J.-R. Boisserie : Diffuser les connaissances paléontologiques en Ethiopie / Transfering paleontological knowledge in Ethiopia

ENTRETIEN / INTERVIEW

Entretien avec Jean-Renaud Boisserie, paléontologue au CNRS, à l’IPHEP (Poitiers) et chef de l’Omo Group Research Expedition, mission soutenue par le CFEE.

Interview with Jean-Renaud Boisserie, paleontologist at the French National Centre for Scientific Research (CNRS) at IPHEP (Poitiers) and leader of the Omo Group Research Expedition, a mission supported by the CFEE.

Jean-Renaud Boisserie est le principal conseiller scientifique de la nouvelle exposition de paléontologie et de préhistoire du Musée national d’Éthiopie. Il évoque son expérience de recherche et de coopération scientifique en Éthiopie, et la nécessité de la diffusion des connaissances dans ce pays dans lequel il travaille depuis plus de 15 ans.

Jean-Renaud Boisserie is the main scientific adviser of the new paleontological and prehistoric exhibition at the National Museum of Ethiopia. Here he deals with his experience in research and scientific cooperation in Ethiopia, and with the need of knowledge tranfer in this country. where he works since more than 15 years.

(Bilingual article)

Quel a été votre part et la part de la mission paléontologique et préhistorique que vous dirigez en Éthiopie depuis 2006, l’Omo Group Research Expedition, dans l’élaboration de cette nouvelle exposition permanente?

What has been your role, and the role of the paleontological and prehistoric mission that you lead in Ethiopia since 2006, the Omo Group Research Expedition, in the making of this new permanent exhibition?

Une part décisive. Les recherches en paléontologie et préhistoire sont très compétitives en Éthiopie, et bien des scientifiques locaux et internationaux qui y contribuent se focalisent sur leurs recherches et, hélas, pas grand-chose d’autre. Ce n’est pas le cas de notre équipe : nous avons toujours essayé de maintenir un équilibre entre recherche et diffusion des connaissances, qui est à mon avis un aspect clef du travail de recherche. A quoi serviraient nos découvertes, si nous ne les partagions pas avec le reste de la société, et à commencer par le public éthiopien ? J’ai donc assuré l’élaboration du scénario scientifique, l’écriture et la révision des textes, le choix des illustrations… Jusqu’à superviser les dernières phases techniques de la mise en place de l’expo avec les équipes du CFEE !

Néanmoins, je n’ai pas été le seul scientifique embarqué dans cette aventure. J’ai été aidé par une collègue archéozoologue du Muséum national d’histoire naturelle, Joséphine Lesur, et un préhistorien de l’Université de Toulouse Jean Jaurès, Clément Ménard. Les traductions en amharique ont quant à elles été assurées par des collègues éthiopiens : Berhane Asfaw (paléoanthropologue) et Yonas Beyene (préhistorien). Et nous avons bénéficié des efforts réalisés précédemment par des collègues avec qui je collabore sur le plan scientifique, notamment l’équipe du projet Middle Awash (Université de Californie à Berkeley) et Gen Suwa de l’Université de Tokyo.

A critical part. Paleontological and prehistoric studies are highly competitive in Ethiopia, and many involved national and international scientists focus on their research and, unfortunately, not much else. This is not the case of our team: we always tried to maintain a balance between research and knowledge transfer, which is a key aspect of research work in my opinion. What would be the purpose of our discoveries if we did not share them, starting with the Ethiopian public? I therefore elaborated the scientific scenario of the display, I wrote and/or revised the texts, I defined the illustrations, and I also coordinated the final technical implementation of the display with the teams of the CFEE!

Yet, I was not the only scientist to contribute to this adventure. I was helped by an archeozoologist colleague from the Muséum national d’histoire naturelle in Paris, Joséphine Lesur, and by a prehistorian from the University of Toulouse Jean Jaurès, Clément Ménard. Amharic translations were performed by Ethiopian colleauges: Berhane Asfaw (paleoanthropologist) and Yonas Beyene (prehistorian). We also benefited from previous efforts conducted by colleagues with whom I collaborate scientifically: in particular the Middle Awash project (University of California at Berkeley) and Gen Suwa, from the University of Tokyo.

L'équipe du projet OGRE / The OGRE team © Ogre
L’équipe du projet OGRE / The OGRE team © Ogre
La mission dans la vallée de l'Omo / The mission in the Omo valley
La mission dans la vallée de l’Omo / The mission in the Omo valley © OGRE

 

Sur le plan de la paléontologie, quelles nouveautés ont-elles été apportées par rapport aux expositions précédentes?

Regarding paleontological knowledge, what are the new elements that have been brought comparing with previous exhibitions?

La paléontologie est une discipline très dynamique en Éthiopie, avec de nombreuses découvertes au fil des ans. La dernière galerie qui présentait l’ensemble de la paléontologie éthiopienne datait de 2000, et malgré des ajouts significatifs en 2008 et 2010, il était nécessaire de faire une mise à jour des découvertes. Ainsi, nous avons donné une place importante à de nouveaux fossiles tels que celui de Selam, le squelette d’un bébé australopithèque publié en 2006 par un collègue éthiopien, Zeresenay Alemseged. Nous avons pu également réunir Lucy et Ardi, les deux squelettes partiels « stars » découverts en Éthiopie. Respectivement datés de 3,2 millions d’années (Ma) et 4,4 Ma, il était très important de mettre ces fossiles côte à côte et de permettre au public de les comparer. Les visiteurs peuvent ainsi observer directement les changements morphologiques qui ont marqué notre évolution et ont fait de nous ce que nous sommes.

De plus, nous avons présenté le cadre général de la paléontologie africaine, qui était presque totalement absent des scénographies précédentes. Or, c’est un élément fondamental pour pouvoir comprendre les fossiles éthiopiens. Ainsi, Lucy, que beaucoup prennent encore pour la doyenne de l’humanité, est aujourd’hui placée à mi-chemin de notre histoire, qui a duré au moins sept millions d’années !

Nous avons pu enfin donner une vraie place à notre évolution culturelle dans cette nouvelle exposition, en dédiant une partie de l’espace à la préhistoire. L’Éthiopie est à ce jour le pays où l’on a découvert les plus anciens outils de pierre taillée au monde, ainsi que d’importants témoins des principales technologies lithiques qui se sont succédées au cours des presque trois derniers millions d’années.

Finalement, un autre fil conducteur de la nouvelle galerie est la mise en évidence de l’interaction entre évolution et changements environnementaux. Ces conditions environnementales et climatiques changeantes nous ont conduit à nous adapter tant sur le plan morphologique que comportemental, faisant de nous ce que nous sommes aujourd’hui. Tous les humains n’ont pas eu cette capacité, et des portions majeures du rameau évolutif humain se sont éteintes. Le public peut se rendre compte de cela grâce à cette nouvelle exposition. Or cette prise de conscience me semble d’une urgente nécessité, car les changements climatiques en cours aujourd’hui sont particulièrement intenses, et nous pourrions être les prochains sur la liste des espèces éteintes.

Paleontology is a very dynamic field in Ethiopia, with many discoveries every year. The previous display including the whole Ethiopian paleontology was made in 2000, and despite significant additions in 2008 and 2010, it was necessary to give some room to the new discoveries. For example, we included significant new fossils, such as Selam, the skeleton of a baby Australopithecus published in 2006 by an Ethiopian colleague, Zeresenay Alemseged. We also present Lucy and Ardi together. These are the two famous fragmentary skeletons found in Ethiopia, dated to 3.2 million years ago (Ma) and 4.4 Ma respectively. It was important to place these fossils side by side, allowing the visitors to compare them. It is hence possible to directly observe the morphological changes that characterize our evolution and that are constitutive of our nature.

We also presented the general framework of African paleontology, which was barely mentioned in previous displays. This is indeed a critical aspect in order to understand Ethiopian fossils. For example, Lucy, who is still considered by many as the oldest known human ancestor, is in fact in the middle of an history that lasted for at least seven million years!

We are able to give a real place to our cultural evolution in this new display, by allocating a significant space to prehistory. Ethiopia is, to date, the country of the oldest known stone tools in the world. Its heritage also includes important data on the main lithic industries that form an almost 3-million-year sequence.

Finally, another thread of the new display is to highlight the interaction between evolution and environmental changes. Environmental and climatic conditions forced us to adapt morphologically and behaviourally, transforming us into what we are today. All human beings did not have this ability, and major parts of the human evolutionary group went extinct. The public can see that thanks to this display. Being aware of this seems to me an urgent need, because on-going climatic changes are pretty intense, and we could the next ones on the list of extinct species.

Si l’exposition témoigne de la place occupée par l’Afar dans la paléontologie éthiopienne, la vallée de l’Omo, dans l’extrême Sud éthiopien, est également très représentée. Pourquoi cette région contribue-t-elle autant à notre connaissance de l’évolution et des environnements du passé ?

The exhibition shows the crucial role played by the Afar region in Ethiopian paleontology, but the Omo valley, in the Southern part of Ethiopia, is equally very well represented. Why does this region contribute so much to our knowledge of evolution and past environments?

Comme l’Afar, la vallée de l’Omo a livré de nombreux restes de préhumains. Par contre, aucun de ces restes n’est aussi complet que Lucy ou Ardi. Ils témoignent donc d’une histoire évolutive plus difficile à reconstruire. L’importance de l’Omo est ailleurs. Cette vallée recèle une structure géologique unique au monde : la formation de Shungura. Cet empilement de couches sédimentaire s’est produit avec très peu d’interruptions entre 3,6 Ma et 1 Ma. Il a été de plus peu affecté par la tectonique, alors que les sites de l’Afar sont souvent des casse-têtes chinois pour les géologues du fait de fractures et lacunes importantes. La formation de Shungura, légèrement basculée sur le flanc et relativement peu perturbée, est un véritable livre ouvert sur une période clef de notre évolution : celle qui a vu les premiers outils en pierre, celle aussi d’une dichotomie fondamentale au sein de notre histoire évolutive, séparant d’un côté les tous premiers représentants du genre Homo et de l’autre les australopithèques robustes. C’est bien simple, cet enregistrement précieux, très bien daté et quasi continu, n’existe nulle part ailleurs en Afrique. Il est d’autant plus important que les préhumains et leurs outils ne sont pas les seules richesses de Shungura : ils sont accompagnés par un très grand nombre de fossiles d’autres animaux et d’abondants témoins des environnements passés, tant géologiques que biologiques. En gros, il s’agit d’un laboratoire naturel parfait pour observer l’évolution des écosystèmes africains sur une période de deux millions d’années décisives pour l’avènement du monde actuel. D’une certaine manière, c’est un équivalent fossilisé des zones ateliers créées par l’Institut écologie et environnement du CNRS.

As for the Afar, many human fossil remains were found in the Omo Valley. None of these remains are as complete as Lucy or Ardi, making more difficult to reconstruct the local evolutionary history. The significance of the Omo is in fact different. This valley bears a unique geological structure: the Shungura Formation. This stack of sediment layers was deposited with little interruption between 3.6 Ma and 1 Ma. It was mildly impacted by tectonic events, to the contrary of the Afar sites that display gaps and faults often puzzling geologists. The Shungura Formation, slightly tilted on the side and mildly disturbed, is like an open book on a key time period of our evolution: that of the earliest known stone tools, that as well of a major split in our evolutionary history, separating the earliest representatives of genus Homo on the one hand, and the robust Australopithecus on the other hand. This precious record, well-dated and almost continuous, simply does not exist elsewhere in Africa. It is all the more important that fossil humans and their tools are not the only heritage resources found at Shungura: they come with a great number of other animal fossils and abundant geological and biological evidence on past environments. To sum up, this place is like a natural laboratory for studying the evolution of African ecosystems over a time period of two million years that shaped the world as we know it today. In some way, it is the fossilized equivalent of the “zones ateliers” created by the Institute ecology and environment of the CNRS.

Localisation du site de Shungura / Localisation of Shungura site
Localisation du site de Shungura / Localisation of Shungura site © OGRE
La formation de Shungura / The Shungura formation
La formation de Shungura / The Shungura formation © OGRE
L'équipe au travail sur la formation de Shungura / The team at work on Shungura formation
L’équipe au travail sur la formation de Shungura / The team at work on Shungura formation © OGRE

 

Il n’y a pas que les hominidés: les autres animaux sont particulièrement à l’honneur dans cette nouvelle exposition. En quoi les derniers résultats dans ce domaine contribuent-ils significativement à l’étude des mécanismes de l’évolution, et de la notre en particulier?

Hominids are not the only ones: other animals are particularly well represented in this new exhibition. How significantly does last results in this field contribute to the study of evolutionary mechanisms, and of our evolution in particular?

Les hominidés sont connus par des restes extrêmement rares. Quelques centaines de fossiles significatifs pour l’ensemble de l’Afrique. Les fossiles tels que Lucy et Ardi sont, et resteront, exceptionnels. C’est un problème important pour la paléontologie, parce que les espèces sont morphologiquement variables : regardez l’humanité ! Sans parler des différences liées à la distribution planétaire de notre espèce (pensez à un pygmée d’Afrique centrale, un scandinave, un mongol et un aborigène d’Australie), chacun d’entre nous diffère des membres de sa famille, de sa population. Rajoutez à cela les différences anatomiques entre hommes, femmes, enfants et vieillards… Or, certaines espèces d’hominidés, comme par exemple Australopithecus garhi, découvert dans le moyen Awash et daté de 2,5 Ma, ne sont connues que par guère plus qu’un individu. Il est très difficile, dans ces conditions, d’interpréter seuls ces fossiles et surtout de comprendre les facteurs et les dynamiques de leur, de notre évolution.

Heureusement, d’autres espèces de grands vertébrés sont représentées par de très nombreux individus. C’est le cas, notamment, des bovidés, des suidés (cochons), des hippopotamidés, des éléphantidés, collectés par dizaines – voire centaines – de milliers dans les sites africains. Il est possible de traiter statistiquement ces données et d’avoir une bien meilleure idée des espèces en présence. Cette manne de données est absolument vitale pour décrire le cadre de vie des préhumains, les ensembles fauniques reflétant les milieux fréquentés par nos ancêtres. Elle permet également de replacer les fossiles humains dans le temps – c’est le cas, par exemple, des suidés, remarquables outils de datation relative grâce à l’évolution rapide et spectaculaire de leur denture.

Enfin, et surtout, ces données permettent de décrire les grands événements qui ont affecté notre histoire évolutive. Je pense principalement aux réponses adaptatives aux changements environnementaux, ainsi qu’aux dispersions fauniques en Afrique et entre continents. On ne peut pas faire cela à partir du seul registre des hominidés, trop fragmentaire.

Hominids are known by very rare remains. A few hundreds of significant fossils for the whole Africa. Fossils such as Lucy and Ardi are, and will remain exceptional. This is a major problem for paleontologists, because species are morphologically variable. Look at humankind! Without mentioning differences linked to the worldwide distribution of our species (think about a central African Pygmy, a Scandinavian, a Mongol, and an Australian Aborigine), each of us differ from the members of her/his family, of her/his population. Add to this anatomical differences between men, women, children and elders… In contrast, hominid species such as Australopithecus garhi, discovered in the middle Awash and dated to 2.5 Ma, can be known through not much more than a single individual. It is quite difficult, in these conditions, to interpret these fossils and especially to understand the factors and dynamics of their, of our evolution.

Fortunately, specimens of other large vertebrate species are found in great numbers. This is notably the case of bovids, suids (pigs), hippopotamids, elephantids, collected by tens – or even hundreds – of thousands in African sites. It is possible to deal statistically with this data and to have a much better idea of these species. This wealth in data is vital for describing the framework in which our ancestors lived, faunal assemblages reflecting their habitats. It also helps to date fossil humans – this is the case, for example, of the suids that are remarkable tools of relative dating thanks to the fast and spectacular evolution of their dentition.

Above all, this data allows the description of the the main events that impacted our evolutionary history. I notably think about the adaptive responses to environmental changes, as well as the faunal dispersals in Africa and between continents. It is not possible to do this with the too-fragmentary hominid record alone.

Mise au jour d'un fossile d'hippopotamidé / Finding a hippopotamid fossil
Mise au jour d’un fossile d’hippopotamidé / Finding a hippopotamid fossil © Ogre

 

L’évolution est-elle un sujet sensible en Éthiopie, pays marqué par le poids des religions? Quelles relations votre champ d’études entretient-il avec le monde éthiopien?

Is evolution a sensitive topic in Ethiopia, a country where religions are very central? What are the relations between your field of research and the Ethiopian world?

Les Éthiopiens que j’ai rencontrés au cours des 15 dernières années me semblent à la fois très fiers d’avoir reçu en héritage une part essentielle des témoins de notre évolution, et à la fois assez circonspects quant aux implications que ces objets ont sur notre compréhension de l’histoire du monde et de la place de l’humanité dans l’univers. Le sujet est certainement sensible, car il revient régulièrement dans les questions que me pose le public éthiopien. Lucy et Ardi d’un côté, Adam et Eve de l’autre : beaucoup de gens pensent qu’il y a opposition entre science et religion sur ce point. Il est très important que le public et les responsables religieux éthiopiens, mais aussi les scientifiques, comprennent que cette opposition perçue n’est en réalité qu’une apparence. Les écrits religieux sont porteurs de messages moraux, alors que les découvertes que nous effectuons en sont totalement dépourvues. Les paléontologues s’attachent à décrire le plus fidèlement et le plus précisément possible le monde tel qu’il a existé, tandis que les traditions monothéistes utilisent constamment les mythes et les paraboles pour révéler un sens profond beaucoup plus important que leur sens littéral. De fait, les personnes qui ont écrit la Bible ont utilisé leurs perceptions restreintes du monde physique (par exemple, une terre perçue comme plate) comme un simple cadre pour évoquer avant tout le divin, mais certainement pas pour faire une leçon de sciences naturelles.

En fait, la science et la religion parlent de choses tout à fait différentes, et n’ont ni les mêmes objets, ni les mêmes pratiques. Quant à la « théorie de l’évolution », les textes religieux ne se prononcent pas réellement sur le sujet. Les récits de la création du monde y sont souvent multiples, notamment au sein de la Bible. De fait, l’Église catholique reconnaît aujourd’hui que l’évolution n’est pas une abstraction théorique, mais un fait établi scientifiquement, et que cela n’est en aucun cas une menace ou une contradiction pour le message du Christ. Je pense qu’il est possible, qu’un jour, l’Église orthodoxe éthiopienne adopte une position équivalente.

Enfin, en Éthiopie, il me semble que cette question est pour l’instant assez peu polluée par des aspects politiques, comme c’est le cas, malheureusement, aux États-Unis. Ne nous y trompons pas, les créationnistes et autres partisans du « dessein intelligent » made in USA ne défendent pas le christianisme, pas plus que les « djihadistes » modernes ne défendent l’islam. Bien au contraire, les uns comme les autres détournent et instrumentalisent des traditions et thèmes religieux pour imposer leur volonté politique au reste de la société. En Éthiopie, contrairement aux États-Unis, je n’ai pas constaté – pour le moment – l’existence d’un lobbyisme agressif visant à altérer le contenu des enseignements et à rejeter les avancées de la recherche dans notre domaine par le biais de procès retentissants et fortement médiatisés.

On the one hand, the Ethiopian people whom I met during the last 15 years appeared to me quite proud of having inherited of a critical record of our evolution. On the other hand, they are often somewhat cautious about the implications of this heritage for our understanding of the world and of the place of humankind in the universe. This topic is probably sensitive, because it shows up often within the questions of the Ethiopian public. Lucy and Ardi on the one hand, Adam and Eve on the other hand. Many people believe that science and religion are opposed on this. It is critical for the public and the Ethiopian religious authorities, but also for the scientists, to understand that this perceived opposition is not real. The religious writings convey moral messages, whereas fossil discoveries do not at all. Paleontologists work at describing as precisely as possible the past world, whereas monotheist traditions constantly use myths and parables to unveil a hidden meaning much deeper than the literal one. In fact, the people who wrote the Bible used their restricted perception of the world (for example, the Earth perceived as flat) as a simple frame, principally to evoke the divine, and certainly not to give us lectures on natural sciences.

In fact, science and religion speak about very different matters, and they do not have the same topics, or the same practices. As the “evolutionary theory”, religious texts do not really say anything about it. The stories of the world creation are often multiple, notably within the Bible. In fact, the Catholic Church today recognizes that evolution is not a theoretical abstraction, but a scientifically established fact, and that it does not endangered or contradict at all the message of the Christ. I think it could be possible that, some day, the Ethiopian Orthodox Church would come to a similar position.

Finally, in Ethiopia, it seems to me that this question is, for the time being, not much polluted by political aspects, unlike and unfortunately in the United-States. Let’s not make any mistake here: creationists and other adepts of the “intelligent design” made in USA do not stand for protecting Christianity, not more that the “jihadists” stand for protecting Islam. Quite to the opposite, they all hijack and exploit religious traditions and themes to impose their political will to the rest of the society. In Ethiopia, unlike in USA, I did not observe – for the time being – the existence of a virulent lobbying aiming at altering teaching contents and at rejecting the scientific advances in our field by using spectacular and highly publicized trials.