Cultures est-africaines de l’athlétisme / East African cultures of athletics

TERRAINS / FIELDWORKS

East-African Runners: Socially-Constructed Sport Abilities and Migration Networks

Par / by Benoit Gaudin

Les études scientifiques sur les coureurs de fond africains s’inscrivent, en règle générale, dans la continuité de la longue tradition de recherches menées sur les populations « noires » depuis plusieurs siècles, aux États-Unis et en Europe principalement. « En quoi ‘ces gens-là’ sont-ils différents de ‘nous ‘ ? » se demandent en substance des générations de chercheurs en sciences de la vie, tour à tour en médecine, en phrénologie, anatomie, physiologie et plus récemment en génétique. Las, aucune de ces recherches n’a découvert le moindre indice d’une différence plus fondamentale que la pigmentation de l’épiderme pour caractériser l’ensemble de cette population. Mais ce courant de recherche ne s’essouffle pas pour autant, tant la croyance en une altérité biologique de cette population est forte.

Scientific studies on East-African distance runners usually follow the long tradition of research on ’Black’ populations, stating in essence that ‘these people are different from us‘. Generations of researchers have been founding their works on this undeclared and often unconscious premise, successively in medicine, phrenology, anatomy, physiology and more recently in genetics. And although very few of them would admit it publicly, none of these research works has ever found any evidence of a more fundamental difference than the pigmentation of the skin to characterize these populations from others. Yet this paradigm is still in force, based on the deeply-rooted belief of a biological otherness of ‘Black’ populations.

Cinq filles qui courent / Five girls running (© Alain Borgel)
Cinq filles qui courent / Five girls running (© Alain Borgel)

Prenant le contre-pied de cette tradition de recherche, je propose de changer de paradigme. D’abord, en abandonnant le présupposé de l’altérité biologique de « ces populations ». Au contraire, nous devons étudier et conduire des recherches sur ces athlètes de la même façon que ce que nous faisons avec les athlètes « blancs ». Trouve-t-on une équipe scientifique sérieuse à la recherche du gène des hockeyeurs sur glace canadiens ? Ou une autre, qui mesurerait la cheville des gymnastes roumains ? Les coureurs d’Afrique de l’Est, et de façon générale les athlètes « noirs » doivent être étudiés de la même façon que les autres athlètes et leurs performances doivent s’expliquer de la même manière, c’est-à-dire par un ensemble d’arguments établis au regard des techniques et des programmes d’entraînement, des motivations psychologiques ainsi que des déterminants sociaux et économiques. Le second changement introduit par cette nouvelle approche est d’ouvrir le champ aux sciences sociales et humaines : psychologie et économie, mais également histoire, géographie et anthropologie.

Challenging this tradition of research, I suggest changing paradigm. First, discarding the premise of biological otherness of ‘these people’. Instead, we should study them, and conduct research on them, just on the same way we would do with ‘white’ athletes. Is there any serious research team looking for the gene of Canadian ice-hockey players? Or any other researcher measuring the size of the ankle of Rumanian gymnasts? East-African runners, and broadly speaking ‘Black athletes’, have to be studied just like other athletes and their performances explained in the same way, by a bundle of arguments dealing with training techniques and programs, psychological motivations, and social and economical determinants. So the second change to be introduced is to open the field to social and human sciences: psychology and economics, but also history, geography, sociology and anthropology.

« Mais alors, qu’en est-il de l’altitude ?  Les coureurs de fond est-africains ne tiennent-ils pas leur supériorité sportive du fait qu’ils vivent en altitude ? » Ici encore, on fait fausse route. En effet, ce n’est pas l’altitude, mais le changement d’altitude qui induit une augmentation du nombre de globules rouges dans l’organisme. Ce phénomène est une réaction métabolique de l’organisme placé en situation de stress hypoxique : en montant en altitude, l’organisme y rencontre un environnement plus pauvre en oxygène et enclenche en réponse une production accrue de globules rouges, compensant la diminution d’oxygène par une augmentation de « transporteurs d’oxygène ». Or ce mécanisme métabolique ne s’applique qu’aux individus qui montent en altitude. Pour les individus qui y sont nés, qui y ont grandi et y ont passé toute leur vie, il n’y a pas de changement d’altitude, donc pas de stress hypoxique et donc pas de production supplémentaire de globules rouges. Une recherche en hématologie menée par la professeur Cynthia Bell auprès des populations d’altitude en Éthiopie le confirme.[1]

‘But then, what about altitude?’ would you ask. ‘Don’t they get their athletic superiority from living in high altitudes? « Again, we have gone astray: it is not altitude in itself, but the change in altitude which leads to an increase in the number of red blood cells in our blood. This increase is a metabolic reaction to a stress, the hypoxic stress: going up in altitude, the body encounters an environment with lower amount of oxygen and, as a response to this situation, engages in the production of more red blood cells, compensating the decrease in oxygen by an increase in « oxygen carriers ». This metabolic mechanism applies to individuals who go aloft, but not to people who don’t expose their body to any change of altitude. For individuals who were born at 2 000 meters or more, who grew up there and have spent all their lives at this altitude, there is no change in altitude, thus no hypoxic stress and therefore no additional production of red blood cells. This is confirmed by a piece of research in hematology led by Professor Cynthia Bell on Ethiopian high altitude populations.[1]

« Et la génétique ? Ces populations ne seraient-elles pas dotées d’un patrimoine génétique particulier ? » On lit à l’envi que les coureurs kényans sont quasiment tous issus de la même tribu, les Kalenjins. Et que les coureurs éthiopiens proviendraient eux aussi pour la plupart d’une petite région spécifique, autour de Bokoji, dans l’Arsi. Ici aussi, on simplifie et on confond. 1) Dans les deux pays, plusieurs champions proviennent d’autres régions et d’autres ethnies. 2) Les ethnies ne sont pas des entités génétiques étanches et homogènes. 3) Le lien entre un gène (ou une combinaison de gènes) et une compétence sportive est loin d’être une réalité scientifique attestée. 4) Les ethnies sont des communautés culturelles et linguistiques, dans lesquelles jouent des formes de solidarité, comme l’échange d’informations clefs pour une carrière sportive réussie : un numéro de téléphone d’un manager, un contact auprès d’un organisateur de course ou plus simplement un plan d’entrainement en vue d’une compétition.

« What about genetics? Don’t they have any specific genetic trait? Aren’t all from the same tribe?’ Indeed, an impressive proportion of Kenyan runners are coming from the same ethnic group, the Kalenjin. And the Ethiopian runners coming from Bokoji village in Arsi region are also overrepresented among the champions of this country. But again, we are misled by simplistic explanations. 1) In both countries, several champions come from other regions and other ethnic groups. So the ethnic explanation is, at the best, insufficient; 2) Ethnic groups are neither isolated nor homogeneous genetic entities. So ‘ethnicity’ is not equal to ‘common genetic features’; 3) The link between one gene (or even a combination of genes) and any athletic skill is far to be a scientific-attested reality; 4) Ethnic groups are cultural and linguistic communities in which solidarity actions occur, such as sharing information that are key to the career of athlete: the phone number of a manager, the contact with a race organizer or more simply a training program for a competition.

Echauffement, lancer de jambe / Warm-up,  forward-thrust of the leg (© Alain Borgel)
Echauffement, lancer de jambe / Warm-up, forward-thrust of the leg (© Alain Borgel)

Une première observation s’impose ici : aussi peu fondées scientifiquement qu’elles soient, la « question de l’altitude » et celle de l’altérité biologique des coureurs de fond est-africains constituent de véritables croyances parmi nos contemporains. En tant que telles, elles constituent des objets d’étude sociologique à part entière : comme toute croyance, elles ont un effet performatif réel, motivant les uns (les coureurs est-africains), démotivant les autres (les coureurs « blancs ») et établissant leurs légitimité et illégitimité respectives sur la ligne de départ des courses de fond des grandes compétitions internationales.

Here we can stop and make a first observation: as scientifically unfounded as they are, the issues of altitude and genetics – the biological otherness – are indeed widely spread and unquestioned beliefs. As such, they are genuine sociological objects of study. And just like any other beliefs, they do have performative effects: motivating some groups – the East African runners -, de-motivating others – non-African runners -, and thus establishing the legitimacy line among the competitors of any international athletic event.

Seconde observation : en visitant le pays Kalenjin au Kenya et Addis-Abeba en Éthiopie, on constate rapidement qu’on se trouve en présence de véritables « cultures » de l’athlétisme, au sens ethnographique du terme. Ce sont des ensembles complexes et cohérents, formés de composantes complémentaires : des connaissances techniques, des outils et objets spécifiques, des savoirs et des savoir-faire propres, une masse critique suffisante d’expériences professionnelles cumulées et transmise entre pairs, des réseaux socio-professionnels dotés d’une hiérarchie interne, des valeurs, codes et croyances particuliers, des routines à part, un calendrier spécifique, des ‘role-models’, etc. Il s’agit ici d’un véritable objet de monographie ethnographique. Pour paraphraser Émile Durkheim, quand le jeune Kalenjin/Oromo arrive dans la société kényane/éthiopienne, il y trouve un univers déjà constitué et n’a pas à tout inventer. Il bénéficie de l’existence de cette culture de l’athlétisme, qui existe chez lui et qui n’existe pas en Bolivie, au Tchad, au Tibet ou ailleurs.

Second observation: visiting the Kalenjin area in Kenya and the Ethiopian capital city, Addis Ababa, we soon realize the existence of genuine « cultures » of athletics, taking “culture” in its ethnographic sense. These cultures of athletics are complex and consistent sets of traits, made of complementary components: technical training methods (including warming up, stretching and relaxing exercises), specific tools and objects, peculiar knowledge and know-how, a sufficient critical mass of accumulated and transmitted professional experiences, social and professionals networks with an internal hierarchy, specific values, codes and beliefs, unique routines, timetable and ‘role-models’, among other specific features. These ‘culture of athletics’ are per se object of ethnographic monographs. To paraphrase Emile Durkheim, we could say that when a young Kalenjin / Oromo arrives into the Kenyan / Ethiopian society, he can find an already established athletics universe and does not need to re-invent everything by himself. He is benefiting from the existence of this culture of athletics. This situation occurs in Ethiopia and Kenya, and not anywhere else in the world.

A partir de ces observations, je jette les bases de l’exploration des diverses pistes à creuser pour documenter les déterminants sociaux, culturels, psychologiques et économiques de la performance sportive de ces coureurs. En suivant une perspective constructiviste, je pose comme hypothèse que la situation actuelle résulte de deux processus : un processus historique de construction progressive de ces « cultures de l’athlétisme » en Éthiopie et au Kenya depuis les années 1960 ; et un processus anthropologique d’acquisition individuelle, à l’échelle de la vie d’un homme, de cette culture de l’athlétisme par certains jeunes Éthiopiens et Kenyans. Ce dernier processus comporte trois dimensions : un façonnement corporel par l’exercice et l’entrainement ; une intégration sociale dans le monde local de l’athlétisme ; et une conversion mentale aux valeurs du sport de compétition professionnel.

Starting from these observations, a social and human sciences approach of the phenomenon should document the social, cultural, psychological and economic dimensions of the athletic performance of these runners. Following a constructivist perspective, I assume that the current situation is the result of two processes: an historical process of progressive construction of these « cultures of athletics » in Ethiopia and Kenya since the 1960s; and anthropological process of individual acquisition, at the scale of a man’s life, of this culture of athletics by some young Ethiopians and Kenyans. The latter process has three dimensions: first, the shaping of the body through exercises and training; second, the social integration into the local world of athletics; and third the mental conversion to the values ​​of professional sport competition.

L’étude de l’athlétisme est-africain par le biais des sciences sociales est un champ encore relativement vierge et des pans entiers sont à explorer et à documenter : l’histoire des athlétismes kényan et éthiopien, la géographie de l’athlétisme dans ces deux pays avec leurs flux migratoires internes et externes, l’économie de ces univers avec les opportunités professionnelles qu’ils comportent et leurs retombées en termes de développement local, leurs démographies, l’étude des institutions sociales et professionnelles qui les structurent, les relations entre ces deux athlétismes et les autres sports locaux, mais aussi leur position dans la répartition internationale du travail athlétique avec les autres nations du monde, etc. Tout ou presque reste à faire. Un colloque intitulé « East-African Athletics & Social Sciences » se tiendra les 29, 30 juin et 01 juillet 2015 à l’Université d’Addis-Abeba pour présenter les premiers résultats des recherches d’une quarantaine de chercheurs sur ces questions.

The study of African Athletics under the social sciences perspective is still a relatively blank field and entire sections are yet to be explored and documented, namely the history of athletics in Kenya and Ethiopia, the geography of athletics in these two countries, including their internal and external migrations, the economy of these universes, including the professional opportunities and their impact in terms of local development, the demographics of local athletics, the study of social and professional institutions, the relationships between both athletics and other local sports, but also their position in the international division of athletic work with other nations of the world, etc. Almost everything remains to be done. A conference entitled « East-African Athletics & Social Sciences » will be held on 29, June 30 and July 1, 2015 at the Addis Ababa University to present the first results of the research of forty researchers on these issues.

Grace à la tradition de recherche en sociologie du sport, on sait que la progression sportive vers le plus haut niveau se décompose en étapes qui, contrairement aux idées reçues, sont étonnamment cloisonnés : ils sont séparés par des seuils qui ne peuvent être franchis que par des individus réunissant, en plus des indispensables compétences sportives, certaines qualités ou propriétés qui n’ont rien à voir avec leurs compétences sportives. Pour changer de niveau et par exemple entrer dans un club de première division éthiopien, il ne suffira pas de courir vite, il leur faudra aussi 1) avoir connaissance des modalités d’entrée dans ces clubs, 2) déménager à Addis-Abeba, ce qui revient à rompre avec une partie de son « ancienne vie », 3) avoir les ressources financières de ce déménagement et de cette nouvelle vie, 4) obtenir l’approbation, voire le soutien des ses parents pour un tel changement, 5) décider d’abandonner d’autres carrières possibles, etc. Autant de pré-requis qui risquent de laisser de coté certains sportifs prometteurs. En bref, le « talent » ne suffit pas.

Thanks to the tradition of research in sport sociology, we know that the sport progression up to the highest level is, contrary to the popular belief, surprisingly fragmented: the different levels are separated by thresholds which require specific and diversified competencies to be crossed: sporting skills, of course, but not only. Other properties and qualities are necessary to go up from one level to the other, and these traits are mainly of sociological, economical and cultural nature. Paradoxically, these properties that have nothing to do with sport are compulsory to the progression in sport. For example entering a first division athletics club in Ethiopia requires not only to run fast, but also 1) to have the knowledge of the modalities of entry into these clubs –and to match these modalities, 2) to be able to move to Addis Ababa, which means to change habits and break away with your « old life », 3) to have the financial resources for this removal and this new life, 4) to get the approval or support from your parents for such a change, 5) to decide to abandon other possible careers and give up your studies, etc. All these prerequisites may leave some promising athletes aside. In short, athletic talent is not enough.

J’ai donc entrepris de commencer par repérer les différentes étapes de la carrière des athlètes professionnels kényans et éthiopiens. J’en compte quatre : 1) courir dans sa communauté, avec des pairs : les copains du quartier ou de l’école ; 2) courir sous la direction d’un coureur plus expérimenté, avec des athlètes du même niveau que soi ; 3) courir avec un entraineur rémunéré pour cela, dans un club d’Addis-Abeba ou un camp d’entrainement au Kenya ; 4) courir avec son entraineur particulier, son manager et l’équipe technique de ce dernier. Chacun de ces quatre univers est composé d’une population différente, de plus en plus compétente au niveau sportif, mais aussi de plus en plus façonnée par et intégrée à la « culture de l’athlétisme » locale. Je fais l’hypothèse que ces sous-populations présentent des profils sociologiques et économiques différents. Pour les repérer, je distribue un questionnaire d’identification sociologique et sportive auprès des coureurs de ces différents univers, avec en tête l’idée de découvrir des corrélations entre des niveaux de compétences sportives et des attributs et propriétés socio-économiques.

Which are the different stages of the professional career of a Kenyan or Ethiopian athlete? At the moment, I can count four of them: 1) running in the community, with peers, boys or girls of the neighborhood or schoolmates; 2) running under the guidance of a more experienced runner, together with athletes of the same level as you; 3) running with a paid coach, in a club of Addis Ababa or a training camp in Kenya; 4) running with your private coach, under the supervision of your manager and his technical/medical team. Each of these four universes is composed of a different population, increasingly competent in sports, but also increasingly shaped by and integrated with the local « culture of athletics’. I hypothesize that these subpopulations have different sociological and economic profiles. To unveil them, I am currently distributing a questionnaire among runners of these different worlds, in order to ​​discover correlations between levels of sporting skills and socio-economic attributes and properties.

Cette démarche quantitative sera ensuite complétée par une approche qualitative, fondée sur des entretiens avec des « décrocheurs paradoxaux », c’est-à-dire avec des individus qui avaient les compétences sportives pour passer au niveau supérieur, mais qui n’y sont pas parvenus et qui ont « décroché ». Quelles étaient les qualités, les attributs, les compétences qui leur ont fait défaut ? De quoi est faite la compétence d’un sportif de haut-niveau, outre son « talent » athlétique ? Existe-t-il des profils sociologiques et économiques favorables et d’autres défavorables à la carrière sportive ? Manuel Schotté et David Chambliss ont déjà balisé cette voie.[2] Il nous reste à la documenter pour ce qui concerne les coureurs de fond est-africains.

This quantitative approach will later be complemented by a qualitative approach fieldwork, based on interviews with « paradoxical leavers », that is to say with individuals who had the sporting skills to reach the next level, but who did not managed and dropped out. What were the qualities, attributes and skills that they lacked? Apart from its athletic ‘talent’, what is the competence of a top level athlete made of? Are there favorable and unfavorable sociological and economic profiles to sports career? Manuel Schotté and David Chambliss have already paved the way to answer these questions[2]. Now we need to document it about the East-African distance runners.

[1] BEALL Cynthia et al., “An Ethiopian pattern of human adaptation tohigh-altitude hypoxia”, PNAS December 24, 2002, vol. 99, no.26, pp. 17215-17218.

[2] SCHOTTE Manuel, La construction du « talent » – Sociologie de la domination des coureurs marocains, Paris, Raison d’agir, 2012 ; CHAMBLISS Daniel, « The mundanity of excellence: an ethnographic report on stratification and Olympic swimmers”, Sociological Theory, Spring 1989, 7 (1), pp.70-86.

Dr. Benoi Gaudin est maître de conférences en sociologie et en anthropologie, département des sciences du sport, Université de Versailles. Depuis septembre 2014, il est détaché à l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement) et affecté au département des sciences du sport à l’Université d’Addis-Abeba où il dirige un programme de recherche sur les athlètes est-africains. Il est l’auteur de nombreuses publications en sociologie du sport et a dirigé le numéro « Arts martiaux et sports de combat » des Actes de la Recherche en Sciences Sociales (EHESS, Paris). A l’Université d’Addis-Abeba, il préside également le comité d’organisation de la conférence internationale East-African Athletics & Social Sciences qui se tiendra les 29, 30 juin et 1er juillet (voir l’annonce sur ce blog).

Dr. Benoit Gaudin is Assistant Professor in Sociology and Anthropology, Department of Sport Sciences, Université de Versailles, France. Since September 2014, he is holding an IRD (Institut de Recherche pour le Développement) research fellowship in the Department of Sport Sciences of Addis Ababa University where he is conducting his research program on East-African Athletics. He is the author of several publications on sociology of sport and editor of the “Martial Arts and Combat Sport” issue of Actes de la Recherche en Sciences Sociales (EHESS, Paris).  In AAU, he is also heading the organizing committee of the « East-African Athletics & Social Sciences » international conference to be held on 29th, 30th June and 1st July.

Voir également les billets suivants sur ce blog / See these blog post as well :

http://cfee.hypotheses.org/639

http://cfee.hypotheses.org/207

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *