Transcrire de façon participative une source complexe : enjeux et difficultés du projet d’édition des carnets d’Antoine d’Abbadie

La Bibliothèque nationale de France a inscrit à son programme quadriennal de recherche le projet de transcription collaborative et d’édition des carnets d’Antoine d’Abbadie. Co-piloté par Anaïs Wion (IMAF, CNRS) et Vanessa Desclaux (BnF), ce projet a bénéficié pendant l’année académique 2020-21 du travail rigoureux de Mathilde Alain, assistante de recherche à la BnF et désormais doctorante à l’université de Warwick.

Il s’agit de rendre accessible une source riche et complexe : la vingtaine de carnets de terrains du voyageur français Antoine d’Abbadie, qui vécut en Éthiopie de 1837 à 1848 et fit œuvre de linguiste, ethnographe, géographe et historien.

Conservés à la BnF dans le fonds Éthiopien d’Abbadie, ces carnets défiaient jusqu’à présent le travail de recherche par la petitesse de l’écriture, par la complexité de leur organisation et, tout simplement, par la diversité des données qui y sont conservées. De nombreuses connaissances et compétences sont requises pour transformer cette source brute, fruit de onze années de notes, en une édition académique exhaustive. Cette dernière ne saurait donc être l’œuvre d’une seule personne.

 

Rendre les carnets accessibles et lisibles

La numérisation en couleur et en haute définition des carnets et leur mise en ligne sur Gallica permet d’accéder à des images de grande qualité, qu’il est possible d’agrandir, et qui sont plus facilement accessibles que les fragiles originaux ou que leurs microfilms noir et blanc (eux-aussi numérisés).

Fig. 1a : Le microfilm noir et blanc du carnet 265 , numérisé et accessible sur Gallica
Fig. 1b : Les images couleur numérisées en haute définition du carnet 265, accessibles sur Gallica.

Ces images sont accessibles sur Transcrire, une plateforme de transcription collaborative dédiée aux carnets de terrains de chercheurs et chercheuses en SHS. Cet outil, mis en place par Fabrice Melka (IMAF, CNRS), a bénéficié en 2020 d’un financement Collex-Persée pour faire peau neuve. Jusqu’à présent, neuf carnets y ont été versés, car en raison de leur complexité et du peu de connaissance que nous avions de leur contenu au début du projet, il nous a semblé préférable de ne pas proposer d’emblée l’ensemble de la collection au travail de transcription participative. Les carnets de nature linguistique vont y être ajoutés dans les mois qui viennent.

Décrire les carnets

Les carnets avaient été décrits brièvement en 1914 par C. Conti-Rossini dans son catalogue de la collection d’Antoine d’Abbadie, essentiellement à parti des index que ce dernier y avait lui-même noté.

Il s’agit donc de reprendre la description des carnets, une tâche un peu paradoxale et nécessairement progressive qui accompagne et se nourrit de l’avancement de la transcription, chaque action facilitant l’autre. Mathilde Alain a patiemment examiné les trois carnets de terrains à proprement parler, conservés sous les cotes Éthiopien Abbadie 265, 266 et 267. Un billet de blog présente dans les grandes lignes leur structure, et un article à paraître dans la revue Sources. Matériaux & terrains en études africaines explicitera en détail leur organisation complexe. Anaïs Wion a examiné attentivement un carnet composite, le Eth. Abb. 270 ce qui a aussi donné lieu à un billet de blog interrogeant le statut des notes de terrains. À partir de ces recherches, nous avons enrichi les notices du catalogue en ligne de la BnF.

Le lien vers ces notices est accessible depuis Transcrire qui récupère les métadonnées de la BnF.

Transcrire les carnets

Avant d’ouvrir la collection de carnets au public, nous avons longuement travaillé sur la transcription afin de comprendre où résidaient les difficultés de ce matériel. Elles sont effectivement nombreuses : écriture en plusieurs langues et graphies, présence de sténographie, nombreux signes diacritiques, système de mots-clefs et de renvois, titres, tableaux, listes, dessins, cartes, etc.

Or transcrire n’est pas un acte automatique mais bien un acte scientifique qui nécessite que des choix soient faits. Cela va de respecter ou non les sauts de ligne, pour les choix les plus simples, au rendu de signes diacritiques n’existant pas aujourd’hui en unicode, pour des choix demandant plus d’imagination et surtout nécessitant de mesurer jusqu’où la transcription se doit de refléter la source. La plateforme Transcrire propose par défaut un guide de transcription très simple. Mais le corpus d’Antoine d’Abbadie est si particulier que, prenant pour base ce premier guide issu d’une expérience déjà aguerrie du travail des transcripteurs/trices, nous avons rédigé non pas un, mais deux guides spécifiques pour notre collection ! Pourquoi deux ? Pour accompagner progressivement les transcripteurs/trices. Le premier guide laisse de côté toutes les difficultés, proposant de transcrire au plus près du texte mais sans rendre compte de la complexité de la mise en page ou des graphies. Le second guide s’adresse aux « expert-es » et prépare plus avant le futur travail d’édition. En respecter les consignes nécessite un apprentissage et surtout une pratique assez régulière de la transcription.

Fig. 3 : Les consignes pour transcrire les signes diacritiques et les lettres particulières.

Concrètement, qui transcrit les carnets d’Antoine d’Abbadie, hormis les membres actifs de l’équipe ? Qui a le courage de déchiffrer une page d’écriture serrée , d’en moyenne 1300 mots, sachant qu’il faut une heure environ à une personne entraînée pour mener à bien une page de transcription ? L’expérience de la plateforme Transcrire montre que, sur 500 comptes environ créés depuis 2016, un peu moins de 10% des transcriptrices et transcripteurs fournissent l’essentiel du travail, qu’ils et elles soient des amateurs/trices passionné-es ou des chercheurs travaillant sur un corpus.

Le matériel de la collection d’Abbadie est véritablement complexe en comparaison des autres projets présents. La grande quantité de mots par page et la diversité des connaissances nécessaires (nombreux noms propres éthiopiens et termes dans les langues de la Corne) rendent difficile une transcription fluide. Si nous pensions au départ de ce projet que la communauté des éthiopisant-es aller y trouver matière à satisfaire sa curiosité, force fut de constater qu’après les premiers encouragements et propos élogieux adressés suite à l’annonce du projet, peu de comptes ont été créés et très peu ont été véritablement actifs. C’est William Ellison, à qui l’on doit la très complète notice Antoine d’Abbadie sur Wikipédia, qui fut le plus actif. Directeur de recherche retraité, mathématicien, son habitude de la transcription et son intérêt pour Antoine l’a mené, en mai 2021, à transcrire quasi intégralement (à l’exception des passages en fidel) deux carnets, les 278 et 269, qui contiennent essentiellement un lexique tigriña-français. Il a transcrit le 269 depuis la plateforme Transcrire, et le 278 en utilisant sa propre méthode, à savoir en important les images de Gallica dans wikisource et en transcrivant depuis une architecture qu’il a lui-même construite. Pour créer une émulation, il était prévu d’organiser des transcrithons, suivant en cela l’exemple d’autres projets de crowdsourcing qui rassemblent régulièrement en un lieu et sur un temps limité des participant-es à un projet de transcription de sources manuscrites.

Le premier transcrithon (juillet 2021)

Profitant d’un creux dans les mesures sanitaires relatives à la pandémie de Covid, nous avons organisé un Transcrithon le 7 juillet 2021 sur le Campus Condorcet à Aubervilliers, auquel pouvaient aussi se joindre des participant-es en ligne, cette hybridation de l’accès ayant été l’un des rares bénéfices de la longue crise sanitaire qui a accompagné le démarrage du projet.

Ce transcrithon avait pour vocation de faire découvrir le projet et son contexte, puis de se retrousser les manches pour transcrire ensemble.

La matinée a permis aux membres du projet de présenter chacun-e un aspect de cette recherche.

Laurent Héricher, conservateur au département des manuscrits à la BnF, en charge de manuscrits orientaux, a tout d’abord présenté le fond éthiopien à la BnF, faisant un point historique précis et des plus intéressants. Puis Vanessa Desclaux, conservatrice en charge des manuscrits égyptiens et chrétiens orientaux à la BnF, a introduit le fond Éthiopien d’Abbadie, à savoir les quelques 300 manuscrits qu’Antoine d’Abbadie collecta lors de son séjour en Éthiopie et qu’il fit collecter après son retour.

Mathilde Alain a exposé le corpus de carnet, ses spécificités, sa matérialité, et le résultat des recherches menées jusqu’alors sur leur contenu et leur organisation.

Claire Bosc-Tiessé a dressé le panorama du contexte historique dans lequel le séjour d’Antoine d’Abbadie eut lieu, en suivant ses parcours et en présentant ses principaux interlocuteurs parmi les puissants de cette époque troublée. Elle a notamment montré les enjeux scientifiques et politiques de l’époque, aussi bien en Éthiopie que lors du retour en France.

Fabrice Melka présenta ensuite la plateforme Transcrire et la notion de science participative, et la façon dont cette médiation numérique modifie les liens entre les citoyens et les institutions patrimoniales.

Anaïs Wion dressa rapidement les futurs développements du projet, à savoir l’édition électronique en TEI-XML, en présentant comment le texte transcrit peut à la fois respecter le texte manuscrit original et être transformé en texte scientifique.

L’après-midi du 7 juillet fut dédiée à la transcription, et s’est ouverte sur la projection d’un tutoriel filmé, permettant de présenter de façon synthétique les particularités de la transcription pour le corpus d’Antoine d’Abbadie sur Transcrire.

Ici le tutoriel en anglais et, sur Medihal en français:

La quinzaine de participant-es (dont 3 par Zoom) ont ensuite expérimenté.e.s la transcription, chacun-e selon ses centres d’intérêt :

  • la linguiste Yvonne Treis (LACAN, CNRS) s’attaque à des listes de mots en Kambata ;
  • Charles Diemé, doctorant à Paris-1, recherche des passages sur la justice en lien avec son sujet de thèse ;
  • Muna Abubaker (AAU, dpt Linguistic et Philology), Martina Ambu (doctorante Paris-1 et ATER au Collège de France) et Emmie Le Galès (doctorante à l’EHESS) privilégient des passages en amharique et en ge’ez, découvrant ainsi par exemple l’étrange système de notation des suffixes accusatif dans un texte copié par un autre scripteur qu’Antoine d’Abbadie ;
  • Claire Bosc-Tiessé (CNRS et INHA) se penche sur un croquis de l’église de Medhane Alem à Lalibela qui est certainement le plus ancien croquis connu de ce monument puis attaque le dictionnaire ge’ez-français ;
  • Dominique Harre (chercheuse indépendante) ne recule pas devant la difficulté de transcrire les tableaux enregistrant les droits de douane du marché de Bati et fait des propositions pour rendre compte de ce format particulier ;
  • Vanessa Desclaux (BnF), contributrice aguerrie, profite de ce moment dédié pour transcrire plusieurs pages et travailler son ge’ez fraichement acquis ;
  • Anaïs Lamesa (CFEE puis Institut d’Etudes Anatoliennes) explore le carnet 272, encore très peu transcrit et commence la transcription des notes d’Antoine vérifiant avec ses informateurs éthiopiens l’ouvrage alors récemment paru de Combes et Tamisier ;
  • quant à Viviane Delpech (Univ. Pau), elle transcrit une page du troisième carnet de terrain, le 267, relative aux « Usages », une catégorie largement utilisée dans les carnets et qui font, page après page, cette ethnographie si particulière au regard d’homme du début du XIXe s. qu’était Antoine d’Abbadie, à la fois moralisateur, curieux, empreint de culture classique et soucieux de vérifier ses sources.
  • Lucile Grand (Musée du Quai Branly) et Quentin Mercurol (GED) sont là aussi, transcrivant et discutant de transcription collaborative et d’HTR (Hand Writing Recognition) avec Fabrice Melka, car ces transcrithons sont aussi tout simplement l’occasion de se retrouver et d’échanger sur nos métiers. Le pot à la fin de la journée en témoigne !

Les échanges autour des contenus divers dans les carnets ont suscité un véritable engouement pour ce matériel et soulevé de nombreuses questions scientifiques. Un retour d’expérience en fin de journée permet de confronter les expériences et de proposer des améliorations. Dans l’enthousiasme de cette journée, il est même décidé de créer un rendez-vous mensuel, toujours selon un mode hybride, afin de transcrire ensemble pendant quelques heures et de continuer à échanger sur ces matériaux si surprenant.

Le calendrier prévisionnel des transcrithons pour 2021-22

Un transcrithon aux Épopées du Campus Condorcet (Aubervilliers), les jeudi 30 septembre 2021 et vendredi 1er octobre

Des rendez-vous réguliers, sur le campus Condorcet et par Zoom, les 21 octobre et 25 novembre pour les premiers, que l’on essayera de maintenir à raison de une demi journée par mois.

Un transcrithon à la Bibliothèque nationale de France, début décembre 2021, en présentiel.

Et nous espérons pouvoir venir à Addis Abeba au début de l’année 2022 pour un transcrithon au CFEE !

Suivez-nous sur twitter, @TranscrireAda, pour suivre ces actualités !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search