CFP: Making Heritage in Ethiopia / Faire le patrimoine en Ethiopie

APPEL A CONTRIBUTIONS / CALL FOR PAPERS

Les Annales d’Éthiopie, la revue scientifique du CFEE, lance un appel à contributions pour son numéro 31 (année 2016), sur le thème « Faire le patrimoine éthiopien ». Plus de détails ci-dessous.

Annales d’Éthiopie, the academic journal of CFEE, launches a call for papers for its issue 31 (2016). Topic: « Making heritage in Ethiopia ». Read more below.

[Version française ci-après.]

Call for papers: Annales d’Éthiopie, vol. 31 (2016)Special issue « Making heritage in Ethiopia »

Heritage is an important aspect of contemporary Ethiopia. Material or “intangible”, it is part of development policies, and it is deeply linked with the will to increase the Ethiopian touristic potential. It is now a repeated key concept when dealing with environmental conservation issues, with concerns regarding the management of paleontological or archaeological sites, and with the preservation, revival or enhancement of popular and especially rural cultures. Public, private, local, regional or national heritage-related projects often imply different actors and institutions at various scales, from small communities and administrations to international organizations. They have an impact on the relations between people and their environment, especially when the space (productive, sacred or filled by people with any particular meaning) is supplemented by a natural or landscape “remarkable” dimension. They change the relations with the cultural legacy and the cultural practices themselves. Thus they create networks of power and influence which spread different representations of spaces and cultural facts. Heritage is therefore a particularly relevant entry to analyze the social, political and economic dynamics which have built and are still building the Ethiopian cultural, social and political landscape. The aim of this special issue of Annales d’Éthiopie is to study these dynamics in a multidisciplinary perspective, and to foster empirical data collection and critical analysis.

There is a strong need to document the diffusion in time and space of the “heritage” notion in Ethiopia. Heritage is an imported concept that has been re-appropriated and often superimposed to preexisting practices of selective conservation and valorization of the traces of the past, or flora and fauna. These practices have been little studied up to now. Attention should be drawn on the actors and the institutions that have initiated and administrated the Ethiopian heritage in a context of political independence, through the 20th and 21th centuries. Their practices as well as the representations they produced and spread in Ethiopia and outside of the country have to be carefully studied since they have shaped are still framing the Ethiopian heritage policies. Contributions dealing with the relations between heritage-making and political dynamics, from the initial process of Ethiopian nation-building to the construction of the ethno-federal Ethiopian republic, are particularly welcome. In the contemporary context, the emergence of claims based on the enhancement of “local heritage” appears particularly interesting.

Natural or cultural conservation policies must not be analyzed without a careful attention to the daily experience of people who live in or with it. The conflicts or negotiations that could occur in heritage-transformed places, for example, tell us a lot about the contemporary Ethiopian society: relations between social classes, between the State, its regions and the citizens, and between the city and the rural areas. The development of tourism and the international recognition related to heritage – for example through the Unesco world heritage lists – give Ethiopians reflected and modified representations of themselves. The spread of these representations and their use in the country sometimes confront local memory. It raises the question of the relations between Ethiopian development policies and memory – including material and intangible traces of the past. Another interesting aspect is the slow development of a sense of heritage, especially among the intellectuals, who draw the attention to disappearing aspects of Ethiopian past or “traditions” that have been poorly considered by administrations until now (such as the old urban buildings and landscapes). This new phenomenon has to be analyzed, since it may (or not) prefigure future reorientations of Ethiopian heritage policies.

Papers discussing the following topics with a historical, social, political, spatial and/or comparative approach are welcome:

  • Vernacular and institutional practices of conservation
  • Analysis of the trajectories, practices, and networks of the actors of the Ethiopian heritage.
  • Heritage and identity, nation/nations-building
  • Institutional heritage, development and memory
  • Changes in configuration and/or hybridizations of practices and representations related to heritage

Deadline for abstract submission: October 19th 2015 (1000 characters, English or French)

Acceptance will be notified to authors in the beginning of November 2015.

Deadline for full article submission: February 1st 2016 (max. 50 000 characters, English or French)

Please send your abstracts by email to the following address: secretariat.scientifique@cfee.cnrs.fr

Editors for the special issue: Guillaume Blanc, Marie Bridonneau and Thomas Guindeuil

Annales d’Éthiopie is a multidisciplinary academic peer-reviewed journal with an international scientific committee, published by the French Centre for Ethiopian Studies (CFEE) and De Boccard, with the support of the French National Centre for Scientific Research (CNRS), and under the patronage of the Ethiopian Authority for Research and Conservation and the Cultural Heritage and of the French Ministry of Foreign Affairs. It covers all scientific fields, from the natural sciences (paleontology and earth sciences) to the humanities and social sciences and publishes articles on Ethiopia and the Horn of Africa. Submissions, in English or in French, are anonymously evaluated by two external referees. Articles published in French are accompanied by an English short version. The journal, launched in 1955, is currently engaged in the creation of a systematic online archiving system, available for consultation one year after the publication of paper copies.

Download the call:

AE31 – Call for Paper – Appel à contributions


 

 

Appel à contributions: Annales d’Éthiopie, vol. 31 (2016) – Dossier thématique « Faire le patrimoine en Éthiopie »

Le patrimoine est une dimension importante de l’Éthiopie contemporaine. Matériel ou « immatériel », le patrimoine est partie prenante des politiques de développement, et intimement lié à la question du potentiel touristique de l’Éthiopie. La notion de patrimoine s’étend désormais aux problématiques de conservation environnementale, à la mise en valeur des sites paléontologiques et archéologiques ou encore à la mise en scène et à la préservation des cultures populaires et d’abord rurales. Publics ou privés, de portée locale, régionale ou nationale, les projets patrimoniaux articulent le plus souvent différentes échelles d’acteurs et d’institutions, des petites communautés ou administrations locales aux organisations internationales. Ils transforment le rapport des populations avec leur environnement, lorsque l’espace productif, sacré ou rempli d’une signification particulière s’enrichit d’une dimension naturelle ou paysagère « remarquable » ; ils modifient les relations à l’héritage culturel jusqu’aux pratiques culturelles elles-mêmes. Ils engendrent aussi une complexification des relations de pouvoir, et notamment des rapports État-société. Ils aboutissent ainsi à la multiplication de réseaux de pouvoir et d’influence, véhiculant chacun différentes représentations des espaces et des faits culturels. En cela, le patrimoine est un point d’entrée particulièrement efficace pour saisir les dynamiques politiques, sociales et économiques qui ont construit et continuent de construire le paysage culturel, social et politique éthiopien. L’objectif de ce dossier des Annales d’Éthiopie est de proposer une approche critique et multidisciplinaire de ces dynamiques.

Il s’agit d’abord de documenter dans le temps et dans l’espace la notion de patrimoine en Éthiopie, un concept importé mais qui s’est greffé sur un ensemble de pratiques préexistantes de conservation sélective et de valorisation des traces du passé ou de la flore et de la faune, qui restent peu étudiées. L’attention devra ensuite se porter sur les acteurs et les institutions qui ont initié et administré le patrimoine dans un contexte d’indépendance politique au cours des xxe et xxie siècles, sur leurs modes d’action et sur le discours qu’ils ont produit à destination de l’Éthiopie et du reste du monde. Le dossier devra également traiter du lien entre patrimoine et dynamiques politiques, que celles-ci soit afférentes à la construction de l’État-nation éthiopien ou de la République « ethno-fédérale » contemporaine. Dans ce cadre, l’émergence de revendications construites autour de la valorisation du « patrimoine local » apparaît particulièrement intéressante.

Il s’agit enfin d’étudier la construction du patrimoine éthiopien dans une perspective sociale. Les modalités pratiques de la conservation du patrimoine naturel ou culturel en Éthiopie devront être interrogées dans leur rapport aux populations et à leurs modes de vie, et dans ce qu’elles révèlent des non-dits de la société éthiopienne contemporaine : rapports entre les élites et les différentes classes sociales, entre l’État, ses régions et les populations administrées, entre la ville et la campagne, etc. Le développement du tourisme, le rayonnement international lié à la valorisation du patrimoine – par exemple à travers les listes du patrimoine mondial de l’Unesco – renvoient à l’Éthiopie des images remodelées d’elle-même. La circulation de ces représentations et leur éventuelle instrumentalisation dans le pays devra également être interrogée, ainsi que les conflits qu’elles suscitent parfois avec la mémoire locale. Quelle est la place de cette mémoire – et donc des traces tangibles ou intangibles du passé – dans les politiques de développement de l’État éthiopien ? Dans ce cadre, l’émergence, peut-être encore marginale, d’un sentiment patrimonial porté le plus souvent par les élites intellectuelles du pays se saisissant d’objets qui avaient jusqu’ici peu intéressés les administrations éthiopiennes (comme dernièrement le bâti urbain ancien), devra faire l’objet d’une attention particulière, en ce qu’il préfigure peut-être certaines réorientations futures des politiques patrimoniales éthiopiennes.

Seront particulièrement prises en compte les propositions d’articles discutant les problématiques suivantes dans une perspective diachronique, sociale, politique, spatiale et/ou comparative :

  • Pratiques vernaculaires et institutionnelles de conservation
  • Analyses du parcours, des pratiques et des réseaux des acteurs du patrimoine éthiopien
  • Patrimoine et construction des identités, de la nation et/ou des nations
  • Patrimoine institutionnel, développement et mémoire
  • Reconfigurations/hybridations des pratiques et des représentations liées au patrimoine

Date limite de soumission des résumés : 19 octobre 2015 (environ 1 000 signes, anglais ou français)

L’acceptation sera notifiée aux auteurs début novembre 2015.

Date limite de soumission des articles : 1er février 2016 (maximum 50 000 signes, anglais ou français)

Pour soumettre votre résumé : secretariat.scientifique@cfee.cnrs.fr

Direction scientifique du numéro : Guillaume Blanc, Marie Bridonneau et Thomas Guindeuil

Les Annales d’Éthiopie sont une revue pluridisciplinaire à comité de lecture international, publiée par le Centre français des études éthiopiennes (CFEE) et De Boccard avec le soutien du Centre national de la recherche scientifique, sous le patronage de l’Autorité éthiopienne pour la Recherche et la Conservation du Patrimoine Culturel et du Ministère français des Affaires étrangères et du Développement international. Elle couvre tous les champs d’étude, des sciences naturelles (paléontologie et sciences de la terre) aux sciences humaines et sociales, ayant pour objet l’Éthiopie et la Corne de l’Afrique. Les articles, proposés en anglais ou en français, sont anonymement soumis à l’évaluation de deux rapporteurs extérieurs. Les articles publiés en français sont accompagnés d’une short version en anglais. La revue est actuellement engagée dans la mise en place d’un archivage en ligne systématique, consultable gratuitement un an après la parution des volumes papiers.

Téléchargez l’appel :

AE31 – Call for Paper – Appel à contributions

Illustration: © Girma Fisseha (collection privée)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *