L’occupation oldowayenne de la Formation de Shungura / The Oldowan settlement of the Shungura Formation

NOTE DE RECHERCHE / RESEARCH NOTE

L’occupation oldowayenne de la formation de Shungura / The Oldowan settlement of the Shungura formation

Par / by Tiphaine Maurin

D’une datation antérieure à 2 Millions d’années (Ma), seuls cinq sites archéologiques au monde apportent des informations sur les premiers outils de pierre taillée. Ces sites du début de l’Oldowayen se situent tous dans la vallée du grand rift est-africain. Parmi ces sites, celui de la formation de Shungura, situé dans la basse vallée de l’Omo (Éthiopie), présente un intérêt tout particulier en raison de son exceptionnelle richesse en occurrences archéologiques. Tiphaine Maurin, doctorante en archéologie au laboratoire PACEA (UMR 5199, Bordeaux) et membre de l’Omo Group Research Expedition, projet dirigé par Jean-Renaud Boisserie (IPHEP, UMR 7262, Poitiers) et soutenu par le CFEE, étudie les traces les plus anciennes de l’occupation de cette formation par les hominines.

For the time period before 2 Million years (My), only five archaeological sites have been discovered so far. They are all located in the Great Rift Valley and belong to the Early Oldowan techno-complexe. Among those sites, the Shungura formation, located in the Lower Omo Valley (Ethiopia), is the only one with such a quantity of archaeological artefacts. Tiphaine Maurin, PhD student in archaeology at PACEA (UMR 5199, Bordeaux) and part of the « Omo Group Research Expedition », a project lead by Jean-Renaud Boisserie (IPHEP, UMR 7262, Poitiers) and supported by CFEE, studies the most ancient traces of Hominian occupation in this formation.

(article in French and English)

Ocurrences archéologiques oldowayennes de la Formation de Shungura, archaeological occurrences of the Shungura Formation (T. Maurin, 2014, includes copyrighted material of DigitalGlobe, Inc., All Rights Reverved).
Ocurrences archéologiques oldowayennes de la Formation de Shungura / Archaeological occurrences of the Shungura Formation (T. Maurin, 2014, includes copyrighted material of DigitalGlobe, Inc., All Rights Reverved).

Cette abondance d’indices d’occupation a été découverte lors des missions de terrain menées par l’Omo Group Research Expedition (OGRE). Créée et dirigée depuis 2006 par Jean-Renaud Boisserie (IPHEP) avec le soutien du CFEE, ce programme a entrepris de reprendre les recherches dans la formation de Shungura plus de 30 ans après les travaux de l’International Omo Research Expedition (IORE) avec des problématiques nouvelles faisant une large place aux questions spatiales1. C’est dans ce cadre qu’entre 2008 et 2011 des campagnes de prospections archéologiques menées par Anne Delagnes (PACEA ) ont permis la découverte de 150 petites concentrations d’artefacts, appelées occurrences archéologiques, sur une surface de 360 hectares2. L’équipe d’archéologues a également mis en évidence la circonscription temporelle de cette occupation oldowayenne. Seuls les niveaux géologiques datés entre 2,32 et 2 Ma (Membre F et partie inférieure du Membre G) ont livré de manière probante des vestiges archéologiques3.

This abundance has been discovered on the field by the « Omo Group Research Expedition » (OGRE). Created and led since 2006 by Jean-Renaud Boisserie (IPHEP) with the support of CFEE, the OGRE has took up field missions and research in the Shungura formation. Thirty years after the « International Omo Research Expedition » (IORE), the OGRE has brought a renewed approach with a strong interest for spatial issues1. From 2008 to 2011, Anne Delagnes (PACEA), led archaeological surveys in the Shungura formation thanks to which 150 small concentrations of occurences were discovered on a surface of 360 hectare2. All the archaeological occurrences of the Shungura formation are located in geological layers called “Member F” and “Lower Member G”, dated between 2,32 My and 2 My3.

Ces occurrences archéologiques sont composées de petits éclats de quartz taillés par des hominidés, allant d’un nombre variant de 3 artefacts à plusieurs centaines. Ces artefacts peuvent être découverts en surface ou dans le sédiment encaissant. Il a été mis en évidence que dans le Membre F et de la partie inférieure du Membre G les occurrences archéologiques ne sont pas réparties de manière aléatoire géographiquement, mais se concentrent dans certaines zones : les complexes d’occurrences.

Three to several hundreds of artefacts make up each occurrence. Artefacts are small quartz flakes or broken flakes and could have been discovered on the surface or within the soil. In Member F and in Lower Member G, the occurrences are not randomly distributed. They are clustered in few areas: the occurrence complexes.

OMO A 75 (Membre F), artefacts en surface / OMO A 75 (Member F), surface artefacts (OGRE, 2014)
OMO A 75 (Membre F), artefacts en surface / OMO A 75 (Member F), surface artefacts (OGRE, 2014)

Décrire et étudier la répartition spatiale et stratigraphique des occurrences est une des clés pour comprendre les comportements d’occupation du territoire des artisans de l’Oldowayen. Mais pour cela il est fondamental de savoir à quoi correspond cette myriade d’occurrences et leurs regroupements sous forme de complexe. Il est possible que ces occurrences soient le reflet plus ou moins fidèle d’une succession de petites occupations parfois contemporaines. Mais il est également plausible qu’il s’agisse de petits ensembles d’artefacts qui se sont concentrés dans un second temps, mais qui proviendraient à l’origine d’un nombre très restreint de lieux où de la pierre a été taillée.

To understand the spatial behaviours of Oldowan toolmakers, we must describe and study the spatial and stratigraphical repartition of the archaeological occurrences. But before, we need to understand what those plentiful occurrences (and their clustering into complexes) reflect. They could correspond to lot of little spots of hominians tool-making activities, happening in a sub-contemporaneous or at different times. And, they could also be the remains of only few larger occupations disassembled and reassembled later in several little spots.

Mesure de largeur d’artefact archéologiques au pied à coulisse / Artefact measurment with a caliper (T. Maurin, 2015)
Mesure de largeur d’artefact archéologiques au pied à coulisse / Artefact measurment with a caliper (T. Maurin, 2015)

La première phase de l’étude spatiale consiste donc à évaluer l’ampleur des bouleversements qu’a pu subir l’assemblage de vestiges depuis son abandon initial par les Hominines jusqu’à sa découverte par les archéologues de l’OGRE. Une large partie des altérations des assemblages initiaux, aussi appelés perturbations post-depositionnels ou phénomènes taphonomiques, peut être appréhendée en étudiant les dimensions des pièces archéologiques4, et en particulier leur largeur5.

The first step of my spatial analysis consists in rating the range of the disruption of the archaeological assemblage, from the artefacts discarded by the hominians to their discovery by the OGRE archaeologists. A large part of those alterations, also called post-depositionnal perturbations or taphonomical phenomenon, can be evaluated by studying the size of the archaeological pieces4, such as their width5.

Tri hydraulique de vestiges archéologiques. Après le passage d’un courant, les artefacts se redéposent en fonction de leur dimension / Water-flow seiving by water. After the water flow, the artefacts settle according to their size (T. Maurin, 2015)
Tri hydraulique de vestiges archéologiques. Après le passage d’un courant, les artefacts se redéposent en fonction de leur dimension / Water-flow seiving by water. After the water flow, the artefacts settle according to their size (T. Maurin, 2015)

Le principe est simple : la circulation d’eau sur la surface du sol, comme lors de crus des rivières, mais aussi de ravinement d’eaux de pluies par exemple, entraîne de façon systématique un lessivage du matériel abandonné par les tailleurs. Le matériel est alors trié en fonction de son module et orienté dans le sens du courant4. Le matériel le plus gros aura tendance à se déposer rapidement et assez près de l’endroit d’abandon originel, alors que le matériel plus petit sera emporté par le flot et déposé plus loin. Dans ce cas de figure, les vestiges archéologiques après le passage du flot se présentent sous la forme d’une succession spatiale de petites concentrations d’artefacts. Ces petites concentrations ont des proportions de pièces de petits, moyens et grands modules directement liées à leur positionnement par rapport à l’occupation lessivée et sont réparties le long du courant.

One major taphonomical alterations of the archaeological assemblage is the water-flow sieving. If river floods or rainfall flows reach a toolmaker settlement, the water-flow will sweep away a part of the archaeological remains. All the remains will be sieved according to those seize and will be oriented by the current. The larger artefacts will stay near the original settlement while the smaller will be carried along by the flows and will settle a little farther away, thus forming a succession of little spots with various proportions of small and large artefacts.

C’est ce travail qui a été entrepris en janvier et février 2015 sur les collections archéologiques de trois complexes archéologiques de la formation de Shungura conservées au Musée national d’Éthiopie. Les artefacts qui avaient été collectés pendant la dernière mission de terrain de l’été 2014 ont été mesurés individuellement à l’aide d’un pied à coulisse. Des séries expérimentales, taillées par des membres de l’OGRE selon les mêmes techniques que celles employées par les hominines de l’Oldowayen, ont été ajoutées à l’étude pour servir de références.

That work was accomplished in January and February 2015 on the collections of three occurrence complexes of the Shungura formation curated in the National Museum of Ethiopia. The artefacts were collected during the last field mission on July 2014. Experimental series were added as unsieved evidences. These pieces have been “knapped” (made) by members of the OGRE using the same techniques as the Oldowan hominians.

A ce stade de l’avancement des travaux, un tri dimensionnel est observé sur les assemblages archéologiques en comparaison avec les assemblages expérimentaux produit par l’OGRE. L’étude en cours permettra d’affiner l’ampleur du tri et de proposer des hypothèses sur les processus taphonomiques ayant participé à la structuration actuelle des complexes archéologiques de la formation de Shungura.

So far, the archaeological and the experimental data show that dimensional sieving has occurred on the archaeological assemblages. The ongoing work will bring more information about the taphonomical phenomenon and its implications on the actual structure of the occurrence complexes of the Shungura formation.

  1. Boisserie, J.-R. et al. New palaeoanthropological research in the Plio-Pleistocene Omo Group, Lower Omo Valley, SNNPR (Southern Nations, Nationalities and People Regions), Ethiopia. Comptes Rendus Palevol 7, 429–439 (2008).
  2. Maurin, T., Delagnes, A. & Boisserie, J.-R. Spatial behaviours of Early Oldowan toolmakers in the Shungura Formation (Lower Omo Valley, Ethiopia): Proposal for an integrated approach. Comptes Rendus Palevol 13, 737–746 (2014).
  3. Delagnes, A. et al. Archaeological investigations in the Lower Omo Valley (Shungura Formation, Ethiopia): New data and perspectives. J. Hum. Evol. 61, 215–222 (2011).
  4. Schick, K. D. Stone Age sites in the making: experiments in the formation and transformation of archaeological occurrences. (B.A.R., 1986).
  5. Bertran, P., Lenoble, A., Todisco, D., Desrosiers, P. M. & Sørensen, M. Particle size distribution of lithic assemblages and taphonomy of Palaeolithic sites. J. Archaeol. Sci. 39, 3148–3166 (2012).

Depuis 2013, Tiphaine Maurin réalise une thèse en archéologie préhistorique sous la direction d’Anne Delagnes (CNRS, PACEA) et de Jean-Renaud Boisserie (CNRS, IPHEP). Sa thèse traite des interrelations entre les hominidés et leur environnement à partir des données archéologiques et environnementales de la formation de Shungura. Elle participe aux missions de l’OGRE depuis 2011. Spécialiste de l’archéomatique, elle a travaillé en tant que volontaire internationale dans les collections du Musée national d’Ethiopie en 2010-2011.

Since 2013, Tiphaine Maurin prepares a PhD thesis in prehistoric archaeology (advisors: Anne Delagnes, CNRS, PACEA, and Jean-Renaud Boisserie, CNRS, IPHEP). Her research deals with interrelations between Hominids and their environment, based on archaeological and environmental data from the Shungura formation. She is involved in OGRE missions since 2011. Specialised in archaeological geomatics. She has been working as an international volunteer, attached to the collections, at the National Museum of Ethiopia, between 2010 and 2011.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *