Bərät: the history of metals

TERRAIN / FIELDWORK

ብረት (metal):

The history of metals in Ethiopia

par/by Caroline Robion-Brunner

Caroline Robion-Brunner, chargée de recherche HDR au CNRS (laboratoire TRACES UMR 5608, Université Toulouse – Jean Jaurès), est archéologue, spécialisée dans l’histoire des métaux en Afrique. A travers l’analyse des comportements techniques, économiques et sociaux liés à la production des métaux et des objets métallurgiques, elle apporte des éléments nouveaux sur l’histoire des techniques, le développement des sociétés et les relations homme-environnement. Elle a mené des recherches au pays Dogon (Mali) et dans le Dendi (Bénin). Depuis 2013, elle dirige un programme de recherche en paléométallurgie au Togo/Bénin/Ghana. Son approche allie enquêtes ethnohistoriques, prospections, opérations archéologiques et analyses en laboratoires (archéométrie, datation, anthracologie). Elle a rejoint le 1er septembre 2020 le Centre français des études éthiopiennes dans le cadre d’une affectation CNRS pour y mener des recherches sur l’histoire des métaux en Éthiopie. Cette opportunité professionnelle lui permettra de poursuivre des recherches comparatives sur les différents systèmes techniques et mécanismes de diffusion afin d’évaluer la place des productions métallurgiques dans le développement des sociétés humaines.

Caroline Robion-Brunner, research fellow at CNRS, HDR (laboratory TRACES UMR 5608,  Université Toulouse – Jean Jaurès), is an archaeologist specializing in the history of metals in Africa. Through the analysis of the technical, economic, and social behaviors linked to the production of metals and metallurgical objects, she brings new elements on the history of techniques, the development of societies, and the relations between humans and the environment. She has conducted research in the Dogon country (Mali) and in Dendi (Benin). Since 2013, she has been directing a research program in paleometallurgy in Togo/Benin/Ghana. Her approach combines ethnohistorical investigations, archaeological surveys,  excavation, and laboratory analyses (archaeometry, dating, anthracology). She was posted by the CNRS at the French Center for Ethiopian Studies on September 1st, 2020 to conduct research on the history of metals in Ethiopia. This professional opportunity will enable her to continue comparative research on the different technical systems and diffusion mechanisms in order to evaluate the place of metallurgical productions in the development of human societies.

[English translation below]

La métallurgie tient une place particulière dans l’histoire humaine car elle est peut-être l’activité dans laquelle la maîtrise des ressources naturelles est la plus avancée (Mangin, 2004 ; Mohen, 1990 ; Pernot, 2017). Elle implique une chaîne opératoire longue et complexe durant laquelle les propriétés physiques et chimiques des matières premières se modifient. Maîtriser les procédés métallurgiques, c’est être capable de produire des matériaux aux propriétés inexistantes à l’état naturel. Ces métaux, bruts ou alliés, vont d’ailleurs se retrouver utilisés dans tous les domaines : l’agriculture, l’artisanat, l’armement, l’ornementation, la construction. Depuis l’introduction de la métallurgie, les artisans n’ont eu de cesse de créer de nouvelles combinaisons métalliques et de modifier leurs techniques de production. Le prisme de la métallurgie offre donc une opportunité unique de traverser l’histoire et les territoires en interrogeant la place des métallurgies et des métallurgistes dans les sociétés et, ce faisant, de suivre les étapes d’invention, d’innovation et de dissémination. L’identification de ces mécanismes est un enjeu essentiel dans la compréhension des sociétés qui en sont à l’origine et de celles qui apprennent des autres ou qui consomment les produits des autres.

Les recherches menées depuis une trentaine d’années montrent que l’histoire des métaux en Afrique échappe à une schéma unique (Chirikure, 2015 ; Killick, 2016 ; Robion-Brunner, 2018). Du point de vue des métaux recherchés et de leur ordre d’apparition dans l’histoire des technologies, le continent africain peut être divisé en trois espaces recouvrant des histoires distinctes. Tout d’abord, il y a l’Afrique septentrionale, depuis le littoral méditerranéen jusqu’à celui de la mer Rouge, qui connaît une évolution de la métallurgie similaire à celle de l’Eurasie, quoique légèrement plus tardive : d’abord, une utilisation des métaux natifs (or, argent, cuivre, fer météoritique – uniquement en Égypte), ensuite une transformation du minerai de cuivre en métal suivie d’une maîtrise des alliages à base de cuivre, et pour finir l’introduction du fer. Puis, il y a la zone saharo-sahélienne où la métallurgie du cuivre et celle du fer sont développées séparément par des populations appartenant à des cultures différentes et cela dans des territoires distincts mais proches et connectés. Enfin, l’Afrique subsahélienne possède une histoire de la métallurgie tout à fait originale. Elle démarre directement par la sidérurgie sans qu’une aucune autre métallurgie des non ferreux n’ait été mise en place précédemment.

Four de réduction du minerai de fer, site de Tiwêga (province Sanmatenga, Burkina Faso). Iron smelting furnace, Tiwêga site (Sanmatenga province, Burkina Faso). Photographie/Photography : C. Robion-Brunner (2014).

Absents mais si présents, les métaux dans l’histoire éthiopienne

L’histoire des métaux en Éthiopie et dans la Corne de l’Afrique s’inscrit dans celle plus large de l’Afrique nord orientale. L’usage des métaux non ferreux et ferreux y est attesté au cours du Ier millénaire avant notre ère. Ces objets issus d’Égypte, de Nubie et d’Arabie, témoignent du trafic important de marchandises à cette époque au sein de l’Afrique nord orientale comme entre celle-ci et le Proche-Orient. Ainsi la découverte dans une cache d’époque aksumite, à Addi Galamo dans le Tigré en Éthiopie, de quatre récipients en bronze d’origine méroïtique, atteste-t-il des relations entre l’Éthiopie ancienne et la vallée du Nil (De Contenson, 1963). Déjà quelques siècles plus tôt, les plaques métalliques ajourées de tradition sudarabique découvertes dans les tombes de la nécropole de Yéha offraient un témoignage éloquent du commerce avec la péninsule Arabique (Anfray, 1963 ; Drewes et Schneider, 1967). Il semble qu’une production indépendante de métal se met en place en Éthiopie dans la première moitié du Ier millénaire de notre ère. L’analyse récente de vestiges métallurgiques (minerai, paroi de four et scories) provenant du site d’Aksum et datés du IIIe – IVe siècle montre qu’on y produisait du fer (Severin et al., 2011). Les preuves matérielles de cette activité sont encore très ténues alors que la civilisation aksumite, de son monnayage (en or, argent et bronze) jusqu’à son architecture (crapaudines métalliques pour lier les blocs), suppose une présence importante de métal. L’histoire de la métallurgie est encore trop mal connue dans cette partie de l’Afrique en raison d’un manque de recherche en paléométallurgie.

Toutefois, de récentes découvertes dans le Tigré montrent le potentiel du sous-sol éthiopien pour aborder la question des anciennes technologies métallurgiques ou des artisans responsables de la production des métaux et des objets métalliques. Citons quatre programmes en cours. Le premier piloté par Wolbert Smidt (université de Mekelle) a pour objectif de reprendre la question de l’origine de l’or et de l’argent utilisés par le royaume aksumite (Smidt et Grebremichael, 2012). Si l’on se réfère aux écrits de Cosmas Indicopleustes, marchand d’épices grec syrien du VIe siècle de notre ère, ces métaux précieux provenaient de régions lointaines, situées à environ 500 km au sud du royaume. Néanmoins, en 2008 des enquêtes ethnologiques révèlent que des paysans recueillent à la batée des pépites d’or dans les rivières du Tigré. Cette exploitation actuelle d’alluvions aurifères présage l’existence de gisements primaires dans les montagnes environnantes ayant peut-être fait l’objet de travaux miniers anciens. Elle ouvre la possibilité d’une provenance multiple de l’or et de l’argent aksumite. Des analyses géochimiques en laboratoire sur des monnaies et des minerais sont en cours pour obtenir leur signature chimique et par la suite tenter de tracer les circuits anciens de diffusion des métaux. L’observation des pratiques actuelles offre également des informations inédites sur les techniques dites traditionnelles d’exploitation et de traitement de l’or alluvionnaire. Des prospections archéologiques seraient souhaitables pour repérer des travaux miniers anciens. Les trois autres programmes s’attèlent tous à la question de la production sidérurgique. Depuis 2010, la mission Wakarida dirigée par Iwona Gajda (Laboratoire Orient & Méditerranée) et Anne Benoist (Laboratoire Archéorient) a pour l’objectif principal de mettre en évidence les facteurs de développement des sociétés humaines au cours des périodes pré-axoumites et axoumites à la périphérie du royaume. Lors des fouilles, quelques monnaies et scories ont été découvertes mais les vestiges métallurgiques et métalliques sont rares sur ce site (Dugast et Gajda, 2011). En 2015, grâce à des prospections menées sur le plateau du Tigré, deux grands sites de réduction de minerai de fer sont repérés à Myriam Takot et à Myriam Kadith. C’est pourtant l’équipe de Jane Humphris (université de Cambridge) qui entreprend en 2017 des sondages sur ces ateliers avec pour objectif de documenter les sites en termes d’échelle et de nature, et de collecter systématiquement des échantillons de scories de fer, de minerai de fer, de céramiques et de matériel archéologique associé pour une datation au radiocarbone et des analyses de laboratoire. Un rapport préliminaire fait état des investigations sur le terrain et d’une caractérisation macroscopique des déchets métallurgiques. Il s’agit principalement de scories coulées externes et de tuyères. Les résultats des analyses en laboratoire ne sont pas encore publiés et aucune attribution chronologique n’est pour l’instant établie (Humphris, 2017). Le dernier programme est celui initié tout récemment par Hiluf Berhe (université de Mekele). En 2018, accompagné d’étudiants et d’un géologue, cet enseignant-chercheur a réalisé une première mission de terrain sur le site de Gud Bahri, situé au nord de Wukro. Des travaux d’exploitation de veines riches en hématite au flanc d’une colline, ainsi que des vestiges d’un atelier de réduction de minerai de fer et d’un site d’habitat ont ainsi été repérés dans un espace de 9 hectares. Grâce à plusieurs sondages, une première analyse des vestiges excavés montre une production régulière de fer et des décors de céramique plutôt associés à la période pré-aksumite (milieu du VIe siècle de notre ère ; Berhe, accepté). La publication prochaine de ses premières découvertes et la poursuite des recherches sur le terrain et en laboratoire permettront de renouveler les connaissances sur la sidérurgie ancienne dans cette partie de l’Éthiopie.

La présentation rapide des données disponibles sur l’histoire des métaux en Éthiopie révèle la palette des aspects que permettent d’aborder les recherches paléométallurgiques : les interactions entre les sociétés et leur environnement ; les processus d’invention, d’innovation (emprunt/non emprunt) et de diffusion des techniques ; les dimensions sociale, rituelle et symbolique de l’artisanat ; les relations entre le pouvoir et la production de richesse ; les réseaux et circuits des échanges économiques ; etc.

Marque d’identité en forme de bouquetin avec caractères en sudarabique, cuivre, VIIe siècle avant notre ère (Anfray, 1963 : planche CLIV). Identity mark in the shape of an ibex with sudarabic characters, copper, 7th century B.C. (Anfray, 1963: plate CLIV).

Animer, former, diversifier – La construction des études paléométallurgiques en Éthiopie

Le projet de recherche que nous mènerons en Éthiopie se fonde sur l’analyse des données archéologiques et géologiques qui témoignent que  – suivant les périodes chronologiques et les territoires – des objets ferreux et non ferreux ont été utilisés très tôt et que des gisements métallifères riches et divers sont disponibles (présence d’or, de cuivre et de fer ; Ethiopia extractive industries forum, 2014). Cette diversité des usages et des ressources a peut-être entraîné chez les artisans des mécanismes d’apprentissage particuliers où le polymétallisme a pu se développer. La diversité des milieux, des histoires et des formes sociales en Éthiopie rend également attractif ce pays pour interroger les articulations, les interpénétrations ou les frontières entre les sociétés sous le prisme de leur culture matérielle et de leurs modes de production technique.

Les activités métallurgiques peuvent également se détecter par la négative. La mission archéologique Abaya dirigée par Vincent Ard (laboratoire TRACES) et Anne-Lise Goujon (université Paris Nanterre) étudie la complexité du phénomène mégalithique situé sur l’escarpement oriental du lac Abaya en abordant les questionnements anthropologiques et historiques liés à l’histoire du peuplement de cette région au cours du premier millénaire et jusqu’au XVIe siècle. Les observations réalisées en 2018 soulignent que le bouchardage des stèles phalliques apparaît davantage réalisé à l’aide d’un pique en métal, tandis que les décorations des stèles phalliques comme anthropomorphes pourraient être élaborées à l’aide de lames en obsidienne. Si l’usage d’un outillage métallique pour la réalisation des deux derniers types de stèles est confirmé, la question de la périodisation de ce phénomène suivant la diversité des styles graphiques se reposerait. Elle introduit également une interrogation sur l’histoire des métaux dans la région et plus généralement en Éthiopie. Aucune recherche actuellement ne permet de connaître la période à laquelle le métal apparaît et comment sa production se développe. Ceci est une question fondamentale pour comprendre le contexte de fabrication des stèles. Aussi les nouvelles hypothèses méritent d’être approfondies et les observations technologiques d’être affinées car elles éclairent en partie l’industrie de ces sociétés mégalithiques, et révèlent un pan de leur économie, de leur expertise technique et de leur habileté artistique. En parallèle de l’analyse des traces et de la détermination des outils qui les ont produites, des études seront menées pour identifier la nature et l’origine du métal employé pour la réalisation de ses instruments. Des expérimentations pourront être entreprises pour tester les différentes hypothèses. Une problématique similaire se pose également pour la réalisation des stèles aksumites et des églises rupestres de Lalibela. Un travail convergent sur ces questions est envisagé entre les équipes de ces différents programmes. Des ateliers/table-rondes seront organisés pour échanger les approches et les résultats. Concernant la production des outils et du métal dans lequel ils sont fabriqués, les cartes géologiques de la région méridionale de l’Éthiopie seront acquises et examinées afin de repérer la présence ou l’absence de zones métallifères. A partir de ces indications, des prospections seront menées avec pour objectif d’identifier des sites d’extraction et de réduction du minerai de fer. L’originalité de ce travail est de pister le métal à partir des traces qu’il laisse jusqu’à son gisement minéral.

Les études paléométallurgiques sont multiples et font le lien entre les sciences humaines et les géosciences. Pour avancer sur l’écriture de l’histoire des métaux, il est donc important de sensibiliser les chercheurs travaillant en Éthiopie et de former les étudiants et les collègues éthiopiens à cette science. Son enseignement renforce la coopération et l’interdisciplinarité entre la recherche de terrain et la recherche en laboratoire. Il introduira les principes fondamentaux des études en paléométallurgie et fournira les outils heuristiques nécessaires à la mise en place de la chaîne d’étude d’un site métallurgique. Il s’exercera à travers des séminaires, des chantier-écoles et des partenariats universitaires. Nous souhaitons également ouvrir nos terrains en Afrique de l’Ouest (Bénin, Togo et Ghana) aux étudiants et collègues éthiopiens. Ces stages de terrain à l’étranger permettraient de leur faire découvrir des problématiques anthropologiques différents et de tisser des liens intercontinentaux fructueux.

Un projet personnel – Compléter l’histoire des métaux en Afrique

Nos recherches personnelles s’inscriront pleinement dans les problématiques énoncées ci-dessus et dans ce travail de coordination. Outre les travaux liés aux programmes en cours, nous avons pour ambition de poursuivre nos réflexions sur l’impact sociétal et environnemental des métallurgies en Afrique. L’opportunité de travailler sur de nouveaux terrains et avec de nouveaux collègues permettra d’avancer sur l’analyse des comportements techniques, économiques et sociaux liés à la production des métaux et des objets en métal. Il est aujourd’hui indispensable de comparer différents systèmes techniques et mécanismes de diffusion pour évaluer la place des productions métallurgiques dans le développement des sociétés humaines.

L’initiation de recherches paléométallurgiques en Éthiopie offrira une occasion unique de progresser considérablement dans trois directions :

  • Tout d’abord, l’établissement d’un bilan des données archéologiques, historiques et géologiques relatives à la question de l’histoire des métaux permettra de constituer un référentiel de connaissances sur lequel de nouveaux axes de recherche pourront être développés.
  • Ensuite, en étroite collaboration avec Hiluf Behre, nous envisageons de participer à la fouille du site de Gud Bahri et de diriger l’étude des vestiges métallurgiques. Ce terrain sera l’occasion de proposer aux étudiants et collègues éthiopiens un chantier-école où seront abordées les techniques de terrain spécifique à l’archéométallurgique mais également celles du prélèvement et de l’échantillonnage en prévision d’analyses en laboratoire. Parallèlement, nous mènerons une réflexion sur l’origine du métal des outils qui ont permis de sculpter les stèles phalliques du Sud éthiopien et les églises rupestres de Lalibela. Se pencher sur l’outillage et les stratégies d’acquisition des matières premières dans lequel il a été fabriqué permettra de révéler un nouvel aspect des sociétés artisanales qui sont auteurs de ces monuments funéraires et religieux. En faisant un pas de côté, celui de l’angle des métallurgies, l’inscription au sein d’un territoire (présence/absence de gisement métallifère), les degrés techniques (innovation/emprunt) et les réseaux d’échanges (technique/artisan/objet) seront traités. C’est d’ailleurs dans avec cet objectif que nous sommes intégrée à l’équipe de recherche du programme d’archéologie historique que Marie-Laure Derat (laboratoire Orient & Méditerranée) et François-Xavier Fauvelle (Collège de France) s’apprête à lancer sur le site de Maryam Nazret (Tigré).
  • Enfin, avec Temesgen Burka, archéométallurgiste au département d’archéologie et du patrimoine de l’université d’Addis Abeba, un séminaire sur les savoirs techniques en faisant dialoguer les matières premières (argile, pierre, métal) et les disciplines (histoire, archéologie, ethnologie) sera proposé. Alimenté par des travaux de terrain, il permettra de discuter des approches méthodologiques et des concepts développés. Ce lieu d’échange permettra de présenter l’avancée des travaux et de l’influence ou non des techniques dans l’organisation et le développement des sociétés. Un séminaire équivalent pourra être proposé également à l’université de Debre Berhan.
Site sidérurgique de Gud Bahri ; sortie sur le terrain avec les étudiants de l’université de Mekelle et des collègues archéologues et ethnologue. Ironworking site of Gud Bahri; field trip with students from the University of Mekelle and fellow archaeologists and ethnologist.

Metallurgy holds a special place in human history because it is perhaps the activity in which the mastery of natural resources is the most advanced (Mangin, 2004; Mohen, 1990; Pernot, 2017). It involves a long and complex operating chain during which the physical and chemical properties of raw materials change. Mastering of metallurgical processes means being able to produce materials with properties that do not exist in the natural state. These metals, whether raw or alloyed, will find themselves used in all fields: agriculture, crafts, armament, ornamentation, and construction. Since the introduction of metallurgy, craftsmen have been constantly creating new metal combinations and modifying their production techniques. The prism of metallurgy thus offers a unique opportunity to cross history and territories by questioning the place of metallurgies and metallurgists in societies and, in doing so, to follow the stages of invention, innovation, and dissemination. The identification of these mechanisms is an essential issue in understanding the societies that are at the origin of these mechanisms and those that learn from others or consume the products of others.

Research over the past 30 years or so shows that the history of metals in Africa escapes a single pattern (Chirikure, 2015; Killick, 2016; Robion-Brunner, 2018). From the point of view of the metals sought and their order of appearance in the history of technology, the African continent can be divided into three areas with distinct histories. Firstly, there is Northern Africa, from the Mediterranean coast to the Red Sea coast, where metallurgy has evolved in a similar way to that of Eurasia, albeit slightly later: first, the use of native metals (gold, silver, copper, meteorite iron – only in Egypt), then the transformation of copper ore into metal, followed by the mastery of copper-based alloys, and finally the introduction of iron. Then there is the Saharo-Sahelian zone where populations belonging to different cultures developed separately copper and iron metallurgy. Finally, sub-Sahelian Africa has a history of metallurgy that is quite original. It started directly with the iron and steel industry without any other non-ferrous metallurgy having been set up previously.

Absent but so present, metals in Ethiopian history

The history of metals in Ethiopia and the Horn of Africa is part of the broader history of north-eastern Africa. The use of non-ferrous and ferrous metals is attested there during the first millennium BC. These artifacts from Egypt, Nubia, and Arabia bear witness to the important traffic of goods at that time both within Northeast Africa and between it and the Near East. For example, the discovery of four bronze vessels of Meroitic origin in an Aksumite cache at Addi Galamo in Tigray, Ethiopia, attests to the relationship between ancient Ethiopia and the Nile Valley (De Contenson, 1963). Already a few centuries earlier, the openwork metal plates of South Arabian tradition discovered in the tombs of the Necropolis of Yeha offered an eloquent testimony of trade with the Arabian Peninsula (Anfray, 1963; Drewes and Schneider, 1967). It seems that independent metal production started in Ethiopia in the first half of the first millennium of our era. A recent analysis of metallurgical remains (ore, furnace wall, and slag) from a site near Aksum dated to the 3rd-4th century AD shows that iron was produced there (Severin et al., 2011). The material evidence of this activity is still very tenuous, whereas the Aksumite civilization, from its coinage (gold, silver, and bronze) to its architecture (metallic toads to bind the blocks), presupposes a significant presence of metal. The history of metallurgy is still too poorly known in this part of Africa due to a lack of research in paleometallurgy.

However, recent discoveries in Tigray show the potential of the Ethiopian subsoil to address ancient metallurgical technologies or the craftsmen responsible for the production of metals and metal objects. Four programs are underway. The first, led by Wolbert Smidt (University of Mekelle), aims to take up the question of the origin of the gold and silver used by the Aksumite kingdom (Smidt and Grebremichael, 2012). If we refer to the writings of Cosmas Indicopleustes, a Greek-Syrian spice merchant of the 6th century AD, these precious metals came from distant regions, located about 500 km south of the kingdom. Nevertheless, in 2008, ethnological surveys reveal that peasants collect gold nuggets in the rivers of Tigray. This current exploitation of gold-bearing alluvium bodes well for the existence of primary deposits in the surrounding mountains that may have been the subject of ancient mining works. It opens up the possibility of multiple Aksumite gold and silver sources. Laboratory geochemical analyses of coins and ores are being carried out to obtain their chemical signatures and subsequently to attempt to trace the ancient diffusion circuits of the metals. The observation of current practices also provides new information on the so-called traditional techniques of alluvial gold mining and processing. An archaeological survey would be desirable to locate ancient mining works. The other three programs all address the issue of steel production. Since 2010, the Wakarida mission led by Iwona Gajda (CNRS, Orient & Méditerranée) and Anne Benoist (CNRS, Archéorient) has the main objective of highlighting the development factors of human societies during the pre-Axumite and Axumite periods on the periphery of the kingdom. During the excavations, some coins and slag were discovered but metallurgical and metallic remains are rare on this site (Dugast and Gajda, 2011). In 2015, thanks to a survey carried out on the Tigray Plateau, two large iron ore reduction sites were identified at Myriam Takot and Myriam Kadith. However, it was the team of Jane Humphris (University of Cambridge) who has undertaken in 2017 drillings on these sites with the objective of documenting their scale and nature, and to systematically collect samples of iron slag, iron ore, ceramics, and associated archaeological material for radiocarbon dating and laboratory analysis. A preliminary report reports on the field investigations and macroscopic characterization of the metallurgical wastes. These are mainly external cast slag and tuyeres. The results of the laboratory analyses have not yet been published and no chronological attribution has been established for the moment (Humphris, 2017). The latest program is the one recently initiated by Hiluf Berhe (University of Mekele). In 2018, accompanied by students and a geologist, this teacher-researcher carried out a first field mission on the Gud Bahri site, located north of Wukro. Mining of hematite-rich veins on a hillside, as well as the remains of an iron ore reduction workshop and a habitat site were identified in a 9-hectare area. Thanks to several test pits, a first analysis of the excavated remains shows a regular production of iron and ceramic decorations rather associated with the pre-Aksumite period (middle of the 6th century AD; Berhe, accepted). The forthcoming publication of its first discoveries and the continuation of field and laboratory research will renew the knowledge of ancient steelmaking in this part of Ethiopia.

The rapid presentation of the available data on the history of metals in Ethiopia reveals the range of aspects that can be addressed by paleometallurgical research: the interactions between societies and their environment; the processes of the invention, innovation (borrowing/non-borrowing), and diffusion of techniques; the social, ritual and symbolic dimensions of craftsmanship; the relationship between power and wealth production; the networks and circuits of economic exchange; etc. The publication of the first results of this research will be published in the near future.

Animate, train, diversify – The construction of paleometallurgical studies in Ethiopia

The research project that we will conduct in Ethiopia is based on the analysis of archaeological and geological data which show that – depending on the chronological periods and territories – ferrous and non-ferrous objects were used very early and that rich and diverse metal deposits are available (presence of gold, copper, and iron). This diversity of uses and resources may have led to particular learning mechanisms among craftsmen where polymetallism may have developed. The diversity of environments, histories, and social forms in Ethiopia also makes it attractive to question the articulations, interpenetrations, or boundaries between societies through the prism of their material culture and their modes of technical production.

Metallurgical activities can also be detected by the negative. The Abaya archaeological mission led by Vincent Ard (CNRS, TRACES) and Anne-Lise Goujon (Université  Paris Nanterre) is studying the complexity of the megalithic phenomenon located on the eastern escarpment of Lake Abaya by addressing anthropological and historical questions related to the history of settlement in this region during the first millennium and up to the 16th century. The observations made in 2018 point out that the bush hammering of phallic steles suggests that it was carried out with a metal pick, while the decorations of phallic steles as anthropomorphic could be elaborated with obsidian blades. If the use of a metal tool for the realization of the last two types of steles is confirmed, the question of the periodization of this phenomenon according to the diversity of graphic styles would rest. It also introduces a question about the history of metals in the region and more generally in Ethiopia. No research currently allows us to know the period in which the metal appears and how its production developed. This is a fundamental question for understanding the context of stele fabrication. The new hypotheses, therefore, deserve to be studied in depth, and the technological observations refined because they shed some light on the industry of these megalithic societies and reveal a part of their economy, their technical expertise, and their artistic skill. In parallel with the analysis of the traces and the determination of the tools that produced them, studies will be carried out to identify the nature and origin of the metal used to make these instruments. Experiments may be undertaken to test the different hypotheses. A similar problem also arises for the realization of the Aksumite steles and the rock-hewn churches of Lalibela. A convergent work on these questions is envisaged between the teams of these different programs. Workshops/round tables will be organized to exchange approaches and results. Concerning the production of the tools and the type of metal from they were made, geological maps of the southern region of Ethiopia will be acquired and examined in order to identify the presence or absence of metal-bearing zones. Based on these indications, survey will be carried out with the objective of identifying iron ore extraction and reduction sites. The originality of this work is to track the metal from the traces left in its mineral deposit.

Paleometallurgical study techniques are diverse and link the humanities and geosciences. In order to make progress in writing the history of metals, it is therefore important to sensitize researchers working in Ethiopia and to train students and Ethiopian colleagues in this science. Its teaching reinforces cooperation and interdisciplinarity between field and laboratory research. It will introduce the fundamental principles of paleometallurgical studies and provide the heuristic tools necessary to set up the study chain of a metallurgical site. This will be carried out through seminars, field schools, and university partnerships. We also wish to open our sites in West Africa (Benin, Togo, and Ghana) to Ethiopian students and colleagues. These field internships abroad would allow them to discover different anthropological issues and to forge fruitful intracontinental links.

A Personal Project – Completing the History of Metals in Africa

My research will be fully in line with the above issues and these collaborations. In addition to work related to ongoing programs, our ambition is to continue our reflections on the societal and environmental impact of metallurgies in Africa. The opportunity to work in new fields and with new colleagues will enable us to make progress on the analysis of technical, economic, and social behaviors related to the production of metals and metal objects. It is now essential to compare different technical systems and diffusion mechanisms to assess the place of metallurgical production in the development of human societies.

In general, the initiation of paleometallurgical research in Ethiopia will provide a unique opportunity to make significant progress in three directions:

  • First of all, the establishment of an assessment of the archaeological, historical, and geological data relating to the question of the history of metals will allow constituting a repository of knowledge on which new lines of research can be developed.
  • Then, in close collaboration with Hiluf Behre, we plan to participate in the excavation of the Gud Bahri site and lead the study of the metallurgical remains. This field will be an opportunity to offer Ethiopian students and colleagues a training site where they will learn about specific archaeometallurgical field techniques as well as sampling and sampling techniques for laboratory analysis. At the same time, we will reflect on the origin of the metal of the tools used to carve the phallic steles of southern Ethiopia and the rock-hewn churches of Lalibela. Examining the tools and the strategies for acquiring the raw materials from which they were made will reveal a new aspect of the artisanal societies who were the authors of these funerary and religious monuments. Taking a step aside, that of the angle of metallurgy, the inscription within a territory (presence/absence of metal deposits), the technical degrees (innovation/loan), and the exchange networks (technical/craft/object) will be treated. It is moreover with this objective that I am integrated into the historical archaeology program about the site of Maryam Nazret (Tigray) that Marie-Laure Derat (CNRS, Orient & Méditerranée) and François-Xavier Fauvelle (Collège de France) are preparing to launch.
  • Finally, with Temesgen Burka, archaeometallurgist at the Department of Archaeology and Heritage Management of the Addis Ababa University, a seminar on technical knowledge through a dialogue between raw materials (clay, stone, metal) and disciplines (history, archaeology, ethnology) will be proposed. Fuelled by fieldwork, it will provide an opportunity to discuss methodological approaches and concepts developed. This place of exchange will allow presenting the progress of the work and the influence or not of techniques in the organization and development of societies. An equivalent seminar could also be proposed at the University of Debre Berhan.

Bibliographie / References

Anfray F. (1963) ‒ Une campagne de fouilles à Yĕḥā (Février-mars 1960), Annales d’Éthiopie, 5, p. 171‑232.

Berhe H. (accepté) ‒ A Test Excavation and Survey on Ancient Iron Production and Settlement Site at Gud Baḥri and Addi Qisandid, Wuqro, Tigray, Ethiop, Annales d’Éthiopie.

Chirikure S. (2015) ‒Metals in past societies: a global perspective on indigenous African metallurgy, Cham Heidelberg New York Dordrecht London, Springer (Springerbriefs in Archaeology / Contributions from Africa), 166 p.

de Contenson H. (1963) ‒ Les fouilles d’Axoum en 1958. Rapport préliminaire, Annales d’Éthiopie, , 5, p. 1‑40.

Drewes A., Schneider R. (1967) ‒ Documents épigraphiques de l’Ethiopie, Annales d’Éthiopie, , 7‑1, p. 89‑106.

Dugast F., Gajda I. (2011) ‒Recherches archéologiques et épigraphiques dans la région du Tigray (Ethiopie). Le site de Wakarida : prospection géophysique et sondages., Paris, MEAE

Humphris J. (2017) ‒A pilot investigation of ancient Iron production in northern Ethiopia, Addis Abeba

Killick D. (2016) ‒ A global perspective on the pyrotechnologies of Sub-Saharan Africa, Azania: Archaeological Research in Africa, 51, 1, p. 62‑87.

Mangin M. (dir.) (2004) ‒Le fer, Paris, Errance (Archéologiques), 239 p.

Mohen J.-P. (1990) ‒Métallurgie préhistorique: introduction à la paléométallurgie, Paris, Masson (Collection Préhistoire), 230 p.

Pernot M. (dir.) (2017) ‒Quatre mille ans d’histoire du cuivre: fragments d’une suite de rebonds, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 360 p.

Robion-Brunner C. (2018) ‒ L’Afrique des métaux, in F.-X. Fauvelle (dir.), L’Afrique ancienne. De l’Acacus au Zimbabwe, 20000 avant notre ère – XVIIe siècle,  , Paris, Belin (Mondes anciens),  p.516‑543.

Severin T., Rehren T., Schleicher H. (2011) ‒ Early metal smelting in Aksum, Ethiopia: copper or iron?, European Journal of Mineralogy, 23, 6, p. 981‑992.

Smidt W.G.C., Grebremichael N. (2012) ‒ Did the gold of the Aksumites originate in Tigray? A report on ongoing research on local traditions of gold mining in Tigray, ITYOPIS, 2, p. 181‑192.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search