Paysage mégalithique de la zone Gedeo / Megalithic landscape of Gedeo zone

TERRAINS / FIELDWORKS

Paysage mégalithique de la zone Gedeo : pour une documentation et une étude des sites à stèles de l’Ethiopie méridionale / Megalithic landscape of Gedeo zone: documenting and studying Southern Ethiopian stelae sites

Par / by Anne-Lise Goujon

Anne-Lise Goujon est archéologue, membre de l’ANR DiffCeram et du programme « Archéologie historique  en Éthiopie » et spécialiste du mégalithisme et de la céramique. Elle est doctorante à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Depuis plusieurs années, elle sillonne le Sud éthiopien à la recherche de sites à stèles, en construisant pas à pas un ambitieux projet de traitement systématique et de typologie de ces témoignages de sociétés passées encore mal connues. Elle a présenté cette recherche le 28 octobre 2014 au sein du CFEE Monthly Seminar on Medieval and Post-Medieval History of Ethiopia.

Anne-Lise Goujon is an archaeologist, member of the ANR DiffCeram research program and of the CFEE program « Historical Archaeology in Ethiopia ». She is specialized in megalithism and ceramic. She is a PhD candidate at Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Since years, she has traveled extensively throughout Southern Ethiopia in order to find stelae sites. Step-by-step, she is building an ambitious project of systematic treatment and typology for these traces of little known past societies. She presented this research on October 28th 2014 in the CFEE Monthly Seminar on Medieval and Post-Medieval History of Ethiopia.

(in French and English)

Les stèles phalliques érigées sur les contreforts orientaux de la Vallée du Rift (en zone Sidama, Gedeo et Gudji) ont été révélées à la communauté scientifique en 1931 par F. Azaïs qui les décrit comme « des milliers de colonnes » dispersées au travers de la nature luxuriante des collines du Sidamo (fig. 1 et 2). Les fouilles archéologiques organisées par R. Joussaume à Chelba-Tutiti en 2010 (fig. 3), aboutissent aux mêmes conclusions que celles formulées par F. Azaïs suite à la fouille du site de Waheno : les stèles phalliques ne sont pas directement associées à des tombes mais apparaissent connectées à de plus larges tumulus. Ainsi, l’hypothèse actuelle est que ces sites seraient faits de l’accumulation de stèles mémorielles autour d’une tombe primordiale.

Phallic stelae erected on the eastern Rift Valley foothills (Sidama, Gedeo, and Guji zones) have been revealed to the scientific community in 1931 by F. Azaïs, described as “thousands of columns” spread all over the mountainous landscape (fig. 1 and 2). Excavations conducted by R. Joussaume in Chelba-Tutiti in 2010 (fig. 3) draw to the same conclusion  than F. Azaïs after the excavations in Waheno: phallic stelae are not associated with graves but seem connected to a large burial mound. Therefore the current hypothesis is that these sites are accumulation of memorial stelae around a primordial grave.

Fig. 1. Waheno en 1931 / Waheno in 1931 (F. Azaïs).

Fig. 1. Waheno est un site à stèles phalliques érigé sur un promontoire à 4,5 km d’Aleta, aujourd’hui en zone Sidama. Il est le troisième gisement visité par François Azaïs et Roger Chambard dans les proches environs et « de beaucoup le plus important », composé de « 45 pierres groupées sur un petit tertre envahi de hautes herbes », se prolongeant dans les fourrés avec près de 80 colonnes dont 10 debout. Les deux hommes se mettent « à l’ouvrage avec dix terrassiers » pour réaliser pendant 5 jours une fouille approfondie.

Fig. 1. Waheno phallic stelae site is 4,5 km far from Aleta, nowadays in Sidama zone. It is the third place visited by François Azaïs and Roger Chambard in the surrounding, and from far “the most important”, made of “45 stones grouped on one little mound invaded by bush”, and continued by approximatively 80 columns among which 10 are still erected. These two pioneers, helped by ten people, made an excavation going into details during five days.

Fig. 2. Idem (F. Azaïs)
Fig. 2. La première tranchée / The first trench (F. Azaïs)

Fig. 2. La première tranchée, pratiquée à 3m au nord de la partie centrale du gisement aura révélé une « sorte de sépulcre », une vasque ovale où le défunt devait être inhumé accroupi.

Fig. 2. The first trench made 3m far at the North of the central part of the site revealed a “kind of sepulture”, an oval pit where the dead body might be placed in a squatting position.

Fig. 3. Le site de Chelba-Tutiti en 2009 / The site of Chelba-Tuttiti in 2009 (R. Joussaume)

Fig. 3. Le site de Chelba-Tutiti, à 20km de Wageno en pays Gedeo, abrite la plus grande concentration de stèles phalliques reconnue à ce jour. A 2050m d’altitude, ce site occupe un vaste plateau sur une ligne de crête parsemée d’autres sites. Il s’étend sur 240m de long pour 40 à 70m de large. Il compte plus d’un millier de stèles. En 2009, Roger Joussaume et son équipe entreprennent un vaste sondage : 116m2 regroupant 31 stèles en 4 emplacements dans la partie méridionale du site, ont été nettoyés, relevés, puis fouillés de 20 à 80cm. Aucune sépulture n’a été découverte au pied de ces stèles phalliques. En 2010, la même équipe fouille un tumulus au nord du site et révèle la présence d’une fosse contenant des ossements dont l’état de conservation ne permet aucune analyse.

Fig. 3. Chelba-Tutiti site, 20km far from Wageno in Gedeo, takes in shelter the biggest concentration of phallic stelae. It is settled on a large plateau on a crest line sprinkled with others sites. It is long of 240m for 40 to 70m wide. It counts more than one thousands of stelae. In 2009, R. Joussaume and his team undertook a large survey: 116m2 grouping 31 stelae on 4 places in the southern part of the site, have been cleaned, designed then excavated until 80cm deep. There was no grave discovered within these phallic stelae. In 2010, the same team excavated a mound situated in the North part of the site which revealed the existence of a funeral pit containing bones, but their bad state of conservation prevent any further analysis.

Des 56 sites connus, 39 étaient assez documentés pour la création d’une base de données permettant de les examiner au travers d’une approche typologique et stylistique. Cette étude révèle un phénomène moins homogène qu’il n’y paraît de prime abord (voir cartographie, fig. 4).  D’une part, au regard de leur organisation, trois types de sites sont apparus : de 10 à 50 stèles en une ou deux lignes (fig. 5 et 8) ; plus de 50 pierres : « un champ de stèles » (fig. 6) ; des stèles seules et isolées (fig. 7).

39 sites out of the 56 we know are enough documented to create a data base which permits to examine them throughout a typological and stylistic approach, in order to study regional particularism. This study exposed a not so much homogeneous phenomenon (see the map, fig. 4). On one hand, considering sites organization, three different types emerge: 10 to 50 stelae in lines (fig. 5 and 8); more than 50 spread “in field” (fig. 6); lonely isolated erected stone (fig. 7).

Fig. 4. Répartition des sites mégalithiques / Repartition map of megalithic sites (A.-L. Goujon)
Fig. 4. Répartition des sites mégalithiques / Repartition map of megalithic sites (A.-L. Goujon)

Fig. 4. Carte de répartition des sites mégalithiques recensés dans la zone Gedeo : en rouge, les sites à stèles phalliques sont bien plus nombreux que les sites à stèles anthropomorphes, en bleu. Ces derniers sont datés aux alentours du XIIe siècle après J.-C. grâce à la fouille du site de Tuto Fela conduite par Roger Joussaume en 2010. Le réemploi généralisé des stèles phalliques pour la réalisation des stèles anthropomorphes indiquent deux temps d’occupations du territoire par des sociétés mégalithiques distinctes. Bien que non datées, nous pouvons retenir que les colonnes du Sidamo sont antérieures au XIIe siècle. Le décompte total des stèles phalliques de la zone Gedeo est à ce jour de plus ou moins 3 675 stèles et fragments. En ramenant ce nombre à 3 000 pierres, en évaluant la disparition à 30% en l’espace d’un siècle, en considérant que seule la moitié des sites est recensée pour le moment, ce ne sont pas moins de dix mille colonnes qui auraient été érigées à l’origine, et ce dans une région qui ne représente que la moitié sud du territoire des stèles.

Fig. 4. Repartition map of megalithic sites known in Gedeo zone: in red, the phallic stelae sites outnumber the anthropomorphic ones, in blue. The anthropomorphic stelae sites have been dated around the 12th century A.C. thanks to the excavation organized by Roger Joussaume in 2010. The generalized reemployment of phallic stelae to carve anthropomorphic ones indicates distinct megalithic societies settled on this territory in two different occupation’s time. Even if phallic stelae are still not dated, we can say that they are prior to the 12th century. The total number of phallic stones is nowadays more or less 3675 stelae and broken parts. In taking this number to 3000 stones, in evaluating the disappearing of 30% during one century, in considering that only half of the sites have been documented for now, it was at least 10 thousands columns originally erected in this area which is only the southern half of the phallic stelae territory.

Fig. 5
Fig. 5. Le site de Sakaro Sodo / The Sakaro Sodo site (A.-L. Goujon)

Fig. 5. Le site de Sakaro Sodo se situe au sud de la zone Gedeo, à 3,3km de Gedeb, sur un promontoire au centre d’une aire relativement plane dominant les vallées alentours. Visité récemment à plusieurs reprises, il est décrit comme l’un des sites les mieux conservés de la région. 41 stèles et fragments permettent de reconstituer un site présentant entre 20 et 30 stèles disposées selon un alignement Nord/Sud de plus de 60m de long. La hauteur des stèles oscille entre 2m17 et 3m52. La plus grande circonférence est considérable : 2m75.

Fig. 5. Sakaro Sodo site is situated in the South of Gedeo zone, 3,3km far from Gedeb. Visited several times, it is described as one of the best kept site of the area. 41 stelae and broken pieces allow the reconstitution of a site showing 20 to 30 stelae settled according a  North /South line 60m long. Stelae height are beetween 2m17 and 3m52. The largest circumference is amazing: 2m75.

Fig. 6
Fig. 6. Le site de Boji / The Boji site (A.-L. Goujon)

Fig. 6. Le site de Boji est situé à 5km au nord-ouest de Tchelelektu, en aval du village du même nom. Il a été plusieurs fois décrit : par Francis Anfray (1980), par Roger Joussaume (2007), par Habtamu Tesfaye et Abebe Mengistu (2012). Il abrite 126 stèles et fragments répartis « en champs », en bordure du chemin récemment élargi, sur un espace relativement restreint qui dessine un demi-cercle, long de 46m d’est en ouest et large de 15m, d’où peuvent être distinguées les crêtes des montagnes alentours. Boji est le plus méridional des 12 sites de plus 50 pierres. Aucune stèle ne semble avoir disparu depuis la première visite de Francis Anfray puisqu’il en dénombre une centaine. Néanmoins de nombreuses colonnes ont basculé depuis 30 ans : Francis Anfray indique que la moitié des stèles sont debout tandis que nous en n’avons compté qu’une quinzaine.

Fig. 6. Boji site is 5km far from Tchelelektu. It has been visited several times: by Francis Anfray (1980), by Roger Joussaume (2007), and by Habtamu Tesfaye and Abebe Mengistu (2012). It is a shelter for126 stelae and broken pieces spread in field, along the track currently extended, on a small area designed like a half circle 46m long from East to West and 15m wide. Boji is the furthest south of this 12 sites with more than 50 stones. No stelae have disappeared since the coming of Francis Anfray who counted a hundreds of columns. By the way, most of them have fallen during the last 30 years: Francis Anfray wrote that more than half of the megaliths were erected, when only 15 stelae are standing nowadays.

Fig. 7
Fig. 7. Stèle de Kisha / Kisha stelae (A.-L. Goujon)

Fig. 7. Il s’agit de l’unique stèle inventoriée sur le kebele de Kisha : 70 cm de diamètre pour 4m de haut. Les douze sites répertoriés ne présentant que de 1 à 7 stèles sont délicats à examiner. Sont-ils les vestiges de plus vastes sites, témoins de la disparition galopante de ce patrimoine ? Devons-nous considérer ces stèles massives esseulées comme des marqueurs particuliers dans le paysage des pierres phalliques ? Ces stèles uniques et isolées sont-elles, comme le pensait Azaïs, les jalons de sites plus vastes, ou constituent-elles un type de site mégalithique bien particulier ?

Fig. 7. The lonely stelae of Kisha kebele is 70cm diameter and 4m high. The twelve sites with 1 to 7 stelae are difficult to take into consideration in this study. Are they traces of largest site, witnessing a fast heritage destruction? Should we consider them as a special indicator in the megalithic landscape? Should we think about these lonely stelae as, like wrote F. Azaïs, prime indicators of huge sites, or should we consider them as a particular site type?

Fig. 8
Fig. 8. Plan du site de Sakaro Sodo / Map of the Sakaro Sodo site (A.-L. Goujon)

Fig. 8. Plan du site de Sakaro Sodo : l’alignement Nord/Sud des stèles phalliques présente une légère courbe vers l’ouest au niveau des cinq stèles massives encore debout. Seules sept stèles intactes et érigées nous permettent de clairement distinguer cette file de pierres, l’une des 14 de la région et sans doute la mieux conservée.

Fig. 8. Sakaro Sodo site plan: the line north/south of phallic stelae show a light curve in west direction where five massive stelae are still erected. Only seven untouched and erected stelae allow us to clearly distinguish this column line. It is one of the 14 line sites of the area and maybe the best kept.  

D’autre part, l’observation de la distribution de ces sites en fonction de la taille des stèles et de la forme sculptée de leurs extrémités ont permis de révéler l’existence de deux styles distincts entre le nord et le sud, avec des sites où se trouvent mêlés les deux styles (fig. 9 à 12).

On the other hand, the observation of tip design and size and the distribution of these criteria show clearly two different styles between north and south, with sites where both styles are mixed (fig. 9 to 12).

Fig. 9. Motifs de stèles originaux : l’une en cœur et l’autre à bandeau non-joint, plus particulièrement répandus dans les régions où les styles et types de sites sont entremêlés / Original motif of stelae: one in heart and one with non-joint band, particularly spread where styles and types of sites are mixed.
Fig. 9. Motifs de stèles originaux : l’une en cœur et l’autre à bandeau non-joint, plus particulièrement répandus dans les régions où les styles et types de sites sont entremêlés / Original motif of stelae: one in heart and one with non-joint band, particularly spread where styles and types of sites are mixed (A.-L. Goujon).
Fig. 10. Motifs de stèles dits « en calotte », plus particulièrement associés aux pierres élancées et répartis dans le nord de la région étudiée / Stelae motifs said « in calotte », particularly associated to the longest and finest columns, found in the north of the studied area (A.-L. Goujon).
Fig. 10. Motifs de stèles dits « en calotte », plus particulièrement associés aux pierres élancées et répartis dans le nord de la région étudiée / Stelae motifs said « in calotte », particularly associated to the longest and finest columns, found in the north of the studied area (A.-L. Goujon).
Fig. 11. Motifs sculptés dits « en nervure », plus particulièrement associés aux pierres massives et réparties dans le sud de la région étudiée / Stelae motifs said « in vein », particularly associated to the largest columns, and found in the south of the studied area (A.-L. Goujon).
Fig. 11. Motifs sculptés dits « en nervure », plus particulièrement associés aux pierres massives et réparties dans le sud de la région étudiée / Stelae motifs said « in vein », particularly associated to the largest columns, and found in the south of the studied area (A.-L. Goujon).
Fig. 12
Fig. 12. Carte de répartition typologique et stylistique des sites à stèles de la région de Gedeo / Type and style repartition map of the steale sites of Gedeo region (A.-L. Goujon).

Comment expliquer ces divergences typologiques et stylistiques ? Par des facteurs culturels, technologiques et/ou chronologiques ? L’étude des vestiges archéologiques est essentielle pour questionner et reconstruire l’histoire des peuples sans écriture, pour mieux appréhender la complexité historique née de la transformation culturelle et de la succession de différentes sociétés. Une prospection complète des sites devrait être la première étape quant à la valorisation et la conservation de cet héritage historique. Ce large inventaire pourrait permettre de répondre à une question fondamentale qui prendrait en compte les spécificités régionales comme la rationalité géographique de leur répartition : quelle est la logique d’implantation des stèles phalliques dans ce paysage montagneux des contreforts orientaux de la vallée du Rift éthiopien ?

How could we explain these stylistic divergences: technical, cultural, and/or chronological factors? These archeological traces reflect the construction of societies and are of a particular significance in an area where historical written sources are missing to understand a complex history. Complete prospection should be the first step for valorization and conservation of this historical heritage. This huge inventory should be undertaken in order to answer a fundamental question which considers the regional specificity as well the geographical rationality of their repartition: what is the logic behind the layout of stelae in this large mountainous landscape?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *