Somaliland: les “deux corps” du policier

TERRAIN/FIELDWORK

La fabrique quotidienne de la légitimité policière au commissariat : les « deux corps » du policier

 

Par Axelle Djama 

 

Façade du commissariat avec l'inscription "personne n'est au-dessus des lois", Axelle Djama

 

 

Le 18 mai 1991, les dirigeants du Somali National Movement (SNM) et les elders déclarent l’indépendance du Somaliland et la séparation de cette région de la Somalie, rétablissant ainsi les anciennes frontières coloniales du Somaliland Britannique et de la Somalia Italienne. Cette déclaration d’indépendance intervient suite à la chute du général Siyaad Barre en janvier 1991, au terme d’une guerre civile opposant les troupes fidèles au régime aux milices antigouvernementales, dont le SNM fait partie. En mai 1991, le président du SNM, Cabdiraxmaan Axmed Cali Tuur, prend la tête de la nouvelle République du Somaliland pour un mandat de deux ans et la première administration somalilandaise est formée le 4 juin 1991. La conférence de Boorama organisée en 1993 marque la fin de la période de transition dirigée par le SNM et Maxamed Xaaji Ibraahim Cigaal est nommé président de la République pour un mandat de deux ans. Cette conférence prévoit également le désarmement des populations par la remise des armes en circulation au gouvernement et la réintégration des combattants au sein des nouvelles forces de sécurité. En septembre 1993, près de 3000 combattants rejoignent le camp d’entraînement de Mandheera puis intègrent la nouvelle police.

Dans un contexte régional troublé, le constat empirique de la relative stabilité du Somaliland invite à s’interroger sur les facteurs ayant permis d’établir et de pérenniser la paix civile après le conflit de 1991. La police – en se voyant déléguer des pouvoirs étendus pour gouverner et administrer les citoyens – est un élément central de l’appareil d’État « moderne » au sens wébérien. Elle est l’outil principal par lequel l’État parvient à imposer le monopole de l’usage de la violence légitime sur un territoire donné[1]. Le développement de forces de police participe activement au processus de formation de l’État dans la mesure où il permet la revendication de ce monopole, le consolide et le rend effectif sur l’intégralité du territoire national[2].

Au Somaliland, la création de la police en 1993 s’inscrit dans le processus de pacification engagé suite à la conférence de Boorama et participe grandement au retour de la paix. Aujourd’hui, les questions de sécurité et de souveraineté sont au cœur des discours politiques des dirigeants du Somaliland, et la stabilité du territoire constitue l’argument principal autour duquel s’articulent les aspirations indépendantistes. L’efficacité des forces de l’ordre constitue une priorité qui se traduit par un investissement considérable de l’Etat somalilandais dans le secteur de la sécurité (près de 35%, soit la plus grande part du budget national 2020[3]). Ce travail de recherche visait à comprendre les dynamiques et les modalités de l’action de police, ainsi qu’à interroger les ressorts de sa légitimité au Somaliland, à travers une analyse de son processus d’institutionnalisation et une étude de son fonctionnement contemporain concret. Cet article se focalise sur ce deuxième point, et vise à étudier la manière dont se construit la légitimité des officiers de police au quotidien, dans leurs interactions avec les citoyens.

 


Terrain et sources

Cette recherche se fonde sur deux enquêtes de terrain menées entre les mois de juin et juillet 2018 puis de janvier à mars 2019 à Hargeisa. Les sources proviennent d’entretiens semi-directifs formels et de discussions informelles menés avec une diversité d’acteurs du secteur de la sécurité ainsi qu’avec d’anciens combattants de la guerre civile. Les entretiens biographiques ont permis d’accéder aux trajectoires de vie des témoins et acteurs principaux de l’histoire récente du Somaliland, qui constituent des sources précieuses en ce qu’elles permettent de retracer le processus de formation de la police de l’intérieur, à partir des expériences personnelles des individus qui y ont pris part. Outre les entretiens, cette recherche se fonde sur des données recueillies par l’observation directe des interactions « au guichet », in situ dans un commissariat central de Hargeisa, qui a permis de constituer un corpus de sources majoritairement ethnographiques. La présence prolongée au commissariat et l’observation du travail concret des policiers mettent en lumière les ressources mobilisables par les officiers de police dans l’interaction quotidienne avec les citoyens. De la même manière, la présence régulière au commissariat permet de saisir les diverses modalités de la demande sociale de police. L’accès à de nombreux documents administratifs en circulation au commissariat, aux dossiers d’investigation et aux documents juridiques ont permis de reconstituer les étapes d’une procédure policière et judiciaire et d’affiner notre compréhension des affaires du commissariat.

Cet article laisse de côté la dimension socio-historique de la recherche et se focalise sur l’étude des pratiques quotidiennes de police. Il vise à rendre compte de la diversité des registres mobilisés par les officiers de police dans l’exercice quotidien de leurs fonctions au commissariat et dans l’interaction. Il se fonde sur des observations menées dans le lieu principal de l’interaction, le guichet de dépôt des mains courantes et des plaintes au commissariat : le occurrence book (OB) desk. Ces observations mettent en lumière une tension, qui réside dans l’articulation des logiques de distance et de proximité dans l’interaction entre les officiers de police et les citoyens. Le processus de bureaucratisation qui affecte les forces de police implique une dépersonnalisation des rapports sociaux dans une société caractérisée par une faible distance sociale entre les individus et l’importance de l’interconnaissance. Cette dimension invite à étudier les dispositifs d’organisation et de gestion bureaucratique de la proximité sociale.

Défilé des forces de police du Somaliland lors de la fête nationale du 18 mai, Axelle Djama

 


Domination bureaucratique et production de la déférence administrative au commissariat

L’interaction de face-à-face entre un citoyen en demande de police et les officiers de police est, pour reprendre l’expression de Didier Demazière, « structurellement asymétrique »[4]. En effet, la rencontre administrative est caractérisée par le rapport de domination bureaucratique qui s’exerce sur les citoyens, et qui naît notamment de l’asymétrie de compétences et d’information. La relative méconnaissance des mécanismes et dispositifs institutionnels profite aux officiers de police qui, là où les citoyens se cantonnent au rôle administratif qui leur est prescrit, disposent d’une plus grande liberté dans la définition de leur propre rôle. Les policiers de l’accueil appliquent des procédures standardisées mais sont également porteurs de dispositions personnelles qui s’expriment dans leurs pratiques quotidiennes. Les officiers de police se trouvent en situation de dominants dans la relation administrative, pour au moins trois raisons. D’abord parce qu’ils ont la main sur les affaires et ont bien souvent le dernier mot. Ensuite parce qu’ils sont investis du monopole de la violence légitime d’Etat, et qu’ils peuvent en revendiquer l’usage. Enfin car ils font face à des usagers en situation de relative méconnaissance du fonctionnement de l’administration dont eux maîtrisent parfaitement les codes. Ces trois dimensions contribuent à produire la déférence des plaignants, suspects et autres citoyens ordinaires de passage au commissariat.

Au contact direct des demandeurs et en charge d’accéder à leurs requêtes, les policiers du commissariat disposent d’une grande liberté dans l’exercice de leurs fonctions. Si les pratiques policières sont encadrées et formalisées, cette position relativement autonome leur donne la possibilité d’exercer un pouvoir discrétionnaire. Ce pouvoir se manifeste notamment lors de la première prise de contact. En l’absence de coupable identifié ou aisément identifiable, la prise de déposition conduit à l’ouverture d’une enquête nécessitant d’importants moyens humains et financiers. Il arrive alors que les policiers refusent de prendre une déposition prétextant un manque d’information ou l’absence de fondements suffisants. Toutefois, ce type de pratique est loin d’être systématique et les exemples sont peu nombreux. De plus, il semblerait que les policiers subalternes aient moins tendance à prendre ce genre d’initiatives. L’un des rares exemples de discrétion policière nous est fourni par le commandant du commissariat. Alors qu’une femme se rendait au commissariat dans l’objectif de déposer une plainte contre son mari violent, blessure à l’appui, le commandant a refusé de prendre sa plainte, prétextant que l’infraction ne relevait pas des instances publiques. Alors que la loi précise que les citoyens doivent être en mesure de choisir la juridiction devant laquelle ils déposent plainte, le commandant a renvoyé la femme devant les tribunaux islamiques en charge des affaires familiales. Ces exemples témoignent de la position de domination des officiers de police dans l’interaction et de la nature inégalitaire de la relation administrative.

Le deuxième élément renforçant l’asymétrie de l’interaction en faveur des policiers réside dans la possibilité d’user de la violence légitime d’Etat. Si l’usage effectif de la violence physique est rare, la menace est permanente et la violence symbolique s’exerce quotidiennement, notamment sur les suspects. La menace de l’usage de moyens coercitifs est une ressource très largement utilisée par les officiers de police dans les interactions dès lors qu’ils ont le sentiment d’en perdre le contrôle. Lorsque des suspects ne se montrent pas respectueux, ou qu’ils n’incarnent pas suffisamment bien leur rôle aux yeux des officiers de police, ces derniers ne manquent pas de leur rappeler les règles de l’interaction. La fouille au corps en public constitue un exemple d’exercice pratique de la violence symbolique. Elle se matérialise également par des gestes – bousculades, contacts au visage – qui, s’ils ne sont pas violents, traduisent la position d’infériorité des suspects par rapport aux policiers. Dans d’autres types d’interaction, par exemple lorsqu’il est attendu des parties qu’elles trouvent un arrangement mais lorsque les négociations tardent, la menace de la détention provisoire peut être brandie par les officiers de police qui rappellent leurs prérogatives à leurs interlocuteurs. De la même manière, l’arrestation d’un « garant » de la famille du coupable en son absence permet aux officiers de police d’accélérer les négociations et la résolution des litiges. Un policier nous expliquait qu’il procédait ainsi régulièrement, lorsque le coupable refusait de se présenter au commissariat. Nous avons effectivement pu confirmer cela à la lecture du « occurrence book », dans lequel figure une catégorie « arrestation de garant/responsable » (Xadhig masuliyadeed en somali).

Ces trois dimensions participent à la « production du consentement »[5] des citoyens qui se trouvent en situation d’infériorité dans une interaction administrative intrinsèquement inégalitaire. Elles constituent des exemples paradigmatiques de l’exercice d’une domination rationnelle-légale qui repose sur la compétence des officiers de police à se référer à des règles impersonnelles[6]. Toutefois, si la déférence participe au maintien de l’ordre institutionnel, seule la légitimité de cet ordre en garantit la pérennité. La légitimité policière se négocie dans les interactions au cours desquelles les policiers mobilisent différentes ressources empruntées au registre bureaucratique ou à celui de la familiarité.

L'occurrence book desk, Axelle Djama

 


La diversité des registres de légitimation dans l’interaction : entre familiarité et distance

Les interactions formalisées dans le cadre de dépôts de plainte constituent une part importante du travail policier. Toutefois, les rencontres entre policiers et citoyens ont également lieu en d’autres moments et d’autres occasions, hors du cadre des procédures policières. Si l’asymétrie de compétences participe à la construction d’un rapport de domination dans l’interaction, il semblerait toutefois que la connaissance des procédures et de l’administration constitue également une ressource de légitimation pour les officiers de police dans leurs interactions quotidiennes. De la même manière, au-delà des ressources qui permettent aux officiers de police de se revendiquer d’un usage légitime de la force, il est d’autres éléments qui leur permettent de renforcer leur statut aux yeux des citoyens ordinaires qui se rendent au commissariat.

Au commissariat, il n’est pas rare que des personnes se rendent au guichet d’accueil en possession de documents qu’ils ne sont pas en mesure de comprendre, à la recherche d’une information sur une procédure ou sur un détenu. Les policiers peuvent aider et orienter les personnes en les dirigeant vers les bons interlocuteurs ou en leur expliquant les étapes d’une procédure. Nous avons observé à de nombreuses reprises les policiers du guichet d’accueil opérer un travail de déchiffrement de documents administratifs pour des personnes analphabètes ou étrangères au monde administratif et à ses procédures. Au-delà de leur compréhension du langage et des procédures administratives, leur connaissance des différentes affaires en cours au commissariat leur permet d’être en mesure de fournir des informations relatives aux détenus ou sur l’avancée d’une enquête policière. Très régulièrement, des personnes se rendent au guichet du commissariat afin d’obtenir des informations sur le suivi d’une affaire ou sur un proche en détention. Les policiers prennent alors le temps de répondre aux interrogations des visiteurs et à leur fournir les détails nécessaires. Cette dimension du travail quotidien de police, qui ne fait pas explicitement parti de ses mandats, est souvent passée sous silence au profit d’activités plus spectaculaires et exceptionnelles. Toutefois, ces pratiques « sociales » de police participent selon nous à construire la légitimité policière.

Certaines affaires ne font pas l’objet d’une procédure policière et judiciaire classique. En effet, il existe des moyens alternatifs et officieux de résolution des litiges, sur le mode de la concertation entre les parties prenantes. Cette procédure semble appréciée des citoyens dans la mesure où elle repose sur le consensus et la conciliation, ainsi que des acteurs juridiques qui se réjouissent de décharger le circuit judiciaire des affaires mineures. Lorsque les deux parties au litige se présentent au commissariat, elles sont le plus souvent accompagnées dans le bureau des enquêteurs pour y exposer leur contentieux. Suite à cette audition, le policier peut, s’y le cas s’y prête, enclencher des discussions et des négociations entre les parties dans le but d’établir un consensus. Il joue le rôle de médiateur puis d’arbitre final en établissant un document officiel qui décrit les termes de la négociation et les compensations envisagées. Lors des négociations engagées dans le cadre d’une résolution de l’affaire au commissariat, ou lors des discussions qui précèdent la prise d’une déposition, nous avons noté une tendance des policiers à se montrer plus proches de certains citoyens. Ils font usage de termes de parenté (hoyo qui signifie maman, habo, ma tante, adeer, mon oncle), s’adressent avec respect aux personnes âgées et tentent de montrer des signes de compréhension et de proximité.

L’évocation de rapports de proximité et la notion de familiarité sont porteuses d’une connotation négative car souvent associées à la corruption et à l’incursion de logiques interpersonnelles voire de népotisme au sein de la relation administrative. On pourrait effectivement appréhender ces pratiques comme s’insérant dans des mécanismes de « corruption quotidienne »[7], où les policiers auraient tendance à faciliter l’accès aux démarches bureaucratiques à des membres de leur lignage. Les officiers de police seraient alors des individus « passerelle »[8] permettant de mettre en « communication le monde des relations anonymes et impersonnelles qui caractériseraient en théorie la bureaucratie d’État, avec le monde des rapports personnels et d’obligation morale propres à la sociabilité ordinaire »[9]. Toutefois, nos observations semblent contredire cette propension au népotisme et au favoritisme, et la familiarité ne s’exprime pas de manière ciblée. Le recours au registre de la proximité et de la familiarité par les policiers semble s’effectuer sans discernement d’appartenance clanique ou sous-clanique, dans un objectif de pacification des interactions et d’efficacité des négociations. L’articulation d’un registre bureaucratique et de principes ancrés dans la société somalie participe au renforcement de la légitimité locale des officiers de police.

 


Conclusion

L’analyse des modalités de l’interaction bureaucratique permet de mettre en lumière les mécanismes qui participent à la construction de la légitimité policière. La légitimité et l’autorité des policiers se négocient au quotidien dans ces interactions et résident en partie dans leur capacité à naviguer entre le registre de l’impersonnalité bureaucratique et celui de la familiarité.  La capacité des officiers de police à jongler entre le registre bureaucratique et celui de la familiarité est en partie due à la dualité de leur condition de street-level bureaucrats[10]. A la fois bureaucrates et individus concrets ancrés dans la société qu’ils administrent, les officiers de police articulent leurs rôles professionnel et social afin d’apparaître plus légitimes aux yeux des populations, et plus particulièrement auprès des habitants du quartier.

 

[1] WEBER, M., Le savant et le politique, Paris, La Découverte, 2003.

[2] TILLY, C., « War Making and State Making as Organized Crime » in EVANS, P., RUESCHEMEYER, D., SKOCPOL, T. (eds.), Bringing the State Back In, Cambridge, Cambridge University Press, 1985.

[3] Ministry of Finance, Budget 2020, avril 2019.

[4] DEMAZIERE, D., « Des réponses langagières à l’exclusion. Les interactions entre chômeurs de longue durée et agents de l’ANPE. », Mots. Les langages du politique, n°46, 1996, p.7

[5] DUBOIS, V., La vie au guichet. Administrer la misère, Paris, Points, 2015 (3ème ed.), p.40.

[6] WEBER, M., Economie et société, Paris, Plon, 1972, p.226-228.

[7] BLUNDO, G., OLIVIER DE SARDAN, J-P., « La corruption quotidienne en Afrique de l’Ouest », Politique africaine, vol.3, n°3, 2001, pp.8-37

[8] Ibid., p.25.

[9] CUTOLO, A., BANEGAS, R., « Les margouillats et les papiers kamikazes. Intermédiaires de l’identité, citoyenneté et moralité à Abidjan », Genèse, vol.3, n°112, 2018, pp.81-102

[10] LIPSKY, M., Street-level Bureaucracy: Dilemmas of the Individual in Public Services, New-York, Russell Sage Foundation, 1980

 

Axelle Djama est diplômée du master de science politique, mention politique comparée de l’école doctorale de Sciences Po Paris. Elle a rédigé un mémoire intitulé « Bureaucratisation de la police au Somaliland. Ethnographie d’un commissariat en zone urbaine ». Elle a réalisé deux enquêtes de terrain au Somaliland en 2018 et 2019. Elle a bénéficié du soutien financier du CFEE en 2019.

 

Ce travail de recherche a été mené sous la direction bienveillante de Laurent Fourchard et de Roland Marchal, détenu depuis juin 2019 en Iran, aux côtés de Fariba Adelkhah. Nous souhaitons apporter notre soutien plein et entier à ces deux chercheurs et rappeler notre profonde gratitude à l’égard de Roland Marchal pour son accompagnement, ses critiques avisées et son soutien dans la conduite de cette recherche.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.