New geological and palaeontological age constraint for the gorilla–human lineage split

PUBLICATION

Une étude parue dans le journal Nature le 10 février 2016 indique que la divergence entre les humains et les gorilles a eu lieu il y a plus de 8 millions d’années. Cette découverte s’appuie sur les travaux de géologie et de paléontologie réalisés à Chorora, dans l’est de l’Éthiopie, par une équipe de recherche internationale dirigée par des chercheurs éthiopiens et japonais (Université de Tokyo). Deux des membres du Centre français des études éthiopiennes sont coauteurs de cette étude : Yonas Beyene (préhistorien, coresponsable de la recherche)1 et Jean-Renaud Boisserie paléontologue, chercheur CNRS) 2.

A study published in Nature on February 10th 2016 indicates that the divergence between humans and gorillas took place more than 8 million years ago. This discovery was made possible by new paleontological and geological work performed at Chorora, in eastern Ethiopia, by an international research team directed by researchers from Ethiopia and Japan (University of Tokyo). Two members of the French Centre for Ethiopian Studies coauthored this study: Yonas Beyene (prehistorian, co-leader of the research) 1, and Jean-Renaud Boisserie (paleontologist, CNRS researcher)2.

Lien vers l’article/Link to article:

http://www.nature.com/nature/journal/v530/n7589/full/nature16510.html

Référence/Reference:

Shigehiro Katoh, Yonas Beyene, Tetsumaru Itaya, Hironobu Hyodo, Masayuki Hyodo, Koshi Yagi, Chitaro Gouzu, Giday WoldeGabriel, William K. Hart, Stanley H. Ambrose, Hideo Nakaya, Raymond L. Bernor, Jean-Renaud Boisserie, Faysal Bibi, Haruo Saegusa, Tomohiko Sasaki, Katsuhiro Sano, Berhane Asfaw & Gen Suwa, 2016. New geological and palaeontological age constraint for the gorilla–human lineage split. Nature 530, 215-218.

Figures :

nature16510-f2

nature16510-f3

 

 

 

 

1également/also Association for Research, Conservation of Culture Awassa.

2également/also Institut de paléoprimatologie, Paléontologie Humaine : Évolution et Paléoenvironnements, CNRS & Université de Poitiers.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *