WOmen at work!: report on a photograph exhibition

COMPTE-RENDU D’EXPOSITION / EXHIBITION REPORT

WOmen at work!

Travail visible et invisible en Ethiopie,

au prisme du genre

by Constance Perrin-Jolly (CFEE)

[in French]

Dans le cadre d’un projet de recherche sociologique en Éthiopie sur l’engagement moral des entrepreneurs (voir notre billet précédent : cfee.hypotheses.org/2155), j’ai réalisé des clichés dans les entreprises étudiées mais aussi dans les rues des villes où j’ai effectué mon enquête. S’inscrivant dans la perspective de la photographie sociale, ce projet utilise la photographie comme révélateur de la reconnaissance sociale du travail en Éthiopie. Il se fonde sur des prises de vue d’individus au travail réalisées entre 2011 et 2017, à Mekele, Hawassa, en pays Afar et à Addis Abeba et ses alentours. Jouant sur la notion de frontières, entre le travail et le hors travail, le dedans et le dehors, la photographie permet de rendre visible le travail. Elle montre les divisions, les formes de coopérations et la manière dont la professionnalité se donne à voir dans un pays en transformation.

Ces clichés ont donné lieu à une exposition à l’Alliance Ethio-Française d’Addis Abeba dans la cadre de la nuit des idées (du 28 janvier au 17 février 2018). Une vidéo de présentation de l’exposition est visible à l’adresse suivante : goo.gl/v4LY2r.

Circuler dans l’exposition

De manière plus détaillée, l’exposition permet d’explorer trois thèmes : la division du travail, le regard et la professionnalisation (visible) du travail.

La division traditionnelle du travail

Dans toutes les sociétés, certaines activités sont plutôt dévolues aux femmes, alors que d’autres sont davantage l’apanage des hommes : c’est ce que l’on nomme la division sexuée du travail. Or très souvent les activités féminines ont socialement moins de valeur : parce qu’elles ne sont pas ou moins rémunérées, parce qu’elles ne donnent pas lieu à la reconnaissance d’une qualification, parce qu’elles sont moins encadrées juridiquement, parce qu’elles donnent moins accès à l’autonomie professionnelle… Cela se traduit aussi visuellement : elles sont généralement moins visibles.

Le commerce de rue

La rue africaine se définit comme un « entre-deux », ni totalement publique, ni tout à fait privé (Janin, 2001). Les rues d’Addis Abeba sont notamment un lieu d’exercice d’activités professionnelles, commerciales ou artisanales, socialement, moins visibles parce qu’elles prennent place dans un lieu qui n’est pas dédié au travail, et à la fois très visibles parce qu’elles s’insèrent dans un espace partagé par l’ensemble de la population.

Ces activités sont strictement réparties selon une logique de genre (mais aussi d’âge, voire d’appartenance ethnique) : alors que les hommes plus âgés exercent des activités nécessitant l’usage d’outils spécifiques donc visiblement plus techniques, comme la couture, la cordonnerie, les jeunes garçons ont la charge du  cirage des chaussures. En revanche, la vente de légumes (dès lors qu’elle ne nécessite pas de porter d’importantes quantités de produits), de mets frits (frites, samoussa, beignets), de maïs grillés, activités qui renvoient à la cuisine familiale/domestique, constituent des occupations féminines.

Le travail domestique hors les murs

Les activités domestiques chez les particuliers sont occultées par les murs qui enserrent les maisons, et par leur difficile prise en compte statistique et juridique (elles ne sont pas exemple pas régies par la loi éthiopienne sur le travail). Pourtant ce travail domestique est visible au sens propre du terme au milieu d’autres activités professionnelles. Le travail domestique ici photographié est rarement souligné lors des visites d’entreprise. Fort peu habituées à être l’objet de l’attention d’un visiteur extérieur (et peut-être des autres salariés), les femmes qui exercent ces activités ne regardent quasiment jamais l’objectif.

Les compétences naturalisées

Dans la division du travail, si certaines activités sont confiées aux femmes plutôt qu’aux hommes, c’est généralement parce qu’on considère qu’elles ont plus d’aptitude à ces missions. On parle de naturalisation des compétences, lorsque ces aptitudes sont considérées comme biologiquement plus aisées pour l’un ou l’autre sexe, alors qu’elles sont souvent plutôt le résultat de l’éducation différenciée des garçons et des filles. Ainsi, les femmes sont souvent affectées aux travaux minutieux (par exemple pour les ouvrières en France dans les années 1960 : Guilbert, 1966). Cependant ces aptitudes dites féminines, acquises bien souvent dans la sphère domestique, ne permettent pas la reconnaissance d’une qualification (car aucune formation ni aucune expérience n’est requise, ni reconnue (Kergoat, 2003).

L’interaction du photographe et de son modèle

Prendre une photographie est un acte qui met en relation le photographe et un modèle, au moyen d’un outil technologique, l’appareil photo. Aucune des photos exposées dans cette partie n’a été prise à la dérobée, chaque modèle se sachant alors pris en photo, et ceci dans le cadre de son travail.

Dès lors la manière dont le modèle met en scène son travail ou se met en scène lui-même est révélatrice (où et comment on souhaite être pris en photo…). Elle montre comment on rend visible son travail, ou comment au contraire on évite le regard photographique. Comment on se donne à voir (soi-même) ou on donne à voir son travail.

Dans les photos présentées, on peut voir qu’hommes et femmes n’ont pas le même rapport à la mise en scène photographique. Les femmes regardent moins l’objectif. Mais elles peuvent être fières de montrer leur travail comme cette tisserande qui sollicite la photographe pour la prendre en photo, vantant sa dextérité. C’est autant plus significatif qu’elle exerce une activité traditionnellement masculine.

Ce rapport est également influencé par le genre du photographe (femme) et sa couleur (blanche), l’expérience passée du sujet de l’usage de la photographie… La mise en scène révèle enfin la reconnaissance du travail du sujet par son entreprise.

Professionnalisation et modernisation du travail ?

La mécanisation et l’industrialisation ont historiquement eu des effets ambivalents : la professionnalisation de certaines activités va de pair avec la déqualification d’autres. Par l’exemple d’activités industrielles et artisanales, les photos de cette partie montrent que la reconnaissance du travail, en particulier du travail féminin, passe par l’autonomie et la valorisation d’un savoir-faire spécifique. Elles permettent de s’interroger sur ce qui constitue la modernité du travail et sur sa traduction visuelle.

Travail moderne, travail à la chaîne ?

La valorisation du travail passe par l’appréciation du contenu de l’activité par les individus. Mais l’entreprise et l’organisation du travail jouent également un rôle majeur dans la reconnaissance professionnelle. Les signes de reconnaissance sont souvent invisibles pour le photographe (par ex. la rémunération, l’accès à la formation, les possibilités de carrière…). En revanche d’autres signes peuvent être observés, tels que l’autonomie dans le travail, les interactions avec le hiérarchique, les relations dans un collectif de travail, les conditions de travail…

Les photos exposées permettent de comparer deux environnements où se déroulent des activités similaires dans deux entreprises enquêtées : D’un côté chaque femme réalise des produits bon marché sur sa machine à coudre, comme aux premiers temps du taylorisme, dans un espace ressemblant à un hangar éclairé par des néons. De l’autre, chaque employé, habillé d’un tee-shirt qui rappelle son équipe de travail et le logo de l’organisation, circule pour mener à bien sa tâche dans un espace aux grandes baies vitrées donnant sur des platebandes de bananiers. Le collectif de travail est mixte. Dans la seconde entreprise les ouvrières regardent l’objectif. Le travail d’enquête permet de confirmer que l’entreprise numéro 2 a mis en œuvre des dispositifs de valorisation du travail et de ses salariés alors que l’entreprise 1 si elle propose des services (restaurant, transport et prise en charge médical) est moins soucieuse de la reconnaissance des ses employés soumis à un management autoritaire et une organisation du travail peu propice à l’autonomie.

Travail artisanal, travail moderne ?

Le savoir faire et les outils n’ont pas changé quand on observe les clichés de potières et de femmes tisserandes. Ces activités sont socialement peu reconnues. La valorisation du travail ne passe pas ici par un changement dans son contenu, mais dans le renouveau des objets réalisés : auparavant objets du quotidien (celui des femmes), ils acquièrent le statut d’objets d’art, vendus à l’exportation.

La réalisation de l’activité dans le cadre d’une entreprise qui accueille régulièrement des visiteurs et des journalistes, permet de rendre visible un travail auparavant réalisé dans la sphère domestique. Enfin l’accès des femmes à des métiers masculins (le tissage) est un signe de leur émancipation professionnelle.

La machine et le geste : qu’est-ce qui rend visible son savoir-faire professionnel ?

Le travail artisanal repose sur la maîtrise du geste qui nécessite un engagement du corps. Moins visuel, le travail mécanisé peut n’être rendu visible que par la présence de machine qui fait presque oublier le savoir-faire de l’ouvrier. On peut poser l’hypothèse que moins l’activité est visuelle, plus il est nécessaire de l’accompagner d’autres formes de mise en visibilité et de reconnaissance du travail.

Bibliographie

Janin P. (2001), « Une géographie sociale de la rue africaine. (Bouaké, Côte d’Ivoire) », Politique africaine, 2001/2 (N° 82), p. 177-189. DOI : 10.3917/polaf.082.0177. URL : https://www.cairn.info/revue-politique-africaine-2001-2-page-177.htm

Guilbert M., (1966), Les fonctions des femmes dans lindustrie, Mouton, Paris.

Kergoat D., (2003), Les ouvrières, Editions Le Sycomore.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.