Journée d’étude / Study-day « ETHIOMAP »

ATELIER / WORKSHOP

Traitements numériques et lectures critiques de cartes historiques: matériaux éthiopiens
Digital processing and critical reading of historical maps: Ethiopian materials

Journée d’étude organisée dans le cadre du projet « ETHIOMAP: Exploring Modern Historical Maps of the Horn of Africa » (EHESS-CéSor, FZG-Universität Erfurt, CFEE, ANR, DFG)

Study-day of the project « ETHIOMAP: Exploring Modern Historical Maps of the Horn of Africa » (EHESS-CéSor, FZG-Universität Erfurt, CFEE, ANR, DFG).

23 mai 2017 de 10:00 à 18:30 / 23 May 2017, 10:00 to 18:30

Lieu / Venue: Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC), salle RJ 24, rez-de-jardin, 65 rue des Grands Moulins, Paris 13e.

Présentation / Presentation
Conçu depuis l’Antiquité comme un territoire des confins, selon une représentation du monde centrée sur la Méditerranée, l’Ethiopie a longtemps été une « limite mobilisatrice » pour le développement de la cartographie, relancée à la Renaissance par la découverte de la finitude du monde. Pour les Européens, la quête des sources du Nil motiva des explorations risquées dont les principaux résultats étaient matérialisés et diffusés par des cartes imprimées. Si le jésuite espagnol Pedro Paez fut le premier Européen à avoir observé en 1618 les zones humides qui nourrissent l’amont du Nil bleu, l’Ecossais James Bruce et son assistant italien Luigi Balugani s’y rendirent en 1770 avec des instruments de mesure, inaugurant la première capture de cette région dans les rets de la description trigonométrique du globe. D’autres explorateurs suivront, poussant plus loin les frontières de la connaissance, avec des instruments plus sophistiqués, des armes plus puissantes, des attitudes plus arrogantes, affirmant par la capture cartographique de l’image d’un territoire la capacité à le contrôler. Exercés par la théologie chrétienne à manipuler des outils conceptuels à échelle globale, les interlocuteurs éthiopiens des cartographes ont compris les risques d’assujettissement qui pouvaient se jouer dans ces techniques nouvelles de représentation, et ils ont cherché à s’en saisir pour faire reconnaître leur souveraineté.
Ethiopia has long been a « mobilizing limit » for the development of cartography, revived in the Renaissance by the discovery of the finiteness of the world. For Europeans, the quest for the source of the Nile prompted risky explorations, the main results of which were materialized and disseminated by printed maps. If the Spanish Jesuit Pedro Paez was the first European to have observed in 1618 the wetlands that feed the upstream of the Blue Nile, the Scotsman James Bruce and his Italian assistant Luigi Balugani went there in 1770 with instruments of measurement, inaugurating the first capture of this region in the nets of the trigonometric description of the globe. Other explorers followed, pushing the frontiers of knowledge further, with more sophisticated instruments, more powerful weapons, more arrogant attitudes, affirming by the cartographic image of a territory the ability to control it. Exercised by Christian theology to manipulate conceptual tools on a global scale, the Ethiopian interlocutors of the cartographers understood the risks of subjection that could be involved by these new techniques of representation, and they used them in order to have their sovereignty recognized.

Ce sont les divers aspects de l’application des techniques de la cartographie moderne à l’Éthiopie et ses territoires environnants qui font l’objet du projet franco-allemand « ETHIOMAP: Exploring Modern Historical Maps of the Horn of Africa », financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR) et la Fondation allemande pour la recherche (DFG), coordonné par Eloi Ficquet (EHESS-CéSor) et Wolbert Smidt (Mekelle University; Forschungszentrum Gotha der Universität Erfurt).  Relevant des humanités numériques, le projet propose la consultation en ligne d’une sélection des cartes qui illustrent soit des avancées scientifiques, soit des tournants politiques significatifs pour la compréhension des dynamiques territoriales. A travers une base de données, spécifiquement développée pour le projet, chaque carte est indexée, en répertoriant toutes les informations topographiques, en comparant leurs occurrences et leurs transcriptions d’une carte à l’autre. Cet outil d’analyse n’est pas une fin en soi, mais il doit permettre une lecture critique des cartes, des savoirs qu’elles ont transcrits, entre savoirs géographiques locaux et données mesurées scientifiquement.
The various aspects of the application of modern mapping techniques to Ethiopia and other territories of the Horn of Africa are the subject of the Franco-German project « ETHIOMAP: Exploring Modern Historical Maps of the Horn of Africa » The National Research Agency (ANR) and the German Research Foundation (DFG), coordinated by Eloi Ficquet (EHESS-CéSor) and Wolbert Smidt (Mekelle University; Forschungszentrum Gotha der Universität Erfurt). The project proposes an on-line consultation of a selection of maps that illustrate either scientific advances or significant political turning points in understanding territorial dynamics. Through a database specifically developed for the project, each map is indexed by listing all the topographical information and by comparing their occurrences and transcripts from one map to another. This analytical tool is not an end in itself, but it must allow a critical reading of the maps, the knowledge they have transcribed, between local geographical knowledge and scientifically measured data.

Cette journée d’étude propose d’exposer les premiers résultats de ce programme et de les mettre en discussion avec d’autres travaux et questionnements qui sortent du cadre de l’Ethiopie.
This study day proposes to present the first results of this program and to put them in discussion with other works and questions outside the framework of Ethiopia.

NB1:  le site du projet est consultable à l’adresse / The project’s website : ethiomap.huma-num.fr

NB2: Afin de pouvoir accéder à la salle, il est recommandé de s’inscrire au préalable en passant par ce lien / In order to be able to access the room, it is recommended to register beforehand via this linkhttps://www.eventbrite.fr/e/billets-journee-ethiomap-34609411682

Programme / Program

  • Matinée sur les techniques informatiques d’indexation et d’analyse de corpus cartographiques  / Morning session on digital tools for indexation and analysis of cartographic materials.

– 10h00 : Accueil et introduction / Opening (Eloi Ficquet, Wolbert Smidt)
– 10h30 : Présentation du site Ethiomap / Presentation of the Ethiomap website  (Simon Imbert-Vier, Eloi Ficquet, Stéphane Ancel).
– 11h00 : Présentation de la plateforme / Presentation of the project « Oronce Fine: Semantic-enabled platform for the publication, integration and exploration of geo-historical resources » (Nicolas Verdier, Eric Mermet et Carmen Brando, EHESS).
– 11h30 : Presentation of the project « C.W. Schimper in Abyssinia » (Stephan Hanss, University of Cambridge).

  • Après-midi sur l’analyse de cartes comme sources historiques / Afternoon session on maps as historical sourcesDiscutantes / Discussants: Morgane Labbé, EHESS; Hélène Blais, ENS

– 14h30: Présentation de différents aspects de la carte générale de l’Afrique par Hermann Habenicht (1891) / Presentation of several aspects of the General Map of Africa by Hermann Habenicht (1891)

1. Map-making methods at the Justus Perthes Geographic Institute in Gotha (Iris Schroeder, Forschungszentrum Gotha der Universität Erfurt; Petra Weigel, Universität Erfurt, Forschungsbibliothek Gotha, Sammlung Perthes).
2. Territories of the Horn of Africa as understood in Habenicht’s map (Wolbert Smidt; Haile Muluken, Mekelle University).
3. Commentaires sur des détails frappants révélés par l’analyse minutieuse de la carte Habenicht et son indexation / Some striking details of the Habenicht’s map revealed by its digital index (Stéphane Ancel, Eloi Ficquet)

– 16h00: Pause / Coffee break

– 16h30: Présentation des cartes géodésiques d’Antoine d’Abbadie (1860) / The maps drawn by Antoine d’Abbadie (1862-69) (Eloi Ficquet).

– 17h00: Présentation de la carte amharique de Kh. Papazian (1923)  / The plagiarized Amharic map of Kh. Papazian (1923) (Eloi Ficquet, Stéphane Ancel)
– 17h30: Discussion, ouverture de perspectives / General discussion  (Morgane Labbé, EHESS; Hélène Blais, ENS)

 

Partenaires du projet / Project partners

Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor), Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) & Centre national de la recherche scientifique (CNRS);
Forschungszentrum Gotha (FZG) der Universität Erfurt;
Centre français des études éthiopiennes (CFEE) à Addis-Abeba, CNRS & Ministère des Affaires étrangères et du Développement international (MAEDI);
– Agence Nationale de la Recherche (ANR);
Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *