Prospections Awash-Akaki

TERRAIN/FIELDWORK

Sur les pas de Richard Pankhurst : prospections dans les environs de l’Awash

Par/by Anaïs Lamesa & Manon Routhiau

Ce compte-rendu de prospections résulte d’une recherche – limité à la zone amont de la rivière Awash – menée dans le cadre d’une bourse Atlas (Fondation de la maison des sciences de l’homme et Centre français des études éthiopiennes) obtenue pour l’année 2020 par l’une d’entre nous (Anaïs Lamesa). Le projet initial était d’étudier un chantier d’église rupestre en cours de creusement dans le Tigray oriental ainsi que de continuer les recherches sur le personnage d’Abuna Abrǝham, saint homme ayant vécu au tournant du XVe siècle et qui aurait fondé plusieurs églises dans la région du Tigray. Sa vie, qui n’est pour le moment pas éditée, retrace pour partie les étapes de réalisation du monastère qu’il fonda : Maryam Däbrä Ṣeyon.

La situation politique dans le Tigray a empêché Anaïs Lamesa de réaliser ce projet de recherche. Avec Manon Routhiau (doctorante Université Toulouse-Jean Jaurès, TRACES/CFEE) et le soutien du Centre français des études éthiopiennes, de l’Institut of Ethiopian Studies et du bureau de la culture de la région Oromia, nous nous sommes tournées vers la région au sud d’Addis-Abeba, et avons mené une semaine de prospections dans les environs des rivières Awash et Akaki [1].

Notre but était de retrouver les sites inventoriés par R. Pankhurst dans les années 1960 et publiés en 1973 dans la revue Ethiopia Observer et dont certains ont ensuite été inclus dans l’inventaire de F. Anfray. Nos prospections dans l’Awash nous ont permis de découvrir trois sites inédits (Fig. 1). Cette brève note s’organise de la façon suivante : nous décrivons chaque site visité et mentionnons l’élément le plus remarquable. Un court paragraphe de perspectives pour chaque site sera l’occasion de soulever des questions que nous approfondirons ultérieurement.

Figure 1. Carte localisant les sites prospectés (réalisation Manon Routhiau).

Prospections autour de l’Awash

Le site de Laga Degaga

Premier groupe : 37P 0443477/0954737, altitude : 2326 m

Deuxième groupe : 37P 0443451/0954748, altitude : 2309 m

Cet ensemble d’entités se trouve à 1,5 km environ de l’église d’Adadi Maryam, au niveau de la rivière Degaga. Ce site a été vu par R. Pankhurst (1973b : 217) et inséré par F. Anfray dans son inventaire (1985 : 15) [2]. Deux complexes distincts s’observent dans le lit de cette rivière (asséchée lors de notre visite). Un premier ensemble au plus proche d’Adadi Maryam regroupe cinq cavités anthropiques frustres situées à environ 5 m du sol. En remontant, on aboutit au deuxième complexe composé d’une vingtaine de salles qui se répartissent sur les deux rives bordant la rivière. Ces salles sont situées à environ 5 m de haut également et sont donc pour la plupart inaccessibles. Elles sont souvent constituées de plusieurs chambres. Seules quelques cavités se trouvent au niveau du lit de la rivière (à environ 1 m du sol actuel) et sont pour la plupart des salles autonomes (Fig. 2).

Figure 2. Vue d'ensemble du deuxième groupe du site de Laga Degaga (photo Anaïs Lamesa).

Dans l’une des salles du réseau se trouvant le plus en hauteur, une installation pouvant avoir une fonction agricole a été observée. Une structure circulaire partiellement remblayée de 98 cm de profondeur et de 99 cm de diamètre est creusé dans le sol. Tout autour, des trous – de poteaux? – ayant entre 20 et 10 cm de diamètre pour 18 à 11 cm de profondeur sont creusés. Un trou de 30 cm de diamètre (pour le plus grand) et de 12 cm de profondeur se situe dans le plafond. Manifestement, une armature en bois devait surmonter la cavité. Ce pourrait-il qu’il s’agisse d’un silo ou d’une citerne ? Un élément pourrait contredire cette dernière identification, l’absence d’enduit sur les parois (Fig. 3).

Figure 3. Vue de la cavité creusée dans le sol dans une des salles du site de Laga Degaga (photo Anaïs Lamesa).
Perspectives

L’organisation du site est intrigante. La présence de deux étages bien définis au niveau du second ensemble pourrait signaler au moins deux phases d’occupation. En l’état actuel des connaissances, il est impossible de les dater. De même, la fonction de ces salles reste difficile à déterminer. Contemporain ou postérieur à la réalisation des salles hautes, le silo permet en tout état de cause de considérer l’utilisation de la salle dans laquelle il a été creusé comme domestique.

Le site de « l’église » de Marqos

37P 0447757/0948903, altitude : 2712 m

Tentant de rejoindre le site de Tulu Lemen (Pankhurst 1973c ; Anfray 1985 : 16) qui n’a pas été retrouvé, nous avons été amenés au niveau d’une cavité, désignée par les locaux comme une église rupestre cachée. Il aurait été mis au jour lors de la construction de la route en 2017 (Fig. 4). Son nom le rattache – semble-t-il – à un site mentionné par R. Pankhurst (1973c : 227) et F. Anfray (1985 : 16) : Zena-Markos. Le site se situe le long d’une route au sud-ouest de l’église d’Adadi Maryam.

Figure 4. Vue générale du site de Marqos (photo Anaïs Lamesa).

Une porte enterrée à environ 90 cm sous le niveau actuel de la route ouvre sur un tunnel. Le sol est jonché de cailloux. Le couloir forme un coude. Une croix est sculptée à l’est du tunnel sur le même mamelon rocheux (Fig. 5). Autour du site, plusieurs trous dans le sol paraissent correspondre à des zones de fouilles. Des morceaux de céramiques grossières et des éclats d’obsidienne jonchent le sol aux alentours.

Figure 5. Détail de la croix sculptée non loin de « l'église cachée » de Marqos (photo Anaïs Lamesa).
Perspectives

Le topos d’églises cachées puis retrouvées demanderait d’être approfondi. De même, le site semble receler d’autres marqueurs archéologiques qu’il serait nécessaire d’étudier plus avant, notamment la relation entre notre site, le site mentionné par R. Pankhurst et l’église de Zena-Markos.

Le site de Holga Giyorgis/Gachii

37P 0447330/0947942, altitude : 2697 m

Situé dans les gorges d’un affluent du Tiliku Lemen, un groupe de salles inédit du nom de la grotte de Gachii/Holga Giyorgis a été découvert.

Le site est implanté dans une faille naturelle. Il n’est toutefois pas certain que la faille ait été le point d’entrée car la fenêtre au niveau de la deuxième salle paraît avoir été réalisée de l’extérieur. Cet ensemble est ancien comme en témoigne d’un habitant des environs de 67 ans, ayant joué durant sa jeunesse dans le réseau de salles. Il n’a pas été en mesure de nous livrer l’histoire locale qui aurait pu accompagner ce site. Il nous a désigné un endroit où de l’eau était stockée.

Le réseau se répartit en trois salles de tailles variables. Des anneaux pour attacher des bêtes sont creusées au niveau des piédroits de ouvertures entre les salles. L’élément le plus remarquable est la réalisation d’une salle de grandes dimensions à l’étage inférieur accessible uniquement par un goulot vertical. Les traces d’outils sont difficiles à identifier mais permettent de reconstruire les étapes de creusement et de confirmer que ce tunnel a été réalisé en partant de la salle 2, située au niveau supérieur (Fig. 6).

Figure 6. Vue du tunnel d'accès à la chambre inférieure (photo Manon Routhiau).
Perspectives

Ce site a manifestement servi de lieu de stockage et d’abri. Sa localisation à proximité d’un cours d’eau l’inscrit dans la lignée des sites décrits précédemment qui ont été attribué à de l’habitat ou à des structures agricoles. Cette proximité avec un cours d’eau est remarquable et doit être mis en perspective avec d’autres sites rupestres conservés en Éthiopie [3]. Est-elle systématiquement synonyme d’habitat ?

Les sites de l’Awash

Site 1 : 37P 0457926/ 0960316, altitude : 2093 m

Site 2 : groupe de salles n°1 : 37P 0457906/0960320, altitude : 2105 m ; groupe de salles n°2 : 37P 0457955/0960367, altitude : 2126 m

Il paraît délicat de désigner de manière certaine par un toponyme précis les deux sites que nous avons visité. En effet, le bureau de la culture de la région Oromia les nomme tous deux par le même toponyme Dubattu alors qu’ils ne correspondent ni l’un ni l’autre aux descriptions de R. Pankhurst (1973a : 19-20) et F. Anfray (1985 : 18-20). Nos deux sites sont creusés de part et d’autre du fleuve. Nous avons principalement relevé les salles de la falaise sud, ouvrant donc sur le nord, plus accessibles que celles creusées dans la paroi nord.

Le premier site consiste en deux salles de forme circulaire. Un silo parfaitement conservé est creusé dans la salle. Son ouverture possède un ressaut permettant d’y placer un potentiel couvercle (Fig. 7). Il est en forme de poire et est profond de 186 cm. Deux niches (une dans chaque salle) courent sur les parois. Peu profondes, elles paraissent avoir servi pour poser de petits objets.

Figure 7. Vue de la salle où un silo parfaitement conservé a été observé (photo Anaïs Lamesa).

Le deuxième site est beaucoup plus complexe. Deux groupes de salles y ont été étudiés.

Le groupe n°1 est formé de deux salles, facilement accessibles, creusées sur la paroi sud. La première, circulaire, est doté d’une banquette qui prend la forme d’un lit et d’un oreiller (Fig. 8). Au niveau de l’oreiller, un léger renfoncement dans la paroi permet de caler la tête. Accessible par trois marches, la deuxième salle ouvre au sud sur un tunnel vertical – maintenant obstrué –qui permettait d’accéder à un second voire un troisième étage. Il n’est pas certain que cette salle possédât une porte. À l’instar du site 1, on retrouve les niches « étagères » courant le long des parois de chacune des salles.

Figure 8. Banquette rupestre avec son oreiller, au-dessus une niche étagère (photo Manon Routhiau).

Le groupe n°2 est beaucoup plus grand et ne pourra pas être décrit de manière précise dans cette notule. On peut penser qu’il formait le troisième étage du groupe n°1. Il est constitué d’une première enfilade de trois grandes salles. Ces deux salles ne communiquaient pas avec les trois chambres suivantes pourtant creusées à la même hauteur, en enfilade mais plus à l’ouest. Au-dessus, accessibles par une trouée dans la troisième chambre, trois salles sont creusées. Elles ne sont pas, cette fois, disposées en ligne mais forme un L : une première salle oblongue ouvre, en arrière, sur une salle aveugle. La première salle continue ensuite sur une alcôve dont l’ouverture d’un silo prend toute la place au sol. L’ensemble du groupe n°2 ne possède plus de façade, l’ensemble ayant déversé dans la vallée.

Deux éléments retiennent l’attention : 1) la présence encore une fois des niches étagères, quasiment présentes dans chacune des salles, mais de longueur inégale (Fig. 9) ; 2) dans la deuxième salle le plus à l’est, un grand cube monolithe de plus de deux mètres de haut est laissé en réserve. Quatre tombes sont réparties dans cette salle où un pilastre scande l’une des parois (Fig. 10).

Figure 9. Salle remarquable du groupe n°2 où la niche courre sur l'ensemble des parois de la salle (photo Manon Routhiau).
Figure 10. Vue d'ensemble de la salle principale du groupe n°2. Au sol, deux tombes et au milieu le bloc monolithe (photo Manon Routhiau).

En face de ce groupe n°2, un autre réseau de salles est bien visible (Fig. 11). Elles ont simplement été visitées sans effectuer de relevés.

Figure 11. Vue d'ensemble de l'ensemble de salles creusées sur la paroi nord, photographie prise du groupe n°2 (photo Anaïs Lamesa).
Perspectives

L’environnement autour du groupe n°2 est remarquable puisqu’à cet endroit, le lit de la rivière forme un cirque. Aucune légende, ni mémoire d’un lieu de culte ne semble conservées par les habitants des environs. La cohérence dans l’organisation de l’espace des groupes n°1 et 2 est remarquables : notamment la récurrence des niches étagères, aménagement qui n’a pas été vu ailleurs. On peut donc douter que ces deux groupes soient distincts ou du moins qu’ils ont connu une phase d’occupation commune. Il serait nécessaire de reprendre entièrement le dossier des sites rupestres de l’Awash, espace d’une activité rupestre foisonnante. Deux auteurs nous précédant – sans compter le témoignage d’Alvarez (Beckingham & Huntingford, 1961 : 397-399) qui reste très sibyllin – en témoignent. De même, des prospections systématiques conduites sur l’ensemble de la zone (c’est-à-dire dans le lit du fleuve ainsi que sur le plateau) pourront peut-être permettre de mieux comprendre l’articulation des sites entre eux.

Notes

[1] Cette note devrait être complétée par un article que nous soumettrons prochainement aux Annales d’Éthiopie.

[2] Francis Anfray désigne le site sous le nom de Laga-Degaga.

[3] L’étude de sites dont la fonction n’est pas déterminée par typologie (comme par exemple des églises) est l’objet du sujet de recherche de Manon Routhiau qui mène actuellement un doctorat sur les sites troglodytiques dans les environs de Lalibela.

Bibliographie

Anfray F.,1985, Des églises et des grottes rupestres, Annales d’Éthiopie, 13, 7-34.

Beckingham C.F. & Huntingford G.W.B., 1961, The Prester John of the Indies: a true relation of the lands of the Prester John, being the narrative of the Portuguese Embassy to Ethiopia in 1520 written by Father Francisco Alvares, Cambridge University Press.

Pankhurst R., 1973a, Caves in Ethiopian History. With a survey of cave sites in the environs of Addis Ababa, Ethiopia Observer, XVI/1, 15-35.

Pankhurst R., 1973b, A Cave Church at Kistana, South of the River Awash, Ethiopia Observer, XVI/3, 216-219.

Pankhurst R., 1973c, The Rock Church of Tulu Leman near Adadi, south of the Awash, Ethiopia Observer, XVI/4, 226-227.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search