La préhistoire a de l’avenir dans la Corne de l’Afrique / Prehistory has a future in the Horn of Africa

ENTRETIEN / INTERVIEW

Entretiens croisés avec Joséphine Lesur, archéozoologue au Muséum national d’histoire naturelle (UMR 7209 Archéozoologie, archéobotanique), chercheuse associée au CFEE, et Clément Ménard, archéologue préhistorien, doctorant à l’Université Toulouse Jean Jaurès (laboratoire TRACES, UMR 5608). Tous deux sont membres du projet Late Stone Age Sequence in Eastern Africa, un programme de recherche du CFEE dirigé par François Bon (TRACES) et Asamerew Dessie (ARCCH).

Crossed interviews with Joséphine Lesur, archeozoologist at the National Museum of Natural History, Paris (UMR 7209 Archéozoologie, archéobotanique) and CFEE affiliate researcher, and Clément Ménard, archeologist specialised in prehistory and Late Stone Age lithic industries, PhD candidate at Université Toulouse Jean Jaurès (TRACES, UMR 5608). Both are members of the « Late Stone Age Sequence in Eastern Africa » project, a CFEE research program lead by François Bon (TRACES) and Asamerew Dessie (ARCCH).

Joséphine Lesur et Clément Ménard ont été conseillers scientifiques de la nouvelle exposition de paléontologie et de préhistoire du Musée national d’Éthiopie, réalisée par le CFEE en coopération avec l’ARCCH, avec le soutien financier de l’Ambassade de France en Éthiopie, et inaugurée le 3 décembre 2014. Cet entretien revient sur cet évènement, qui a vu l’archéologie préhistorique enfin mise à l’honneur dans les galeries du musée, et dresse un état des lieux d’une recherche préhistorique particulièrement dynamique dans le pays.

Joséphine Lesur and Clément Ménard have been scientific advisers for the new paleontology and prehistory exhibition of the National Museum of Ethiopia – realised by CFEE in cooperation with ARCCH, with the financial support of the Embassy of France to Ethiopia, and opened on December 3rd 2014. The interview discusses this event, which has given Prehistory its proper place in the National Museum, and presents a general assessment on the recent trends of prehistorical research in Ethiopia – a particularly dynamic field.

(Bilingual article)

Joséphine Lesur participe à plusieurs projets de recherche en Éthiopie et dans la Corne de l’Afrique. Elle est spécialiste de la domestication des animaux. Clément Ménard est spécialiste des industries lithiques du Late Stone Age en Éthiopie. Collaborateur régulier du CFEE, il fut également volontaire international auprès du Musée national d’Éthiopie, en charge des collections.

Joséphine Lesur is involved in different research projects in Ethiopia and the Horn of Africa. She is a specialist of animal domestication. Clément Ménard is archeologist specialised in Prehistory and Late Stone Age lithic industries. A regular collaborator of CFEE, he has been an international volunteer at the National Museum of Ethiopia, in charge of the collections.

L’exposition fait la part belle aux outils en pierre taillée. Quelles sont les principales contributions des différents terrains de l’Afrique orientale pour notre connaissance de l’évolution des technologies lithiques des hommes préhistoriques ? / The exhibition shows numerous stone tools. What are the main contributions of the various sites of Eastern Africa to our knowledge of the lithic technology of Prehistoric humans?

Une partie des collections préhistoriques conservées par le Musée national d’Éthiopie lors de leur organisation dans les réserves / Parts of the prehistoric collections curated by the National Museum of Ethiopia being organized in the storage room (C. Ménard).
Une partie des collections préhistoriques conservées par le Musée national d’Éthiopie lors de leur organisation dans les réserves / Parts of the prehistoric collections curated by the National Museum of Ethiopia being organized in the storage room (© C. Ménard)

C. Ménard (FR) : Je pense que nous pouvons nous réjouir que, grâce au renouvellement de l’exposition et à la volonté des personnes qui ont voulu et mené ce projet à son terme, des outils préhistoriques soient enfin exposés. Cela permet de donner au public un aperçu des très riches collections conservées par le Musée national d’Éthiopie et de le sensibiliser à un aspect particulièrement important des recherches archéologiques menées dans le pays depuis plusieurs décennies. Les outillages en pierre occupent une place exceptionnelle dans l’histoire des techniques et dans notre compréhension des sociétés préhistoriques puisque ils ont constitué jusqu’à l’avènement de la métallurgie le principal moyen d’action de l’homme sur son environnement (en premier lieu pour acquérir et transformer toutes les ressources nécessaires à sa survie). Le fait que ces matériaux soient abondants, non périssables et stables dans le temps nous permet de décrire de nombreux aspects socio-économiques d’un groupe en un point et un moment donné (activités pratiquées, savoir-faire, gestions des ressources, organisation territoriale) et de reconstituer de manière assez détaillée la chronologie des principales innovations préhistoriques. Les outils exposés au Musée permettent d’illustrer ces deux aspects : diversité des comportements des sociétés préhistoriques et évolution des techniques.

Le principal apport des terrains de la région concerne sans doute les phases anciennes puisque c’est ici qu’est localisée la majeure partie des sites du Pléistocène inférieur (environ 2,6-0,8 Ma) connus à l’échelle de la planète. Les terrains éthiopiens notamment ont livré les plus anciennes industries identifiées à ce jour (datées d’environ 2,6 Ma), et plusieurs sites de la région datés aux alentours de 2 Ma permet de décrire la diversité de ces premiers outils (Oldowayen) et de réfléchir aux conditions de leur apparition. La région est également particulièrement importante pour comprendre l’émergence et le développement de l’Acheuléen. Ce complexe industriel, notamment caractérisé par la présence de grand éclats façonnés en bifaces en hachereaux, apparait aux environs de 1,8 Ma aux abords du bassin Omo-Turkana et se développe pendant plus d’un million d’années pour couvrir une grande partie des continents africain et eurasiatique.

La région est également un terrain privilégié pour qui s’intéresse aux périodes plus récentes : Middle Stone Age (MSA) et Late Stone Age (LSA) dans la terminologie africaniste. Le MSA notamment (environ 300-30 ka) coïncide avec l’émergence et la dispersion hors du continent africain des hommes anatomiquement modernes (avec toutes les incertitudes qui demeurent concernant la phylogénie de notre espèce). Les vestiges lithiques issus des fouilles menées sur différents sites d’Afrique orientale permettent de décrire la diversité des technologies qui ont accompagné ces populations et participent aux vifs débats concernant l’émergence et la signification de certains éléments (armes de jet, supports laminaires, microlithes).

C. Ménard (EN): I believe we can be pleased that prehistoric stone tools are at last displayed, thanks to the renewal of the exhibition and the determination of people who have initiated and conducted this project to its end. Visitors can now gain insight into the very rich collections curated by the National Museum of Ethiopia and be acquainted with what has probably been the most important aspect of archaeological research conducted in Ethiopia for several decades. Stone tools play a very unique role in the history of techniques and in our understanding of prehistoric societies because they were the main mean for humans to interact with their environment (first of all for accessing and processing all the resources needed for subsistence) until the beginning of metalworking. Because stones are widely available, not perishable, and physically stable, they can be used to address several socio-economic aspects of a group at a given time and place (tasks performed, know-hows, resources management, territorial organization) and to reconstruct quite accurately the chronology of the main prehistoric innovations. The stone tools displayed at the Museum relate to these two aspects: behavioral diversity of prehistoric societies and technological change through time.  

Fieldwork conducted in the region’s main contribution has definitely to do with the earliest phases because most of the Lower Pleistocene (circa 2.6-0.8 Ma) sites known worldwide are located here. Some Ethiopian formations in particularly have yielded the oldest known industries to this day (dated to circa 2.6 Ma), and several sites in the region dated to around 2 Ma make possible the description of these first tools (Oldowan) as to address the conditions of their emergence. The region is also very important for understanding the Acheulean beginnings and further developments. This industrial complex, characterized by large flakes shaped into hand axes and cleavers, first occurred around 1.8 Ma on the margins of the Omo-Turkana basin and kept evolving during more than one million years, to eventually cover large parts of both the African and Eurasian continents.

The region is also an ideal terrain for the one interested in later time periods we name Middle Stone Age (MSA) and Late Stone Age (LSA) in Africanist terminology. The MSA in particular (circa 300-30 ka) correlates with the emergence and the dispersal out of Africa of the anatomically modern humans (despite of all the uncertainties regarding the phylogenesis of our own species). The lithic remains collected during the excavation of several archaeological sites in Eastern Africa allow describing the technological diversity of these populations and contribute to the ongoing debates regarding the emergence and significance of several key elements (thrusting weapons, laminar blanks, microliths).

Quel bilan peut-on tirer des dernières recherches portant sur les économies préhistoriques de la Corne de l’Afrique ? / What (partial) conclusions can be drawn from the current research on Prehistoric economies in the Horn of Africa?

L’équipe du projet LSA Sequence lors de prospections dans le canyon du Deka Wede, bassin de Ziway-Shala /  LSA Sequence project team surveying the Deka Wede canyon, Ziway-Shala basin (© LSA project)
L’équipe du projet LSA Sequence lors de prospections dans le canyon du Deka Wede, bassin de Ziway-Shala /
LSA Sequence project team surveying the Deka Wede canyon, Ziway-Shala basin (© LSA Sequence project)

J. Lesur (FR) : Les différents programmes de recherche archéologique menés ces dernières années dans la Corne de l’Afrique, notamment par des équipes françaises soutenues par le Ministère des Affaires étrangères (Late Stone Age Sequence in Eastern Africa et « Premières Sociétés de Production de la Corne de l’Afrique ») ont permis de grandes avancées sur la question de l’évolution des économies alimentaires depuis la fin du Pléistocène. Ainsi, il y a 13 000 ans environ, dans la vallée du Rift près du lac Ziway, les occupants du site de B1S1 étaient principalement des chasseurs de bovidés, notamment de gazelle mais aussi d’une espèce d’alcélaphiné aujourd’hui disparue, le Damaliscus hypsodon. Cet animal était caractérisé par des dents très hautes qui lui permettaient de manger des herbes sèches. Sa présence atteste donc d’un environnement plus aride qu’actuellement. 3 000 ans plus tard, le site voisin de Deka Wede a livré des signes d’occupation humaine dans deux secteurs où les gens consommaient soit des bovidés comme la gazelle, soit des poissons. On assiste alors à un changement dans l’alimentation avec une plus grande consommation des ressources aquatiques.

Formations sédimentaires du Deka Wede ayant livré des indices archéologiques Holocène ancien / Deka Wede sedimentary formations bearing early Holocene archaeological deposits (© LSA Sequence project).
Formations sédimentaires du Deka Wede ayant livré des indices archéologiques Holocène ancien /
Deka Wede sedimentary formations bearing early Holocene archaeological deposits (© LSA Sequence project)
Site DW2s2 (environ 12 ka cal BP) en cours de fouilles / Site DW2s2 (ca. 12 ka cal BP) under excavation (© LSA Sequence project)
Site DW2s2 (environ 12 ka cal BP) en cours de fouilles / Site DW2s2 (ca. 12 ka cal BP) under excavation (© LSA Sequence project)

 

 

 

 

 

 

 

 

Par ailleurs, à Djibouti, dans la plaine du Gobaad, les sites d’Asa Koma ou de Wakrita datés d’il y a 4 000 ans, ont livré quant à eux les premiers restes d’animaux domestiques de la Corne de l’Afrique. Les hommes qui occupaient ces sites mangeaient beaucoup de poissons mais élevés également quelques bœufs ou caprinés (mouton ou chèvre), probablement pour compenser la disparition des autres mammifères, due à l’aridification de la région. Les dates de ces premiers animaux domestiques sont très tardives par rapport aux pays voisins comme le Soudan ou le Yémen où l’élevage apparaît 2 000 ans plus tôt. Cela est peut-être dû au fait que la Corne de l’Afrique est isolée de ces pays par la mer ou par les hauts-plateaux et a donc était plus difficilement accessible pour les premiers éleveurs.

J. Lesur (EN): The different archaeological research programs led these last years in the Horn of Africa, especially by French teams supported by the French Ministry of Foreign Affairs (« Late Stone Age Sequence in Eastern Africa » and « Premières Sociétés de Production de la Corne de l’Afrique »), have brought many new data on the question of the evolution of food economy since the end of the Pleistocene. For example, 13 000 years ago, in the Rift Valley near to Lake Ziway, the inhabitants of the site B1S1 were mainly bovid’s hunters, especially of gazelles but also of a extinct species of Alcelaphinae, Damaliscus hypsodon. This animal is characterized by high-crown teeth that allowed it to eat dry grasses. Its presence suggests an environment much more arid than the current one. 3 000 years later, the nearby site of Deka Wede shows signs of human occupation in two sectors where people ate either wild bovids such as gazelle, either fishes. We see therefore a switch in the food economy with bigger importance of aquatic resources.

Moreover, in Djibouti, in the plain of Gobaad, on the sites of Asa Koma and Wakrita dated of 4 000 years ago, were found the oldest remains of domesticates of the Horn of Africa. The inhabitants of these sites ate a lot of fishes but herded also few cattle and caprines (sheep and goat), probably to compensate the disappearance of other mammals due to the strong aridification of the region. The age of these first domesticates are quite recent compared with neighboring countries such as Sudan or Yemen where herding appears 2000 years earlier. This could be explained by the fact that the Horn of Africa is isolated from these countries by the sea and the highlands and therefore was less easily accessible for the first herders.

Vous participez tous les deux à plusieurs missions archéologiques en Éthiopie. Sur quels points de l’évolution culturelle portent-elles en particulier ? / You are both involved in various archaeological missions in Ethiopia. On which particular aspects of cultural evolution in particular are they dealing with?

Fouilles de l’abri-sous-roche de Mochena Borago / Mochena Borago rockshelter under excavation (© SWEAP/CRC 806 project)
Fouilles de l’abri-sous-roche de Mochena Borago / Mochena Borago rockshelter under excavation (© SWEAP/CRC 806 project)

C. Ménard (FR) : Je participe à plusieurs programmes de recherches qui ont pour but de mieux comprendre les sociétés LSA de la région. Il faut souligner que le terme LSA est utilisé par commodité de langage pour désigner une assez longue période de temps (environ 30 à 50 millénaires) et des groupes avec des économies et des technologies très différentes les unes des autres. Dans le cadre de ma thèse (soutenue par le laboratoire TRACES, l’Université Toulouse Jean Jaurès et la Fondation des Treilles), je procède à l’analyse technologique de certaines industries lithiques de la région en mettant l’accent sur la valeur des différentes modalités de production et de gestion des supports d’outils (éclats, lames, lamelles) et sur les caractéristiques des équipements de chasse. Ces éléments permettent de préciser la chronologie et la diversité de cette entité qui reste très mal connue.

Microlithe en obsidienne de l’abri-sous-roche de Mochena Borago, vraisemblablement utilisé comme armature de flèche /   Obsidian microlith from Mochena Borago rockshelter very likely used as an arrowhead component (© X. Gutherz/PSPCA excavations)
Microlithe en obsidienne de l’abri-sous-roche de Mochena Borago, vraisemblablement utilisé comme armature de flèche /
Obsidian microlith from Mochena Borago rockshelter very likely used as an arrowhead component (© X. Gutherz/PSPCA excavations)

Je participe notamment au programme Late Stone Age Sequence in Eastern Africa qui est dirigé depuis 2007 par François Bon (Université Toulouse Jean Jaurès) et Asamerew Dessie (Authority for Research and Conservation of Cultural Heritage). Ce programme est financé et soutenu par le Ministère des Affaires étrangères (Commission consultative des recherches archéologiques à l’étranger) et par le Centre français des études éthiopiennes. Il porte sur le bassin lacustre de Ziway-Shala situé dans la partie centrale du Rift éthiopien. Il s’agit d’un bassin endoréique formé aujourd’hui de 4 différents lacs (Ziway, Abijata, Langano, Shala) qui a beaucoup fluctué au cours du Pléistocène supérieur et de l’Holocène, pour ne parfois former qu’un seul lac très étendu. Les formations sédimentaires de ce bassin très bien développées et notamment exposées par l’incision de la rivière Bulbula enregistrent à la fois les fluctuations du niveau lacustre mais également des épisodes volcaniques et des occupations archéologiques très bien conservées. Il faut ajouter que cette zone présente des coulées d’obsidienne très importantes et que ce matériau d’excellente qualité permet la très bonne expression des intentions et des savoir-faire des tailleurs. C’est zone est donc particulièrement propice pour décrire les comportements des groupes préhistoriques et leur évolution au cours du temps, notamment en lien avec cet environnement lacustre. Par ailleurs, la période que nous étudions (à la charnière entre Pléistocène et Holocène) est marquée par des changements environnementaux importants (notamment liés à des fluctuations climatiques), nous pouvons donc mettre en regard les changements observées sur les sites archéologiques et les données environnementales afin d’essayer d’apprécier leur incidence sur les sociétés humaines. Il va de soi que ce type de reconstruction n’est possible que grâce à un travail pluridisciplinaire intégrant des spécialistes de nombreuses disciplines.

C. Ménard (EN): I take part to several research projects that aim a better understanding of the LSA societies in the region. I want to stress that LSA is a term used by convenience to designate a quite long period of time (around 30 to 50 millennia) and groups with different economies and technologies spread all over the continent. Within the framework of my doctorate (supported by the TRACES laboratory, the University of Toulouse Jean Jaurès, and the Treilles Foundation), I conduct a technological analysis of several lithic industries from the region with an emphasis on tool blanks (flakes, blades, bladelets) production and management patterns significance, and the characteristics of hunting gears in order to better assess the chronology and diversity of this entity which remains poorly known.

I am primarily involved in a program entitled Late Stone Age Sequence in Eastern Africa, which is lead since 2007 by François Bon (University of Toulouse Jean Jaurès) and Asamerew Dessie (Authority for Research and Conservation of Cultural Heritage). This program, funded and supported by both the French Ministry of Foreign Affairs (Commission consultative des recherches archéologiques à l’étranger) and the French Centre for Ethiopian Studies, investigates the Ziway-Shala lacustrine basin. This basin, located in the central part of the Main Ethiopian Rift, is a closed drainage featuring 4 different lakes (Ziway, Abijata, Langano, Shala) whose water level has dramatically changed during the Upper Pleistocene and the Holocene, sometimes forming a single very large lake. The basin’s thick sedimentary formations, notably exposed by the cutting of the Bulbula River, recorded those water level changes as well as volcanic events, and also feature well-preserved archaeological contexts. The area provided prehistoric knappers with large quantities of obsidian, which is a high quality material, allowing them to fully express both their intentions and know-hows. For all these reasons, the basin has a great potential for describing prehistoric behaviors (particularly in relation with a lacustrine environment) and their change through time. Moreover, the time period we are studying (the Pleistocene/Holocene transition) is characterized by dramatic environmental shifts (mainly caused by climate change), we can thus use environmental data to put in perspective changes observed on the archaeological sites and try assessing their incidence on human societies. Needless to say such reconstructions are only possible thanks to a pluridisciplinary approach involving different kinds of specialties.

J. Lesur (FR) : Comme je le souligne ci-dessus, les principaux programmes de recherche auxquels je participe portent sur des régions et des périodes très différentes. Dans la région du Lac Ziway se pose principalement la question de l’évolution des occupations humaines à la fin du Pléistocène et au début de l’Holocène, période de grande instabilité climatique et pour laquelle nous n’avons encore que très peu de données en Éthiopie. Comme je l’ai dit, on observe de grands changements dans les modes d’exploitation des animaux avec notamment une plus grande importance de la pêche vers le 9e millénaire avant J.-C. L’analyse des restes de poissons est en cours et elle devrait apporter d’intéressantes informations sur les poissons alors consommés mais aussi sur les lieux et les saisons de pêche.

Fosse contenant des dents d’hippopotame et un crâne de crocodile, Ali Daba, Djibouti /
Pit containing teeth of hippopotamus and a skull of crocodile, Ali Daba, Djibouti (© J. Lesur).

