ICES 20: Talking politics in Mekelle

COMPTE-RENDU DE COLLOQUE / CONFERENCE REPORT

Talking politics in Mekelle: opening debates at the 20th ICES

by Mehdi Labzae (Paris 1 Panthéon Sorbonne, CESSP)

[English below]

Lorsque Mekelle fut choisie, il y a trois ans, pour accueillir la prochaine Conférence internationale des études éthiopiennes (ICES), qui s’est déroulée du 1er au 5 octobre 2018, personne n’imaginait les changements que l’Éthiopie allait bientôt expérimenter. Rétrospectivement, le gouvernement conduit par le TPLF était alors à son apogée, et son contrôle de la société éthiopienne à son paroxysme. A l’été 2015, alors que les universitaires débâtaient d’études éthiopiennes à Varsovie, l’EPRDF restait insensible face aux manifestations d’ampleur qui secouaient toute l’Oromiya, et avait recours à une réponse habituelle : un mélange de répression et de concessions mineures. En octobre 2018, bien que personne ne puisse prédire ce qu’il adviendra dans les mois et années à venir, la situation a changé. Abiy Ahmed, le Premier ministre depuis avril 2018, a engagé une série de réformes et de changements politiques, parmi lesquels une série de privatisations, la paix et l’ouverture de la frontière avec l’Érythrée, la libération de plusieurs milliers de prisonniers politiques, les négociations avec les principaux groupes d’opposition armés (Ginbot 7 et l’OLF), et des déclarations ambiguës sur le fédéralisme ethnique. Le « processus de réforme » a aussi été accompagné par la multiplication de conflits locaux ethnicisés, qui s’arriment généralement d’abord à des tensions foncières ou d’accès aux ressources avant de prendre une dimension plus identitaire dans le cadre du fédéralisme ethnique.

L’histoire dira si tout ceci était orchestré par le régime et par « l’État profond », ou si la défaite des élites du TPLF était réelle. Quoiqu’il en soit, ces six derniers mois de gouvernement ont permis la réouverture d’un espace public, fermé depuis, au moins, les élections de 2005. Alors que les débats politiques – a fortiori avec des étrangers – se tenaient à l’abri des regards, ou étaient chuchotés entre amis proches, il est maintenant courant de commenter ouvertement les derniers évènements politiques aux terrasses des cafés.

C’est dans ce contexte changeant que la 20ème Conférence internationale des études éthiopiennes (ICES) s’est déroulée. Comme d’habitude, un public important a assisté aux nombreux panels d’histoire, montrant la place centrale des études historiques dans la formation du champ académique des études éthiopiennes. Les études contemporaines étaient aussi à l’honneur, avec de nombreuses présentations d’anthropologie sociale permettant de dépasser la « grande distinction » mise en avant par Christopher Clapham il y a plus de quinze ans[1]. De plus en plus d’anthropologues présentent en effet de riches ethnographies détaillées de la vie urbaine dans l’Éthiopie contemporaine.

Parmi les panels traitant d’études contemporaines et de changement social, on trouvait le long panel Ethiopia WIDE dirigé par Philippa Bevan, Catherine Dom, Alula Pankhurst et Sarah Vaughan. Le programme Ethiopia WIDE analyse les évolutions sociales dans l’Éthiopie rurale en suivant vingt qebelés sur plus de vingt ans, dans les quatre régions « centrales » du pays. Les premiers résultats de recherche ont été publiés à Addis-Abeba et sont disponibles dans les librairies académiques[2]. Les présentations par les chercheurs et chercheuses de l’équipe WIDE ont montré comment l’introduction de nouvelles technologies, l’intégration des marchés, l’inclusion financière ou les politiques de modernisation agricole ont transformé les modes de vie ruraux sur la période considérée. Des trajectoires migratoires sont documentées par des méthodes alliant enquête qualitative et quantitative : jusqu’à très récemment, des hommes et femmes originaires de qebelés touchés par la pression foncière dans le Kambatta les quittaient pour aller s’installer en Afrique du Sud – avant que les récentes lois et attaques xénophobes sud-africaines ne les dissuadent de partir. Hommes et femmes quittent aussi l’est du Tigray pour aller trouver de l’emploi sur le marché du travail saoudien, bien que la guerre au Yémen et la répression des migrations exercées par les autorités saoudiennes rendent le voyage très dangereux. Dans l’est du Gojjam, les habitants d’un qebelé producteur de teff résistent à l’extension des limites de la ville toute proche, faisant écho aux mobilisations similaires qui ont lieu dans tout le pays – et bien sûr contre le master plan d’Addis-Abeba. Bien reliés aux marchés d’Addis-Abeba, ces producteurs ruraux s’opposent aussi aux acquisitions foncières par des membres de la communauté installés à l’étranger, révélant comment les effets intégrateurs de la mondialisation ont un impact sur les liens communautaires et familiaux. L’usage de Facebook et d’autres réseaux sociaux permet aux gens de rester en contact avec leurs familles à l’étranger, bien que les produits culturels nationaux (chansons, séries) demeurent davantage consommés que les séries et tubes importés.

Avec la géographe affiliée au CFEE Sabine Planel, j’ai eu la chance de participer au panel WIDE, pour présenter une analyse intitulée « Incarnations de l’État : fonctionnaires et paysans dans l’Éthiopie rurale ». Nous avons présenté les résultats de longues ethnographies répétées conduites dans des communautés rurales du Bénishangul-Gumuz, du Tigray et du Wolayta. En écrivant l’article, nous nous sommes plusieurs fois demandés si nos remarques n’allaient pas être trop politiques, c’est-à-dire si l’anatomie des modes de gouvernement de l’EPRDF que cela sous-tendait n’était pas trop sensible en une telle occasion. Il s’est avéré que non, et nous avons eu la chance d’ouvrir des débats constructifs sur la fusion entre l’État et le parti au niveau local. Nous avons longuement discuté de la réalité des convictions des fonctionnaires locaux par rapport aux messages du parti, des évaluations autocritiques gimgema qui contraignent leurs activités professionnelles, des divisions ethniques à l’intérieur de l’EPRDF qui façonnent les carrières des agents dans les périphéries, de la distribution d’engrais comme étant un outil très efficace de contrôle de la paysannerie à travers la contraction de dettes, de l’enregistrement foncier comme un outil d’expulsion des paysans installés de longue date afin de transférer leurs parcelles à des investisseurs, ou encore de comment les paysans affectés deviennent des maîtres dans l’art du langage à double-sens, qui leur permet de formuler des critiques parfois acerbes à l’égard des politiques gouvernementales.

Présenter des recherches fondées sur l’ethnographie de ce que l’on pourrait appeler, en suivant la terminologie de Jean-Pierre Chauveau[3], une gouvernementalité rurale de l’EPRDF, ouvre de nouvelles pistes pour l’analyse du champ politique éthiopien. Pendant les dernières décennies, beaucoup d’articles sur le politique ont été publiés à l’étranger, souvent par des chercheurs.euses étrangers. Relocaliser le débat en Éthiopie est important, et finalement tout à fait possible, comme l’ICES de Mekelle l’a montré. Les discussions en panel étaient suivies de conservations dans les couloirs, et de nombreux participant.es à la conférence – dont nous faisons partie – partageaient leurs interrogations sur le futur du régime et sur les dispositifs méthodologiques à mettre en œuvre dans ce contexte nouveau.

Finalement, l’ICES de Mekelle a montré que des « questions sensibles », politiques, pouvaient être abordées dans le débat public et académique éthiopien. Alors que la rumeur circule d’une prochaine ICES à Addis-Abeba, et que Hawassa pourrait suivre, espérons que l’espace public reste ouvert.

When the venue of the past 20th International Conference of Ethiopian Studies (October 1st-5th, 2018) was chosen, some three years ago, nobody could expect the political turn Ethiopia has then undergone. When Mekelle University was chosen as the next convenor, the TPLF-led government was, retrospectively, at the climax of its grip on the Ethiopian society. In the summer of 2015, as Ethiopianist scholars were debating in Warsaw, the EPRDF seemed almost unshaken by the massive demonstrations that were taking place all over Oromiya, and resorted to its usual cocktail of crackdown and adjustment that it came to master over the years. In October 2018, although one can hardly predict what is to be next, the situation changed to a large extent. Abiy Ahmed, prime minister since April of the same year, introduced many reforms and political turns, such as a series of privatizations, peace and the opening of the border with Eritrea, the release of thousands of political prisoners, negotiations with the main opposition armed groups (Ginbot 7 and the OLF), and ambiguous declarations about ethnic federalism. The ‘reform process’ has also been accompanied by the multiplication of local ethnicised conflicts that usually start with tensions about access to land or related resources, before taking an identity turn within the framework of ethnic federalism.

History will tell if the process is manoeuvred by the regime and the ‘deep state’ or if the defeat of TPLF elites is actually true. But what is sure is that six months of ‘breaking news’ government style opened a new ambiance unseen from at least the 2005 electoral campaign. Whereas political debates – especially with foreigners – used to take place behind closed doors, or whispered among close friends, openly engaging a conversation about the latest political news became a much more common practice at the café terraces.

It is in this renewed context that the 20th International Conference of Ethiopian Studies took place. As usual, audience was high at the numerous History panels, showing the central place this discipline has in the moulding of the academic field of Ethiopian studies. Contemporary studies were also high on the agenda, with many presentations in social anthropology that seem to overpass the ‘great distinction’ Christopher Clapham had identified more than fifteen years ago[1]. More and more anthropologists are indeed presenting richly detailed ethnographies of urban life in contemporary Ethiopia.

Among the panels focused on contemporary issues and social change was the long Ethiopia WIDE panel coordinated by Philippa Bevan, Catherine Dom, Alula Pankhurst, and Sarah Vaughan. The Ethiopia WIDE programme has analysed social changes in rural Ethiopia by tracing 20 kebeles in the four ‘central’ regions of the country for over the last twenty years. The first results have been published in Addis Ababa and are available in academic bookstores[2]. The presentations by WIDE team researchers showed how the introduction of new information technologies, market integrations, financial inclusion or agricultural modernization policies transformed rural livelihoods over the period. Migration patterns are documented through a mix of quantitative and qualitative data: until very recently, men and women were leaving land-pressure affected kebeles in Kambatta to settle in South Africa – before recent xenophobic laws and attacks in the austral country prevented them to do so. Men and women in eastern Tigray also departed to find employment in the Saudi work market, although the war in Yemen and the repression on migration exerted by Saudi authorities made the trip very dangerous. In eastern Gojjam, residents from a teff-producing kebele are resisting the extension of the jurisdiction of the nearby town, echoing mobilisations that have taken place all over the country – and most notably against Addis Ababa’s Masterplan. Well connected to Addis Ababa’s cereal markets, these rural dwellers also oppose land acquisitions by diaspora-based members of the community, showing how integrating effect of globalization can impact family and community social links. The use of Facebook and other social media allow people to stay in touch with relatives abroad, but national cultural products (songs, dramas) still surpass the consumption of imported series and tubes.

Together with the CFEE-affiliated social geographer Dr. Sabine Planel, I had the chance to be included in the WIDE panel and to present a paper entitled ‘Embodiments of the state: civil servants and peasants in rural Ethiopia’. We presented the results of long and repeated ethnographies conducted in rural communities of Benishangul-Gumuz, Tigray and Wolayta.  When writing the paper, we repeatedly asked ourselves if our remarks would not be too political, i.e. if the underlying anatomy of the EPRDF’s mode of government at the local level was not too sensitive for such a venue. It actually proved not, and we had the chance to debate about the merging between party and state structures, and the local level. We discussed at length about to what extent were local civil servants to be considered as true believers; how gimgema evaluations and self-criticism constrained their professional activities; how the ethnic divides within the EPRDF actually shaped political careers for agents in the peripheries; how fertilizer supply was used as a very effective tool to control the peasantry through contracting credit; how land registration can be used to expel long-settled farmers in order to grant their parcels to investors; or how affected peasants master the language of double-meaning to formulate sometimes harsh criticism of governmental policies.

Presenting ethnography-based researches about what one could call an EPRDF rural governmentality, following Jean-Pierre Chauveau’s Foucaldian terminology[3], opens the door for new analysis of the Ethiopian polity. Over the last decades, many articles about policies and politics under the current regime have been written and published abroad, quite many of them by foreign researchers. Relocating the debate in Ethiopia was much welcomed, and eventually utterly possible, as Mekelle’s ICES has shown. The formal panel discussions were soon followed by dense chats in the corridors, as it seemed clear that quite many participants of the conference – we were among them – shared interrogations about the future of the regime and about methodological disposals to implement in this renewed context.

All in all, some of Mekelle’s discussion belied the statement that ‘sensitive issues’ such as politics could not be voiced in the Ethiopian public and academic debate. As rumour has it that decision was taken to organise the next conference in Addis Ababa, and as Hawassa could follow next, hope is high that debates will keep the same tone.

[1] Christopher Clapham, « Rewriting Ethiopian History », Annales d’Ethiopie, 2002, vol. 18, p. 37‑54.

[2] Voir Alula Pankhurst, Philipa Bevan, Catherine Dom, Agazi Tiumelissan and Sarah Vaughan (eds.), Changing Rural Ethiopia: Community Transformations, Los Angeles, Tsehai Publishers, 2018. Certaines publications du programme sont disponibles à l’adresse : http://ethiopiawide.net/publications/#jump1.

See Alula Pankhurst, Philipa Bevan, Catherine Dom, Agazi Tiumelissan and Sarah Vaughan (eds.), Changing Rural Ethiopia: Community Transformations, Los Angeles, Tsehai Publishers, 2018. Some of the publications of the programme can be accessed at: http://ethiopiawide.net/publications/#jump1.

[3] Jean-Pierre Chauveau, « Le nexus État, foncier, migrations, conflits comme champ social », Critique internationale, 2017, vol. 75, no 2, p. 9.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.