Archives éthiopiennes de l’environnement / Ethiopian Archives of Environment

NOTE DE RECHERCHE / RESEARCH NOTE

Archives éthiopiennes de la protection de l’environnement / Ethiopian archives of environmental protection

Par / by Guillaume Blanc

Comment écrire l’histoire des politiques de protection des aires naturelles en Éthiopie ? Que nous dit-elle de l’histoire de l’Éthiopie contemporaine et de son rapport au monde ? Guillaume Blanc, historien de l’environnement, chercheur post-doctorant au musée du quai Branly et collaborateur régulier du CFEE, nous présente ses documents, ses méthodes et ses réflexions.

How to write the history of wildlife areas preservation policies in Ethiopia? What does it show about contemporary Ethiopia, and about its relation with the wider world? Guillaume Blanc, an environmentalist historian, postdoctoral fellow at Quai Branly Museum (Paris) and regular collaborator of the CFEE, presents his documents, methods and reflexions.

(Bilingual article)

L’histoire environnementale s’intéresse aux rapports sociaux à l’environnement, dans leurs dimensions institutionnelles, matérielles et idéelles. Pour les praticiens de la discipline, il s’agit d’historiciser l’environnement en tant que ressource à exploiter, territoire à construire et représentation à imposer dans l’espace public. Ainsi peut se lire l’environnement dans sa dimension historique, et se relire l’histoire des sociétés humaines au sein desquelles l’environnement est tout à la fois objet, lieu et enjeu de pouvoir.

Environmental history focuses on social relationships to environment, in their institutional, material and ideal dimensions. Practitioners of the discipline try to historicize environment as a resource to exploit, a territory to elaborate and a representation to foster in public space. By doing so environment can be read in its historical dimension, and  human societies’ history be re-read. For human societies, environment is at the same time an object, a place and a stake of power.

Pour ce faire, les historiens de l’environnement peuvent recourir à trois types d’archives : les archives humaines – c’est-à-dire les sources orales –, les archives manuscrites – c’est-à-dire les sources publiques et privées – et les archives naturelles – c’est-à-dire les résultats de savoirs tels que la dendrochronologie et les études polliniques. Le recours à telle ou telle source est fonction de la question de recherche formulée par l’historien mais aussi du matériau historique qui peut lui permettre d’y répondre.

For this, environmental historians can use three types of archives: human archives – which are oral sources –, manuscripts archives – which are public and private sources – and natural archives – which are the results of scientific disciplines such as dendrochronology and study of pollen. The use of one or other source depends of the question of research formulated by the historian but, also, of the historical material that can allow him to answer it.

Les chercheurs intéressés par l’histoire contemporaine de la protection de l’environnement éthiopien vont ainsi se concentrer, principalement, sur les sources produites par les administrations responsables des aires protégées. C’est ainsi, par exemple, qu’entre 2008 et 2013, afin de réaliser une histoire de la mise en parc de la nature à l’échelle nationale en général et dans les montagnes du Semén (nord de l’Éthiopie) en particulier, j’ai construit un corpus documentaire d’environ 10 000 pages imprimées et archivistiques à partir de la documentation recueillie à la bibliothèque de l’Ethiopian Wildlife Conservation Organization (EWCO) à Addis-Abeba, aux bibliothèques de la Parks Development and Protection Authority et du Ministry of Finance and Economic Development à Bahir Dar ainsi qu’au bureau du parc national du Semén, à Debark, au nord de la Région Amhara.

Thus, researchers interested by the contemporary history of Ethiopian environment protection will mainly focus on sources produced by administrations in charge of protected areas. That’s how, for instance, between 2008 and 2013, in order to write an history of the “putting nature into parks” process at the national scale in general and in the mountains of Semén (Northern Ethiopia) in particular, I gathered a corpus of about 10 000 printed and archival pages found at the library of the Ethiopian Wildlife Conservation Organization (EWCO) in Addis Ababa, at the libraries of the Parks Development and Protection Authority and the Ministry of Finance and Economic Development in Bahar Dar and to the Simien National Park Office in Debark, North to the Amhara Region.

Fonds/Archival collection John Blower (1964-1974)
Fonds/Archival collection John Blower (1964-1974), Ethiopian Wildlife Conservation Organization, Addis-Abeba/Addis Ababa
Fonds/Archival collection John Blower (1964-1974)
Fonds/Archival collection John Blower (1964-1974), Ethiopian Wildlife Conservation Organization, Addis-Abeba/Addis Ababa

Ces sources peuvent être divisées en cinq catégories. Dans la Negarit Gazeta, la législation relative à la protection de la nature permet dans un premier temps de retracer l’histoire organisationnelle de l’administration en charge de la protection de l’environnement et du Simien Mountains National Park. Rédigés par les représentants de l’EWCO et des institutions internationales qui lui sont associées, les programmes et les rapports d’activité éclairent dans un second temps l’aménagement matériel de l’espace-parc. Diverses correspondances manuscrites et fonds archivistiques personnels révèlent ensuite aussi bien les objectifs nationaux et nationalistes poursuivis par les responsables du parc national que les résistances locales auxquelles ils doivent faire face. Signalons notamment l’ensemble de la documentation ronéotypée produite par John Blower, conseiller d’Hailé Sélassié pour l’établissement de zones protégées de 1964 à 1974, et l’ensemble des rapports manuscrits consignés par les gardes du parc depuis 1991. Quatrième type de sources, la documentation touristique produite par les gestionnaires des parcs éthiopiens sous forme de prospectus, de guides ou de journaux renseigne les modalités de la publicisation du paysage national. Les récits de voyage privés et les études écologiques et sociologiques réalisées par divers acteurs extérieurs à l’administration « parc national » viennent enfin compléter notre corpus. Ces derniers permettent à la fois de retracer l’histoire événementielle du parc national du Simien et de mettre à jour l’écart qui existe entre les discours étatiques sur l’environnement et la réalité matérielle de celui-ci.

These sources can be divided in five categories. In the Negarit Gazeta, the legislation related to the protection of nature allows, in a first time, to trace the organizational history of the administration in charge of environmental protection and of the Simien Mountains National Park. Produced by the representatives of the EWCO and international institutions which are associated with it, programs and activity reports enlighten, then, the material shaping of the park territory. Several manuscripts correspondences and personal archival funds reveal, next, both the national and nationalist objectives pursued by the representatives of the national park and the local resistances that they face. Let’s mention here the whole roneo documentation produced by John Blower, adviser of Haila Salassia for the establishment of protected areas between 1964 and 1974, and the whole manuscripts reports produced by the wardens of the national park since 1991. Fourth type of sources, the touristic documentation produced by the parks handlers such as prospectus, travel guides and journals enlightens the ways of publicizing the national landscape. Journey narratives and ecological and sociological studies realized by various actors externally to the park administration finally complete our corpus. These last sources allow to trace the factual history of the Simien national park and to enlighten the gap that exists between state narratives about environment and the material reality of this one.

Rapport activité/Activity report
Rapport activité/Activity report, Bibliothèque/Library, Ethiopian Wildlife Conservation Organization, Addis-Abeba/Addis Ababa
Rapport de gardes du parc/Warden report
Rapport d’activités (gardes)/Activity report (wardens), Simien Mountains National Park Office, Debark.

À terme, ce corpus met alors en lumière l’histoire d’une lutte concrète et symbolique pour un paysage naturel encastré, des années 1960 jusqu’au temps présent, entre une éthique occidentale de la nature et une politique nationaliste du patrimoine. Paysage universel pour les uns et patrimoine national pour les autres, le Semén est devenu un territoire d’injustice pour les populations locales. Aujourd’hui comme au lendemain de la colonisation européenne du continent africain, cette injustice repose sur la représentation indicible mais omniprésente d’une Afrique black and wild, faite d’une nature que ses habitants ne sauraient que détruire.

This corpus finally allow us to write the history of a struggle, both physical and symbolic, taking place since the 1960’s, for an embedded natural landscape between a Western nature ethic and a nationalist heritage policy. As a universal landscape for some and a national heritage for others, Semén has become a territory of injustice for local populations. This injustice lays on the unspeakable but ubiquitous representation of a “black and wild” Africa, made of a nature that its inhabitants would just know how to destroy.

Guillaume Blanc a soutenu en 2013 une thèse d’histoire et d’études québécoises intitulée « Les territoires des parcs nationaux (Canada, Éthiopie, France) : logiques identitaires, patrimoniales et nationales », sous la direction de Stéphane Castonguay (Université du Québec à Trois-Rivières) et de Bertrand Hirsch (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne). C’est dans ce cadre qu’il s’est particulièrement intéressé à l’histoire du parc national du Simien Mountains. Chercheur post-doctorant au musée du quai Branly, le projet de recherche qu’il y développe s’intitule « Et l’UNESCO arriva… Du mythe de la forêt perdue à l’éco-racisme : la triste invention de la nature éthiopienne ». Il est chercheur affilié à l’Institut des mondes africains (IMAF, UMR 8171, CNRS – Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Université d’Aix-Marseille, EPHE, EHESS, IRD).

In 2013 Guillaume Blanc defended a PhD in history and Québec studies entitled “The national parks territories (Canada, Ethiopia, France): identity, heritage, national issues”, with Stéphane Castonguay (Univérsité du Québec à Trois-Rivières) and Bertrand Hirsch (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) as supervisors. He has been particularly interested in the history of the Simien Mountain National Park (Northern Ethiopia). Postdoctoral fellow at Quai Branly Museum (Paris), he is developing a new research project entitled “And UNESCO showed up… From the lost forest myth to eco-racism: the sad invention of Ethiopian nature”. He is affiliated researcher to the Institut des mondes africains (IMAF, UMR 8171, CNRS – Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Université d’Aix-Marseille, EPHE, EHESS, IRD).