 

Plus au Sud, dans le Wolayta, je participe également à la fouille et l’étude d’un grand abri sous roche, situé dans les flancs d’un volcan, le site de Mochena Borago. Ce site a d’abord été fouillé entre 1998 et 2001 par l’équipe du programme « Premières Sociétés de Production de la Corne de l’Afrique ». Ces fouilles ont pu montrer que l’abri avait été occupé entre 4 000 ans avant J.-C. et 500 de notre ère par des populations qui taillaient des petits outils en obsidienne, qui chassaient beaucoup de différents animaux, notamment du buffle et qui n’ont commencé à faire de la poterie et à élever les animaux que très tardivement, au début de notre ère.

Depuis 2007, les fouilles ont été reprises par une équipe germano-américaine qui fouille les niveaux plus anciens datés entre 40 000 et 50 000 ans. A cette époque les hommes qui vivaient là chassaient dans un paysage plus aride comme en témoigne notamment la présence des quelques ossements de phacochère mais aussi de Damaliscus hypsodon dont j’ai parlé plus haut.

Os de buffle grignoté par un porc-épic découvert dans l’arbi sous de roche de Mochena Borago / Bone from a buffalo gnawed by a porcupine, found in the rock shelter of Mochena Borago (© J. Lesur)

Enfin, je travaille également dans la plaine du Gobaad à Djibouti où en plus des sites d’Asa Koma et de Wakrita, nous avons découvert beaucoup d’autres sites allant du 4e au 1er millénaire avant notre ère. Parmi ces sites, je peux citer celui d’Ali Daba, datés de 3 800 avant J.-C. et qui a livré des restes d’animaux comme le lion, le crocodile ou l’hippopotame. La présence de ces animaux, qui n’existent plus aujourd’hui dans cette région très aride, montre qu’à cette époque, le climat était plus humide et le paysage beaucoup plus vert.

J. Lesur (EN): As I said before, research programs in which I’m involved concern different regions and periods. In the Lake Ziway area, the main question is the evolution of human occupations at the end of the Pleistocene and the beginning of the Holocene, periods characterized by a great climatic instability and for which we still have very few data. We notice major changes in the animal exploitation with a greater importance of fishing around the 9th millennium BC. The analysis of fish remains is still going and should bring interesting results on the species that were eaten, but also on the places and the seasons of fishing.

More Southernly, in the Wolayta, I am involved into the excavations and study of a large rock shelter, located on the slope of a volcano, the site of Mochena Borago. This site was first excavated between 1998 and 2001 by a French team thanks to the research program « Premières Sociétés de Production de la Corne de l’Afrique ». These excavations have shown that the shelter was occupied between 4000 BC and 500 CE by populations that made very small obsidian tools, that hunted many different animals, especially buffalo and that started to produce pottery and to herd very late, only at the beginning of the 1st millennium CE.

Since 2007, an American and German team has continued the excavations and focuses on older occupations layers dated between 40 000 and 50 000 years ago. During that period, the inhabitants of the site hunted in a more arid landscape as suggest the presence of bones of warthog and Damaliscus hypsodon, the species mentioned earlier.

Finally, I work also in Djibouti, in the plain of Gobaad, where – in addition to the sites of Asa Koma and Wakrita – we have discovered many other sites dated from the 4th to the 1st millennium BC. Among these sites, I can mention the one of Ali Daba, dated around 3800 BC, where were found bones of lions, crocodile and hippopotamus. The presence of these animals that do not exist anymore in the region shows that, at that time, the climate was more humid and the landscape greener.

L’exposition du Musée national, qui se termine sur l’évocation de la domestication des plantes et des animaux, se poursuit à l’étage suivant avec une exposition d’archéologie antique (aksumite). Quel regard les préhistoriens des périodes tardives que vous êtes portent-ils sur la transition avec les périodes dites « historiques » en Éthiopie?

J. Lesur (FR) : Malheureusement, cette transition est encore mal connue. Dans le Nord de l’Éthiopie où se développe les cultures sabéennes et aksumites à partir du 1er millénaire avant J.-C., il n’y a que très peu de sites datant des périodes plus anciennes. Un seul site situé dans la région du Temben a livré quelques restes de bœufs datant du 2e millénaire avant notre ère, qui sont les plus anciens de la région. Mais on ne connaît pas encore les processus par lesquels on passe de ces quelques restes à des sociétés agro-pastorales très développée comme celle d’Aksum.

À l’inverse dans le Sud et l’Est de l’Éthiopie, si nous avons un peu plus de données sur la Préhistoire récente, on connaît très mal les sociétés des premiers millénaires après J.-C. Et là encore, nous ne savons pas quelles ont été les phases de transition qui aboutissent aux cultures actuelles. Nous avons donc encore beaucoup de travail à faire dans cette passionnante région pour découvrir toutes les richesses de son passé.

J. Lesur (EN): Unfortunately, this transition is still poorly known. In the North of Ethiopia where the Sabean and Aksumite cultures developped starting from the 1st millennium BC, there are very few sites dating from older periods. Only one site, located in the Temben region, delivered few remains of cattle dated from the 2nd millennium BC  – remains that are therefore the oldest of the area. However, we still don’t know by which process these people who had few domesticates change into a well developed agro-pastoral society such as the one of Aksum.

Conversely, in the South and the East of Ethiopia, if we have a little bit more data on the Late Prehistory, we know almost nothing on the societies that occupied the area during the last two millennia. And here again, we don’t know the process that led to the modern societies. We have still a lot of work to do in this very rich region to understand all its dense past.

C. Ménard (FR) : Je dirais lointain. Pas parce que ces périodes ne sont pas intéressantes, bien au contraire. Mais les sociétés hiérarchisées qui ont existé dans le nord de la région me semblent totalement déconnectées dans l’espace et le temps des sociétés que j’étudie. Je crois d’ailleurs que c’est une bonne clef d’entrée pour réfléchir à la géographie de l’Éthiopie. Nous considérons des espaces qui n’ont été intégrés à un même État qu’à partir de l’époque contemporaine et qui ont pu avoir des histoires très différentes les unes des autres. Au début de notre ère, des sociétés connaissant l’écriture et la métallurgie fleurissaient aux bords de la mer Rouge alors que des sites tels que Mochena Borago témoignent de la persistance de groupes de chasseurs à l’arc dans les hautes-terres du Sud-ouest. La région est aujourd’hui une formidable mosaïque culturelle et environnementale et cela a certainement été vrai tout au long de son histoire.

Pour les préhistoriens et en particulier les lithiciens, les périodes “historiques” sont également intéressantes du fait de la persistance tardive, parfois jusqu’à nos jours dans certaines régions d’Éthiopie, de l’usage de la pierre taillée, ce qui est très rare à l’échelle de l’humanité. Au cours des dernières décennies, les ethnoarchéologues ont pu décrire des outils lithiques en fonctionnement (notamment des grattoirs utilisés dans le traitement des peaux). Ces données actualistes sont très précieuses car elles permettent de tester et d’affiner nos grilles d’analyse de mobilier archéologique. Et de mettre en évidence les écueils qui peuvent exister !

C. Ménard (EN): I would say far off. Not because they are not interesting but the complex societies that existed in the Northern part of the region were completely separated in space and time from the ones I am studying. I actually believe it is something to keep in mind when we think about the geography of Ethiopia: we deal with spaces that could have had very different historical trajectories before being integrated to a single nation only very recently. At the beginning of the Common Era, when societies with knowledge of writing and metalworking were flourishing along the Red Sea coasts, sites such as Mochena Borago reveal that groups of hunters with bows and arrows were still existing in the Southwestern highlands. Nowadays, the region is an amazing cultural and environmental mosaic and this was very likely the case throughout its history.

For the prehistorian and particularly for the specialist of lithics, those “historic” periods are also very interesting because in some parts of Ethiopia stone tools remained in use very late, sometimes up to nowadays, which is very rare worldwide. During the last decades, ethnoarchaeologists were able to describe stone tools while they were being used (notably scrapers used for hide working). These actualistic data are very valuable for testing and refining our analytical framework of archaeological remains, and identifying pitfalls!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *