CFP: Migrations et exils dans la Corne / Migration and exile in the Horn

APPEL A COMMUNICATIONS / CALL FOR PAPERS

Conférence internationale, Khartoum, du 16 au 18 novembre 2015 / International conference, Khartoum, November 16-18th 2015

Cette conférence co-organisée par le CEDEJ de Khartoum et le CFEE d’Addis-Abeba, avec le soutien de l’Institut français (Paris), vise à faire un état des lieux de la recherche en sciences sociales sur les migrations de la Corne de l’Afrique à partir des travaux récents menés à la fois dans les régions d’origine, les régions de transit et celles de destination des migrants et des réfugiés.

CEDEJ (French Research Centre for Social Sciences) in Khartoum and CFEE (French Centre for Ethiopian Studies) in Addis Ababa invite interested participants to a scientific conference supported by the Institut français (Paris). The conference aims to create an overview of the current state of research on migrations in the Horn of Africa. It will focus on the recent fieldwork conducted in the migrants’ and exilees’ areas of origins, transit and destination.

[English version below]

Avec la recrudescence des naufrages provoquant la mort de milliers de migrants éthiopiens, érythréens, somaliens et djiboutiens à proximité des rivages de l’Europe du Sud ces dernières années, particulièrement en 2015, les médias et les responsables politiques ont porté leur attention sur des zones jusque-là considérées comme marginales voire extérieurs aux champs migratoires européens. Les formes de mobilités à l’œuvre dans la Corne de l’Afrique sont multiples et anciennes. Ces drames auxquels l’Union européenne est confrontée, comme à Lampedusa en octobre 2013 ou aux larges des côtes libyennes en avril 2015, constituent la face la plus dramatique de dynamiques migratoires complexes.

La mobilité fait partie des dynamiques sociopolitiques et économiques qui dessinent la trajectoire de la sous-région. Depuis longtemps, les chercheurs français, européens et africains ont été attentifs aux différentes échelles d’analyse des flux migratoires, à leur interdépendance. La conférence réunira les expertises de chercheurs attachés à une connaissance empirique fine de ces terrains difficiles, de manière à proposer un panorama interdisciplinaire de la recherche en sciences sociales sur les migrations de la Corne de l’Afrique.

Les migrations internes et intra-régionales, conjuguées à l’augmentation massive du nombre des déplacés internes dans la sous-région (Somalie, Éthiopie, Soudan), invitent à prêter une attention particulière aux types de mobilité et à leurs effets, en termes de (re)structuration des relations socio-économiques et politiques aux échelles régionales, mais aussi nationales. On pense en particulier à la relation entre le pastoralisme et les migrations intérieures générées par les déséquilibres de développement économique, l’urbanisation, et la modification des modes de vie, et ce dans un contexte de très forte instabilité politique, économique voire environnementale.

Les échelles locales de la mobilité intérieure (qu’elle soit « volontaire » ou « forcée ») ne sauraient être isolées des dynamiques transfrontalières, dont elles font partie. L’observation des flux de migrants, de réfugiés et de déplacés aux frontières somalo-kényane, érythréo-éthiopienne, soudano-ougandaise, tchado-soudanaise, égypto-soudanaise etc., ainsi qu’à travers la mer Rouge, ont montré que les trajectoires de réfugiés et de migrants formaient souvent une succession d’étapes et d’itinéraires, d’allers-retours, de migrations pendulaires. Migrations saisonnière et déplacements de populations chassées par la violence, les conflits ou la sécheresse, se mêlent aux mouvements de migrations régionaux vers des espaces ou des pays tiers jugés plus sûrs ou plus amènes pour y réaliser un projet migratoire de vie ou de survie.

Ces migrations locales, transfrontalières à l’échelle de la Corne de l’Afrique, sont liées à d’autres champs migratoires plus vastes, qui participent de la mobilité internationale dans un contexte à la fois particulièrement instable et contraignant : instable du fait des conflits en cours, et contraignant du fait des systèmes politiques autoritaires, ou encore des organisations internationales qui se substituent parfois à des États jugés fragiles.

La Corne de l’Afrique est en effet une région frontière à plus d’un titre, qui relie entre eux des champs migratoires extrêmement hétérogènes :
- les migrations intra-régionales essentiellement liées aux conflits mais aussi aux catastrophes économiques et climatiques ;
- les migrations vers les pays du Golfe producteurs de pétrole ;
- les migrations vers les pays européens, et Israël, via l’Égypte et la Libye.

C’est bien entendu ce dernier champ migratoire qui fait l’objet de l’attention des observateurs de l’Union européenne mais aussi des grandes organisations internationales. La prise de conscience tardive du lien entre les drames du déplacement liés aux conflits et à la violence et les projets migratoires des migrants et des exilés ne conduit qu’à reconsidérer à la marge la politique de financement de programmes d’aide humanitaires et de développement dans la région. Alors que les ressources de l’aide internationale se tarissent et que les politiques des pays de l’OCDE en matière d’immigration et d’exil sont de plus en plus hostiles aux flux de migrants venus de la Corne, il semble important de réévaluer les conditions des migrations, les enjeux qu’elles soulèvent aux plans éthique, politique mais aussi économique. On a pu ainsi souligner l’apport de la diaspora somalienne en Grande-Bretagne – une diaspora d’exilés -, de la diaspora soudanaise en Grande-Bretagne ou en Égypte ou de la diaspora érythréenne en Suède ou aux États-Unis, pour la survie économique du pays d’origine mais aussi pour la survie des communautés de migrants dispersées entre ville du Sud et camps de réfugiés.

En s’éloignant des études qui interrogent classiquement les raisons du départ, cette conférence vise davantage à faire le point sur le « comment » de la mobilité, et à souligner les dynamiques des migrations dans la sous-région de la Corne de l’Afrique.

Plusieurs thèmes retiennent particulièrement notre attention :
- Quelles sont les connexions et interdépendances des différentes échelles de mobilité ? Cette perspective invite à ne pas séparer analytiquement migrations internes et internationales, et à considérer plutôt les lieux de départ, de transit et d’arrivée de la migration, l’exil et le départ, mais aussi les circulations et les migrations de retour ;
- Quelles sont les évolutions récentes de ces migrations ? Comment affectent-elles, à différentes échelles, les conjonctures économiques et politiques des pays de départ, de transit et d’arrivée de la migration ?
- Quels sont les différents réseaux, entrepreneurs, passeurs qui facilitent, orientent, et bénéficient de ces processus migratoires ? Quel rôle jouent les nouvelles technologies de communication dans les stratégies, et trajectoires migratoires ?
- Quelles sont les modalités institutionnelles, économiques, politiques et sociales qui encadrent et accompagnent l’expérience migratoire dans les espaces de départ, de transit et de destination ? Sont-elles hétérogènes ? Dans quelle mesure sont-elles connectées ?
- De quelles manière l’expérience migratoire agit et transforme l’identité, le statut et les relations sociales du (de la) migrant(e) et des groupes de migrants ?
- En quoi les approches interdisciplinaires peuvent contribuer à approfondir la compréhension des processus migratoires ?
Les communications s’inscrivant dans ces différentes thématiques et abordant les dimensions générationnelle et genrée des processus migratoires seront privilégiées.

Les résumés (400 mots maximum) sont à renvoyer accompagnés d’une courte bibliographie avant le 23 mai 2015 à : alicefranck@yahoo.fr et direction@cfee.cnrs.fr.

Les résumés devront également indiquer si votre institution pourra constituer un partenaire de l’événement en assurant la prise en charge de vos frais de déplacement, ou si au contraire vous sollicitez l’appui financier des organisateurs du colloque pour votre participation. Nos moyens restant limités, nous ne pourrons financer qu’un nombre restreint de déplacements.

Comité scientifique
- Katarzyna Grabska (IHEID, CEDEJ Khartoum)
- Hélène Thiollet (CNRS, Science Po)
- Alice Franck (CEDEJ Khartoum)
- David Ambrosetti (CFEE)

[English version]

Mobility is a major socio-political and economic dynamic in the history of this region. African and European researchers have, for a long time, been examining the different scales and dynamics of migratory flows. Empirical approaches will be emphasized during the conference in order to provide an overview of the existing social science research on migration within the Horn of Africa.

Increasing internal migration combined with a growing number of displaced people in the sub-region (especially Somalia, Ethiopia, and Sudan) have caught the media attention, as the number of deathly shipwrecks in the Mediterranean sea involving migrants from the Horn region has skyrocketed in the recent years, particularly since the beginning of 2015.

This trend calls for a more attentive analysis of the various types of mobility and of the diverse impacts of such migrations. Such approach brings to examine how the diverse ramifications of migration are restructuring political and socio-economic relations at regional as well as national levels. The link between pastoralism and internal migrations is of great significance in this respect. More broadly, migration needs to be linked with regional developmental and economic disparities, transformations in livelihoods, and urbanization in a context of political, economic as well as environmental instability.

Local levels of internal mobility (whether “voluntary” or “forced”) cannot be isolated from trans-border dynamics. The explorations of migratory flows, including those of refugees and displaced persons across borders in the region (Somalia-Kenya, Eritrea-Ethiopia, South Sudan-Uganda, Sudan-Chad, Egypt-Soudan, etc.) as well as across the Red Sea, have demonstrated that refugee and migrant trajectories constitute a series of stages and routes of goings and comings, including commuter trajectories. Seasonal migrations and forced displacements caused by violence, conflicts and drought stand side by side with regional migrations towards countries which are perceived as being safer and better equipped to offer opportunities for a new life, or at least for survival.
These cross-border local migrations are linked to broader migration processes, which are a part of international mobility within a particularly unstable and challenging context. These aforementioned elements are due to protracted and contemporary conflicts. They are also embedded in authoritarian political systems, and affected by the policies deployed by international organizations in order to alleviate the lack of state regulations where states are supposed to be too fragile.

The Horn of Africa constitutes a frontier-region from more than one vantage point since it encompasses several heterogeneous migratory flows :
 – Intra-regional migrations primarily linked with conflicts but also with economic and climatic catastrophes ;
- Migrations to the oil-producing Gulf countries,
- Migrations to European countries and Israel, via Egypt or Libya.
Evidently, it is the migratory flow to European countries that is of special focus to the European Union as well as the major international organizations. While the international aid resources diminish and the immigration and asylum policies in European countries become more and more hostile towards those migrants arriving from the Horn of Africa, it seems pertinent to reevaluate the conditions that favour migrations in/from the region.
Funding policy related to humanitarian aid and development projects in the region is to be scrutinized, as well as the contribution of the diasporas (like the Somali and Sudanese diasporas in Great Britain, the Sudanese diaspora in Egypt, or the Eritrean Diaspora in Sweden and in the United States) to the economic viability of the country of origin or even to the very survival of the migrant communities scattered between African cities and refugee camps.

In this conference, we intend to distance ourselves from the studies that focus mainly on the causes of departure (the ‘why’ question), as a way to underscore instead the dynamics and conditions of mobility (the ‘how’ question).

We invite papers that elaborate the following themes, among others :
- What are the connections between the different scales of migration ? To what extent are they interdependent ? In this way, we avoid dualistic classifications which separate internal and international migrations, and rather favour the analysis of places of departure, transit and arrival, experiences of exile as well as circular and return migration.
- What are the recent developments of these migrations ? How do they affect, at different scales, the political and economic situation of the countries of origin, transit and destination ?
- What are the diverse networks and agents that encourage, support and benefit from the processes of migration ? What role do the new technologies and communication networks play in influencing and orienting the pathways of migrants ?
- What are the institutional, economic, political and social modalities that frame the experiences of migrants in the places of origin, transit and destination ? To what extent are they heterogeneous and what are the interfaces between them ?
- In what ways does the experience of migration affect and transform identities, statuses and social relations of individual migrants and their groups ?
- To what extent can interdisciplinary approaches contribute to a deeper understanding of migratory processes ?

We encourage a close consideration of generational and gender sensitive lines of analysis in addressing these themes. Please send abstracts of a maximum of 400 words and a short biographical note no later than 23 May, 2015, to alicefranck@yahoo.fr and direction@cfee.cnrs.fr.

Please indicate if your institution can support your travel expenses and become a partner of the event, or if, on the contrary, you require a financial support from the organisers of the conference. Due to limited funding, only a small number of travels will be covered.

Scientific Committee :
- Katarzyna Grabska (IHEID, CEDEJ Khartoum)
- Hélène Thiollet (CNRS, Science Po)
- Alice Franck (CEDEJ Khartoum)
- David Ambrosetti (CFEE)

Photo : T. Guindeuil


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *