Conference: Terrains et Chercheurs sous Surveillance, Aix-en-Provence, May 2018

COMPTE-RENDU DE COLLOQUE / CONFERENCE REPORT

Terrains et chercheurs sous surveillance, (auto) contrôle, (auto) censure et mise en administration des sciences sociales

By Anais Maro & Constance Perrin-Jolly

[In French]

Les laboratoires LAMES, CHERPA et l’Ifre IREMAM se sont associés pour organiser un colloque sur la surveillance de la recherche dans l’enceinte de l’Université d’Aix-Marseille les 17 et 18 juin 2018. 10 ans après le colloque organisé à Limoges « Enquêter, de quel droit ? », il s’agissait de s’interroger sur les obstacles que rencontre le chercheur dans sa liberté et son autonomie professionnelle. Comme il est d’usage en sciences sociales, les participants (sociologues, anthropologues, politistes…) étaient invités à retourner les outils de l’objectivation scientifique sur leurs propres conditions et pratiques de travail. Les questions posées étaient multiples : quels autres métiers interfèrent avec celui de chercheur ? Quels sont les effets de la rationalisation institutionnelle sur nos pratiques professionnelles ? Mais aussi comment réaliser une enquête dans des espaces « sous surveillance » en France (prison, aires d’accueil des gens du voyage, police, justice…) ou à l’étranger (Palestine, Jordanie, Egypte…).

Ce fut l’occasion pour nous de présenter deux communications sur deux versants de la surveillance : celle qui émane d’un terrain d’une part, et celle qui est le fait de nos propres institutions d’autre part.

Constance Perrin-Joly, chercheure déléguée au CFEE, a ainsi proposé de mettre en parallèle les conditions d’exercice du métier de chercheur en Éthiopie et celle des entrepreneurs qu’elle étudie. L’analyse d’Éloi Ficquet (2016) sur le traitement médiatique de la mort du premier ministre éthiopien Meles Zenawi en 2012 fait état de la difficulté à obtenir des éléments factuels entre l’opacité de la communication dans le pays et la difficulté à apprécier le degré de fiabilité des sites d’information. Le contrôle du régime sur la diffusion d’information participe à un effet de halo qui encourage à la circulation d’informations peu fiables et favorise l’incertitude. Objectiver les contraintes de la recherche permet alors de mieux comprendre les effets de ces mêmes contraintes sur le métier d’entrepreneur. Car finalement comme l’a souligné Pierre Fournier, professeur de Sociologie à l’Université d’Aix-Marseille, lors de la discussion de l’atelier, chercheur et entrepreneur exercent une activité qui croît sur le terreau de l’incertitude (ou de l’absence de connaissance). L’auteure a proposé ensuite de souligner comment le collectif professionnel répond à la situation de travail incertaine, quelles segmentations le traversent et comment se mettent en place des formes de solidarité.

Anais Maro, doctorante à Queensland University Technology accueillie au CFEE, s’est quant à elle penchée sur le contrôle plus insidieux mené par nos propres institutions. La volonté de réguler l’activité des chercheurs constitue une autre manière de les mettre sous surveillance. Qu’elle se présente sous forme de mise en administration (comme de le cas des comités d’éthique ou des accord « security clearences ») ou de financement (comme dans le cas des financements fléchés ou des partenariats public-privé), cette nouvelle forme de contrôle est d’autant plus pernicieuse qu’elle se base sur des revendications déontologiques (parfois émanant d’une partie de la profession elle-même), ou sur l’intérêt général. L’hyper-documentation, telle que la diffusion de tracts de recrutement auprès des enquêtés, d’une fiche d’information et d’un formulaire d’accord à signer révèle le conflit entre norme éthique institutionnelle et déontologie propre au chercheur qui se doit de protéger ses informateurs, y compris du stress lié à la recherche et sa mise en administration.

Dans le cas de l’Éthiopie, bien qu’elle ait développé une écriture très tôt dans son histoire, sa culture reste ancrée dans l’oralité. Cette dernière est d’ailleurs chargée d’une tradition de sens multiples, connue sous le nom de wax and gold, laissant une part importante à la communication tacite et à l’interprétation individuelle (Levine, 2014). De ce fait, non seulement les formulaires ne sont généralement pas culturellement adaptés, mais beaucoup de tournures de phrases pourraient être interprétées dans un autre sens que celui voulu par le chercheur. Par exemple, préciser qu’il n’y pas de risque à participer à cette étude, peut signifier que participer à une recherche reste en général une pratique risquée.

Par ailleurs, la répression du récent mouvement social, au sein du groupe Oromo en particulier, a participé de la défiance vis-à-vis d’un acte administratif perçu comme un moyen de surveillance.

Face à des participants qu’il a devoir de protéger et un comité d’éthique qui attend des garanties matérielles, le doctorant est pris en étau entre des injonctions contradictoires. La confiance et l’échange se retrouvent utilisés par le chercheur pour faire accepter au participant volontaire le stress de devoir signer ou lire un document administratif – que son niveau d’étude ne l’a pas forcement préparé à comprendre pleinement. Le doctorant se retrouve alors à infliger une violence morale à ses enquêtés.

Conclusion :

Que les surveillances soient opérées par des acteurs du terrain ou par l’administration à laquelle appartient le chercheur, par des Etats ou par des sociétés privées (que ce soit au nom de la sécurité ou de la rationalité), elles conditionnent de plus en plus le métier de chercheur. Pourtant, elles offrent aussi des pistes de réflexions, une mise en abîme des conditions de vie des enquêtés.

La France a jusqu’ici lutté contre la tendance anglo-saxonne de création de chartes et comités d’éthique. Mais face à la judiciarisation grandissante, y compris dans la recherche, les universités se questionnent. En conclusion du colloque, Frédéric Neyrat (Professeur de Sociologie, Université de Rouen) s’est opposé vivement à la mise en place de ces procédures éthiques institutionnalisées et a proposé que la profession s’auto-organise, par exemple en mutualisant les risques via une assurance coopérative contre les risques juridiques.

Références bibliographiques :

Ficquet E., 2016, « La mort du Premier ministre éthiopien Meles Zenawi (août 2012) : dissimulation, assomption et sanctification », Politique africaine 2016/2, n° 142, 31-56

Laurens S., Neyrat F. (dir.), 2010, Enquêter : de quel droit ? Menaces sur l’enquête en sciences sociales, Paris, Editions du Croquant.

Levine, D. N. (2014). Wax and gold: tradition and innovation in Ethiopian culture (Repr.). Chicago: Univ. of Chicago Press.

Razy, É. (2014). La pratique de l’éthique: de l’anthropologie générale à l’anthropologie de l’enfance et retour. AnthropoChildren: Perspectives ethnographiques sur les enfants & l’enfance= Ethnographic Perspectives in Children & Childhood4.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.