La trajectoire singulière du FLPT

TERRAIN/FIELDWORK

La trajectoire singulière du FLPT : crises sans fragmentation

par Marine Gassier

 

Marine Gassier est doctorante en science politique à SciencesPo Paris. Ses recherches portent sur les crises internes rencontrées par les mouvements d’insurrection, en Éthiopie et au Sud Soudan. Elle  présente ici le résultat de ses recherches en Éthiopie pour lesquelles elle a bénéficié d’une bourse du CFEE en 2017.

Si les crises sont fréquentes au sein des mouvements insurgés, elles n’ont pas les mêmes conséquences pour tous. Certains mouvements, se scindent en factions rivales. D’autres parviennent à maintenir leur cohésion. Le Front de Libération du Peuple du Tigré (FLPT), alors qu’il a été traversé par des crises internes profondes et répétées, a réussi à éviter cette fragmentation. Cette étude de la trajectoire du FLPT s’inscrit dans un projet comparatif plus large visant à identifier comment certains mouvements rebelles parviennent à empêcher l’émergence de factions dissidentes quand d’autres y échouent. Une des hypothèses qui guident ce projet est celle d’un lien entre la capacité des mouvements insurgés à préserver leur intégrité et celle, en cas de victoire, à rebâtir les institutions publiques. Dans le cas de l’Éthiopie, il s’agit de se demander dans quelle mesure les structures et compétences que le FLPT développe pendant la guerre contribuent à la trajectoire singulière du pays après la victoire du mouvement en 1991.

La première partie de cette brève note considère les aspects marquants de la reconstruction du pays après la guerre. La seconde partie envisage la question du lien entre les stratégies adoptées par les mouvements insurgés pendant la guerre et leur faculté à exercer le pouvoir en cas de victoire. La troisième partie revient sur les crises que le FLPT traverse entre 1975 et 1991. La dernière partie esquisse les objectifs du projet de recherche ainsi que les hypothèses préliminaires qui l’orientent.

L’après-guerre en Éthiopie: un trajectoire particulière

Durant les années 1990, considérant la multiplication des conflits civils, certains observateurs estiment que ces guerres diffèrent profondément de celles de la première moitié du 20ème siècle et qu’en conséquence elles auront des effets sociopolitiques propres. Des auteur tels Mary Kaldor soutiennent que contrairement aux deux guerres mondiales qui ont coïncidé avec un renforcement de l’État et de son emprise sur la société, ces « nouvelles guerres » précipitent un effondrement des institutions publiques[i]. Pourtant, en Éthiopie, la victoire du FLPT à l’issue d’une guerre civile qui aura duré près de quinze ans (1974-1991) aboutit à l’émergence d’un État fort, doté d’une réelle capacité d’administration. Cet État a su mener notamment une réforme agricole de grande ampleur[ii] et mettre en place un système de gestion des risques de famine[iii]. Il a réalisé des investissements importants dans le secteur de l’éducation[iv]. L’Éthiopie fait partie de cette minorité de pays en Afrique subsaharienne où la croissance s’est accompagnée d’une réduction de la pauvreté[v]. Ces réussites économiques ne doivent pas masquer l’exercice autoritaire du pouvoir par le FLPT.  L’ancien mouvement insurgé a maintenu sa position en limitant les libertés civiles. Néanmoins, l’efficacité des politiques publiques suggère que la coalition contrôlée par le FLPT dispose de leviers d’actions dont les gouvernement post-conflits sont souvent privés[vi].

La spécificité de la trajectoire éthiopienne est frappante lorsqu’on la compare à celle d’autres pays, y compris voisins, où un mouvement insurgé à délogé le régime en place. En Somalie, le Gouvernement Fédéral de Transition n’a jamais été en mesure d’imposer son autorité. Le Soudan du Sud se trouve pris depuis son indépendance dans des cycles incessants de violence. Dans ces pays, les pouvoirs publics semblent effectivement avoir été incapables à l’issue du conflit de créer les conditions d’un retour à la stabilité. En Éthiopie cependant, mais également en Ouganda ou au Rwanda, la victoire d’un mouvement insurgé a marqué le début d’une période de renforcement des capacités de ces pouvoirs publics. D’un contexte à l’autre, les guerres civiles, et plus spécifiquement, les victoires totales ou partielles de groupes rebelles ont créé des situations hétérogènes. Or l’analyse des déterminants de ces sans trajectoires contrastées demeure incomplète.

Quels liens entre les caractéristiques des mouvements insurgés victorieux et leurs facultés d’exercice du pouvoir?

Mon projet de recherche examine une source possible de variation en interrogeant les liens entre la capacité des mouvements insurgés à maintenir leur unité et leurs stratégies de gouvernement en cas de victoire. Tandis que nombre de mouvements armés se scindent en groupes distincts qui deviennent souvent rivaux, d’autres au contraire parviennent à préserver leur cohésion du début à la fin du conflit. Ce fut le cas du FLPT, mais aussi par exemple celui des mouvements insurgés victorieux en Ouganda ou au Rwanda. De quelles ressources organisationnelles disposent ces mouvements? Comment ces ressources sont-elles mobilisées non seulement pendant le conflit, mais aussi dans l’exercice du pouvoir dans la période d’après guerre ? Mon projet traite de ces questions en s’interrogeant sur les déterminants de la capacité du FLPT à résister à toute fragmentation, en dépit des crises multiples que le mouvement a traversé aussi bien avant qu’après sa victoire.

Les crises du FLPT

La première crise que connait le FLPT a lieu en 1975, alors que le mouvement commence à établir ses bases dans la région du Tigré. Elle oppose les étudiants qui ont fondé l’organisation aux paysans qui l’ont ralliée plus récemment. Chaque groupe se perçoit comme étant le plus légitime pour diriger l’organisation. Les premiers dirigeants échappent alors de peu à une mutinerie[vii]. Pour décrire cette période, les vétérans du FLPT emploient le terme de « hinfishfish », qui peut se traduire par « chaos » ou « confusion ». Moins de deux ans plus tard, la légitimité des leaders du mouvement est à nouveau remise en cause. Aregawi Behre, qui en tant que membre de l’organisation est témoin de cet épisode, explique que les troupes reprochent aux instances dirigeantes leur autoritarisme[viii]. On dispose de peu d’information sur cette séquence. Un objectif de ce projet de recherche est de mieux comprendre comment le FLPT a contenu ces révoltes internes et empêché la formation de factions dissidentes.

La crise suivante s’ouvre dans les années 1980. Elle est la plus importante de  la période de conflit, et intervient alors que le mouvement fait face à dés déboires militaires conséquents. Elle aboutit à une transformation profonde du mouvement et de ses instances dirigeantes.  Dans la période qui précède la crise, une partie des membres du politburo créent une organisation politique parallèle, au sein du FLPT. Cette organisation, la Ligue Marxiste-Leniniste du Tigré, étend son influence jusqu’à prendre le contrôle du FLPT lui-même. La crise se déclare alors que les figures d’autorité au sein du groupe sont divisées à la fois sur les stratégies politiques et militaires à adopter et sur les objectifs de la lutte. Le but selon certains est d’obtenir l’indépendance du Tigré, tandis que d’autres figures du mouvement soutiennent qu’ils doivent se battre jusqu’à renverser le régime du Derg. Cette crise se conclut avec l’expulsion d’une partie des leaders historiques (dont Aregawi Behre), et l’arrivée de Meles Zenawi à la tête du mouvement[ix].

Sa victoire en 1991 ne met pas un terme aux crises du FLPT. Dix ans plus tard, le mouvement peine à contenir le conflit qui oppose ceux qui ont voulu la guerre contre l’Erythrée, et ceux qui avaient souhaité l’éviter. Lors d’une réunion du Comité Central, Meles Zenawi qui avaient tenté de s’opposer à cette guerre, accuse ses opposants de corruption. Six mois plus tard, il obtient, avec une courte majorité, un vote de confiance du Comité. Il relève alors ses adversaires de leurs fonctions.

Objectifs du projet de recherche

L’examen de ces crises successives révèle que les dissidents au sein du FLPT ne disposent pas d’une « option de sortie ». Contrairement par exemple aux leaders de la faction Nasir qui on pu rompre avec l’Armée Populaire de Libération du Soudan  et créer une organisation armée indépendante, les chefs-de-file de la contestation au sein du FLPT n’ont jamais été en mesure de quitter l’organisation en emmenant avec eux leurs soutiens. Plutôt que par une scission, ces luttes de pouvoir se soldent par l’exil ou l’élimination des perdants. Pour appréhender sa trajectoire singulière, on doit se demander ce qui a permis aux FLPT de priver ses dissidents interne de cette option de sortie. Nombre de facteurs doivent être considérés, dont les pratiques de recrutement du mouvement, sa stratégie d’organisation interne, les procédures de prise de décision et le code de conduite adoptées, les sanctions appliquées aux transfuges, ainsi l’usage que le groupe faisait de la propagande et de l’endoctrinement. Ce projet vise à réunir des données sur ces différentes dimensions en exploitant les archives du FLPT, notamment les minutes de ses congrès, et en conduisant des entretiens auprès d’anciens membres du mouvement.

[i] KALDOR, Mary. Old and New Wars: Organized Violence in a Global Era. Cambridge: Polity Press, 1999.

[ii] CLAPHAM, Christopher S. The Horn of Africa: State Formation and State Decay. London: Hurst Publishers, 2017

[iii] GILL, Peter. Famine and Foreigners: Ethiopia since Live Aid. Oxford University Press, 2010

[iv] “Ethiopia Education Sector Plan 2016-2020.” Global Partnership for Education, 2016. https://www.globalpartnership.org/content/education-sector-plan-2016-2020-ethiopia.

[v] “Ethiopia Poverty Assessment.” World Bank, 2014

[vi] WEINSTEIN, Jeremy M. “Autonomous Recovery and International Intervention in Comparative Perspective.” SSRN Scholarly Paper. Rochester, NY: Social Science Research Network, April 1, 2005

[vii] BEHRE, Aregawi. A Political History of the Tigray People’s Liberation Front (1975-1991): Revolt, Ideology and Mobilisation in Ethiopia. Tsehai Publisher, 2009

[viii] BEHRE, Op. Cit.

[ix] YOUNG, John. Peasant Revolution in Ethiopia: The Tigray People’s Liberation Front, 1975-1991. Cambridge University Press, 2006.

Photograph by the author.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.