Stratégies économiques dans la vallée du Rift éthiopien pendant la Préhistoire récente

TERRAIN/FIELDWORK

 

Caractérisation des stratégies économiques dans la vallée du Rift éthiopien pendant le Préhistoire récente

Par Lucie Coudert

 


Lucie Coudert est postdoctorante en archéozoologie préhistorique au laboratoire TRACES (UMR 5608, Université Toulouse 2 Jean Jaurès, Toulouse) et au laboratoire AASPE (UMR 7209, Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris). Elle a réalisé un séjour de recherche en Ethiopie entre octobre et décembre 2019 dans le cadre du programme Atlas, financé par la Fondation Maison des Sciences de l’Homme et le Centre Français des Etudes Ethiopiennes.

 


La pêche semble avoir joué un rôle majeur dans l’économie de nombreux sites préhistoriques est-africains depuis la fin du Pléistocène. Les ressources halieutiques, parce que hautement prévisibles et facilement stockables, ont peut-être été un facteur déterminant à la fois de l’occupation de certaines régions pendant les phases très arides de la fin du Pléistocène (eg. Veermersch et Van Neer, 2015), et à la fois dans le type de mobilité adopté par les groupes humains (eg. Sutton, 2009). L’étude des restes de poissons et celle de la place des ressources halieutiques et des modalités de pêche revêt donc une grande importance pour la compréhension des transformations socio-économiques qui ont marqué la Corne de l’Afrique au cours de la Préhistoire récente. Mais dans cette région, ce type d’étude est très limité par trois facteurs : 1) les lacunes dans les collections de comparaisons ostéologiques nécessaires à l’identification des restes fauniques ; 2) le manque de données quant à la composition naturelles des communautés de poissons en fonction des périodes et dont il est nécessaire de disposer pour interpréter les présences/absences des différentes espèces de poissons sur les sites archéologiques ; 3) le très petit nombre de sites archéologiques bien datés et ayant livré des assemblages fauniques suffisamment importants et bien conservés.

Pour combler ces lacunes, un séjour de recherche post-doctoral a été effectué en Ethiopie entre octobre et décembre 2019 dans le cadre du programme Atlas. Celui-ci a été co-financé par la Fondation Maison des Sciences de l’Homme et le Centre Français des Études Éthiopiennes. Il devait permettre de caractériser les stratégies économiques dans la vallée du Rift éthiopien pendant la Préhistoire récente grâce à l’établissement de référentiels ostéologiques et ostéométriques pour les poissons d’eau douce éthiopiens, à la reconstitution de la composition des communautés piscicoles depuis la fin du Pléistocène, et à l’étude des restes de poissons issus de sites archéologiques fouillés récemment.

Les référentiels ostéologiques et ostéométriques ont été établis grâce à l’acquisition et la préparation de 31 poissons provenant du lac Tana et correspondant à 12 espèces différentes de Labeobarbus, ces derniers étant venus enrichir les collections d’anatomie comparée du Musée National d’Ethiopie. Les collectes ont été concentrées sur le genre Labeobarbus (famille des Cyprinidae), d’une part parce qu’il s’agit du taxon majoritaire sur les sites éthiopiens de la fin du Pléistocène et du début de l’Holocène. Et d’autre part parce que les Labeobarbus du lac Tana constituent un essaim d’espèce (eg. de Graaf et al., 2010 ; Fig. 1) dont l’étude de la variabilité morphologique ostéologique devait permettre d’interpréter celle observée sur les ossements de grands Cyprinidae issus des sites archéologiques.

Fig. 1 : Têtes des 15 Labeobarbus du lac Tana (de Graaf et al., 2010)

En effet, l’assemblage faunique du site éthiopien de B1s1 (ca 11600-11300 cal. BC, bassin hydrologique de Ziway-Shala) fouillé dans le cadre du programme LSA sequence in Ethiopia (Bon et al., 2013 ; Ménard et al., 2014 ; Ménard, 2015) comprend des ossements de Cyprinidae ne pouvant pas être clairement attribués au genre Labeobarbus mais ne correspondant à aucun autre genre connu dans la vallée du Rift (Coudert, 2019). La diversité morphologique observée étant bien plus importante que celle existant au sein de l’essaim actuel de Labeobarbus du lac Tana, elle renvoie très probablement à la présence de plusieurs genres de grands Cyprinidae aujourd’hui éteints sur le site de B1s1. La diversité observée à B1s1 n’apparaissant plus dans aucun échantillon postérieur de la région (Ibid.), ces Cyprinidae ont probablement disparu à une période relativement proche de celle de l’occupation de B1s1. Cette extinction locale est peut-être à mettre en relation avec l’épisode aride du Dryas Récent (11900-9500 cal. BC), mais cette hypothèse devra être confirmé par la suite grâce à l’étude d’assemblage supplémentaires.

Dans le but de confirmer l’impact du Dryas récent sur les population piscicoles du système Ziway-Shala, et dans le but également de reconstituer de façon plus générale la répartition et la richesse naturelle des communautés de poissons en fonction des périodes dans les différents lacs de la vallée du Rift depuis la fin du Pléistocène, une série de 16 prélèvements a été effectuée dans des formations sédimentaires naturelles de la plaine de la Bulbula (entre les lacs Ziway et Abijata ; Fig.2), au cours du séjour de recherche du programme Atlas effectué en Ethiopie entre octobre et décembre 2019, dans le cadre de la mission de terrain annuelle du programme LSA sequence in Ethiopia (dir. C. Ménard). Ces prélèvements sédimentaires effectués dans des niveaux naturels comprenant des restes de poissons, une fois triés, traités et datés, permettront d’établir une chronologie des colonisations et extinctions locales dans le système Ziway-Shala et ces repères bio-chronologiques serviront aux reconstitutions des conditions hydrologiques et environnementales passées et à l’interprétation des présences/absences des différents taxons sur les sites archéologiques.


Fig.2 : Canyon creusé par le Deka Wede (un affluent de la Bulbula), qui incise les formations sédimentaires prélevées pour la reconstitution de la richesse naturelle des communautés de poissons en fonction des périodes

Ces sites sont pour le moment peu nombreux et l’enregistrement archéologique de l’occupation préhistorique dans la partie septentrionale de la vallée du Rift (Kenya, Ethiopie, Djibouti) est, de façon générale, très lacunaire. Mais les programmes de recherche en cours LSA sequence in Ethiopia (dir. C. Ménard ; Bon et al., 2013 ; Ménard et al., 2014 ; Ménard, 2015) et VAPOR-Afar (dir. L. Khalidi ; Khalidi et al., soumis) ont toutefois permis d’enrichir la documentation et notamment quant aux stratégies d’économies des ressources animales depuis la fin du Pléistocène. Pour aborder cette question, une partie du séjour de recherche réalisé dans le cadre du programme Atlas a également été consacré à l’étude des assemblages fauniques issus de plusieurs sites éthiopiens, et en particulier des restes de poissons, grâce aux référentiels ostéologiques préalablement constitués. Les vestiges osseux correspondant aux autres taxons, ont déjà été analysés ou seront analysés par Joséphine Lesur (Ménard et al., 2014 ; Lesur, 2017 ; Lesur et al., 2019). Ces sites (B1s1, Lakora 3, Raso 2 et Kurub 07) correspondent à une fenêtre chronologique qui s’étend de la fin du Pléistocène (ca. 11500 cal. BC) à l’Holocène récent (ca. 1500 cal. BC) et sont tous implantés à proximité immédiate d’un grand lac au sein des systèmes Ziway-Shala et Awah Abhé.

La fin du Pléistocène n’est pour le moment représentée que par le site de B1s1 (ca 11600-11300 cal. BC ; Bon et al., 2013 ; Ménard et al., 2014 ; Ménard, 2015). La proportion des restes de poissons par rapport aux restes mammaliens semble différente d’un niveau à l’autre sur ce site. Ces différences restent toutefois difficiles à évaluer en raison d’une perte certaine de matériel liée à la méthode de tamisage. Pour la même raison, il est impossible pour ce site de discuter les différences de proportion de poissons et de mammifères. Mais les sites de cette période étant peu nombreux dans la vallée du Rift, l’assemblage de B1s1 illustre tout de même le fait que l’intérêt pour les ressources halieutiques au cours de cette période aride ne s’observe pas exclusivement dans la vallée du Nil (eg. Vermeersch et Van Neer, 2015) et que certains sites du Rift sont également marqués par une petite pratique de la pêche, même si l’importance des ressources cynégétiques reste vraisemblablement nettement supérieure (Lesur et al., 2016).

L’Holocène ancien, représentée par le site de Lakora 3 (ca 9200-8700 cal. BC ; Khalidi et al., soumis) semble renvoyer à une plus grande importance des ressources halieutiques. La très grande majorité des ossements identifiés correspondent à des restes de poissons, essentiellement de poissons-chats Clarias, accompagnés de quelques restes de grands Cyprinidae et de tilapia. Etant donné la composition du spectre, il est possible de rapprocher ce site du niveau subcontemporain de Deka Wede 2 (Ménard et al., en prep.), avec une économie en grande ou en majeure partie basée sur la pêche. Ceci devra être confirmée par l’agrandissement de la zone fouillée à Lakora 3 et des datations supplémentaires mais ces conclusions préliminaires restent pour le moment très importantes puisqu’avant la fouille et l’étude de Lakora 3, seulement un site ayant livré un assemblage faunique fiable, conséquent et exploitable était connu en Ethiopie pour le début de l’Holocène : le site de Deka Wede 2 (Ibid.).

Le site de Raso 2 comprend plusieurs niveaux ayant livré de la faune. Malheureusement, le principal niveau archéologique (ca. 8700-8400 cal. BC ; Khalidi et al., soumis) n’a livré que 9 restes fauniques, dont 3 restes de poissons indéterminables. Il est donc pour le moment impossible à partir de ce site de proposer des conclusions, même préliminaires, d’ordre paléoéconomiques. En revanche, un niveau sommital a livré de très nombreux restes fauniques, majoritairement attribués à des poissons. La diversité spécifique de la faune piscicole de ce niveau de Raso 2 est assez importante en comparaison des autres sites de la vallée du Rift éthiopien et djiboutien puisque l’assemblage comprend aussi bien des grands et des petits Cyprinidae que des poissons-chats et des tilapias. L’association de ces quatre taxons rend ce niveau particulièrement intéressant pour la reconstitution de l’évolution de la composition des faunes piscicoles dans la vallée du Rift et pourra être intégré à cette reconstitution (Coudert, 2019) dès qu’il sera daté.

Enfin, le dernier site du corpus étudié lors du séjour d’étude réalisé dans le cadre du programme Atlas est le site de Kurub 07 (ca 1900-1300 cal. BC ; Khalidi et al., soumis). Les restes de poisons n’ont pas pu être étudiés intégralement par manque de temps. En revanche, une partie a été étudiée et une autre vue rapidement. Il en ressort que l’assemblage faunique de ce site comprend essentiellement des restes de mammifères, et majoritairement des mammifères domestiques. Les restes de poissons sont quant à eux très minoritaires, ce qui ne semble pas être lié uniquement à des problèmes taphonomiques. Même si ceci devra être confirmé par la fin de l’étude de l’assemblage faunique, ce site renvoie donc pour le moment à des stratégies d’acquisition des ressources animales basées majoritairement sur les domestiques et non plus essentiellement sur les ressources halieutiques comme cela a pu être observé au cours de l’Holocène ancien à Deka Wede 2 (Ménard et al., en prep.) et à Lakora 3 (Khalidi et al., soumis), mais également au cours de l’Holocène récent à Asa Koma (Coudert et al., 2018).

 

 

 


BIBLIOGRAPHIE/BIBLIOGRAPHY

BON F., DESSIE A., BRUXELLE L., DAUSSY A., DOUZE K., FAUVELLE-AYMAR F.- X., KHALIDI L., LESUR J., MENARD C., MARDER O., MENSAN R. et SAINTSEVER G., 2013. Archéologie préhistorique de la partie centrale du Main Ethiopian Rift (bassin lacustre de Ziway-Shala) : contribution à l’établissement de la séquence Late Stone Age d’Afrique orientale. Annales d’Ethiopie 28. 261-297

COUDERT L., 2019. La place de la pêche pendant l’Holocène de la vallée du Rift au Sahel occidental. Thèse de doctorat. Université Toulouse 2 Jean Jaurès. 443 p.

DE GRAAF M., MEGENS H.-J., SAMALLO J., SIBBING F., 2010. Preliminary insight into age and origin of the Labeobarbus fish species flock from lake Tana (Ethiopia) using the mtDNA cytochrome b gene. Molecular phylogenetics and Evolution 54. 336-343

KHALIDI L., MOLOGNI C., MENARD C., COUDERT L., GABRIELE M., DAVTIAN G., CAULIEZ J., LESUR J., BRUXELLES L., CHESNAUX L., ENGDA REDAE B., HAINSWORTH E., DOUBRE C., REVEL M., SCHUSTER M. et ZAZZO A., soumis. 9000 years of human lekaside adaptation in the Ethiopian Afar: fisher-foragers and the first pastoralists in the Lake Abhe basin during the African Humid Period. Quaternary Science Reviews.LESUR J., 2017. Et la gazelle devint chèvre. Pré-histoires africaines d’hommes et d’animaux. Sites et Cités d’Afrique. Presses Universitaires du MidiPublications Scientifiques du Muséum, Toulouse-Paris. 205 p.

LESUR J., FAITH J. T., BON F., MENARD C., BRUXELLES L., 2016. Paleoenvironmental and biogeographic implications of terminal Pleistocene large mammals from the Ziway-Shala Basin, Main Ethiopian Rift, Ethiopia. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology 449. 567-579MENARD C., 2015. Ruptures et continuités dans le Late Stone Age de la Corne de l’Afrique : apports des industries lithiques du Rift éthiopien. Thèse de doctorat, Université Toulouse Jean Jaurès. 237 p.

MENARD C., COUDERT L., ROUSEL S., LESUR J., CHESNAUX L., BOREL A., BRUXELLES L., DAVTIAN G., HABTE B., KHALIDI L., MENSAN R., ZAZZO A., DESSIE A. et BON F., en prep. Fish and chips: Late Glacial – Early Holocene material culture and subsistence strategies at Deka Wede 2, Ziway-Shala basin, Main Ethiopian Rift. Journal of Archaeological Science: Reports.

MENARD C., BON F., DESSIE A., BRUXELLES L., DOUZE K., FAUVELLE F.-X., KHALIDI L., J. LESUR et MENSAN R., 2014. Late Stone Age variability in the Main Ethiopian Rift: new data from the Bulbula River, Ziway-Shala basin, Quaternary International 343. 53-68SUTTON J.E.G., 2009. Anciennes sociétés de pêcheurs dans l’Afrique « médiane » et dans le Rift. In B. Hirsch et B. Roussel, Le Rift est-africain, une singularité plurielle. IRD, Marseille. 317-331

VERMEESCH P. M. et VAN NEER W., 2015. Nile behaviour and Late Palaeolithic humans in Upper Egypt during the Late Pleistocene. Quaternary Science Reviews 130. 155.167


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.