Premiers pasteurs-potiers de l’Afar

TERRAIN/FIELDWORK

Réseaux sociaux dans la Corne de l’Afrique au temps des premiers pasteurs-potiers : une étude de l’origine des pâtes des céramiques imprimées de l’Afar

Par/by Marzia Gabriele

Le projet de recherche « Réseaux sociaux dans la Corne de l’Afrique au temps des premiers pasteurs-potiers : une étude de l’origine des pâtes des céramiques imprimées de l’Afar » s’est déroulé à Addis-Abeba (Éthiopie) pendant un séjour de deux mois et demi entre octobre et décembre 2019, grâce au financement d’une bourse de mobilité postdoctorale du programme Atlas 2019 de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH) et du Centre français des études éthiopiennes (CFEE). Ce projet a pu bénéficier d’un partenariat entre des institutions éthiopiennes (Authority for Research and Conservation of Cultural Heritage, ARCCH) et françaises (CFEE à Addis-Abeba, laboratoire Cultures et Environnements. Préhistoire, Antiquité, Moyen Age, CEPAM à Nice), qui m’a permis l’étude des matériaux céramiques collectés lors des missions 2014-2019 du projet « VAPOR-Afar: Volcanological and Archaeological Program for Obsidian Research-Afar » (dir. L. Khalidi), conservés dans les locaux de l’ARCCH. Dans le cadre de ce projet et des collaborations avec le CFEE et le projet « LSA Sequence in Ethiopia » (dir. C. Ménard), j’ai pu aussi participer à une mission de prospection géo-archéologique dans le bassin lacustre de Ziway-Shala, en décembre 2019.

Traces de Néolithisation dans la Corne de l’Afrique

Les premiers témoins d’émergence d’une économie de production dans la Corne de l’Afrique, caractérisée par des sociétés de pasteurs-potiers, sont datés d’environ 3000-2600 cal AEC (Gutherz, 2017 ; Hildebrand et al., 2018 ; Khalidi et al., 2020 ; Cauliez et al., sous presse). L’origine et les modalités d’expansion des cultures dites « néolithiques » dans la Corne de l’Afrique restent très peu comprises, surtout en raison de la rareté des vestiges archéologiques. Néanmoins, les études récentes sur plus d’une quarantaine de sites appartenant à ces pasteurs-potiers dans l’Afar éthiopien (projet VAPOR-Afar, dir. L. Khalidi) et djiboutien (projet PSPCA, dir. J. Cauliez) ont permis d’identifier un phénomène complexe montrant un scénario de « néolithisation » non uniforme dans lequel les cultures régionales et la géographie contrastée de la région ont probablement joué un rôle important (Gutherz, 2017 ; Khalidi et al., 2018, 2020). Cela pourrait participer à expliquer la présence de foyers de domestication locale et d’expressions culturelles autochtones, dont la céramique imprimée de l’Afar.

Grâce aux travaux des projets VAPOR-Afar et PSPCA, l’Afar central, et plus particulièrement le bassin du paléolac Abhé, est aujourd’hui le lieu d’une des plus grandes concentrations de sites néolithiques connus dans toute la Corne de l’Afrique (> 40) (Gutherz et al., 2015 ; Cauliez et al., 2017 ; Khalidi et al., 2020). Ces sites sont caractérisés par des productions céramiques imprimées inconnues dans d’autres régions. De plus, ces sociétés ont une économie ou la chasse, la pêche, et la cueillette persistent à côté de l’élevage (Lesur et al., 2014 ; Coudert et al., 2018 ; Khalidi et al., 2020). Ce phénomène est associé à une mobilité à longue distance de ces communautés de pasteurs-potiers, visible à travers l’étude de la circulation de l’obsidienne depuis cette région vers les régions limitrophes comme le Rift est-africain et la côte de la Mer Rouge au Yémen (Khalidi, 2009 ; Khalidi et al., 2018). Ces éléments font de l’Afar une zone d’étude privilégiée pour la compréhension des processus de néolithisation dans la Corne de l’Afrique.

Afin de mieux comprendre ce processus socio-culturel complexe et sa consolidation au sein des communautés préhistoriques de l’Afar, il est indispensable d’étudier l’origine des matériaux, des techniques et des formes de leurs productions en corrélation avec les études morphologiques et génétiques des humains et leurs bétails. L’étude de l’origine de l’obsidienne par exemple est un outil qui nous permet aujourd’hui de redécouvrir les sources exploitées par les populations préhistoriques et leur mobilité sur le territoire. Cependant, dans l’étude des collections céramiques, une approche intégrée techno-typologique et géologique fait défaut pour quantifier et qualifier les productions et leur origine.

La première céramique imprimée de l’Afar : finalité et méthode de caractérisation

Le système de production des céramiques présente un lien identitaire avec le groupe social producteur, dans lequel le savoir-faire technique est transmis de génération en génération. Ce groupe social représente une espace culturel qui peut modifier/résister dans le temps et l’espace à travers des interactions avec d’autres groupes sociaux (Roux, 2017). Dans le domaine des études céramiques, l’analyse intégrée des observations pétrographiques, technologiques et typologiques est susceptible de donner des informations utiles à l’identification des producteurs et à la reconstitution de leurs dynamiques socio-économiques et culturelles.

L’étude des caractérisations des matières premières, comme la préparation des pâtes céramiques, peut contribuer à la reconstitution des choix techniques identitaires des groupes sociaux producteurs, ainsi qu’à la détermination des sources d’exploitation et des réseaux de mobilité qui se sont mis en place dans les différentes étapes de la chaîne opératoire des productions des vases.

En effet, une céramique est produite à partir de différents matériaux, dont certains sont indispensables, comme les minéraux plastiques des argiles. A ceux-ci peuvent être naturellement associé d’autres minéraux (par ex. quartz et feldspaths), des fragments de roches (par ex. calcaires), des fragments de coquilles (par ex. de gastéropodes), ou bien des végétaux (par ex. charbons). Toutefois ces éléments, parmi d’autres, peuvent être aussi ajoutés par les potiers à l’argile, pour obtenir une pâte idéale à travailler afin de modeler les vases en suivant ses propres savoir-faire et gestes techniques (par ex. un vase monté en utilisant la technique du colombin). En regardant de près une céramique (en macro et microscopie), par l’étude par exemple des microstructures internées et des distributions de la porosité, on arrive à déchiffrer pas seulement les différents matériaux utilisés, mais aussi comment ils ont été mélangés et mis en forme. La caractérisation des pâtes céramiques et des géo-ressources ainsi que leur comparaison est donc fondamentale dans la reconstitution de la « chaine opératoire » de production des poteries.

Dans cette perspective, la connaissance de la géologie de la région d’étude et l’analyse de la composition des matières premières disponibles et potentiellement utilisables pour confectionner des céramiques (par ex. sols, dépôt d’argiles), nous permet de pouvoir qualifier les matériaux locaux et ceux qui sont naturellement présents dans les gisements. Ensuite, l’identification des ressources et les comparaisons des céramiques, nous permettent ainsi de définir la provenance locale ou allochtone des matières premières ou des vases, et en même temps, de reconnaitre les traits techniques utilisés. C’est le cas, par exemple, de la céramique pilée, ou chamotte, qui par sa nature anthropique est nécessairement et volontairement mélangée à d’autres matériaux ; ceci c’est révélé être un des traits distinctives propre de certains groupes céramiques dans d’autres régions du monde au début du VIème millénaire cal AEC (Manen et al., 2010 ; Gabriele et al., 2020).

La présence des matériaux non locaux implique l’existence de réseaux de mobilité humaine et vraisemblablement d’échange entre groupes et territoires différentes, dans lesquelles s’installe la circulation des biens (géo-ressources et produit finis). De même, les matières premières locales nous informent sur la mobilité des tous les jours et les traditions des groupes autochtones. La détermination et la provenance des matériaux et des traditions techniques, ainsi que leur mobilité locale ou à longue distance, nous rapproche de la compréhension des modes de vie des communautés préhistoriques, en traçant les interactions et les échanges entre hommes, territoires et cultures.

Dans l’Afar éthiopien, plusieurs sites mis au jour dans le cadre du projet VAPOR-Afar sont attribués au Néolithique (Khalidi et al., 2020). La plupart d’entre eux fournit des vestiges céramiques qui appartiennent à la période entre le IIIème et IIème millénaire cal AEC. Les sites de la plaine de Kurub, comme le site néolithique stratifié de Kurub 07 (Fig. 1), ainsi que les sites de Kurub 01, 02, 05, 06 et 08, et une dizaine d’autres sites néolithiques et post-néolithiques de surface, on fait l’objet de mes recherches postdoctorales dans le cadre du programme Atlas 2019.

En utilisant une approche comparative multi-analytique et multi-scalaire, mon étude portait sur plusieurs échelles spatio-temporelles : (1) une comparaison intra et inter sites des céramiques néolithiques à l’échelle régionale de l’Afar, mais aussi de céramiques plus récentes, afin de caractériser des éventuels marqueurs chrono-culturels de traits techniques, comme les ajouts régulièrs de céramique pilée dans les pâtes ; (2) la création d’un référentiel de pâtes céramiques néolithiques et post-néolithiques qui sera utilisable pour des études futures. Dans cette même perspective, des études comparatives avec les céramiques des sites de l’Afar djiboutien, du bassin lacustre de Ziway-Shala (Bon et al., 2013) et d’autres zones connectées sont à prévoir.

Le protocole adopté dans mes précédentes recherches croise des données issues de plusieurs analyses et de plusieurs outils performants, qui me permettent d’identifier et d’évaluer la nature des matières premières et des techniques utilisées dans les productions céramiques, en procédant à l’analyse des géo-ressources (Gabriele, 2015 ; Gabriele et al., 2019). Cette approche, à l’interface entre archéologie et géologie, est fondée sur plusieurs phases analytiques fondamentales à l’aide principalement de l’analyse pétrographique et géochimique : (1) l’échantillonnage et la constitution des collections de référence des céramiques archéologiques et des géo-ressources ; (2) la comparaison des collections des matériaux archéologiques, géologiques et expérimentaux ; (3) le feed-back entre les différentes méthodes analytiques et échelles d’observations.

Pendant mon séjour postdoctoral Atlas 2019 à Addis-Abeba, j’ai effectué une étude pétrographique macroscopique à la loupe 10x et en stéréomicroscopie, basé sur l’observation exhaustive des inclusions, comme les fragments de roches ou de coquilles présents dans les pâtes de plus de 800 tessons (Fig. 1). Cette étude, ainsi que l’analyse d’un premier échantillonnage « pilote » de 10 lames minces effectuées en 2017 pour le site de Kurub 01 et 07, a amené à une première définition qualitative et quantitative de plusieurs pâtes céramiques, en suivant et adaptant les directives de la pétrographie céramique et de la micromorphologie des sols (Stoops, 2003 ; Whitbread, 1989).

Premièrement, et pour mieux procéder au remontage et à la reconstitution des vases, j’ai observé les matériaux macroscopiquement (loupe 10x) selon leur provenance stratigraphique  (carré/US) ; en constituant des groupes par composition de pâte, basés sur la nature (par ex. végétal, minéral) et la texture (par ex. taille et tri) des inclusions, et par les caractères techno-typologiques (par ex. traitements de surface et décors ; en cours d’étude par J. Cauliez).

J’ai procédé ensuite à l’observation de chaque tesson céramique au microscope stéréoscopique pour vérifier, détailler et redéfinir avec plus de précision la composition des pâtes, ainsi que pour collecter les données et les documenter ultérieurement en microscopie numérique avec prise de photo. Enfin, j’ai également effectué l’échantillonnage sélectif de quelques céramiques représentatives (export de petits échantillons pour analyse, avec l’autorisation de l’ARCCH) pour la réalisation de nouvelles lames minces et de talons en résine pour les analyses futures en microscopie optique et électronique à balayage.

Les premiers résultats des analyses suggèrent une différenciation des productions inter et intra sites, dont la grande variabilité des pâtes est remarquable (a minima 10 pâtes différentes reconnues). Celles-ci ont probablement une origine locale. Les analyses ont notamment montré la présence d’inclusions minérales mais aussi de bioclastes, notamment des coquilles (Fig. 1), qui indiquent l’utilisation d’argiles spécifiques, bien que très répandues dans la région. Notamment les sables volcaniques et les coquillages peuvent facilement être trouvés dans des dépôts du Pléistocène et de l’Holocène de l’Afar (Gasse, 1975 ; Varet, 1978, 2018). Ces premiers résultats, inédits pour la région, méritent d’être approfondis et nécessitent d’être poursuivis et confirmés par une étude pétrographique sur lames minces et une étude géochimique détaillée ainsi que d’être comparées avec des céramiques d’autres site contemporains dans d’autres régions.

La bourse Atlas m’a donné une occasion importante d’ouverture professionnelle, me permettant de démarrer des études de céramiques peu connues, et passionnantes, car elles sont variées et présentent des traits récurrents qui indiquent une grande complexité des processus sociaux dont elles sont les témoins.

Fig. 1. Matériaux céramiques du site de Kurub-07 : A) Céramique imprimée de la première phase d’occupation du site (1964-1738 cal AEC ; Khalidi et al., 2020) ; B) Fragment de gastéropode (genre Melanoides) dans la pâte céramique ; D) Microphotographie en lame mince (50X/PPL) : fragment de gastéropode dans la pâte céramique (Images avec l'autorisation du projet VAPOR-Afar).

Remerciements

Je tiens à remercier tous ceux qui ont participés à la réussite de ce projet postdoctoral et qui ont partagé ma vie lors de mon séjour en Ethiopie. Je suis particulièrement reconnaissante à Lamya Khalidi de m’avoir accueilli et intégré dans son projet scientifique VAPOR-Afar, et qui m’a conduit à de nouvelles perspectives passionnantes dans ma recherche ainsi qu’à une expérience humaine inattendue en Éthiopie. Je voudrais aussi remercier l’Authority for Research and Conservation of Cultural Heritage, le Programme Atlas de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme du Centre français des études éthiopiennes, et l’UMR 7264 Cultures et Environnements. Préhistoire, Antiquité, Moyen Age pour leur soutien à ma recherche, et tous mes collègues éthiopiens et français, entre autres, pour leur aide dans la conduite de ce travail et les beaux moments de convivialité. Un grand merci spécial à Marjane, Amy et Clément pour m’avoir accueillie si chaleureusement dans leur maison.

Bibliographie

Bon F., Dessie A., Bruxelles L., Daussy A., Douze K., Fauvelle-Aymar F.-X., Khalidi L., Lesur J., Ménard C., Marder O., Mensan R., Saint-Sever G., 2013, Archéologie préhistorique de la partie centrale du Main Ethiopian Rift (bassin lacustre de Ziway-Shala) : contribution à l’établissement de la séquence Late Stone Age d’Afrique orientale, Annales d’Éthiopie, 28, 261-297.

Cauliez, J., Gutherz X., Pène J., 2017, Asa Koma et les céramiques néolithiques de la région du Gobaad, in Gutherz X. (ed.) Asa Koma. Site Néolithique en République de Djibouti. Montpellier, Presses Universitaires de la Méditerranée, Collection Mondes Anciens, 65-141.

Cauliez J., Hérouin S., Gutherz X., Alarashi H., Bruxelles L., Coudert L., Diaz A., Khalidi L., Lesur J., Matu M., Thouvenot Y., Zazzo A. (sous presse). Monumentalisme funéraire et premières sociétés de production dans la Corne de l’Afrique. La plateforme circulaire d’Antakari 3 en République de Djibouti (région d’As Eyla, District de Dikhil), in Gandelin M., Ard V., Mens E. (eds.), Actes de la Table Ronde internationale de l’Adreuc, Mégalithismes et monumentalismes funéraires : passé, présent, futur.

Coudert L., Lesur J., Bruxelles L., Gutherz X., Cauliez J., 2018, New archaeozoological results from Asa Koma (Djibouti): Contributing to the understanding of faunal exploitation during the 3rd millennium BC in the Horn of Africa, Quaternary International, 471, 219-228. https://doi.org/10.1016/j.quaint.2018.01.016

Gabriele M., 2015, La circulation des céramiques néolithiques dans l’aire tyrrhénienne et dans l’aire liguro-provençale. Étude de provenance, Bulletin Société Préhistorique Française, 112 (3), 567–568.

Gabriele M., Convertini F., Verati C., Gratuze B., Jacomet S., Boschian G., Durrenmath G., Guilaine J., Lardeaux J.-M., Gomart L., Manen C., Binder D., 2019, Long-distance mobility in the North-Western Mediterranean during the Neolithic transition using high resolution pottery sourcing, Journal of Archaeological Science: Reports, 28, 102050. https://doi.org/10.1016/j.jasrep.2019.102050

Gabriele M., Panelli C., Maggi R., Binder D., 2020, L’analisi tecnologica della produzione ceramica del VI millennio BC delle Arene Candide quale indicatore di scambi e interazioni culturali, Rivista di Scienze Preistoriche, LXX (S1), 419-425.

Gasse F., 1975, L’évolution des lacs de l’Afar Central (Ethiopie et T.F.A.I.) du Plio-Pléistocène à l’Actuel. Reconstitution des paléomilieux lacustres à partir de l’étude des Diatomées, Thèse de Doctorat, Université de Paris VI.

Gutherz X., Lesur J., Cauliez J., Charpentier V., Diaz A., Ismaël M.O., Pène J.-M., Sordoillet D. & Zazzo A., 2015, New insights on the first Neolithic societies in the Horn of Africa: the site of Wakrita (Gobaad Basin, Djibouti), Journal of Field Archaeology, 40 (1), 55-68.

Gutherz X. (ed.), 2017, Asa Koma : site néolithique dans le bassin du Gobaad (République de Djibouti), Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, collections Mondes anciens.

Hildebrand E. A., Grillo K. M., Sawchuk E. A., Pfeiffer S. K., Conyers L. B., Goldstein S. T., Hill A. C., Janzen A., Klehm C. E., Helper M., Kiura P., Ndiema E., Ngugi C., Shea J. J., Wang H., 2018, A monumental cemetery built by eastern Africa’s first herders near Lake Turkana, Kenya, Proceedings of the National Academy of Sciences, 115, 8942-8947. https://doi.org/10.1073/pnas.1721975115

Khalidi L., 2009, Holocene Obsidian Exchange in the Red Sea Region, in Petraglia M.D. & Rose J.I. (eds.) The Evolution of Human Populations in Arabia: Paleoenvironments, Prehistory and Genetics, New York, Springer, 279-291.

Khalidi L., Cauliez J., Bon F., Bruxelles L., Gratuze B., Lesur J., Ménard C., Gutherz X., Crassard R., Keall E., 2018, Late prehistoric oasitic niches along the southern Red Sea (Yemen and Horn of Africa), in Purdue L., Charbonnier J. & Khalidi L. (eds.) From refugia to oases: living in arid environments from prehistoric times to the present day, XXXVIIIe Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Antibes, Éditions APDCA, 71-99.

Khalidi L., Mologni C., Ménard C., Coudert L., Gabriele M., Davtian G., Cauliez J., Lesur J., Bruxelles L., Chesnaux L., Redae B.E., Hainsworth E., Doubre C., Revel M., Schuster M., Zazzo A., 2020, 9000 years of human lakeside adaptation in the Ethiopian Afar: Fisher-foragers and the first pastoralists in the Lake Abhe basin during the African Humid Period. Quaternary Science Reviews, 243, 106459. https://doi.org/10.1016/j.quascirev.2020.106459

Lesur J., Hildebrand E.A., Abawa G., Gutherz X., 2014, The advent of herding in the Horn of Africa: new data from Ethiopia, Djibouti and Somaliland, Quaternary International, 343, 148-158.

Manen C., Convertini F., Binder D., Sénépart I. (eds.), 2010, Premières sociétés paysannes de Méditerranée occidentale Structures des productions céramiques, Société préhistorique française, Mémoire LI.

Roux V., 2017, Des céramiques et des hommes : décoder les assemblages archéologiques, Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre.

Stoops G., 2003, Guidelines for Analysis and Description of Soil and Regolith Thin Sections, Madison, Soil Science Society of America, Inc.

Varet J., 1978, Geology of Central and Southern Afar (Ethiopia and Djibouti Republic), Centre National de la Recherche Scientifique.

Varet J., 2018, Geology of Afar (East Africa), Cham, Switzerland, Springer International Publishing AG.

Whitbread I.K., 1989, A Proposal for the Systematic Description of Thin Sections towards the Study of Ancient Ceramic Technology, in Archaeometry: Proceedings of the 25th International Symposium, Athens, 1986, Amsterdam, Elsevier, 127–138.



		

Marzia Gabriele

Marzia Gabriele est post-doctorante au CEPAM - CNRS UMR7264, Université Côte d’Azur (Nice, France). Ses recherches portent principalement sur les dynamiques de mobilité humaine à travers la reconstitution des réseaux de circulation et d’échange des poteries, en particulier au Néolithique dans la Méditerranée nord-occidentale (VI-Ve millénaires BCE) et dans la Corne de l’Afrique (III-IIe millénaires BCE).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search