 avril 2015, en présence d’acteurs de la paix et de la sécurité basés à Addis-Abeba, dans le cadre du programme Paix et sécurité du CFEE.

In 2002, the African Union (AU) has launched the implementation of an ambitious program in the realm of peace and security. The project of an African Standby Force has emerged, and was initially planned to be effective by 30 June 2010. At this date, it was expected that the AU have at hand the capabilities to manage complex peace operations, and that the Regional Economic Communities could deploy rapidly troops within such peace missions. The project has experienced many delays, though.  A new roadmap has now been running from December 2010 till December 2015. Its objective: the complete operationalisation of the regional brigades composing the African Standby Force. These are the issues that have been raised by Jérémy Révillon (PhD candidate in  history at the Université de Pau et des Pays de l’Adour / Les Afriques dans le Monde) in his lecture during the workshop organised at the Berhanu Abebe Library of the CFEE, this 27 April 2015, in presence of actors of peace and security based in Addis Ababa, in the framework of the CFEE research program « Peace and security ».

La Force africaine en attente (FAA) constitue un élément important de l’Architecture africaine de paix et sécurité (AAPS), avec le Conseil de Paix et de Sécurité (CPS), le groupe des sages, le système continental d’alerte rapide, les communautés et mécanismes régionaux, et le Fonds pour la paix.

The African Standby Force (ASF) constitutes an important part of the African Peace and Security Architecture (APSA), along with the Peace and Security Council, the Panel of the Wise, The Continental Early Warning System, regional communities and mechanisms, and the Peace Fund.

En 2015, l’AAPS devrait entrer dans une nouvelle phase, avec la déclaration d’opérationnalisation de la Capacité de Réaction Immédiate aux Crises (CARIC) ainsi que de la Force africaine en attente, lors d’un exercice qui sera conduit en Afrique du Sud en octobre 2015 (Amani Africa 2).

The APSA is about to enter in a new phase, in 2015, with the declaration of implementation of both the African Capacity for Immediate Response to Crisis (ACIRC) and the ASF during the common exercise Amani Africa 2, coming October, in South Africa.

Deux régions ont déclaré la pleine capacité de leurs forces en attente dès la fin de l’année 2014. La Force Multinationale d’Afrique Centrale (FOMAC) a validé sa capacité de déploiement d’urgence au cours de l’exercice LOANGO réalisé en octobre au Congo-Brazzaville. L’East-African Standby Force (EASF) a également été déclarée pleinement opérationnelle en novembre 2014. Deux brigades déclareront leur plein capacité en 2015 : les brigades en attente de la SADC et de la CEDEAO. Une brigade semble très en retard : celle de l’Afrique du Nord (du fait de problèmes internes rencontrés par les différents pays membres).

Two regions have already declared the full capacity of their standby brigades by the end of 2014. The Force Multinationale d’Afrique Centrale (FOMAC) has certified its capability for its rapid reaction force during the exercise Loango conducted in October in Congo-Brazzaville. The East African Standby Force (EASF) has also declared itself fully operational in November. Two other brigades should declare their full capability in 2015: the SADC regional brigade and ECOWAS. One brigade still experiences an important delay: the North African Regional Capacity (due to internal problems between the member states).

carte-faaNéanmoins, les relations entre l’Union africaine et les Communautés économiques régionales sont parfois difficiles (CEDEAO, CEEAC) et l’accord-cadre signé entre les régions et l’Union africaine en 2008 se prête à des interprétations encore divergentes (notamment sur le « principe de subsidiarité »). Les modalités de financement des brigades régionales demeurent incertaines, et les réformes débattues lors du sommet des chefs d’États de l’Union africaine au début de l’année 2015 tardent à se concrétiser. Alors que la FAA doit s’appuyer sur des composantes à la fois militaires, policières et civiles, la dernière reste de loin le parent-pauvre du projet. Les questions de logistique et de soutien n’ont pas encore été résolues. Enfin, l’existence même de la CARIC, élément conçue comme provisoire, devant permettre la transition vers la mise en place de la FAA, mais qui semble devenir pérenne, pose question.

Nevertheless, the relations between the African Union and Regional Economic Communities are sometimes strained (ECOWAS, ECCAS) and the Memorandum of Understanding signed between the Regional Economic Communities and the AU in 2008 still suffers from divergent interpretations (concerning the “principle of subsidiarity” for instance). The funding modalities for the regional brigades remain uncertain, and the reforms discussed during the AU Summit of heads of States in January 2015 are not being implemented yet. While the ASF is to rely on military, police and civilian components, the last one remains poorly developed. Logistics and support issues have not been resolved. Finally, one may wonder about the very existence of the ACIRC, which was supposed to serve as a provisional step and bridge toward the implementation of the ASF, and yet seems to settle within the APSA and become everlasting.

L’ambition de la FAA semble rester intacte, toutefois. La déclaration d’opérationnalisation lors de l’exercice Amani Africa 2 présente une charge symbolique forte. C’est un signal important envoyé aux Africains comme aux acteurs internationaux de la paix et de la sécurité. L’Union africaine et les Communautés économiques régionales sont désormais des acteurs incontournables, qui ont, en partie du moins, les moyens de leurs ambitions.

And yet, ambitions for the ASF remain intact. The operationalisation statement of the exercise Amani Africa 2 is an important signal sent to Africans as welle as international actors in charge of peace and security. The African Union and Regional Economic Communities are now key players and have, partly at least, the means of their ambitions.

L’auteur / The speaker

Jérémy Révillon est doctorant en histoire, inscrit à l’université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA), laboratoire Les Afriques dans le monde (LAM, UMR 5115 du CNRS). Il effectue actuellement sa thèse sur l’intégration régionale du Rwanda et du Burundi, en particulier dans le domaine de la nouvelle architecture africaine de  paix et de sécurité. Il a déjà réalisé de multiples entretiens auprès des acteurs des organisations régionales africaines et des brigades régionales de la Force africaine en attente, notamment à Addis-Abeba, Arusha, Bujumbura, Kigali et Nairobi.

Jérémy Révillon is PhD candidate in history, from the Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) and the laboratory Les Afriques dans le monde (LAM, UMR 5115, CNRS). He studies the current regional integration of Rwanda and Burundi, particularly concerning the new African Peace and Security Architecture. His work leans on various interviews realised with practitioners of the African Regional Economic Communities and the African Standby Force, notably in Addis Ababa, Arusha, Bujumbura, Kigali and Nairobi.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *