TERRAIN / FIELDWORK: La léproserie St. Antoine de Harar

TERRAIN / FIELDWORK

Histoire de la léproserie St-Antoine à Harar
Quelles histoires ?

Par Vanessa Pedrotti

Vanessa Pedrotti is PhD candidate in history at Université d’Aix-Marseille (Institut des mondes africains – IMAF, UMR 8171). Her advisor is Henri Médard. She is conducting research on the history of leprosy in Ethiopia, from the missionary actions to the handling of this issue by the Ethiopian State.  She is one of the recipients of the CFEE field scholarships. She conducted a fieldwork at the St. Antony Leprosy in Harar in September 2017. In this text, she explains the main contributions of this fieldwork financed by the CFEE.

[in French]

Un nouvel élan missionnaire s’opère au XIXe siècle. Sur le terrain éthiopien, deux vicariats apostoliques sont fondés en 1846 : celui d’Abyssinie au Nord et celui des « Gallas » à l’Est, lequel est confié à l’ordre des Frères mineurs capucins. Quand bien même la Propagande à Rome détermine le territoire d’apostolat, les missionnaires parviennent difficilement à s’immiscer dans ce pays, le seul d’Afrique à demeurer indépendant. Toutefois, la montée sur le trône de Ménélik II en 1889 assure de meilleurs augures aux capucins. Bien qu’attaché à consolider les frontières de son nouveau royaume et à en garantir son unité, il s’engage au niveau diplomatique en tissant des liens avec les puissances européennes pour conduire son pays sur la voie de la modernité. C’est donc sous son règne que s’érige la léproserie St-Antoine, en 1901, et qu’une nouvelle manière de concevoir la lèpre et les personnes qui en sont atteintes s’installe. Les missionnaires, en qualifiant la lèpre de maladie contagieuse et en proposant une mise à l’écart des lépreux pour empêcher la propagation, introduisent des notions et des pratiques occidentales dans le pays1, devenant des figures de la « civilisation » française. Si l’établissement répond à des attentes sanitaires (prévenir les risques de contagion) et sociales (venir en aide aux lépreux), la prétention évangélique s’avère malgré tout évidente. Pour le Père Charles, directeur du lieu, cet « asile […] permet, non seulement de traiter des lépreux, mais, surtout, de les évangéliser. Cette dernière chose est vraiment la plus intéressante et celle qui constitue le but essentiel que la mission se propose2 ». C’est en les aimant, les habillant, les nourrissant, les instruisant et les soignant que les missionnaires espèrent atteindre leur âme et les préparer à une mort sainte. Aussi, les moyens mis en place ne suffisent pas à isoler l’ensemble des lépreux pour éviter une propagation. Les religieu.x.ses craignent de devoir faire face à un concurrent dans le domaine de l’assistance qu’ils.elles connaissent bien : le médecin3. La croyance en la science laisse espérer la découverte d’un traitement capable de stopper la maladie. Les missionnaires n’ayant pas de telles compétences, la présence d’un médecin au sein de l’établissement St-Antoine s’avère indispensable. Finalement, l’arrivée en 1930 du Docteur Jean Féron, fervent catholique et médecin diplômé de l’Université de médecine de Paris, assure une légitimité à l’établissement. Loin d’être considérée comme concurrentielle, son action auprès des lépreux s’envisage comme complémentaire de celle des religieu.x.ses. Engagé de son côté à guérir les corps, il estime indispensable la présence des missionnaires auprès des malades afin qu’ils puissent soigner leur âme. L’interlude italien (1936-1941) entache à peine l’identité catholique de la léproserie puisque le flambeau est donné aux Pères capucins italiens accompagnés de physiciens. En 1945, seul le docteur Féron est autorisé à revenir dans le pays. Malgré l’absence des anciens fondateurs, la collaboration entre le médecin et la mission catholique se poursuit. Toutefois, la proximité de St-Antoine avec la ville d’Harar est critiquée par les autorités éthiopiennes et les spécialistes de l’OMS. L’idée de déménagement émerge au milieu des années 1950. La rencontre entre le journaliste allemand Frantz von Magnis et le Docteur Féron donne lieu à la création d’un nouvel hôpital situé à Bisidimo, dans un espace isolé à 40 min d’Harar, qui sera inauguré en 1960. Suite à des différents avec l’association allemande fondée pour cette occasion, le docteur se retire du projet et décide de maintenir sa léproserie à Harar. Ce n’est qu’en 1965 qu’elle cessera de fonctionner en tant que telle, suite au décès du docteur Jean Féron. Le directeur régional du ministère de Santé refuse que les religieu.x.ses prennent la relève et prodiguent une assistance médicale alors qu’ils n’ont pas les qualifications requises. Toutefois, en acceptant de transférer les patients dans les autres léproseries du pays, la mission catholique conserve la propriété de St-Antoine.

Photo du docteur Féron et du Père Charles à la léproserie St-Antoine, non datée (Archives départementale de l’Aude, dossier 3J2046/6)

L’étude d’un bâtiment localisé, d’acteurs particuliers et d’une maladie spécifique permet de rendre compte des enjeux politiques, religieux et médicaux qu’engendre une telle construction. Étudier la léproserie c’est s’intéresser à l’histoire de la lèpre mais aussi à l’histoire d’un lieu qui cherche à garder son identité catholique. Surtout, c’est entrevoir les rapports de force qui s’exercent entre différents acteurs. Cela dit, malgré la diversité des sources consultées4, les paroles des premiers concernés, celles des « lépreux », restent muettes. Cette catégorie d’acteurs semble former un tout homogène ce qui n’est évidemment pas le cas. Réaliser un terrain à Harar pour aller rencontrer d’anciens pensionnaires de St-Antoine, ou leurs enfants, s’avérait donc primordial pour redonner un peu d’humanité à cette histoire. Les entretiens furent tenus dans le quartier Gonda Feron à Harar (où se trouve St-Antoine) et à Bisidimo, dans le village construit autour de l’hôpital. De manière à faciliter leur accès aux soins, les personnes atteintes de la lèpre ont eu tendance à s’installer aux abords de ces deux lieux où ils ont pu construire leur maison et fonder leur famille. La présence de personnes portant les mêmes stigmates motiva davantage ceux qui souffraient du regard stigmatisant que leur imposaient leurs voisins d’origine. Aujourd’hui, force est de constater le lien que les habitants de Gonda Feron et Bisidimo ont de près ou de loin avec la maladie. Pourtant, si la frontière spatiale, établie pour isoler les lépreux et leur famille, est claire entre Bisidimo et Harar du fait de la distance géographique (40 km), à Gonda Feron la frontière est moins évidente.

Bien que la lèpre soit reconnue comme une maladie curable depuis les années 1950, le rejet et les craintes qu’elle convoque alimente les discours et actions discriminantes. Tous les entretiens en font état. Aroga Dejena nous raconte par exemple qu’elle cachait ses mains lorsqu’elle se rendait en ville (ce qu’elle fait encore aujourd’hui). Joseph Paulos évoque quant à lui comment sa mère, touchée par la maladie, se procurait des légumes invendus à la fin du marché pour aller les revendre vers St-Antoine. De peur d’être contaminées, les vendeuses lui jetaient au loin les aliments et récupéraient les pièces qu’elles frottaient bien fort sous leurs pieds. Toutefois, si la stigmatisation sociale s’avère indéniable, les entretiens laissent transparaître une diversité dans la manière de faire face à la maladie, replaçant les « lépreu.x.ses » dans leur rôle d’acteur.

En plus de nous livrer leurs expériences et souvenirs de leur passage à St-Antoine, les personnes rencontrées nous ont permis d’apporter un certain nombre d’éclairages historiques. Les archives sous-entendent que les missionnaires et le docteur Féron n’étaient pas les seuls à procurer une assistance aux patients de St-Antoine. Un de nos objectifs était donc de voir apparaître des noms éthiopiens parmi le personnel soignant de la léproserie puis de mettre des noms sur les visages éthiopiens photographiés aux côtés du docteur et des missionnaires, les légendes ne prenant jamais la peine de les inscrire. Ainsi sur la photo ci-dessous nous pouvons voir (de gauche à droite) : Jean Féron, Petros Gabriel, Père Césaire, Genet Kifle, Bartholomé Kifle, Mulugeta Desalegn et Bakale Wake.

Photographie trouvée dans les archives de la Mission Catholique d’Harar, non datée.

Mesele Terecha Kebede, Leprosy, Leprosaria, and Society in Ethiopia: A Historical Study of Selected Sites, 1901-2001, ALERT, 2005.

2 AGC,2R 79 « Lebbrosario d’Harrar – Corrispondenza : 1900-1958 », ébauche d’une lettre du Père Charles au directeur de la léproserie du Gabon, 9 septembre 1930.

Cf. P. Guillaume, Médecins, Église et foi, XIXe – XXe siècles, Paris, Aubier, 1990.

Sources missionnaires (Archives pontificales missionnaires à Lyon, archives des Franciscains à Paris, archives des Capucins à Rome, archives de la mission catholique d’Harar à Harar), archives départementales de l’Aude (Carcassonne), archives diplomatiques (Paris), archives consulaires (Nantes), archives d’État (Rome), archives de l’OMS (Genève).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *