Un atelier sur l’excision en Éthiopie / A workshop on excision in Ethiopia

ATELIER / WORKSHOP

Stratégies et outils de lutte contre l’excision en Afrique : regards croisés / Strategies and tools used against female genital mutilation in Africa: an overview

par / by Margaux Herman & Anne-Marie Moulin

A l’occasion de la Journée internationale des femmes, l’Ambassade de France en Éthiopie et le CFEE ont organisé, le 7 mars 2015, à l’Alliance éthio-française d’Addis-Abeba, un atelier autour d’Anne-Marie Moulin, médecin et agrégée de philosophie, directrice de recherche émérite au CNRS, historienne de la médecine, en particulier dans le monde musulman, auteure de nombreux ouvrages dont Le labyrinthe du corps. Islam et révolutions scientifiques (2013) et Science and Empires (1992, en collaboration). L’atelier était coordonné par l’historienne Margaux Herman (CFEE) dans le cadre du programme de recherche « Femmes et genre dans la Corne de l’Afrique » qu’elle anime au CFEE.

The Embassy of France to Ethiopia and CFEE have taken the opportunity of the International women’s day to organize a workshop on March 7th 2015 at Alliance éthio-française of Addis Ababa with Anne-Marie Moulin. A.-M. Moulin is a French doctor (specialized in tropical medicine) and a philosopher. As research director at CNRS, she has significantly contributed to the history of medicine, especially in the Muslim world. She is the author of numerous influential books such as Le labyrinthe du corps. Islam et révolutions scientifiques (2013) and, Sciences and Empires (1992, in association). The workshop has been coordinated by Margaux Herman, historian (CFEE) in the framework of the research program « Women and gender in the Horn of Africa » she facilitates at the CFEE.

Stratégies et outils de lutte contre l’excision en Afrique : regards croisés / Strategies and tools used against female genital mutilation in Africa: an overview

La question des mutilations génitales féminines est à l’ordre du jour en Éthiopie. Les autorités éthiopiennes appuient les initiatives visant à lutter contre ces pratiques. Elles ont adopté une loi les interdisant en 2004, même si l’application en a été tardive. Le gouvernement éthiopien s’est fixé comme objectif leur éradication avant 2025. Grâce à la mobilisation nationale et internationale, la pratique a reculé dans le pays, mais avec une forte disparité entre les régions et parfois au sein même de ces régions. Malgré une baisse globale de ces pratiques, on constate néanmoins aujourd’hui une recrudescence dans certaines régions. Réunis autour d’Anne-Marie Moulin et de Margaux Herman, cinq personnalités engagées dans la lutte contre les mutilations génitales féminines sur le continent africain ont évoqué les actions menées, discuté l’efficacité et les progrès de ces actions, et aussi les reculs et les obstacles persistants. Elles ont également repéré les méthodologies innovantes méritant d’être répliquées. Chaque intervenant était invité à apporter un éclairage fondé sur une expérience militante et/ou de recherche.

The issue of Female Genital Mutilation or Cutting (FGM/C) is of significant importance in Ethiopia. The government of Ethiopia has shown its commitment towards ending FGM/C. Though in 2004 the government officially banned FGM/C, the application of the new legislative framework started later. The government committed itself in ending FGM/C by 2025. Thanks to national and international mobilization and support, FGM has significantly decreased over the past few years, with strong variation between regions and within regions. If the overall prevalence decreased, one can observe in some regions an outbreak of FGM/C. Together with Anne-Marie Moulin and Margaux Herman, 5 researchers and experts engaged against FGM/C in Africa were invited. The aim of the workshop was to share points of view on the efficiency of programs against FGM/C based on their evaluation, practices, innovative approaches, progresses and remaining obstacles and challenges. Each expert brought her perspective, in regard to her experiences as militant and/or researcher.

Les participantes étaient : Barkahoum Ferhati, directrice de recherche au Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques, Alger ; Bogaletch Gebre, fondatrice et directrice de l’association Kembatti Mentti Gezzimma (KMG), Addis-Abeba ; Aïcha Dabele, association Femmes Solidaires, Paris ; Marie-Hélène Boko-Meaux, coordinatrice générale en Éthiopie de Médecins du monde (MDM) ; Emmanuelle Labeau, réalisatrice du documentaire Kimbidalé (2015) sur l’action de Femmes solidaires et des activistes afar.

Speakers were : Barkahoum Ferhati, senior research fellow at the Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques, Algiers ; Bogaletch Gebre, founder and director of Kembatti Mentti Gezzimma (KMG), Addis Ababa ; Aïcha Dabele, from the association Femmes solidaires, Paris ; Marie-Hélène Boko-Meaux, general coordinator of Médecins du monde (MDM) in Ethiopia ; Emmanuelle Labeau, director of the documentary film Kimbidalé (2015) on the action of Femmes solidaires and Afar activists.

Dans son introduction, Anne-Marie Moulin a replacé les mutilations génitales féminines sur la carte du monde, en insistant sur la grande variété des pratiques, puis dans leur historicité en Europe. Au XIXe siècle, l’excision était considérée par les médecins comme un « remède » contre la masturbation et un frein à l’hystérie, l’opération étant pratiquée dans certains cas jugés pathologiques. L’excision est définitivement rejetée par la médecine au début des années 1970 du fait de ses conséquences néfastes sur les plans tant physiologique que psychologique. Comme l’a rappelé Margaux Herman, la pratique s’observe en Éthiopie aussi bien chez les chrétiens que chez les musulman. Elle remonte à une période très ancienne (voir Marie-Laure Derat, 2010).

In her introduction, Anne-Marie Moulin exposed the cartography of FGM/C, stressing the diversity of practices worldwide, and the history of FGM/C in Europe. During the 19th century, excision was considered by medical doctors as a remedy for masturbation and hystery, and sometimes practised in so-called pathological cases. Excision has been definitely abandoned by medicine at the beginning of the 1970’s, considering its harmful physiological and psychological consequences. The World Health Organisation condemned FGM/C in 1994 only. Margaux Herman noted that this practice has been known in Ethiopia in both Christian and Muslim communities since very ancient times (see Marie-Laure Derat, 2010).

Les approches médicales / Medical approaches

La première table ronde était consacrée aux approches médicales, les conséquences sanitaires étant l’une des priorités des activistes. Les médecins ont décrit les conséquences pathologiques de l’excision et se sont engagés sur le terrain. Mais leur intervention a pris des formes diverses : dans certains pays, les médecins ont tout simplement hygiénisé la pratique en la prenant en charge eux-mêmes, avec anesthésie et matériel stérile. Le risque existe alors (en Indonésie par exemple), que les médecins, opérant sous anesthésie, se livrent à une ablation plus étendue du tissu érectile que les exciseuses peu versées en anatomie (ce point a été discuté par la salle : les exciseuses connaissent très bien les détails de l’anatomie et peuvent agir aussi de façon radicale). Une excision symbolique minimale a été aussi proposée, pour satisfaire à la coutume sans causer de dégâts.

The first round-table was dedicated to medical approaches, medical issues being the main concern of activists. Medical doctors described pathological consequences of excision and engaged themselves on the field. Their action took different forms: in some countries, doctors simply hygienized mutilations by doing it themselves under anaesthetic and with sterile equipment. The risk is that, under anaesthetic, doctors can cut a larger part of the erectile tissue than excisors, who know less about anatomy (this point has been discussed by the audience: excisors can know a lot about anatomy and operate quite radically on women). A symbolic and minimal excision has been suggested, meeting tradition without being harmful.

Anne-Marie Moulin a présenté les pratiques médicales ayant cours en Europe, et en particulier la chirurgie réparatrice. En Éthiopie, Marie-Hélène Boko-Meaux a présenté le nouveau programme qu’elle dirige, dédié à la dés-infibulation des femmes enceintes dans la région Afar, zone 5.

Anne-Marie Moulin discussed contemporary medical practices in Europe regarding FGM/C, and especially reconstructive surgery. In Ethiopia, Marie-Hélène Boko-Meaux presented a new program that she coordinates, dedicated to « de-infibulation » of pregnant women in Afar region, zone 5.

Approches sociales / Social approaches

La seconde table ronde était dédiée aux approches sociales des mutilations génitales féminines. Les ethnologues ont détaillé les fonctions sociales des rituels d’excision, différentes selon les contextes, mais qui ont en commun de coexister toujours avec la circoncision masculine : il n’y a pas d’excision sans circoncision masculine, alors que l’inverse n’est pas vrai. Les rituels peuvent être collectifs, dans le but de souder une classe d’âge au cours de cérémonies d’initiation, où sont transmises des connaissances les préparant à leurs responsabilités d’adultes (parallélisme et différenciation forte des filles et des garçons). Cette pratique a reçu des interprétations diverses et pas nécessairement contradictoires: accentuation de la différence des sexes, et élimination des vestiges embryonnaires du sexe opposé ; ancrage de la domination masculine et répression du plaisir et du désir chez les femmes. L’excision peut aussi être pratiquée de façon individuelle, à la demande, à un âge variable, comme au Yémen ou en Indonésie. C’est le cas de plus en plus souvent dans les villes, et aussi à l’étranger dans les diasporas. Des ouvrages très médiatisés ont dénoncé les pratiques d’excision, comme celui de l’égyptienne Nawal Sa’dawi, Eve’s Hidden Face en 1980 et l’autobiographie de la jeune mannequin somalienne Waris Dirie, Fleur du Désert, en 2000. L’opposition à une modernité vécue comme imposée de l’extérieur par les étrangers, explique ces dernières années la recrudescence ou même l’adoption de la pratique dans des milieux qui l’ignoraient jusqu’à présent (Soudan du Sud, Kurdistan).

The second round-table was dedicated to social approach to FGM/C. Ethnologists have detailed the social functions of excision rituals, which depend on contexts, but are always associated with masculine circumcision: there is no excision without masculine circumcision, whereas the opposite is not true. Rituals can be collective, and dedicated to unite age groups during initiation ceremonies, when knowledge regarding adult responsibilities is transmitted (parallelism and strong differentiation between girls and boys). This practice have been interpreted in various ways, not necessarily contradictory: reinforcement of sexual differences and elimination of embryonic remains of the opposite sex ; reinforcement of the masculine domination by crushing women pleasure and desire.  Excision can be practiced individually as well, on request, at various ages, in countries such as Yemen or Indonesia. It is more and more usual in cities as well as in foreign countries, in the diasporas. Well broadcasted books condemned excision such as Eve’s Hidden Face (1980), from Egyptian author Nawal Sa’dawi, or the autobiography of the young Somalian model Waris Dirie, Fleur du désert (2000). Lately, conflict with modernity considered as imposed from outside by foreigners explains the increase or the adoption of this practice in places where it was initially absent (South Sudan, Kurdistan).

Dans le cadre de la table-ronde, Barkahoum Ferhati a pointé le cas du Soudan, où les autorités coloniales et des mouvements sociaux ont soutenu une législation condamnant les mutilations génitales féminines dès 1946. La législation de nombreux pays africains condamne aujourd’hui les mutilations génitales féminines. Proche de l’Éthiopie, c’est le cas de la Somalie depuis 1978 et de Djibouti depuis 1995. B. Ferhati a également souligné le cas de l’Algérie, où la pratique a été remplacée par un rituel dépourvu de mutilation.

During the round-table, Barkahoum Ferhati discussed the Sudanese case, where the colonial authorities together with social movements have supported a legislation preventing FGM/C starting since 1946. The laws of numerous African countries now condemn FGM/C. Close to Ethiopia, it is the case in Somalia since 1978 and Djibouti since 1995. B. Ferhati discussed as well the Algerian case where a social ritual without mutilation have replaced FGM/C.

Les responsables religieux peuvent également intervenir pour assurer les communautés que la religion ne prescrit pas formellement ces pratiques, qui résultent plutôt d’anciennes traditions maintenues au cours des siècles. Des dignitaires religieux se sont effectivement exprimés dans l’Islam et dans les églises chrétiennes comme en Éthiopie. Le débat peut aussi être largement ouvert en direction des médias, mais encore faut-il trouver trouver les mots justes pour en parler et les interlocuteurs charismatiques pour faire passer les messages. Reste le plus important, en cette Journée internationale des femmes : les initiatives prises par la société civile, au premier plan, les associations de femmes. L’excision est en effet massivement une violence pratiquée par des femmes sur des femmes. Les associations de femmes ont donc un rôle prépondérant dans ce contexte. Le travail des associations est crucial : il a pu conduire, comme au Mali ou au Sénégal, à des résolutions collectives d’abandon de la pratique, au cours de véritables cérémonies d’anti-excision, avec engagements solennels des mères et des jeunes filles. En Éthiopie, Bogaletch Gebre a mis en avant ses méthodes et ses stratégies de lutte contre les mutilations génitales féminines, expérimentées dans le Kambata. Elle a témoigné du besoin d’engager toutes les personnes impliquées à différents niveaux (local, régional, national, les médias, les communautés, les représentants religieux, les familles, les femmes et bien sûr les hommes). Dans la région Afar, Aïcha Dabele, a montré comment il avait été possible de faire reculer les mutilations en impliquant les femmes exciseuses, les représentants religieux, les femmes comme les hommes. L’association Femmes solidaires marraine des femmes afar activistes en appuyant leur volonté d’émancipation. Enfin, Emmanuelle Labeau a introduit son film Kimbidalé (2015). Un débat avec le public a suivi cette projection.

Religious leaders in Islam or in Christian churches can intervene to make sure that religion does not recommend formally these practices, which result from ancient tradition maintained through centuries. This occurs for instance in Ethiopia. Debate can be opened in the media, but it is necessary to find the right words and charismatic spokesperson. The more important, in this International Women Day, are initiatives coming from the civil society, and most of all women associations. Excision is first a violence commited by women against women. Women associations have then a leading role in this context. In Mali or Senegal, their action succeeded in setting collective resolutions against this practice, during « anti-excision » ceremonies, with solemn engagements from mothers and their young daughters. In Ethiopia, Bogaletch Gebre put forward the methods and strategies against FGM/C of her association, Kembatti Mentti Gezzimma (KMG), experienced in Southern Ethiopia, showing the need to involve all stakeholders at multiple levels (local, regional, national, the media, communities, religious leaders, families, women as well as men). In Afar region, Aïcha Dabele shown the possibility of fighting FGM/C involving traditional cutters, religious leaders, women as well as men. The association Femmes solidaires supports Afar activist women in their willingness to emancipate. Finally, Emmanuelle Labeau introduced her film Kimbidalé (2015). A public debate followed the screening.

L’atelier a passé en revue des stratégies multiples : légales, sociales (réemploi des exciseuses comme aide-soignantes, accoucheuses ou chargées de l’état-civil), économiques, éducatives, impliquant les autorités religieuses. Ces stratégies peuvent être mises en place dans des programmes sur la santé maternelle et infantile, des programmes de développement du pays et des régions.  Il apparaît important d’agir dans plusieurs domaines à la fois.

The workshop gave an overview of various strategies: legal, social (conversion of excisors into nursing auxiliaries, midwifes or civil officials), economic, educational, involving religious leaders. These strategies have been experienced in maternal and child health programs, in development programs concerning countries or regions. Action is required in different domains simultaneously.

Photo : extrait de/from Kimbidalé, Emmanuelle Labeau.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *