Iconographie des débuts de la léproserie de Harar / Iconography of the beginnings of Harar leprosarium

NOTE DE RECHERCHE / RESEARCH NOTE

Iconographie des débuts de la léproserie de Harar / Iconography of the beginnings of Harar leprosarium

Par / by Vanessa Pedrotti

Vanessa Pedrotti, doctorante à l’Université d’Aix-Marseille (IMAF),  étudie l’histoire de la lèpre en Éthiopie contemporaine, de l’action des missionnaires à sa prise en main par l’État éthiopien. Elle a notamment travaillé sur la documentation iconographique qui accompagne les débuts de la léproserie de Harar, la première du pays. Elle commente ici plusieurs de ces photographies, prises entre 1907 et 1910.

Vanessa Pedrotti is a PhD candidate at Université d’Aix-Marseille (IMAF). She is conducting research on the history of leprosy in Ethiopia, from the missionary actions to the handling of this issue by the Ethiopian State. She studied in particular the iconography produced at the beginnings of Harar leprosarium, the first in the country. She comments here some of these photographs, taken between 1907 and 1910.

(Bilingual article)

1. Les débuts de la léproserie / Beginning of the leprosarium
1. Les débuts de la léproserie / Beginnings of the leprosarium
2. Tous les lépreux et lépreuses avec tout le personnel de la léproserie / All lepers with the staff of the leprosarium
2. Tous les lépreux et lépreuses avec tout le personnel de la léproserie / All lepers with the staff of the leprosarium
3. Les Pères de la léproserie dans leur petit village / Fathers of the leprosarium in their small village
3. Les Pères de la léproserie dans leur petit village / Fathers of the leprosarium in their small village

À la fin du 19e siècle, lorsque les missionnaires capucins arrivent en Éthiopie, un pays non colonisé, ils n’ont pas de légitimité à s’installer sur le territoire (quand bien même l’Église de Rome détermine leur vicariat). Ils décident alors de favoriser l’apostolat indirect, en créant des écoles, des dispensaires et une léproserie portant le nom de St-Antoine et construite à la périphérie de Harar. Une initiative d’autant plus appréciée que les populations occidentales installées dans la région (français, italiens et anglais) ne comprennent pas pourquoi aucun dispositif ne se charge d’éloigner les lépreux de la ville et qu’au contraire ces derniers circulent librement et mendient en toute impunité. Ces réactions s’expliquent par l’histoire des lépreux en Europe au Moyen-Âge. Dès les XIIe et XIIIe siècles (alors que la lèpre atteint son apogée suite aux croisades), ils sont rejetés de la communauté et placés systématiquement dans des léproseries. Plus tard, avec le développement de la bactériologie, la nature microbienne de la lèpre est révélée par les travaux d’Armauer Hansen en 1873. Au même moment, Pasteur démontre quant à lui  que les bactéries peuvent être des agents pathogènes. Le Congrès international de la lèpre, qui se tient à Berlin en 1897, déclare la maladie contagieuse. Au cours de cette rencontre internationale, l’isolement est présenté comme le meilleur procédé prophylactique, permettant de donner aux pratiques d’exclusion du Moyen-Âge une reconnaissance scientifique. Ainsi, dans un élan de rationalité, la maladie perd son caractère imprévisible et accidentel pour devenir la sanction d’un mode de vie.

At the end of the 19th century, when the Capuchin missionaries arrived in Ethiopia, a free country where they did not have the legitimacy to settle in the territory (although the Church of Rome previously determined their vicariate). They decided to promote an indirect apostolate through schools, clinics and a leper colony. The leprosarium is named St-Antony and is built on the outskirts of Harar. The initiative is praised by Western people living in the area (French, Italian and English) who never understood why the lepers could move freely and were allowed to beg with impunity. This reaction was related with the European history of leprosy in the Middle Ages. From the 12th and 13th centuries (whereas, following the Crusades leprosy reached its peak) lepers were rejected from the community and placed systematically in leper colonies. Later, with the development of bacteriology, the microbial nature of leprosy was revealed by works of Armauer Hansen in 1873. Almost in the same time,  Pasteur demonstrated that bacteria can be pathogenic agents. International Leprosy Congress in Berlin, in 1897, settled that leprosy was a contagious skin disease. During this international meeting, isolation was presented as the best prophylactic process, thus giving a scientific recognition to Middle Ages exclusion practices. In a surge of rationality, the disease loses its unpredictable and accidental aspect to become the punishment of a specific lifestyle.

Au-delà des frontières européennes, cette nouvelle conception de la maladie prend une tournure plus intense. Dans un pays tel que l’Éthiopie, réputé comme le plus affecté par la lèpre par de nombreux observateurs occidentaux, les missionnaires trouvent à travers la figure du lépreux la raison de leur présence. Par conséquent, en fondant une léproserie à Harar, ils cherchent à la fois à prévenir les risques de contagion et à promouvoir leur « dévouement désintéressé » pour convertir quelques âmes. C’est en les aimant, les habillant, les nourrissant, les instruisant et les soignant que les missionnaires espèrent les préparer à une mort sainte. Néanmoins, pour assurer l’existence de la léproserie, ils dépendent fortement de la charité publique et des associations caritatives, dont les ressources sont fluctuantes et souvent insuffisantes. Afin de profiter d’une large audience, les Pères revêtent les habits d’aumôniers et partent sur les chemins d’Éthiopie, de France et d’Italie. Animés par la ferme volonté de promouvoir leurs actions à St-Antoine, ils organisent des conférences, tournées de quête, projections lumineuses mais aussi et surtout l’expédition de lettres accompagnées de photographies aux Mission Catholiques et aux Annales de la Propagation de la Foi, dont les maisons d’éditions se trouvent à Lyon. Finalement, en 1906, les missionnaires fondent une imprimerie, au sein de laquelle ils publient leur revue phare, le Semeur d’Éthiopie, dans l’optique d’éveiller la sensibilité des lecteurs au sujet de St-Antoine. L’enjeu est de taille compte-tenu du nombre de quêteurs qui cherchent à attirer l’attention des « âmes charitables » à travers le monde. Les mises en page et procédés stylistiques utilisés sont alors très élaborés. D’un point de vue iconographique, les images témoignent, d’une part, de la quiétude qui règne au sein de la léproserie et de l’avancement évangélique en montrant les nouveaux baptisés[1] (photo 2) et d’autre part le caractère misérable de leurs corps blessés est mis en avant (photo 1). Cette dernière photographie, intitulée « Les débuts de la léproserie » est certainement une mise en scène et n’a pu être prise aux premiers jours de St-Antoine (les Sœurs franciscaines n’arrivent dans les lieux qu’en 1908). En revanche, si l’on compare cette photographie avec la seconde, on comprend la volonté des missionnaires de mettre en valeur l’héroïsme dont ils font preuve face aux conditions de vie déplorables des lépreux. C’est bien l’étonnement, la pitié et la compassion que les missionnaires veulent faire ressentir à leurs lecteurs. Parfois, au contraire, ils s’efforcent de les rassurer en leurs montrant les résultats obtenus grâce à leurs donations. C’est donc avec une grande fierté que les Pères capucins posent entourés de leurs nouveaux convertis. Une photographie qui se révèle d’ailleurs très organisée et hiérarchisée. Au centre : les Pères Marie-Bernard et Bernardin Azaïs, les fondateurs, avec à leurs côtés les Frères Théotime et Charles. En arrière-plan, la centralité de la chapelle inscrit matériellement la dimension religieuse de l’établissement. De part et d’autres, les toukoules du quartier St-Elisabeth (celui des femmes) et du quartier St-Louis (pour les hommes) viennent accentuer la disposition genrée des lépreux sur la photo : à droite les femmes et à gauche les hommes. L’ensemble forme un tableau harmonieux qui force l’admiration.

Outside Europeans borders, this new conception gained increasing importance. In a country like Ethiopia, reputed to be the most affected by leprosy according to many Western observers, missionaries found in the figure of the leper the reason of their presence. By founding a leprosarium in Harar, they wished to prevent the risk of contagion and promote their « selfless dedication » to convert some souls. By loving them, dressing them, feeding them, educating and taking care of them, missionaries hoped to save leper souls and prepare them for a holy death. However, to ensure the existence of the leprosarium, they are highly dependent on charity whose resources are not constant and often insufficient. In order to enjoy a wider audience, the Fathers became chaplains and went on the roads of Ethiopia, France and Italy. Lead by the will to promote their actions in St-Antoine through conferences, collections, light projections and the sending of letters with photographs to Les Missions Catholiques and Les Annales de la propagation de la Foi, periodicals which were published in Lyon. Finally, in 1906, missionaries founded a printing press, in which they publish their famous journal, Le Semeur d’Éthiopie, in order to increase the awareness of readers about St-Antoine. This is quite a challenge considering the number of chaplains seeking for funds from charitable donors in the world. Great layouts and stylistic features are developed. On the one hand, tranquility and evangelical progress are reflected on the second picture, by showing the newly baptized[1]. On the other hand, the first illustration emphasizes the miserable condition of the injured bodies of the lepers. This picture entitled « The beginnings of the leprosarium » is certainly a staging and could not have been taken during the first days of St. Anthony (considering that Franciscan Sisters came in 1908). However, missionary wish to highlight their heroic actions is easy to understand comparing the two pictures. Readers of missonary reports had to feen surprise, pity and compassion. They were as well trying to reassure them by showing the results achieved thanks to their donations. Capuchin Fathers proudly faces the camera, surrounded by their new converts. Photograph is  structured and hierarchical. In the middle: Fathers Bernardin and Marie-Bernard Azaïs, both founders, by their side Brothers Théotime and Charles. In the background, the centrality of the chapel materialise the religious dimension of the institution. From both sides of the toukoules, the St. Elisabeth area (of women) and the St. Louis area (of men) accentuate the gendered arrangement: women on the right and men on the left. This harmonious picture was aimed to command admiration.

Cependant, cette propagande missionnaire ne suffit pas à calmer les critiques et les convoitises. Nombreuses sont les personnalités médicales qui blâment l’absence d’un personnel spécialisé. Le professeur Jeanselme, nommé en 1902 à l’Institut de Médecine Coloniale, s’indigne par exemple face à l’insuffisance financière de la léproserie, facteur d’une prophylactique restreinte. Pourtant, lorsque les Pères publient dans le Semeur d’Éthiopie une photographie sur laquelle ils posent dans leur « petit village », la symbolique est forte (photo 3). En effet, les missionnaires autorisent le Docteur Bosdros, désireux d’analyser de plus près les conséquences neurologiques de la lèpre, à séjourner à St-Antoine. Il confère aux missionnaires une légitimité éprouvée en montrant que le soutien moral et matériel qu’ils apportent aux hanséniens remplit une fonction psychologique décisive. L’utilité des missionnaires étant prouvée scientifiquement, ceux-ci tiennent à défendre leur position. Dans cette logique, les deux Pères fondateurs se retrouvent placés au premier plan de la photographie, alors que le Docteur Bosdros n’apparaît qu’au troisième, après le Frère Théotime. Autrement dit, une présence médicale est souhaitable, de manière à orienter les recherches sur la lèpre autour du traitement, mais elle ne doit pas pour autant impliquer une quelconque subordination ou exclusion des missionnaires dont les rôles sont tout aussi importants. On peut conclure en relevant l’absence de la Mère Gervasie et des Sœurs Gertrude et Zoé sur la dernière photographie ainsi que leur présence discrète sur la photo 2. Une remarque qui ouvre la discussion sur la place des femmes missionnaires au sein de la léproserie.

However, this missionary propaganda is not enough to calm down criticism and covetousness. Lack of properly trained staff is blamed by leading physicians and scientists. Doctor Jeanselme, appointed to the Colonial Institute of Medicine in 1902, points out the financial insufficiency as a factor of limited prophylactic. Yet when the Fathers publish in Semeur d’Ethiopie a photograph where they take place in their « village », the symbolism is strong (photo 3). Indeed, the missionaries allow Dr. Bosdros to stay in St-Antony, in view to concentrate on the neurological consequences of leprosy. The presence of the doctor gave legitimacy to the missionaries by showing that the moral and material support that they provide to the lepers had a decisive psychological function. The usefulness of missionaries being scientifically proven, they wanted to reinforce their position. In this logic, the two founding Fathers are placed in the foreground of the photograph, while Dr. Bosdros only appears in the background after Brother Théotime. If the leprosarium requires a medical attention in order to guide research on leprosy in search of a treatment, the missionary subordination or exclusion should not be implied. I would conclude by noting the absence of the Mother Gervasie and Sisters Gertrude and Zoe on this last photograph and their discreet presence in the second picture. This opens the discussion on the role of women missionaries in the leper colony.

[1] Lors du baptême, un chamma blanc est remis au nouveau converti. Ce vêtement est utilisé pour les jours de fêtes. L’effet symbolique est important : il s’agit de montrer les prouesses de l’évangélisation.

[1] A white chamma shall be given to converts during baptism ceremony. This cloth is used for celebrations. The symbolic effect is important: this is to show the prowess of evangelization.