Compte-rendu de Conférence : « Out of Africa » – 23èmes rencontres sabéennes

Compte-rendu de colloque / Conference report

23èmes rencontres sabéennes (Vienne, 13-15 juin 2019)  / 23rd rencontres sabéennes (Vienna, 13rd-15th of june 2019)

 

The annual conference of « Rencontres Sabéennes », focusing on the pre-Islamic history of the South-Arabian Peninsula, was held this year in Vienna from the 13rd to the 15th of June. Ethiopia and southern Arabia share a common history, as evidenced by trade and cultural exchanges over the centuries. The conference was untitled « Out of Africa », and the presentations included a fair amount of papers considering the archaeology of the Horn of Africa. Indeed, seven papers and two posters were directly related to ancient Ethiopia, while three others were more or less linked to the Horn of Africa. This post briefly summarizes the content of these communications, highlighting the scientific dynamism that the research community on South-Arabia brings to this search field.

 

            Les conférences dédiées à l’archéologie antique de l’Éthiopie et de la Corne de l’Afrique demeurent peu fréquentes, le sujet se trouvant bien souvent à cheval entre les domaines des études africaines et arabiques. Cet état de fait est illustré par les 23èmes Rencontres Sabéennes, qui ont eu lieu du 13 au 15 juin 2019 à Vienne (Autriche). Elles étaient conjointement organisées par la Österreichische Akademie der Wissenschaften et l’Université de Vienne, avec pour sujet, un thème par-delà les limites géographiques de la culture sabéenne, « Out of Arabia ». Les rencontres sabéennes sont un rendez-vous international annuel interdisciplinaire traitant de l’Arabie du Sud pré-islamique, correspondant plus ou moins aux limites géographiques du Yémen actuel. Au cours de la douzaine de sessions de cette conférence, trente-trois contributions et quatre posters ont été présentés, couvrant des sujets variés, de l’histoire et l’historiographie à l’archéologie en passant par la linguistique, épigraphie et philologie comprises.

            Malgré la situation politique yéménite instable depuis des décennies, à laquelle s’est ajoutée la guerre depuis le débuts des années 2010, les Rencontres Sabéennes témoignent du dynamisme qui anime toujours la communauté des chercheurs, en particulier au travers des projets de publications et de numérisations d’archives encore inexploitées. À titre d’exemple, on citera la communication d’Alessio Agostini (Université de Rome La Sapienza) qui présentait une étude épigraphique, à propos des fouilles du site de Baraqish, en cours de publication. Irene Rossi (Conseil national de la Recherche, Rome) a communiqué sur le travail considérable réalisé grâce au projet DASI, qui vise à créer une base de données centralisée pour les inscriptions sud-arabiques. Et une série de communication présentait les travaux autour des archives de l’orientaliste viennois Eduard Glaser (1855-1908). La conférence s’est achevée par un désormais tristement traditionnel point sur l’état du patrimoine yéménite, soulignant à nouveau l’impossibilité de travailler sur place.

            Dans ce contexte, les recherches sur les régions voisines bénéficient d’un intérêt renforcé et d’un nouveau souffle, les chercheurs qui travaillaient au Yémen apportant un regard, certes orienté, mais neuf sur celles-ci. Des communications ont traité des routes caravanières, notamment de la zone de Dumat al-Jandal (Romolo Loreto, Université de Naple l’Orientale) ou de la région voisine d’Oman (Khalid Douglas, Université Sultan Qaboos, Oman et le Projet Suhmuram de l’Université de Pise). Mais c’est surtout la région de l’Éthiopie septentrionale, a fortiori en ce qui concerne la culture éthio-sabéenne, qui semble attirer les regards hors d’Arabie. Lors de cette 23ème édition, sept contributions et deux posters concernaient directement l’Éthiopie antique, tandis que trois autres concernaient plus ou moins directement la Corne de l’Afrique.

            Deux exposés avaient pour sujet l’épigraphie de l’Éthiopie antique. Iwona Gajda (UMR Orient et Méditerranée, Paris) a d’abord fait le point sur nos connaissances de l’ancien éthiopien, l’arrivée de l’écriture en Éthiopie par l’Arabie du Sud, son évolution et enfin a ré-exposé les réflexions concernant la question de l’origine de la vocalisation, dont une des hypothèses induit une influence du Brahmi, langue indienne dont le système de vocalisation de l’écriture présente des accointances avec celui du ge’ez . Par la suite, Norbert Nebes (Université de Jena) a présenté une étude sur les lignages royaux des mukarib éthio-sabéens, mettant en lumières deux lignages, dont l’un présentant un élément inhabituel, l’ascendance maternelle. En comparaison du corpus épigraphique immense de l’Arabie du Sud, celui des inscriptions antiques de l’Éthiopie est encore bien maigre, aussi les recherches font la part belle à l’archéologie.

            Trois exposés concernaient le projet archéologique de Yeha, mené par l’Orient Abteilung du Deutsche Archäologisches Institut (DAI). Iris Gerlach a présenté une communication sur les hauts-plateaux éthiopiens, en tant qu’espaces interconnectés. Les relations avec l’Arabie du Sud étaient bien sûr au centre du propos, résumant les connaissances sur la formation de la culture éthio-sabéenne qui naît au tournant des IXème et VIIIème siècles av. J.-C., pour s’éteindre, semble-t’il, assez brutalement aux alentours de 500 av. J.-C., comme en témoignent les résultats des fouilles sur les  sites de Yeha, Melazo, Abuna Garima et Maqaber Ga’ewa. Cependant, une autre sphère d’influence a également été discutée, celle du Soudan et de la Vallée du Nil. Le programme Entangled Africa (SPP 2143:  Entangled Africa: Innerafrikanische Beziehungen zwischen Regenwald und Mittelmeer (ca. 6000 bis 500 Jahre vor heute) financé par la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG) explore les relations africaines intracontinentales, parmi les différents axes de recherches, un projet vise précisément à étudier les liens entretenus par les régions précédemment citées entre elles au cours du Ier millénaire av. J.-C.. On y trouve un écho au projet ANR EthioChritProcess qui pour sa part explore les liens entre Éthiopie et Vallée du Nil de la fin de l’Antiquité au Moyen-Âge. Dans le cadre du programme Entangled Africa, Marlene Köster a présenté la céramique trouvée à Yeha et observe que l’influence de la vallée du Nil est particulièrement visible jusqu’à la première moitié du Ier millénaire avant J.-C., tandis qu’ensuite, les parallèles avec la céramique retrouvée au Yémen orientent vers la prépondérance de l’Arabie du Sud sur le site. Enfin, Mike Schnelle a évoqué le grand temple de Yeha au travers d’une étude sur les moyens humains et matériels nécessaires à la réalisation de l’édifice. Celle-ci indique que le temps nécessaire pour la construction a pu être relativement réduit, mais que les besoins humains étaient importants : un groupe réduit d’ouvriers qualifiés aurait suffit, mais cela nécessitait par ailleurs le recrutement de milliers d’hommes pour le transport des blocs depuis la région de Wukro, impliquant sans doute sur le chemin, l’intégration des populations locales à l’entreprise, ce qui constitue un projet à grande échelle montrant la puissance et l’influence de l’élite sud-arabique de Yeha.

            Anne Benoist (UMR Archéorient, Lyon) a présenté une communication commune avec Iwona Gajda et Jérémy Schiettecatte (UMR Orient et Méditéranée, Paris), ainsi que Ninon Blond (UMR Archéorient, Lyon), résumant les résultats obtenus dans la région de Wakarida. Le programme allie une approche archéologique à une étude paléo-environnementale. La communication interrogeait dans quelles mesures l’influence sud-arabique était visible dans un territoire éloigné des centres de pouvoir. Sur l’ensemble de la période chronologique considérée (IVème siècle av. J.-C. – XIIème siècle apr. J.-C.), l’analyse des vestiges semble indiquer l’absence de contacts culturels directs et suggère une influence noyée parmi d’autres (romaines, soudanaises, etc.).

            Le poster présenté par Alexia Pavan (Office of the Adviser to His Majesty the Sultan for Cultural Affairs, Mauscat-Salalah, Oman) présentait les poteries aksumites trouvées sur le territoire sud-arabique, en particulier sur les fouilles de site de Suhmuram, dont d’autres résultats ont été par ailleurs évoqués au cours de la conférence. Attestant de contacts dès le Iersiècle apr. J.-C. jusqu’au moins au Vèmesiècle, ces tessons mettent en lumière des relations insoupçonnées entre les deux territoires. Tandis que Sarah Japp (Orientabteilung, DAI) trace une histoire parallèle des échanges de certains types de marchandises, depuis la Méditerranée et le Golfe Persique en direction de l’Arabie du Sud et de l’Éthiopie, les trouvailles d’amphores et de céramiques diverses, verre, métal et ivoire semblent indiquer que l’Arabie du Sud était un territoire plus ouvert et connecté que l’Éthiopie jusqu’au IIèmesiècle apr. J.-C., mais qu’ensuite, la tendance s’inverse, s’accompagnant dans le royaume d’Aksum d’une évolution des productions locales, qui témoigne d’une probable acculturation ou au moins d’une contamination des usages de l’empire romain plus marquée que sur l’autre rive de la Mer Rouge.

            Deux dernières communications concernaient plus ou moins directement l’Éthiopie antique. Une présentation par Jean-François Breton (UMR ArScAn, Nanterre) étudiait, principalement au moyen d’exemples ethnographiques, la question du commerce du sel en Arabie du Sud et en Éthiopie dans l’Antiquité. Thème intéressant, il faut cependant poser la question de comment cette problématique de recherche pourrait être abordée du point de vue archéologique. Enfin, suite d’une série sur la dite « cathédrale de Sanaa », fondée par le général aksumite Abraha au cours du VIème siècle apr. J.-C, une étude architecturale a été présentée par Werner Daum (chercheur indépendant).

            En marge, sortant sur cadre chronologique et géographique de l’Éthiopie antique, un poster de Jean-François Faü (Université Senghor, Alexandrie), présentait la postérité et le rôle du saint éthiopien Kaleb Ella Asheba dans l’inquisition portugaise du XVIIème siècle de notre ère. Et pour finir, la communication de Markus Ritter (Université de Vienne) sur les décors des premiers palais islamiques, montrant les liens entre l’architecture et le récit biblique autour de la rencontre de la Reine de Saba et du Roi Salomon, incite à considérer la grande complexité de la symbolique des architectures élitaires de la fin de l’Antiquité et du début du Moyen-âge.

            À travers cet aperçu de la conférence, on peut constater l’intérêt fertile de la communauté des chercheurs des rencontres sabéennes pour l’Éthiopie antique, intérêt qui filtrait déjà lors de précédentes rencontres, comme à Toulouse en 2017 (actes à paraître). En filigrane, on voit se confirmer l’affirmation de Rodolfo Fattovich selon laquelle le paradigme sud-arabique, qui a pendant longtemps empêché de considérer l’Éthiopie en dehors son prisme, se trouve nuancé par les recherches les plus récentes (Fattovich, R. (2011). From Monuments to Landscape : Archaeology at Aksum, 1905/1906-2005. In Forschungen Zur Archäologie Außereuropäischer Kulturen: Vol. 3. In kaiserlichem Auftrag : die Deutsche Aksum-Expedition 1906 unter Enno Littmann. (Reichert Verlag, Vol. 2, pp. 221–237).). En marge a également été évoqué le problème des désignations chronologiques (pré-, proto-, post-Aksumite), qui focalise l’attention sur Aksum, alors même que l’entité politique n’existe pas encore, mais, de même qu’en 2016 lors du congrès de la Society of African Archaeologist (SAFA – Derat Marie-Laure, « Archéologie africaine : état des lieux », Carnet d’Afriques, revue d’histoire – https://afriques.hypotheses.org/135), il apparaît que ces termes demeurent commodes et sont utilisés par convention. Une publication des actes des rencontres de Vienne est prévue, ce qui permettra d’approfondir les thématiques évoquées dans ce billet. Les recherches se poursuivent et  des résultats seront sans doute présentés au cours des 24èmes rencontres sabéennes, qui auront lieu en juin 2020 à Amman (Jordanie).

 


Lucile Denizot is a PhD candidate at the University Martin-Luther of Halle-Wittenberg (Germany) under the supervision of Pr. Dr. Gunnar Brands. Graduated from the Ecole du Louvre, she focuses on late antique archaeology and the history of archaeological objects in the ethiopian collections.

 

Crédit photo : Ronald Ruzicka, Sumhuram, Oman 2015 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.