Extended Deadline Call for Papers: Annales d’Éthiopie Vol. 33

APPEL À CONTRIBUTIONS / CALL FOR PAPERS

Annales d’Éthiopie, vol. 33 (2019)

Dossier thématique / Special issue

Date limite de soumission des articles repoussée au : 15 juin2019 / Deadline for article submission extended to: June 15, 2019.

Le travail en Éthiopie : rationalisation, dominations, mobilisations
Work in Ethiopia: Rationalization, Dominance and Mobilizations

Coordinatrice du dossier / Guest editor for the special issue: Constance Perrin-Joly

Voir les détails ci-dessous / See the details below

[Version française plus bas]

Work is neither a subject omitted by the research on the Horn of Africa, however this is nor an object of study in its own right. Scholars generally subordinate analysis of work to analysis of development. On the one hand this concept of development is linked with an optimistic vision which highlights the successes of the developmental State implemented in Ethiopia. On the other hand, development is associated to a pessimistic view of the country, focused on poverty reduction.

The first vision points out the substantial growth that the country would have since a decade of years (in average more than 10%). Because of this growth, observers have qualified Ethiopia as new emerging country (Daziano, 2013). The growth would be the symbol of developmental State success (Johnson, 1982). Indeed, since 2001, EPRDF has followed this new ideological direction (Abbink, 2011, Clapham, 2018). The party has actually accepted to abandon the socialism for the benefit of State-led capitalism. In accordance with the Beijing consensus (Ramo, 2004), the Ethiopian economic policy relies on structural development in the country (Building dams, roads, Addis Ababa tramway or railway from the capital city to Djibouti is an illustration of this). This priority doesn’t involve necessarily any political liberalization. This position makes the State become a crucial actor to lead the economy, maintaining a protective distance from the private sector, in particular foreign companies (Rodrik, 2004), and fostering spill-over effects between various sectors (Hirshman, 1958). It deals with promoting the capacity to go beyond the natural endowment and comparative advantages which tend to confine African countries in low-income sectors. On the contrary, the second view stresses on the vulnerability of a country rated as the 174th place in the development index (on 187 in 2016), regularly affected by drought and followed food crisis, and one of the main beneficiaries of international aid for development in sub-Saharan Africa. Poverty becomes actually « a mobilizing motto for international organizations and NGO since the nineties » (Copans, 2014, p. 41). These both visions are far from antagonist, they reveal the contrasts of Ethiopian economical situation, they also meet on reducing the country to its (more or less advanced) position in an economical development process.

In this context, scholars study work on the one hand through employment angle and the potential of certain activities for creating job opportunities, thus for reducing poverty. By doing so, scholars risk either to fit research on the Procrustean bed of categories, often built in Global North and sometimes not able to report on Global South realities. We think for example at the debated notion of informal work (see among others : Fontaine, Weber, 2010 ; Lautier, 2004). Or they also assess public policies (or confirm their usefulness) without querying their ideological foundations. On the other hand, scholars address work in the prism of deviant activities (without questioning the implicite norm which distinguishes deviant activities from appropriated ones). Work is not what matters the most, scholars focus on workers as vulnerable people, who need help (or to be put back on the right track). This is the case of studies on sex workers (for example : Van Blerk, 2008), child labor (for example : Getinet Hailea & Beliyou Haile, 2012), or detrimental effects of working migrations (Saïd Chiré and Bezunesh Tamru, 2016). Recent studies on occupational health in Ethiopia follow the same logic, focusing first on pathologies instead of questioning work, workers and their working conditions (among others : Chercos Daniel Haile, Berhanu Demeke (2017), Kifle Manay ; Engdaw Dagnew; Alemu Kassahun ; Hardeep Rai Sharma ; Amsalu Senafikish ; Feleke Amsalu ; Worku Walelegn, 2014).

The Ethiopian State as well as international funders promote a research working to the benefit of the development, consequently promoting the both views of work described before. On the one hand, public policies by encouraging an active role of the State in the country industrialization, support also (and finance) studies able to give direction and to legitimate the public actions. The developmental credo is indeed based on a strong ideological discourse (Lefort, 2015), it represents equally an economical principle and a source of political legitimacy for the ruling party (Singh, Ovadia, 2018). We can consider the importance taken by think-tanks[1] in Ethiopia, mainly focused on development analysis, as a sign of a subordination of research to the governmental purposes.

On the other hand, international organizations and funders promote also this analysis angle whether by research or more often in expert reports[2]. We can particularly observe it in a country which benefit largely from international aid and concessional loans[3]. Despite of strengthening Ethiopian authoritarianism in the last years (Bach, 2016), donors justify the huge aid amount for Ethiopia due to the good « technical » gouvernance of funds given (Clapham, 2018) and the necessity to have a stable allied country in a region affected by numerous conflicts (Dereje Feyissa, 2012 ; Fantini, Puddu, 2016). Thus, aid takes part of a more economical than political moralization (aiming to promote a freely operating market economy). Ultimately, the « earmarking » of the research makes work in Ethiopia a blind spot of the knowledge. This call for papers requests to take a step to the side, following Everett Hughes’ precept (1990) which encourage to study « pretentious » professions with the same tools designed by sociology of work to analyze humble workers. Instead of complying with political and economical approach considering work in Ethiopia as a lever of development, we invite scholars to analyze work per se. From Ethiopia, we aspire to renew socio-anthropological researches on work in Africa, exhausted in the nineties and replaced by falling back on Western countries in the French-speaking sociology (Copans, 2014).

Two axes could be in particular heuristic. The first one aims to mobilize data collected about work and to analyze them through a new prism. We want to gather in this issue of Annales d’Éthiopie scattered knowledges and to propose a rereading focused on analyze of work and social relationship associated. The second axe proposed to question more precisely the effects of industrialization in Ethiopia on work. We suggest below non exhaustive areas for further consideration.

  1. Work Organization in Ethiopia

Using classical questions, this axe aims to gather knowledge on work organization in Ethiopia to identify its potential specificities. On the one hand, we consider the division of labor and the dominance associated, in a country built on ethnic divisions (Ficquet, 2009) (1). On the other hand, we invite contributors to query relationship to work over time, through contemporary history of Ethiopia impacted by deep socio-political changes.

  • Division of Labor and dominance in urban area

How and between who is work divided ? In particular, despite the data about the ethnical patchwork which is at the foundation of Addis Ababa (Garretson, 2000; Harre, 2018), systematic data still miss on how this ethnical patchwork reflects also ethnical division of labor. Who cooperates with who ? To whom the « dirty work » (Hughes, 1990) is delegated, according to which criterium, with which justification ? Who resists and tries to make his.her work rewarded either in a collective way (in particular by the professionalization process) or in an individual one by accessing to upper positions ?

Numerous data show that women contribute a lot to the Ethiopian workforce (Mammen, Paxson, 2000 ; Mitki, Berthomieu, 2008), but their participation to labor market is not synonymous of wage and job opportunities equality. However, researches are still focused on women as a familial pillar (Teshai Berhane-Selassie, 1997). Instead of considering women as lever for better health and solarization of children (Getahun, Villanger, 2018), we propose to explore female occupational aspirations, to analyze change in occupations and their feminization (for example : workers in garment are mostly women but tailors in the street are almost exclusively men), to explain female careers which achieve to break the glass ceiling. It could allow to enlighten in a new way the place of women on the Ethiopian labor market.

Analyzing division of labor and dominance cause also us to reflect on its mirror : collectives within the workplace and outside, their shapes and their cooperative relationships.

  • Occupational Life-courses

Tackling work diachronically could provide informations about the career of Ethiopian workers. Which back and forth, which moves between different types of activities ? Which role have played some companies (in particular State-owned companies) in social mobility, under the Derg regime and after ?

Which sort of social and economical resources use workers who have played their cards successfully ? To what extend economical and political changes in Ethiopia in the 20th and the 21st centuries have they impacted career shapes and structured different occupational generations with diverse aspirations ?

In this perspective, taking into account migrations (as well as internal displacements in the country or international migrations) is crucial for the analysis. For example, the return of the Ethiopian diaspora, attracted by economical opportunities of a country sometimes almost unknown, their confrontation to Ethiopian labor market or their difficulties to set up a business could be a fruitful fieldwork.

  1. Work through Ethiopian industrialization prism

In this axe, we are waiting for articles, analyzing the effects of public policies and economical evolution on work, taking into account changes in the country during the last 20 years.

Three directions could be prioritized. The Growth and Transformation Plan has led the Ethiopian industrial development, in particular export-led sectors and sectors using agricultural commodities in the country (as leather, floriculture) (Oqubay, 2015). Scholars have then investigated the concrete linkages of theses sectors and effects on the development of the country (Ayelech Tiruwha Melese, Helmsing, 2010 ; Altenburg, 2010). In this vein, this issue of Annales d’Éthiopie could question the effects of the State economical activism on work by describing for example the occupations in the industrial parks (1). Tax incitations, aimed to promote foreign direct investment, have facilitated the recent opening of the country (which has started in the 2000’s and has accelerated these last ten years). In this context, workers could face to new style of management, imported from global capitalism. Scholars could address this changeover or the confrontation between different management devices (2). Finally, the foundation of foreign industry associations or chamber of commerce on the one hand, and the popular protest on the other hand, let us see a changing balance between actors (companies, State, workers) that we propose to observe (3).

  • Working in an Industrial Park

Even if only a few parks are in operation, « what working in an industrial park does it mean ? » could be an interesting question. First, from the workers point of view, what sort of relationships have they with workers of the other companies in the park ? What are the effects of pooling services ? How workers in different companies do they compare working conditions ? What sort of collective organization could be raised due to this proximity (whether occupational, union or community-based) ?

Then from the point fo view of companies, what type of relationships do they develop with the communities beyond the park ?

  • Foreign Investment impact and management devices

What sort of working relationships (and according to which reference standard ?) foreign managers and Ethiopian workers do they build up ? The issue of cooperation between partners in Ethiopian and foreign investors joint-venture has to be documented. These joint-ventures or partnerships may they induce new management devices of work and workforce ? A fieldwork on State-owned enterprises bought by foreign investors could also support the more global hypothesis of an acculturation to the management standards and rationality promoted by global capitalism.

  • Collective mobilizations

Mobilizations can be the one of intermediary organizations, created to make the companies voice heard. The new licensing for foreign companies associations and the development of industry associations take part into the emergence of new actors in the regulation of work. What sort of relationships do they build up with State (writing the History of investors demands, identifying changes occurred with the Investment Policy Dialog Plateform implemented by the government in 2016… could help to understand the evolution of these relationships) ? What connections have they with historical actors such as Addis Chamber or Unions ? What is the potential specificity of the stance of each actor ? In this power game, which place for demands about work per se ? Work analysis could also address work in theses associations and workers running them.

The second type of mobilization deals with popular protest. Articles could underpin demands linked to work by analyzing social movements in Ethiopia these last ten years. For example, the Oromo Protest in 2015 has embodied land grabbing criticism (Lavers, 2012 ; Planel, 2007). Nevertheless the fact that factories which benefit from the lands may not have fulfilled their commitment particularly in terms of employment, has exacerbated the criticism. For the first time, economical investment were a target of a huge popular discontent. What do these social movements reveal about working demands of their members ? What these social movements have possibly changed ?

Deadline for full article submission: June 15, 2019 (max. 50,000 signs, English or French),

Please send your article by email to the following addresses: cperrinjoly@gmail.comsecretariat.scientifique@cfee.cnrs.fr

(guidelines  : http://www.cfee.cnrs.fr/IMG/pdf/ae_guidelines_2017.pdf)

Annales d’Éthiopie is a multidisciplinary academic peer-reviewed journal with an international scientific committee, published by the French Centre for Ethiopian Studies (CFEE) and De Boccard. It covers all scientific fields, from the natural sciences (paleontology and earth sciences) to the humanities and social sciences and publishes articles on Ethiopia and the Horn of Africa. Submissions, in English or in French, are anonymously evaluated by two external referees (double blind). Articles published in French are accompanied by an English short version. The journal is available for free on the Persée website (https://www.persee.fr/collection/ethio) after a one-year embargo.

In addition to the special issue, Annales d’Éthiopie will consider for publication any contribution in the fields covered by the journal, and particularly fieldwork reports.

[notes and references after the French version]


Le travail en Ethiopie : rationalisation, dominations, mobilisations

Si le travail est loin d’être absent de la recherche sur la Corne de l’Afrique, il n’est cependant pas traité comme un objet à part entière mais subordonné à une analyse du développement. La notion de développement est associée en Éthiopie à la fois à une perception « optimiste » qui met en exergue les réussites du modèle de developmental state mis en œuvre dans le pays, et à une version « pessimiste » du pays qui se concentre sur la réduction de la pauvreté.

La première approche met en avant la croissance importante que connaîtrait le pays depuis une dizaine d’années (en moyenne supérieure à 10%), croissance qui autorise des observateurs à le qualifier de nouvel émergent (Daziano, 2013). Elle serait le symbole du succès de l’État développemental (Johnson, 1982). Ce dernier constitue la nouvelle orientation idéologique prise par l’EPRDF depuis 2001 (Abbink, 2011, Clapham, 2018). Le parti a alors accepté d’abandonner son engagement dans le socialisme au profit d’un capitalisme dirigé par l’État. S’inscrivant dans la logique du consensus de Beijing (Ramo, 2004), la politique économique éthiopienne mise sur le développement structurel du pays (la construction de barrages, de routes du tramway d’Addis-Abeba, ou de la ligne de chemin de fer reliant la capitale à Djibouti en sont des illustrations), priorité autonome de toute libéralisation politique. Promouvant la capacité à aller au-delà d’avantages comparatifs ‘naturels’ qui ont tendance à cantonner les pays africains dans des secteurs peu rémunérateurs, cette position fait de l’État un acteur central à la fois pour orienter l’économie, conserver une distance protectrice par rapport au secteur privé, en particulier aux entreprises étrangères (Rodrik, 2004), et favoriser des effets d’entraînement entre différents secteurs (Hirshman, 1958). La seconde approche met à l’inverse l’accent sur la vulnérabilité d’un pays au 174ème rang mondial en termes de développement humain (sur 187 en 2016), régulièrement secoué par des sècheresses et les crises alimentaires qui s’en suivent, et l’un des principaux pays bénéficiaires de l’aide internationale au développement en Afrique Subsaharienne. La pauvreté est en effet devenu « le slogan mobilisateur des organisations internationales et des ONG à partir des années 1990 » (Copans, 2014, p.41). Loin de constituer deux visions antagonistes, ces deux points de vue révèlent les contrastes qui caractérisent la situation économique, tout comme elles se rejoignent dans la réduction du pays à sa situation (plus ou moins avancée) dans un processus de développement économique.

Dans ce contexte, le travail est étudié d’une part sous l’angle de l’emploi et de la capacité de certaines activités à en générer, et donc à diminuer la pauvreté. La recherche peut alors soit être mise sur un lit de Procuste des catégories, souvent pensées au Nord, parfois malhabiles à rendre compte des réalités au Sud. On pense, par exemple, à la notion discutée de travail informel (notamment Fontaine, Weber, 2010; Lautier, 2004). Soit elle est encouragée à évaluer (voire à confirmer) les dispositifs publiques, sans parfois en interroger les soubassements. D’autre part, le travail est abordé sous l’angle des activités déviantes (sans toutefois interroger la norme implicite de laquelle se distinguent lesdites activités). Ce n’est pas alors tant le travail qui compte que les personnes qui l’exercent, pensées comme vulnérables et nécessitant d’être aidées (ou remises dans le droit chemin). Il en va ainsi des analyses sur les travailleur.ses du sexe (par ex. Van Blerk, 2008), du travail des enfants (par ex : Getinet Hailea & Beliyou Haile, 2012), ou des effets délétères des migrations de travail (Saïd Chiré and Bezunesh Tamru, 2016). Les études récentes sur les problématiques de santé au travail en Éthiopie rejoignent la même logique s’intéressant d’abord aux pathologies avant de questionner le travail, ceux qui l’exercent et leurs conditions de réalisation (parmi d’autres : Chercos Daniel Haile, Berhanu Demeke (2017), Kifle Manay ; Engdaw Dagnew; Alemu Kassahun ; Hardeep Rai Sharma ; Amsalu Senafikish ; Feleke Amsalu ; Worku Walelegn, 2014)

Ces deux manière de considérer le travail sont encouragées par une recherche partiellement mise au service du développement tant par l’État éthiopien que par les bailleurs internationaux. D’une part, les politiques publiques qui promeuvent un rôle actif de l’État dans l’industrialisation du pays soutiennent en retour (et financent) les études permettant d’orienter et de légitimer son action. Le credo développemental s’accompagne en effet d’un puissant discours idéologique (Lefort, 2015), c’est ainsi autant un parti-pris économique qu’une source de légitimité politique pour le parti au pouvoir (Singh, Ovadia, 2018). L’importance prise par les think-tanks en Éthiopie, en majorité concentrés sur l’analyse du développement, peut être considérée comme un signe de cette subordination de la recherche aux objectifs gouvernementaux[4].

D’autre part, les organisations internationales et les bailleurs de fonds sont des promoteurs de cet angle d’analyse, que ce soit dans la recherche ou plus souvent dans les rapports d’expertise[5]. C’est particulièrement prégnant dans un pays qui bénéficie largement de l’aide internationale et de prêts concédés[6]. En dépit resserrement autoritaire ayant affecté l’Éthiopie ces dernières années (Bach, 2016), l’importance de l’aide dont l’Éthiopie est destinataire a été justifiée par la bonne gestion « technique » des fonds octroyés (Clapham, 2018) et par l’importance pour les pays donataires de disposer d’un allié stable dans une région marquée par de nombreux conflits (Dereje Feyissa, 2012; Fantini, Puddu, 2016). Ainsi, l’aide participe d’une moralisation, plus économique (visant à promouvoir une économie de marché sans entrave) que politique.

In fine le « fléchage » de la recherche fait du travail en Éthiopie en tant que tel un angle mort du savoir. Suivant le précepte d’Everett Hughes (1990) invitant à étudier les professions « prétentieuses » (médecins, avocats…) avec les mêmes outils que ceux que la sociologie du travail a conçu pour l’analyse des ouvriers, la réflexion sur laquelle se fonde cet appel à article invite à faire un pas de côté. Plutôt que de se conformer aux approches politiques et économiques appréhendant le travail en Éthiopie comme un levier de développement, nous invitons les contributeurs à étudier le travail pour lui-même. Il s’agit également, à partir de l’Éthiopie, de renouveler les travaux des socio-anthropologues sur le travail en Afrique, travaux qui se sont épuisés dans les années 1990 au profit d’un socio-centrisme de la sociologie du travail dans l’espace francophone (Copans, 2014).

Deux axes pourraient être particulièrement heuristiques. Le premier vise à encourager les chercheurs à mobiliser les données récoltées sur le travail et à les traiter sous un angle nouveau. Il s’agit de rassembler, pour ce dossier des Annales d’Éthiopie, des savoirs éparses et d’en proposer une relecture recentrée sur l’analyse du travail et des rapports sociaux qui en découlent. Le second axe propose d’interroger plus précisément les effets de l’industrialisation de l’Éthiopie sur le travail. Nous donnons ici quelques pistes non exhaustives des questions qui pourraient être traitées.

  1. Organisation du travail en Éthiopie

Partant de questions classiques, cet axe vise à rassembler les savoirs sur la manière dont le travail  s’organise en Éthiopie pour identifier ses éventuelles spécificités. Nous envisageons d’une part de nous intéresser à la division du travail et aux rapports de domination qu’elle produit dans un pays construit sur une catégorisation ethnique (Ficquet, 2009) (1). D’autre part, nous invitons des contributions qui interrogent le rapport au travail dans le temps, à l’aune d’une histoire contemporaine de l’Éthiopie marquée par de profondes transformations socio-politiques (2).

  • Division du travail et rapports de domination en milieu urbain

Comment et entre qui divise-t-on le travail ? En particulier, si l’on connait la mosaïque ethnique qui est à la base de la fondation d’Addis-Abeba (Garretson, 2000; Harre, 2018), on manque de données systématiques sur la manière dont elle peut se traduire par une division du travail et des métiers. Qui collaborent ensemble ? À qui délègue-t-on le « sale boulot » (Hughes, 1990) et selon quels critères, quelles justifications ? Qui résiste et tente de faire reconnaître soit collectivement la valeur de son travail (notamment par un processus de professionnalisation), soit individuellement en accédant à des positions enviées ?

De nombreuses données tendent à montrer une participation relativement importante des femmes au marché du travail éthiopien (Mammen, Paxson, 2000; Mitki, Berthomieu, 2008), mais cette dernière ne s’accompagne pas d’égalité tant des salaires que des opportunités. Cependant, les recherches peinent à sortir d’une observation des femmes subordonnées à leur rôle familial (Teshai Berhane-Selassie, 1997). Plutôt que de voir les femmes comme un levier pour la meilleure santé et scolarisation de leurs enfants (Getahun, Villanger, 2018), il serait plus heuristique d’explorer des données sur les aspirations des femmes, d’analyser les transformations des métiers et leur féminisation (les femmes sont ainsi majoritaires dans les usines textiles tandis que les couturiers des rues sont des hommes), voire saisir les facteurs explicatifs des parcours de femmes qui brisent le plafond de verre. Ceci participerait à éclairer autrement la place des femmes sur le marché du travail éthiopien.

L’analyse des rapports de domination et de la division du travail amène aussi à interroger son pendant : les collectifs de travail et hors travail, la forme qu’ils prennent, et les relations de coopération.

  • Les parcours professionnels

Aborder le travail dans une perspective diachronique permettrait de renseigner les parcours professionnels des travailleurs éthiopiens. Quels allers-retours, quelles passerelles entre différents types d’activité ? Quel rôle certaines entreprises (en particulier les entreprises publiques) ont-elle pu jouer dans la mobilité sociale, à la fois sous le Derg et après ?

De quelles ressources sociales et économiques disposent les travailleurs qui tirent leur épingle du jeu ? Dans quelle mesure les changements économiques et politiques que l’Éthiopie a connus au XXème et au XXIème siècles ont affecté les carrières mais ont aussi participé à structurer des générations professionnelles aux aspirations différentes ?

Dans cette perspective, la prise en compte de la migration (qu’elle soit un déplacement interne au pays ou international) dans l’analyse des parcours est essentielle. Par exemple, le retour de ressortissants de la diaspora, attirés par les opportunités économiques que présente un pays parfois à peine connu, leur confrontation avec le marché du travail éthiopien ou avec les difficultés d’y lancer une affaire pourrait constituer un terrain d’investigation fructueux.

  1. Le travail au prisme de l’industrialisation du pays

Prenant acte des transformations vécues par le pays durant ces 20 dernières années, les articles attendus pour cet axe analyseront les effets des politiques publiques et des évolutions économiques sur le travail.

Trois directions pourraient être privilégiées. Le Growth and Transformation Plan a orienté le développement de l’industrie éthiopienne, en particulier les secteurs exportateurs et ceux utilisant les ressources agricoles du pays (cuir, floriculture) (Oqubay, 2015). Ces secteurs ont fait ensuite l’objet d’investigations sur leurs effets  réels d’entraînement sur le développement du pays (Ayelech Tiruwha Melese, Helmsing, 2010; Altenburg, 2010). Dans cette veine, ce dossier des Annales pourrait interroger les effets des choix dirigistes de l’État sur le travail, par exemple en décrivant les activités professionnelles dans les parcs industriels (1). L’ouverture récente du pays (qui commence dans les années 2000 et s’est accélérée ces dix dernières années) a été facilitée par des dispositifs fiscaux visant à encourager l’investissement étranger. Ce faisant les travailleurs ont pu être confrontés à des modalités de gestion nouvelles, importées du capitalisme mondialisé[7]. Il conviendrait d’étudier le déroulement de cette transition ou de cette confrontation entre différents dispositifs de gestion (2). Enfin, la création d’associations professionnelles puis de chambres de commerces selon des logiques nationales d’une part, et les mobilisations populaires d’autre part, donnent à voir un équilibre entre les acteurs (entreprises, État, travailleurs) en train de changer que nous proposons d’observer (3).

  • Travailler dans un parc industriel

Bien que peu de parcs soient réellement en activité, il conviendrait de s’interroger sur ce que « fait » au travail son organisation dans des parcs industriels. Du point de vue des travailleurs tout d’abord : quelles relations se développent entre les salariés des différents entreprises ? Quels sont les effets de la mutualisation de certains services ? Comment les travailleurs de différentes organisations sont-ils amenés à éventuellement comparer leurs conditions de travail ? Quelles organisations collectives de travailleurs peuvent naître de cette proximité (qu’elles soient professionnelles, syndicales, associatives…) ?

Du point de vue des entreprises ensuite : Quelles relations ces entreprises développent-elles avec leur environnement au-delà du parc ?

  • Effets de l’investissement étranger et modalités de gestion

Quelles relations de travail (et selon quelles normes de référence) se développent entre managers non éthiopiens et salariés locaux ? La question de la collaboration concrète des associés dans les joint-venture entre businessman étranger et entrepreneur éthiopien a également été peu été documentée. Ces joint-venture ou ces partenariats induisent-ils de nouvelles modalités de gestion en particulier du travail et de la main-d’œuvre ? L’hypothèse plus générale d’une acculturation aux normes de gestion et de rationalité promues par le système capitaliste mondial pourrait également être étayée à partir de terrains d’entreprises publiques éthiopiennes rachetés par des investisseurs étrangers.

  • Les mobilisations collectives

Les mobilisations peuvent être celles d’organisations intermédiaires qui sont créées pour porter la voix des entreprises. L’autorisation depuis peu des associations étrangères d’entreprises ainsi que le développement d’associations sectorielles participent à l’émergence de nouveaux acteurs dans la régulation du travail. Quelles relations entretiennent-elles avec l’État (il conviendrait ainsi de faire l’historique des revendications des investisseurs, identifier ce que change la plateforme de dialogue mise en place par le gouvernement en 2016…) ? Quels liens tissent-elles avec des acteurs plus anciens tels que la chambre de commerce ou les syndicats ? En quoi leurs positions sont-elles éventuellement spécifiques ? Dans ce jeu d’acteurs, quelle place occupent les revendications sur le travail en tant que tel ? L’analyse du travail pourrait tout aussi bien être celle de ceux qui font vivre ses institutions.

Le second type de mobilisation collective est plus populaire. Analysant les mouvements sociaux qui ont secoué l’Éthiopie ces dix dernières années, des articles pourraient mettre au jour les revendications en lien avec le travail. Par exemple, l’Oromo protest de 2015 s’est ouvertement accompagné d’une critique du land grabbing (Lavers, 2012 ; Planel, 2007), critique accentuée parce que les usines bénéficiant des terres n’auraient pas respecté leurs engagements, notamment en matière d’emploi. Pour la première fois, les investissements économiques ont été visés par le mécontentement populaire. Qu’est-ce que ces mouvements révèlent des attentes de leurs participants en matière de travail ? Qu’ont-ils éventuellement changé ?

Date limite de soumission des articles : 15 juin 2019 (maximum 50 000 signes, anglais ou français)

Pour soumettre votre article : secretariat.scientifique@cfee.cnrs.fr ; cperrinjoly@gmail.com

Normes de la revue: http://www.cfee.cnrs.fr/IMG/pdf/ae_normes_2017.pdf

Les Annales d’Éthiopie sont une revue pluridisciplinaire à comité de lecture international, publiée par le Centre français des études éthiopiennes (CFEE) et De Boccard. Elle couvre tous les champs d’étude, des sciences naturelles (paléontologie et sciences de la terre) aux sciences humaines et sociales, ayant pour objet l’Éthiopie et la Corne de l’Afrique. Les articles, proposés en anglais ou en français, sont anonymement soumis à l’évaluation de deux rapporteurs extérieurs (double aveugle). Les articles publiés en français sont accompagnés d’une version courte en anglais. La revue est consultable gratuitement sur le portail Persée (https://www.persee.fr/collection/ethio) avec une barrière mobile d’un an.

En plus de ce dossier thématique, les Annales d’Éthiopie considèreront également pour publication toute contribution dans les domaines couverts par la revue et en particulier les compte-rendu de mission de terrain.


[1] The Global Go To think tank Index Report ranks 8 think-tanks in Ethiopia on 95, including EDRI (Ethiopian development research institute), governmental think tank ranked at the 10th position. This latter boasts on its website having trained 12 PhD (since its creation in 1999) and supervised currently 6 PhD candidates.

[2] For example, the ILO program against Child Labor (Guarcello, Rosati, 2007) ; ones of the Work Bank on micro-credit and SME financing (World Bank. 2015) or on migrations (World Bank, 2010).

[3] 91,5 millions euros for humanitarian aid from the EU in 2017. The World Bank has announced loans of 4,6 billions euros for Ethiopia in 2018, 1,2 billions added released at the end of the year; Emiratis have announced an investment of 3 billions dollars in Ethiopia.

[4] 8 think-tanks en Éthiopie sont classés par The Global Go To think tank Index Report sur 95, dont l’EDRI (Ethiopian development research institute), think tank gouvernemental prenant la 10ème position. Ce dernier se targue sur son site Internet d’avoir formé 12 docteurs (depuis sa création en 1999) et d’encadrer actuellement 6 doctorants.

[5] Par ex : programme de l’OIT pour lutter contre le travail des enfants (Guarcello, Rosati, 2007) ; ceux de la Banque mondiale sur le financement des entreprises et le développement du micro-crédit (World Bank. 2015) ou sur les migrations (World Bank, 2010).

[6] 91,5 millions d’euros d’aide humanitaire de la part de l’UE en 2017. La Banque mondiale a annoncé 4,6 milliards de prêts pour l’Éthiopie en 2018, auxquels vont s’ajouter 1,2 milliards débloqués en fin d’année; les Emirats ont quant à eux annoncé 3 milliards d’investissement en Éthiopie.

[7] Voir par exemple, sur d’autres terrains : Durand (1997)


References:

Abbink J., 2011, Ethnic-based federalism and ethnicity in Ethiopia: reassessing the experiment after 20 years: Journal of Eastern African Studies: Vol 5, No 4, 596-618, DOI: 10.1080/17531055.2011.642516

Altenburg T., 2010, Industrial Policy in Ethiopia, Discussion Paper, German Development institute.

Ayelech Tiruwha Melese, Helmsing B., 2010, Endogenisation or enclave formation ? The development of the Ethiopian cut flower industry, Journal of Modern African Studies, 48/1, 35-66

Bach J-N, 2016, « L’Éthiopie après Meles Zenawi : l’autoritarisme ethnique à bout de souffle ? », Politique africaine 2016/2 (n° 142), p. 5-29. DOI 10.3917/polaf.142.0005

Clapham C., 2018, The Ethiopian developmental state, Third World Quarterly, 39:6, 1151-1165, DOI: 10.1080/01436597.2017.1328982

Chercos Daniel Haile, Berhanu Demeke, 2017, « Work related injury among Saudi Star Agro Industry workers in Gambella region, Ethiopia; a cross-sectional study », Journal of Occupational Medicine and Toxicology; 12:7

Copans J., 2014, « Pourquoi travail et travailleurs africains ne sont plus à la mode en 2014 dans les sciences sociales. Retour sur l’actualité d’une problématique du XXème siècle. » Politique Africaine, n°133, p. 25-43

Daziano L., 2013, La nouvelle vague des émergents BENIVM, Rapport pour Fondapol, juillet. http://www.fondapol.org/wp-content/uploads/2013/07/045-DAZIANO-2013-07-08-web.pdf

Dereje Feyissa, 2011. Aid Negotiation: The Un Easy ‘Partnership’ Between EPRDF and the Donors. Journal of Eastern African Studies, 5:4, p. 788-811

Durand, C., [1997], Management et rationalisation. Les multinationales occidentales en Europe de l’Est, Bruxelles, De Boeck

Fantini, E. & Puddu L., 2016, ‘Ethiopia and International Aid: Development Between High Modernism and Exceptional Measures’, in Hagmann T. & Reyntjens F., eds., Aid and Authoritarianism in Africa: Development without Democracy, London: Zed Books.

Ficquet E., 2009, « Fonder un régime sur le recensement ethnique : le fédéralisme éthiopien », Critique internationale, 2009/4 (n° 45), p. 37-57

Fontaine L., Weber F. (dir.), 2010, Les paradoxes de l’économie informelle. À qui profitent les règles ?, Karthala, coll. « Les terrains du siècle ».

Garretson P., 2000, A History of Addis Ababa from its Foundation in 1886 to 1910, Wisbaden, Harrassowitz Verlag

Getinet Haile & Beliyou Haile (2012) Child labour and child schooling in rural Ethiopia: nature and trade-off, Education Economics, 20:4, 365-385, DOI: 10.1080/09645292.2011.623376

Getahun D. Tigabu, Villanger E (2018) « Labour-Intensive Jobs for Women and Development: Intra-household Welfare Effects and Its Transmission Channels », The Journal of Development Studies, 54:7, 1232-1252, DOI: 10.1080/00220388.2017.1327661

Guarcello L.; Rosati F.C. 2007. Child Labor and Youth Employment: Ethiopia Country Study, Discussion Paper n°0407, http://web.worldbank.org/archive/website01048/WEB/IMAGES/0704.PDF.

Harre D., 2018, « Exchanges and mobility in the Western Indian Ocean: Indians between Yemen and Ethiopia, 19th–20th centuries », Chroniques du manuscrit au Yémen, Special issue 1, edited by Regourd A. & Um N., 42-69.

Hirschman A., 1958, Strategy of Economic Development, New Haven and London : Yales University Press

Hugues E. C., 1996a. Le regard sociologique. Essais choisis (textes rassemblés et présentés et présentés par J.-M. Chapoulie), Paris, Editions de l’EHESS

Johnson C., 1982, MITI and the Japanese Miracle : The Growth of Industrial Policy, 1925-1975, Stanford, Stanford University Press

Kifle Manay ; Engdaw, Dagnew ; Alemu Kassahun ; HARDEEP RAI SHARMA ; Amsalu Senafikish ; Feleke Amsalu ; Worku Walelegn, 2014, « Work related injuries and associated risk factors among iron and steel industries workers in Addis Ababa, Ethiopia », Safety science, Vol 63, pp 211-216

Lautier B., 2014, L’économie informelle dans le tiers-monde, Paris, La découverte.

Lavers T., 2012, “’Land grab’ as development strategy? The political economy of agricultural investment in Ethiopia”, The Journal of Peasant Studies, Volume 39Issue 1, p. 105-132

Lefort R., 2015, « The Ethiopian Economy. The Developmental State vs the Free Market », in Prunier G., Ficquet E., Understanding Contemporary Ethiopia. Monarchy, Revolution and the Legacy of Meles Zenawi, London, Hurst, 357-394

Mammen K., Paxson C., 2000, « Women’s work and economic development ». Journal of Economic Perspectives, 14(4), 141–164.

Mitki L., Berthomieu C., 2008, « L’impact de la libéralisation commerciale sur le travail des femmes. Une analyse comparative entre l’Afrique du Sud et l’Ethiopie à l’aide d’une approche en Equilibre Général Calculable », PANOECONOMICUS, 2008, 1, p. 69-88

Oqubay Arkebe, 2015, Made in Africa, Industrial Policy in Ethiopia, London, Oxford University Press

Planel S., 2007, « Densité, pauvreté et politique. Une approche du surpeuplement rural en Éthiopie », Annales de géographie, vol. 4, n° 656, pp. 418-439.

Ramo, J., 2004, The Beijing Consensus, Foreign Policy Centre, London.

Rodrik D., 2004, Industrial Policy for the 21th Century’. September. http://www.vedegylet.hu/fejkrit/szvggyujt/rodrik_industrial_policy.pdf

Saïd Chiré A. & Tamru B., 2016, « Les migrantes de retour dans la Corne de l’Afrique », EchoGéo [Online], 37 | 2016, Online since 07 October 2016, connection on 24 February 2017. URL : http://echogeo.revues.org/14708

Singh J.N. & Ovadia J.S., 2018, The theory and practice of building developmental states in the Global South, Third World Quarterly, 39:6, 1033-1055, DOI: 10.1080/01436597.2018.1455143

Tsehai Berhane Selassie, 1997, “Ethiopian Rural Women and the State”, dans Mikell G. (dir.), African Feminism. The Politics of Survival in Sub-Saharan Africa, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 182-220

Van Blerk, L. (2008). « Poverty, Migration and Sex Work: Youth Transitions in Ethiopia ». Area, 40(2), 245-253. Retrieved from http://www.jstor.org/stable/40346119

World Bank (2010). The Ethiopian Urban Migration Study 2008: The Characteristics, Motives and Outcomes of Migrants to Addis Ababa. Report No. 55731-ET. Poverty Reduction and Economic Management: Africa Region.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.