Wakarida : Recherches sur l’Éthiopie antique / Research on Ancient Ethiopia

TERRAINS / FIELDWORKS

Recherches sur les civilisations de l’Éthiopie antique : le site archéologique de Wakarida et sa région / Research on the civilisations of ancient Ethiopia: the archaeological site of Wakarida and its region

Par / by Iwona Gajda

Iwona Gajda (CNRS, UMR 8167 Orient & Méditerranée) dirige le projet intitulé « Recherches archéologiques et épigraphiques dans la région du Tegray, périodes pré-aksumite et aksumite (Ier millénaire avant notre ère-VIIsiècle de notre ère) », initié en 2010 avec Fabienne Dugast, du même laboratoire. Ce projet, dont le CFEE est partenaire et qui s’inscrit dans ses équipes de recherche, se concentre en particulier sur le site archéologique de Wakarida (Éthiopie), situé dans le Tegray oriental, à l’est de la ville moderne de Mekelle. Iwona Gajda et Julien Charbonnier (Durham University/UMR 7041 ArScAn) ont présenté le 2 décembre 2014 au CFEE un premier bilan de ces recherches. Iwona Gajda présente ici ce projet qui articule archéologie et histoire autour d’une question majeure de l’Antiquité éthiopienne, l’organisation territoriale du royaume d’Aksum.

Iwona Gajda (CNRS, UMR 8167 Orient & Méditerranée) leads the project « Archaeological and epigraphic research in Tegray region, pre-aksumite and aksmuite periods (1st millenary BE-7th c. CE », initiated in 2010 with Fabienne Dugast, from the same institution. The CFEE is a partner of this project, which is part of its research teams. It concentrates on the archaeological site of Wakarida (Ethiopia), in Eastern Tegray, at the East of the modern city of Mekelle. Iwona Gajda and Julien Charbonnier (Durham University/UMR 7041 ArScAn) have presented on December 2nd 2014 at CFEE a first assessment of this research. Here Iwona Gajda introduces this project, which deals with a major issue of Ancient Ethiopia, the territorial organisation of the Kingdom of Aksum.

(Bilingual article)

Recherches sur les civilisations de l’Éthiopie antique : le site archéologique de Wakarida et sa région / Research on the civilisations of ancient Ethiopia: the archaeological site of Wakarida and its region

Quatre campagnes de terrain / Four seasons of fieldwork

Le site de Wakarida (woreda de Sa‘esi‘e Ts‘ada Emba, kebele de Sewne) est situé aux limites orientales du haut plateau du Tegray, dominant la dépression de l’Afar. Les recherches sur le site ont débuté en 2011 par une brève prospection archéologique et géophysique. Deux campagnes de fouilles successives en 2012 et en 2013, conduites dans deux secteurs, ont permis de dégager des bâtiments d’architecture typiquement aksumite, accompagnés d’un mobilier céramique abondant, avec une part notable de céramique fine. Les bâtiments ont été datés entre le IIIe et le VIe siècle, période confirmée par les analyses C14. Dans de nombreux endroits du site, des murs arasés visibles en surface et la présence de tessons de céramique attestent l’existence d’autres vestiges antiques. Le site de Wakarida, de taille modérée, formait sans doute une petite agglomération durant l’époque aksumite. La prospection dans la région a permis d’étudier le paysage, fortement anthropisé et de découvrir d’autres sites archéologiques, dont deux présentent des dimensions comparables à celles de Wakarida.

The site of Wakarida (woreda of Sa‘esi‘e Ts‘ada Emba, kebele of Sewne) is situated near the eastern edge of the Tegray plateau, dominating the Afar depression. The study on the site has started in 2011 with a short archaeological and geophysical survey. During the two campaigns of excavations in 2012 and in 2013, carried out in two areas, the archaeologists unearthed typically Aksumite buildings accompanied by abundant ceramic material, with a significant proportion of fine ceramics. The buildings have been dated between the 3rd and the 6th century AD, period confirmed by C14 analyses. In several places, the remains of walls visible on surface and pottery shards testify to the existence of other ancient structures. The site of Wakarida, covering some 9 ha, was probably a small city or a village during the Aksumite period. The survey of its region has enabled to study the landscape, mostly shaped by man, and to discover other archaeological sites, two of which are comparable in size to Wakarida.

Wakarida secteur 1 © I. Gajda
Wakarida secteur 1 © I. Gajda

 

Wakarida secteur 2 © I. Gajda
Wakarida secteur 2 © I. Gajda

La quatrième campagne de terrain sur le site de Wakarida s’est déroulée entre le 27 octobre et le 3 décembre 2014. Les fouilles des deux secteurs menées en 2012 et 2013 ont été achevées tandis qu’un troisième a été ouvert, révélant à son tour des bâtiments de l’époque aksumite. Par ailleurs, la prospection des environs de Wakarida et l’élaboration d’un SIG se sont étendues à la région Afar (à l’ouest et au nord-ouest du site). Enfin, la prospection géomorphologique autour du site a été poursuivie avec le lancement d’une thèse de doctorat.

The fourth field campaign on the site of Wakarida took place between the 27th of October and the 3rd of December 2014. The excavations carried out in 2012 and 2013 in the two areas have been completed and a third area has been excavated, revealing other buildings dated to Aksumite period. Besides, the survey of Wakarida’s region and the Geographic Information System (GIS) elaboration have been extended to the Afar region (to the west and the north-west of the site). The geomorphological survey and study continue as well and make part of a project leading to a PhD thesis.

Le site de Wakarida et le royaume d’Aksum / The site of Wakarida and the Kingdom of Aksum

Bien qu’éloigné de la capitale du royaume et de ses principales routes, Wakarida montre des liens évidents avec Aksum et faisait probablement partie d’un réseau de sites s’étendant jusqu’à l’extrême est du haut plateau tigréen. L’agglomération de Wakarida faisait-elle partie du royaume d’Aksum ou était-elle contrôlée par un autre pouvoir ? Cette question implique un questionnement général non seulement à l’échelle régionale, mais aussi à celle du royaume. Comment était organisé le royaume d’Aksum ? Sa domination s’étendait-elle réellement jusqu’aux limites orientales du haut plateau tigréen, voire jusqu’aux côtes de la mer Rouge ? Les centres urbains locaux étaient-ils soumis au pouvoir central d’Aksum, à un autre pouvoir ou étaient-ils plus ou moins indépendants ?

Though distant from the kingdom’s capital and its main roads, Wakarida was apparently linked to Aksum and was probably part of sites scattered over the oriental highlands of Tegray. Was Wakarida part of the kingdom of Aksum or was it controlled by another centre of power? This question implies more general questioning on a larger scale, that of the kingdom. How was the Aksumite kingdom organized? Did it dominate the regions extending to the eastern limits of the Tegray highlands and the Red Sea Coast? Were the local urban centres controlled by the Aksumite power or of some other centre of power or were they more or less independent?

Wakarida secteur 3 © B. Riba
Wakarida secteur 3 © B. Riba
Wakarida secteur 1 © I. Gajda
Wakarida secteur 1 © I. Gajda

Les résultats de la mission de terrain à Wakarida indiquent l’existence d’une culture matérielle assez homogène entre la capitale, les villes majeures situées sur de grands axes de communication, comme Matara et des sites plus éloignés, périphériques. Une certaine unité architecturale caractérise l’habitat de pratiquement tous les sites aksumites fouillés, tout au moins l’habitat de prestige, des palais, des résidences de personnes de haut rang ou de grandes maisons. L’architecture des bâtiments dégagés à Wakarida est comparable à celle connue aussi bien à Aksum que sur le site de Matara, tant par les plans des édifices que par les techniques de construction. Ces bâtiments appartiennent toutefois à une catégorie de construction plus modeste. Leur mise au jour offre l’occasion d’étudier une architecture domestique en milieu rural pleinement inscrite dans la tradition architecturale aksumite, mais qui se distingue par certains traits originaux. En outre, si certaines catégories de céramique sont proches de la céramique aksumite, d’autres présentent des caractéristiques locales. Cette culture matérielle commune, comparée aux données des sources écrites, permet de supposer l’existence d’un pouvoir central fort contrôlant de vastes territoires au moins à partir du IIIe et jusqu’aux VIe-VIIe siècles. L’extension précise de cette domination reste à déterminer.

The results of the fieldwork at Wakarida indicate a quite homogenous material culture shared by the capital city, the majors cities situated on the main communication axes, but also more remote, peripheral sites. The architecture, at least of the prestige habitat, the palaces, residences of high rank personalities and big houses, is similar on all Aksumite sites excavated so far. The buildings excavated at Wakarida closely resemble the ones in Aksum and Matara by their plan and construction techniques. However the buildings in Wakarida are much smaller in size. Their study presents an opportunity to examine rural architecture obviously belonging to the Aksumite architectural tradition but showing certain local traits. Besides, some categories of ceramics are close to Aksumite models while others have local character. This common material culture, compared to the written sources, let us suppose the existence of a strong central state controlling vast regions at least during the period from the 3rd to the 7th centuries AD. The exact extension of its domination waits to be outlined.

Le projet et l’équipe en 2014 / The project and the team in 2014

Les fouilles et prospections sur le site archéologique de Wakarida et dans sa région entrent dans le cadre du projet franco-éthiopien « Recherches archéologiques et épigraphiques dans la région du Tegray, périodes pré-aksumite et aksumite (Ier millénaire avant notre ère-VIIsiècle de notre ère) », lancé en 2010 par Iwona Gajda et Fabienne Dugast (CNRS, UMR 8167 Orient & Méditerranée), et dirigé par Iwona Gajda. Plusieurs spécialistes sont impliqués dans le projet.

À la campagne 2014 ont participé : Anne Benoist (coordination du chantier de fouilles, étude des céramiques, UMR 5133 ArchéOrient / Université Lyon Lumière 2), Julien Charbonnier (archéologue, UMR 7041 ArScAn), Xavier Peixoto (archéologue, INRAP), Sabina Antonini (archéologue, Péruse, Italie), Bertrand Riba (archéologue, UMR 8167 Orient & Méditerranée), Maria Gorea (dessin de céramique, UMR 8167 Orient & Méditerranée), Pascal Raymond (archéologue et topographe, INRAP), Olivier Barge et Emmanuelle Régagnon (cartographie, SIG, UMR 5133 ArchéOrient / Lyon Lumière 2), Yann Callot et Ninon Blond (géographes, géomorphologues, Université Lyon Lumière 2), Yohannes Gebre Sellassie (historien, doctorant à l’Université Paris I, n’a pas pu se rendre sur le terrain), Getatchew Dawi (représentant, ARCCH, Addis Abeba), Hailay Teklay (représentant, TTCA, Mekelle), Qadir Ahmad (représentant du pays Afar, woreda d’Adakwa), Amare Setotaw et Simeneh Bacha (chauffeurs, CFEE), Godana Yohannes et Sisay Getatchew (intendants, CFEE), trente ouvriers de la région de Wakarida.

The excavations and survey on the archaeological site of Wakarida and in its region is part of the French-Ethiopian archaeological and epigraphic project in the Tegray region (Ist millennium BC-7th century AD), initiated in 2010 by Iwona Gajda and Fabienne Dugast (CNRS, UMR 8167 « Orient & Méditerranée »), and lead by Iwona Gajda. Since then, the project has mobilized several specialists.

The 2014 field team included: Dr Anne Benoist (excavation coordination and study of ceramics, UMR 5133 ArchéOrient / Université Lyon Lumière 2), Julien Charbonnier (archaeologist, UMR 7041 ArScAn), Xavier Peixoto (archaeologist, INRAP), Sabina Antonini (archaeologist, Perugia, Italy), Bertrand Riba (archaeologist, UMR 8167 Orient & Méditerranée), Maria Gorea (drawing pottery, UMR 8167 Orient & Méditerranée), Pascal Raymond (archaeologist and topographer, INRAP), Olivier Barge and Emmanuelle Régagnon (cartography, GIS, UMR 5133 ArchéOrient / Lyon Lumière 2), Yann Callot and Ninon Blond (geographers, geo-morphologists, Université Lyon Lumière 2), Yohannes Gebre Sellassie (historian, preparing his PhD, Université Paris I, could not participate this year), Getatchew Dawi (ARCCH representative), Hailay Teklay (TTCA representative, Mekelle), Qadir Ahmad (representative of the Afar region, woreda of Adakwa), Amare Setotaw and Simeneh Bacha (drivers, CFEE), Godana Yohannes and Sisay Getatchew (logistics, CFEE), thirty workmen from the region of Wakarida.

Le projet est soutenu par le Ministère des Affaires étrangères et européennes, l’UMR 8167 Orient & Méditerranée (CNRS-Paris IV-Paris I-EPHE-Collège de France, Paris), le LABEX ResMed, l’Authority for Research and Conservation of Cultural Heritage (Addis Abeba) et le Tegray Culture and Tourism Agency (Mekelle). La mission bénéficie du soutien important du CFEE, Addis Abeba, impliquant l’intégration dans les projets scientifiques du Centre, l’aide administrative à la préparation de la mission, l’aide logistique avec la participation active du personnel du CFEE aux travaux de terrain (deux chauffeurs et deux intendants), le prêt des voitures tout-terrain, du matériel archéologique et de camping. Sans cette aide la mission n’aurait pas pu fonctionner.

The project is supported by the French Ministry of Foreign Affairs, the UMR 8167 Orient & Méditerranée (CNRS-Paris IV-Paris I-EPHE-Collège de France, Paris), the programme LABEX ResMed, the Authority for Research and Conservation of Cultural Heritage (Addis Abeba) and the Tegray Culture and Tourism Agency (Mekelle). The CFEE, Addis Ababa, fully supports the mission integrated in its scientific projects, provides administrative and logistic assistance with active participation of CFEE’s staff in the fieldwork and equipment lending. Without this help the mission could not function.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *