Constance Perrin-Joly, new researcher at the CFEE

TERRAINS / FIELDWORKS

Engagement des entrepreneurs dans le développement de l’Ethiopie : De l’entreprise morale à l’entreprise de morale
Entrepreneurs’ commitment in Ethiopian development : From moral business to moral entreprise

BConstance Perrin-Joly

Constance Perrin-Joly, maîtresse de conférences à l’Université Paris 13 (IRIS), est sociologue du travail, spécialisée dans l’analyse des politiques d’entreprise qui répondent à des impératifs moraux. Elle combine l’étude des organisations avec une approche biographique sur les carrières professionnelles. Elle a rejoint le 1er septembre 2017 le Centre Français d’études éthiopiennes dans le cadre d’une délégation CNRS pour y mener une enquête sur l’engagement moral des entrepreneurs en Ethiopie.
Constance Perrin-Joly, lecturer at the University of Paris 13 (IRIS), is a sociologist of work, specializing in the analysis of corporate policies that respond to moral imperatives. She combines the study of organizations with a biographical approach on professional careers. On 1st September 2017, she has joined the French Center for Ethiopian Studies as part of a CNRS delegation to investigate the moral commitment of entrepreneurs in Ethiopia.

Les politiques d’ajustement structurel des années 1980 qui ont succédé à la crise de la dette dans les pays du Sud ont encouragé des politiques de développement par le marché. La « bonne gouvernance » dans les années 1990 se caractérisait, selon les institutions financières internationales, en particulier la Banque mondiale, par l’ouverture des Suds à l’économie mondialisée, et ce d’autant plus que l’effondrement du bloc de l’Est ne permettait plus d’envisager un autre système que l’économie capitaliste. La consécration par le prix Nobel de la paix de l’action de Mohammad Yunus (2006), considéré comme le père du micro-crédit, est un symbole de cette montée en puissance de la figure de l’entreprise comme acteur central du développement des Suds. Plus encore, c’est l’entrepreneuriat qui est présenté comme la clé de voûte du développement, que ce soit des pays, au Nord comme au Sud, comme des individus. L’ »empowerment » qui caractérise les politiques publiques au Nord fait ainsi passer l’usager d’un rôle « passif » à un rôle « actif », considéré.e comme « entrepreneur de lui-même » (Ehrenberg, 1991), dans une « cité par projet » valorisant l’initiative, l’autonomie, l’implication et l’innovation (Boltanski, Chiapello, 1999).
After the debt crisis in the South countries, the structural adjustment programs of the 1980’s have intended to favour market-driven economic growth. The « good governance » promoted by the international financial institutions, as the World Bank, in the 1990s raised the necessity for the countries from the global South to take part in the economic globalization, in particular because no other model was available after the collapse of the economy of the communist countries. The consecration of Mohammad Yunus awarded by the Nobel Prize of Peace, who was considered as the founding father of microcredit, is a symbol of the growing importance of private companies as a central actor of the development of the South. Moreover, the entrepreneurship is pointed out as the keystone of the individual development, in the North as in the South. The « empowerment » characterizing public policies in the North passes passive users into active one, considered as « entrepreneur of themselves » (Ehrenberg, 1991) in the « projective city » where initiatives, autonomy, commitment and innovation are valorized.

Face aux nombreux scandales financiers, l’idée que la main invisible du marché assurerait automatiquement le bien-être des populations a été largement délégitimée. Si l’action des entreprises comme facteur de développement est plébiscitée, elles sont de plus en plus appelées à répondre à des obligations morales, que l’on parle de qualité des emplois en Europe (sommet de Laeken, 2000), de développement durable, d’entrepreneuriat inclusif (OCDE), ou de responsabilité sociale des entreprises.
Given numerous financial scandals, the idea of an invisible hand of the market able to assure automatically the well-being of the populations is widely challenged. If the companies are increasingly asked to participate into the economic development, they are also expected to abide by moral principals, whatever we call them, ‘quality of work’ in Europe (Laeken summit, 2000), durable development, inclusive entrepreneurship (OECD), or corporate social responsibility.

Cette rhétorique de l’entreprise « responsable », « citoyenne », ou « éthique » l’enjoint à prendre en considération son impact sur ses « parties prenantes » (salariés, clients, riverains, acteurs locaux) (Crane et al., 2008). En ce sens, les entreprises se définissent de plus en plus comme des « sources de valeurs sociales et politiques », en mesure de « se mêler du bien commun » (Bory, Lochard, 2009 : 41).
This discourse about the responsible, citizen or ethical company forces it to take into account its impact on the « stakeholders » (workers, customers, riparian, local actors…) (Crane and al., 2008). In this sense, companies consider themselves more and more as « social and political values source », able « to take part in the common good » (Bory, Lochard, 2009 : 41)

Cet objectif – faire le bien – ne peut toutefois se comprendre isolément de l’objectif économique premier de l’entreprise  – faire des affaires – et de ceux qui le portent — les entrepreneurs et les dirigeants — ni en considérant l’organisation hors du contexte économique, social, politique et légal singulier dans lequel elle opère.
This goal (doing good) can not be however considered apart from the first economical goal of the company (doing business) and from the ones who pursue it (entrepreneurs and executives), neither outside the economical, social, political and legal specific context in which the company operates.

Si les entreprises sont sommées tant par leurs bailleurs, les Etats que leurs clients, de participer au développement des pays dans lesquels elles opèrent, il reste à savoir comment et selon quelle logique les entreprises répondent à ces injonctions morales.
If the companies are intimated by the donors, the States as well as their costumers to play a role in the economic development of the country in which they operate, the question of how and according to which logic companies respond to moral injunctions needs to be addressed.

Le projet de recherche que nous menons en Ethiopie se fonde sur l’analyse des catégories morales qui soutendent les dispositifs que les directions d’entreprises qualifient de « responsables » ou « citoyens ». Les premiers porteurs de ces dispositifs étant les dirigeants locaux (entrepreneurs ou cadres de multinationales), la recherche s’intéresse à la manière dont il s’approprient des politiques décidées par leur siège, les adaptent éventuellement, ou participent même à les élaborer en amont, en référence à quelles normes morales. Pour se faire, l’enquête vise à identifier comment les dirigeants d’entreprises (qu’ils en soient les propriétaires ou les cadres dirigeants salariés) considèrent qu’ils participent au développement du pays et au bien-être des populations. Sur quels principes et selon quel processus construisent-ils un discours moral sur leur activité économique ? Comment ce discours se traduit-il par des dispositifs concrets et permet-il de légitimer leur installation et la pérennité de leur activité ? Les entretiens que nous menons s’intéressent en particulier aux espaces de négociation des normes morales et au parcours biographiques des dirigeants et entrepreneurs.
Our research project is based on the analysis of moral categories of the device qualified as « citizen » or « responsible » by the compagnies management. The first holders of theses devices are the executives in big internationales compagnies or the owners in the smaller ones, so the inquiry focuses on how they appropriate the policy decided by the headquarter, adapt it or how they have taken part into elaborating it, according to which moral norms. We want to identify how executives and entrepreneurs consider to take part into the development of the country and improve the well-being of local populations. How and based on which princips, they build their moral discourse on their economic activity ? How is this discourse translated into concrete device and will help entrepreneurs to legitimate their settlement and assume the perennity of their activity ? The qualitative research will be interested on the one hand on the negociation spaces, and on the other hand on the lifecourse of executives and entrepreneurs.

Espaces de négociation de l’activité entrepreneuriale et discours moral
Negociation spaces of entrepreneurship and moral discourse

Les espaces de négociation entre différents acteurs qui autorisent ou facilitent l’installation d’une entreprise ou lui permettent de légitimer son activité, sont autant de lieux de réinterprétation des normes morales. Ces espaces peuvent être créés par le cadre institutionnel imposé par le contexte éthiopien, il s’agit en particulier des négociations entre entrepreneurs et le gouvernement éthiopien sur les conditions d’installation.
Negociation spaces between different actors authorizing or facilitating the settlement of a company are are also occasion for reinterpreting moral norms. These spaces can be created by the institutional frame imposed by the Ethiopian context, that is to say negociations between entrepreneurs and Ethiopian government on the conditions of implantation.

Les bailleurs de fonds internationaux à travers les conditions de financement vont aussi intervenir dans le processus. Les différents niveaux de pouvoir fédéral et local, la bureaucratie locale (Bierschenk, Olivier de Sardan, 2013) seront d’autres acteurs à convaincre. Les éventuels partenaires locaux (associés directs ou dans une joint-venture) jouent également un rôle dans l’orientation des dispositifs à mettre en œuvre.[1]
International investors can also meddle in the process through the funding conditions. The different levels of power, the federal one and the local one, the local bureaucracy (Bierschenk, Olivier de Sardan, 2013) will be other actors to convince. The eventual local partners (direct partners or associate in a joint-venture) play also a role in the orientation of the device to be used[2].

Les espaces de négociation sont également liés d’une part à la forme organisationnelle et d’autre part à sa place dans le marché sur lequel elle opère (dit autrement, nous investiguerons à qui s’adresse la justification de son engagement moral : acteurs institutionnels, clients, populations locales…). Entre un patron qui installe une PME de tourisme qui vise le marché local, un cadre dirigeant d’une multinationale centralisée qui impose une ligne directrice stricte dans l’application de dispositifs pensés pour toutes les filiales par un siège lointain, et une entreprise sous-traitante de grandes marques dans l’industrie textile qui se focalise sur le marché international, les marges de négociation et d’appropriation des dirigeants locaux sur les dispositifs à mettre en œuvre vont fortement varier de même que les objectifs et les cibles du discours moral.
Negociation spaces are also linked to the organizational form on the one hand, and to its place on the market in which it operates on the other hand (in other words, we will inquire to whom the justification of their moral engagement is addressed : to institutional actors, customers, local populations…). Between an owner who settles a small tourism business for the local market, an executive of an international company whose far away headquarter elaborates and imposes a strict direction in the implementation of the same device, and a subcontractor company for a well-known textile brand focused on the international market, negotiation margins and the possibilities of appropriation of the device to implement by the local executives will vary a lot as well as the goal and the targets of the moral discourse.

Face à l’ensemble de ces partie-prenantes, quel discours moral est mis en avant ? Quelles valeurs sont affichées mais aussi quels compromis ou adaptations sont nécessaires pour susciter l’adhésion au projet de l’entreprise ?
Regarding all theses stakeholders, which discourse is promoted ? What values are put forward but also what compromises or adaptations are necessary to arouse interest  into the company’s project ?

Au carrefour du parcours et de l’organisation : l’engagement moral individuel des entrepreneurs et des cadres
On the crossroads of lifecourse and organization : individual moral engagement of entrepreneurs and executives

Pour comprendre en référence à quelles valeurs l’engagement des entrepreneurs et des dirigeants se construit nous articulons analyse des espaces de négociation et étude des parcours de vie des entrepreneurs, que ces derniers soient les propriétaires des entreprises étudiées, ou qu’ils en soient les cadres dirigeants. Il s’agit de comprendre alors la manière dont se construit au long de la carrière l’engagement moral personnel des entrepreneurs. Partant du constat que le concept de carrière permet d’articulation les enjeux organisationnels, les ordres économiques, et les dynamiques individuelles (Hughes, 1996, Zalio, 2007), l’approche biographique est un moyen de faire le lien entre les aspects micro, meso et macrosociologiques de l’action morale des entreprises.
In order to understand the values on which is based the entrepreneurs’ and executives’ moral commitment, I propose to cross-cut an analysis of negociations spaces and a study on entrepreneurs’ lifecourse, whether they are company owners or executives. The project aims at understanding how an entrepreneur’s commitment is built along the career. As the concept of career articulates organizational issues, economic context, and individual dynamics (Hughes, 1996, Zalio, 2007), biographical method is a way to make link between the micro, meso and macro levels of moral action of companies.

Etudier la carrière des entrepreneurs vise en particulier ici à accéder au processus de socialisation au métier de dirigeant, et comprendre de quelle manière ce processus s’accompagne ou non d’une transmission d’une morale des affaires. Nous posons l’hypothèse que la morale fait l’objet d’un « silence parlant » dans le monde économique (i.e. « une routine qui oblige à des prises de décision déterminantes de la part d’individus alors que ceux-ci reçoivent peu de consignes directes de leur hiérarchie malgré un contexte riche en indices normatifs » (Anteby, 2015, p. 156) et en particulier dans la formation traditionnelle des élites managériales dans les pays du Nord. Si la formation académique ou certaines organisations n’imposent pas un code de conduite précis mais encouragent chacun à trouver le sien (Anteby, 2015) favorisant un certain relativisme (ou un formalisme éthique dans les multinationales centralisées), d’autres acteurs ou institutions (la famille, les groupes religieux, l’appartenance ou la socialisation à un groupe professionnel qui fait valoir une déontologie particulière…) dans le parcours du dirigeant vont participer au processus de construction de la morale des affaires, voire faire de l’éthique un dispositif disciplinaire (Salmon, 2009). Nous serons particulièrement attentif par exemple au « genre de la carrière » et aux relations que les entrepreneurs ont pu entretenir avec l’Ethiopie et les populations éthiopiennes au cours de leur vie.
Studying entrepreneurs’ career aims particularly at accessing to the process of socialization of chief executives, and understanding whether this process is associated or not with a business ethic transmission. We assume that moral is the subject of « vocal silences » in the business world (that is to say « the repeated opportunities in which agents are left to make decisions ostensibly alone, but in an organizational context rich with signs that offer guidance as to what might be preferred » (Anteby, 2014, p. 9)), in particularly in the education of the managerial elite in the Northern countries. If education and most organisations do not impose a precise code of conduct, but encourage everyone to find one himself (Anteby, 2015), fostering a certain moral relativism (or the specific ethic formalism in centralized international companies), some other actors or institutions (family, religious group, occupational group with a specific deontology…) do participate during the executives’ lifecourse to building a business ethic, even to transforming ethic into a disciplinary device (Salmon, 2009). We will be also attentive to the gender of the career, and the relationships the entrepreneur has had with the Ethiopia and the Ethiopian populations along his life.

Enfin, si  à partir de cette étude des parcours, on peut identifier quel type d’entrepreneur moral s’établit dans quels secteurs en Ethiopie, selon quelles modalités, mettant en œuvre quels dispositifs, cette recherche permettra également d’analyser comment ces entrepreneurs moraux assument également un rôle d’entrepreneur de moral, militant pour faire valoir leur vision du « bien » ou de la bonne gouvernance, voire pour moraliser les populations locales.
Finally, if this study can allow identifying types of moral entrepreneur corresponding to certain sectors, modalities and moral devices that are carried-out, this research will also allow analyzing how moral entrepreneur can become entrepreneur of moral, militating to assert his vision of the good and of the right governance, even to moralize local populations.

 Bibliographie / Bibliography :

Anteby M. (2015) L’école des patrons, Silence et morales d’entreprise à la business school de Harvard, Paris, E. Rue d’Ulm.
Anteby M. (2014) « Denials, Obstructions, and Silences: Lessons from Field Resistance (and Embrace) » in Kimberly D. Elsbach & Roderick M. Kramer (ed) Handbook of Innovative Qualitative Research Methods: Pathway to Cool Ideas and Interesting Papers, New York: Routledge.
Bierschenk, T., Olivier de Sardan, J-P. (Eds.) (2013), States at Work. Dynamics of African Bureaucracies, Leiden, Brill.
Bory, Lochard (2009) « La Responsabilité Sociale des Entreprises : un cheval de Troie politique ? » Sociologies pratiques, 18
Crane, A., McWilliams, A., Matten, D., Moon, J., Siegel, D., (dir.) (2008), The Oxford Handbook of Corporate Social Responsibility, Oxford, Oxford University Press.
Salmon A. (2009) « Les démarches éthiques des entreprises. Inculquer des normes pour responsabiliser individuellement les salariés ? », Sociologies pratiques 2009/1 (n° 18), p. 51-63.
Zalio P-P (2007) « Les entrepreneurs enquêtés par les récits de carrières : de l’étude des mondes patronaux à celle de la grammaire de l’activité entrepreneuriale », Sociétés contemporaines 4/2007 (n° 68), p. 59-82

[1] Il n’est pas fait ici mention des partenaires sociaux car la négociation collective occupe une place négligeable en Ethiopie et les syndicats dont beaucoup de membres ont été décimés pendant le Derg, ne sont pas perçus comme un contre-pouvoir efficace.

[2] Social partners are not mentioned here because collective bargaining is really weak in Ethiopia and unions, which lost a lot of their members under the Derg regime, are not seen as an efficient counter power.

Crédit photo: Constance Perrin-Joly


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *