Shapping Ethiopian Feminism / Construire le féminisme éthiopien

WORKSHOP REPORT / COMPTE-RENDU DE JOURNÉE D’ÉTUDE

Shaping Ethiopian feminism

Inter-generational dialogue on the issue of women in social movements

By/par Pierre Guidi

Pierre Guidi est chargé de recherche à l’IRD, membre du Centre population et développement (CEPED), actuellement chercheurs invité par le CFEE. Ses recherches portent sur l’éducation des femmes et le militantisme féminin depuis les années 1950 en Éthiopie. Il s’intéresse actuellement aux traces laissées par la Terreur rouge (1976-1978) sur les individues, les familles et la nation éthiopienne. (pierre.guidi@ird.fr)

Pierre Guidi is a senior researcher at IRD, a member of the Center for Population and Development (CEPED), and currently a visiting scholar at CFEE. His research focuses on women’s education and women’s activism since the 1950s in Ethiopia. He is currently interested in the traces left by the Red Terror (1976-1978) on individuals, families and the Ethiopian nation. (pierre.guidi@ird.fr)

[The French version is below]

On May 7, 2021, the workshop “Inter-generational Dialogue on Women in Social Movements” was held at the Institute of Ethiopian Studies, Addis Ababa University[1], followed by a beautiful exhibition at the Modern Art Museum in Addis Ababa. The organizers, historian Netsanet Gebre-Michael and artist Helen Zeru, brought together researchers and activists from three generations[2]. Master’s students were actively involved in the organization of the event and contributed to its success. Famous members of the Ethiopian student movement of the 1970s (Aster Zewde, Netsanet Mengistu, Tadelech Hailemichael) interacted with younger activists (the journalist Befekadu Hailu, founder of CARD Ethiopia[3] and former member of Zone 9 Bloggers, Ruth Yitbarek of the Yellow Movement) and with researchers in the human and social sciences (Netsanet Gebre-Michael, Yonas Ashine). About fifty people attended the presentations and actively participated in the debates. The discussions were very rich and showed a strong desire to exchange, to understand the past and to define a coherent and inclusive feminist agenda. What directions should be followed in order to write a history of women in Ethiopia in order to meet the challenges of the present? How can we build strong links between women of different generations, social groups and nationalities to develop a common feminist agenda? It was a question of reflecting on women’s rights in particular as well as thinking about strategies for influencing the political field in general. As it is a challenge to reproduce the extreme richness of the debates, I propose to highlight some of the main themes discussed.

 

Women’s experiences of the 1974 revolution

In recently published testimonies, women activists of the Ethiopian student movement of the 1960s and 1970s share their personal experiences of political engagement and repression. They highlight the need to document women’s history and to collect women’s voices[4]. By asking “why can’t women speak?”, Aster Zewde and Netsanet Mengistu questioned the conditions of emergence and the limitations imposed on the “women’s issue” in the political space since the 1960s. Under Haile Selassie’s regime, women from the upper class were involved in charity activities through the Ethiopian Women Welfare Association. This association gave relative visibility to women but confined them to non-political activities. However, strong female figures were sometimes highlighted, such as Shewareged Gedle, a resistance fighter against the Italian occupation (1936-1941)[5]. Senedu Gebru, a resistance fighter, writer, headmistress of the Empress Menen School[6] and the first woman elected to the Ethiopian parliament, was a central figure in politics but relatively unique in her kind. As a result, the generation born in the 1940s and 1950s lacked female role models, especially in a context where the school system focused on the history of European societies and ignored the injustices of Ethiopian society, its feudal system and patriarchy.

Thus, young women in the 1960s encountered political struggle in general and women’s struggle in particular in other ways: for example, through films that denounced colonialism and called for international solidarity, or that presented the great world revolutionary figures, including women like Angela Davis. In the early 1970s, young people studying abroad saw documentaries showing the extreme poverty of the Ethiopian countryside and the terrible famine of 1973. The struggle against Haile Selassie’s regime then intensified and women were strongly involved. So how did women find their place in the student movement? If the struggle against feudalism and imperialism seemed obvious, this was not the case for the struggle against patriarchy. Some activists like Tilahun Gezaw encouraged women to join associations, but the student movement remained largely dominated by men who spoke out alone and who did not hesitate, for some, to mock women. They all remember the cartoons in the student newspapers that portrayed women as futile, only interested in fashion and cosmetics. Activists, then, began to think about their place in the movement and made women’s issues central to its claims. They established their own groups, founded activist journals such as Tagay and Tenesh Ityopyawit, and published books such as Negest Adane’s Setochenna YeHebreteseb Edget.[7] Like their male comrades, the women then paid a high price for their commitment during the terrible repression orchestrated by the Derg between 1976 and 1978. They were murdered, imprisoned and severely tortured. This generation, traumatized by the repression, remained silent for a long time. Today, the question is, on the one hand, to pass on their experience to future generations – with its achievements and errors – and, on the other hand, as Netsanet Gebre-Michael rightly reminded us, to look back at the revolution from the perspective of women, in order to shed new light on the revolutionary events.

These reflexive testimonies opened up a wide range of issues critical to historical research and feminism in Ethiopia. First of all, the experience of women activists in the student movement stresses the need to recover the historical experience of women in general, over time and across the social spectrum. To do this, a struggle must first be waged within the academic community, which still resists recognizing the legitimacy of women’s experiences. If pioneering works already exist, it must be extended and multiplied, and new research projects must be undertaken. How can we write the history of women in earlier centuries? How can we write the history of women from the working classes, peasant women, merchants and the urban poor? More generally, as Yonas Ashine has pointed out, what does the “women’s question” in Ethiopia encompass and what questions should be given priority for historical research?

Making connections to face obstacles and build a unified movement

Writing history to link past to present, to unite across social classes and nationalities. In her remarkable opening speech to this workshop, Tadelech Hailemichael warned of the lack of attention paid to the past. Why do Ethiopian women not have a strong movement when women’s associations have existed since the Haile Selassie regime? Indeed, while each government, as soon as it comes to power, destroys the existing associations, each new militant generation believes, on its side, to be a pioneer. To the amnesia orchestrated by the successive governments, women must oppose transmission and generational continuity. Furthermore, Tadelech Hailemichael emphasized that because women’s issues are an everyday issue in every place, women must organize everywhere – in professional associations, parties, churches, etc. – to deal with their own problems. It is not a question of dividing but of envisaging a great transversal women’s movement capable of acting in all places: the family, the workplace, the justice system, the media. At a time when the country is more than ever divided along deadly identity lines, women should concentrate on what unites them and think of a future for Ethiopia other than the hatred between nationalities. Speakers and audience members repeatedly raised the issue of nationalities to highlight how ethnic politics invisibilizes the issue of women who have no space to express their own claims. Moreover, this politics of ethnicity is constructed and applied by men; they are the ones who express themselves, they are the ones who act. On this crucial issue, women are silenced. As a matter of urgency, how can the issue of women in war be taken up scientifically and politically? How can we account for the experience of refugee women when there is no data on the gender of displaced persons?

Ruth Yitbarek of the Yellow Movement[8] then called for a feminism beyond liberal feminism.[9] Since women’s issues are at the intersection of class, ethnicity, colonialism, age, etc., Ethiopian feminists should adopt intersectional and offensive feminism that addresses the issues of all Ethiopian women. In the same vein, Aster Zewde invited the audience to read Writing Our Rights, the publication of the Setaweet group which proposes a feminist agenda for all social issues. There was then a lively discussion on the limits of corporate and state feminism, which control women and diminish their struggles rather than empower them. The testimony of journalist and activist Befekadu Hailu on his discovery of the “sexist in him”, i.e. sexism as a set of incorporated norms, then gave rise to a constructive discussion on the fact that men must question themselves and become allies of feminists, in order to change the relationship of patriarchal domination for the benefit of all.

Finally, it was noted that Ethiopian feminism remains too isolated from the international movement. Institutions such as the OAU or the UN, where Ethiopian women are present, bureaucratize feminism rather than participate in a real transnational feminism. There are, for example, important women lawyers’ movements in Africa. It is therefore unfortunate that the Ethiopian Women Lawyers Association is not more connected to its counterparts in other countries. The women of Ethiopia certainly have their own history and problems, some of which are specific to them, but it is the same struggle everywhere. On this point as well as on that of historical transmissions and the links to be built beyond social classes and nationalities, it was recalled that Ethiopian feminists must make their self-criticism in order to extend and strengthen their movement.

There was no self-blame, no discouraging pessimism or caricatured optimism during this rich day, but a strong dynamism, in the full awareness that bringing women together and transforming gender relations is a huge task that must be taken on.

 

 

[1]    The day was also supported by the School of Oriental and African Studies (SOAS-University of London) and the Global Research Network on Parliaments and People.

[2]    Trained under Haile Selassie, Derg and EPRDF/PP regimes respectively.

[3]    Center for Advancement of Rights and Democracy.

[4]    Tadelech Hailemichael (2020), ዳኛው ማነው. Addis Ababa; Engudai Bekele & Della Valle, V. (2019), In the shade of the eucalyptus trees, Addis Ababa; Hiwot Teffera (2012). Tower in the Sky. Addis Ababa: Addis Ababa University Press; Bahru Zewde (ed.), (2010). Documenting the Ethiopian Student Movement: An Exercise in Oral History. Addis Ababa: Forum for Social Studies. See also Konjit Berhan’s novels (2010). ምርኮኛ. Addis Ababa; Konjit Berhan (2018). ያላረፉ ነፍሶች. Addis Ababa. And Tamara Mariam Dawit’s recent film (2020), Finding Sally. Catbird Films.

[5]    On the subject of women patriots under the Italian occupation, see Maaza Mengiste’s recent novel, The Shadow King, Canongate, 2019.

[6]    Founded in 1930 under the patronage of Empress Menen herself, this school trained the Ethiopian female elite until the 1974 revolution.

[7]    Negest Adane (1976). ሴቶችና የኅብረተሰብ ዕድገት (Women and Social Change). Addis Ababa:

Central printing press.

[8]    This movement fights against violence against women in universities and other educational institutions. http://www.aau.edu.et/the-yellow-movement/

[9]    For a summary of the international history of different types of feminism, see the very good Wikipedia entry https://en.wikipedia.org/wiki/Feminism


Construire le féminisme éthiopien

Dialogue intergénérationnel sur la question des femmes dans les mouvements sociaux

 

Le 7 mai 2021, la journée d’études « Dialogue intergénérationnel sur la question des femmes dans les mouvements sociaux » s’est tenue à l’Institute of Ethiopian Studies, Université d’Addis-Abeba[1], suivie par une très belle exposition au Modern Art Museum d’Addis-Abeba. Les organisatrices, l’historienne Netsanet Gebre-Michael et l’artiste Helen Zeru, ont réuni des chercheur·se·s et militant·e·s de trois générations[2]. Des étudiantes de master ont très activement participé à l’organisation de cet événement et contribué à sa réussite. Des membres célèbres du mouvement étudiant éthiopien des années 1970 (Aster Zewde, Netsanet Mengistu, Tadelech Hailemichael) ont ainsi dialogué avec des militant·e·s plus jeunes (le journaliste Befekadu Hailu, fondateur de CARD Ethiopia[3] et ancien membre de Zone 9 Bloggers, Ruth Yitbarek du Yellow Movement) et avec des chercheur·se·s en sciences humaines et sociales (Netsanet Gebre-Michael, Yonas Ashine). Une cinquantaine de personnes ont assisté aux communications et activement participé aux débats. Les discussions, très riches, ont témoigné d’un fort désir d’échanger, de comprendre le passé et de définir un programme féministe cohérent et inclusif. Quelles directions suivre pour écrire une histoire des femmes en Éthiopie à même de répondre aux enjeux du présent ? Comment construire des liens solides entre les femmes de différentes générations, issues de divers groupes sociaux et nationalités, afin élaborer un ordre du jour féministe commun ? Il s’est agi aussi bien de réfléchir aux droits des femmes en particulier que de penser des stratégies pour peser sur le champ politique en général. Restituer l’extrême richesse des débats étant une gageure, je propose de relever quelques-uns des principaux thèmes abordés.

 

Expériences féminines de la révolution de 1974

Les témoignages publiés récemment par des militantes du mouvement étudiant éthiopien des années 1960-70 font part de leur expérience personnelle de l’engagement politique et de la répression. Ils mettent en lumière la nécessité de documenter l’histoire des femmes et de recueillir leur parole[4]. En demandant « pourquoi les femmes ne peuvent parler ? », Aster Zewde et Netsanet Mengistu ont questionné les conditions d’émergence et les limitations imposées à la « question des femmes » dans l’espace politique depuis les années 1960. Sous le régime de Hailé Sélassié, des femmes de la haute société se consacraient à des activités caritatives au sein de l’Ethiopian Women Welfare Association. Cette association donnait une relative visibilité aux femmes mais les cantonnait à des activités situées hors du politique. Cependant, des figures féminines fortes étaient parfois mises en valeur, comme celle de Shewareged Gedle, résistante contre l’occupation italienne (1936-1941)[5]. Senedu Gebru, résistante, écrivaine, directrice de l’école Impératrice Menen[6] et première femme élue au parlement éthiopien, était une figure centrale de la politique mais relativement unique en son genre. Si bien que la génération née dans les années 1940-1950 manquait de modèles féminins auxquels s’identifier, qui plus est dans un contexte où le système scolaire se concentrait sur l’histoire des sociétés européennes et taisait les injustices de la société éthiopienne, de son système féodal et de son patriarcat.

C’est donc par d’autres biais que les jeunes femmes, dans les années 1960, ont rencontré la lutte politique en général et celle des femmes en particulier : à travers, par exemple, des films qui dénonçaient le colonialisme et incitaient à la solidarité internationale, ou qui présentaient les grandes figures révolutionnaires mondiales, dont des femmes comme Angela Davis. Des jeunes parti·es étudier à l’étranger ont vu, au début des années 1970, des documentaires montrant l’extrême pauvreté des campagnes éthiopiennes et la terrible famine de 1973. La lutte contre le régime de Hailé Sélassié s’est alors intensifiée et les femmes ont largement participé. Dès lors, comment les femmes se sont-elles fait une place dans le mouvement étudiant ? Si la lutte contre le féodalisme et l’impérialisme semblait évidente, ce n’était pas le cas de celle contre le patriarcat. Quelques militants comme Tilahun Gezaw incitaient les femmes à joindre les associations, mais le mouvement étudiant restait largement dominé par les hommes qui seuls prenaient la parole et qui n’hésitaient pas, pour certains, à railler les femmes. Toutes se souviennent des dessins ‘humoristiques’ des journaux étudiants qui campaient des femmes futiles, seulement intéressées par la mode et les cosmétiques. Les militantes ont alors réfléchi à leur place dans le mouvement et placé la question des femmes au cœur de ses revendications. Elles ont créé leurs propres groupes, fondé des revues militantes comme Tagay et Tenesh Ityopyawit, et publié des livres comme Setochenna YeHebreteseb Edget de Negest Adane[7]. Comme leurs camarades masculins, les femmes ont ensuite payé le prix fort de leur engagement lors de la terrible répression orchestrée par le Derg entre 1976 et 1978. Elles ont été assassinées, emprisonnées et sévèrement torturées. Cette génération traumatisée par la répression a longtemps gardé le silence. Aujourd’hui, il s’agit, d’une part, de transmettre leur expérience aux générations futures – avec ses acquis et ses erreurs – et, d’autre part, comme l’a très justement rappelé Netsanet Gebre-Michael, de porter un regard rétrospectif sur la révolution à partir de la question des femmes, afin d’éclairer les événements révolutionnaires sous un jour nouveau.

Ces témoignages réflexifs ont donc permis d’ouvrir un large champ de questions essentielles pour la recherche en histoire et le féminisme en Éthiopie. Tout d’abord, il a été soulevé que l’expérience des militantes du mouvement étudiant pose la nécessité de retrouver l’expérience historique des femmes en général, sur le temps long et concernant l’ensemble du spectre social. Pour cela, un combat doit d’abord être mené au sein de la communauté académique qui résiste encore à reconnaître la légitimité des expériences féminines. Si des travaux pionniers existent déjà, ils doivent être prolongés, multipliés, et de nouveaux chantiers de recherche doivent être entrepris. Comment écrire l’histoire des femmes des siècles plus anciens ? Comment écrire l’histoire des femmes des classes populaires, des paysannes, des marchandes, des pauvres urbaines ? Plus généralement, comme l’a rappelé Yonas Ashine, que recouvre la « question des femmes » en Éthiopie et quelles questions doivent être prioritairement posées pour la recherche historique ?

Relier pour affronter les obstacles et construire un mouvement unifié

Écrire l’histoire pour relier des passés à des présents, pour réunir par-delà les classes sociales et les nationalités. Dans sa remarquable ouverture à cette journée d’études, Tadelech Hailemichael a mis en garde contre le manque d’attention porté au passé. Pourquoi les femmes éthiopiennes ne disposent-t-elles pas d’un mouvement digne de ce nom alors que des associations de femmes existent depuis le régime de Hailé Sélassié ? En effet, tandis que chaque gouvernement, sitôt arrivé au pouvoir, s’applique à détruire les associations existantes, chaque nouvelle génération militante croit, de son côté, être pionnière. A l’amnésie orchestrée par les gouvernements successifs, les femmes doivent opposer la transmission et la continuité générationnelle. Par ailleurs, a encore souligné Tadelech Hailemichael, parce que la question des femmes est une question de tous les jours et de tous les lieux, ces dernières doivent s’organiser partout – dans les associations professionnelles, les partis, les églises etc. – pour traiter de leurs propres problèmes. Il ne s’agit en aucun cas de diviser mais d’envisager un grand mouvement transversal des femmes à même d’agir dans tous les lieux : la famille, le travail, la justice, les média. Alors que le pays est plus que jamais divisé sur des lignes de fractures identitaires mortifères, les femmes ne doivent-elles pas se concentrer sur ce qui les unit et penser un autre avenir pour l’Éthiopie que les haines entre les nationalités ? Les intervenantes et les membres de l’auditoire ont soulevé à plusieurs reprises la question des nationalités pour souligner à quel point la politique ethnique invisibilisait la question des femmes qui n’ont pas d’espace pour exprimer des revendications propres. De plus, cette politique de l’ethnicité est construite et appliquée par les hommes ; ce sont eux qui s’expriment, eux qui agissent. Sur cette question cruciale, les femmes sont réduites au silence. De façon urgente, comment prendre en charge scientifiquement et politiquement la question des femmes dans la guerre ? Comment rendre compte de l’expérience des femmes réfugiées alors qu’il n’existe pas de données sur le genre des déplacés ?

Ruth Yitbarek, du Yellow Movement[8] a ensuite appelé à un féminisme dépassant le féminisme libéral.[9] La question des femmes se situant à l’intersection de la classe sociale, de l’ethnicité, du colonialisme, de l’âge etc. les féministes éthiopiennes devraient adopter un féminisme intersectionnel et offensif, répondant aux problèmes de toutes les éthiopiennes. Dans la même veine, Aster Zewde a invité l’auditoire à lire Writing Our Rights, la publication du groupe Setaweet qui propose un ordre du jour féministe pour l’ensemble des problèmes sociaux[10]. Des échanges passionnants ont ensuite eu lieu sur les limites du féminisme d’entreprise et du féminisme d’État, qui contrôlent les femmes et amenuisent leurs luttes plus qu’ils ne participent à leur émancipation. Le témoignage du journaliste et militant Befekadu Hailu sur sa découverte du « sexiste en lui », c’est-à-dire du sexisme comme ensemble de normes incorporées, a ensuite donné lieu à une discussion constructive sur le fait que les hommes doivent se remettre en question et se faire les alliés des féministes, pour faire évoluer le rapport de domination patriarcale au bénéfice de toutes et tous.

Enfin, le constat a été fait que le féminisme éthiopien demeure trop isolé du mouvement international. Des institutions comme l’OUA ou l’ONU, où des éthiopiennes sont présentes, bureaucratisent le féminisme plutôt qu’elles ne participent d’un réel féminisme transnational. Il existe, par exemple, d’importants mouvements d’avocates en Afrique. Il est donc dommage que l’Ethiopian Women Lawyers Association ne soit pas plus en lien avec leurs consœurs. Les femmes d’Éthiopie ont certes une histoire et des problèmes en partie spécifiques mais il s’agit bien, partout, du même combat. Sur ce point comme sur celui des transmissions historiques et des liens à construire par-delà les classes sociales et les nationalités, il a été rappelé que les féministes éthiopiennes doivent faire leur auto-critique afin d’étendre et renforcer leur mouvement.

Pas d’auto-culpabilisation, de pessimisme décourageant ou d’optimisme caricatural lors de cette riche journée, mais un fort dynamisme, dans la pleine conscience que rassembler les femmes et transformer les rapports de genre est un immense travail qu’il faut prendre à bras le corps.

 

 

[1]    La journée a été soutenue aussi par la School of Oriental and African Studies (SOAS-université de Londres) et le Global Research Network on Parliaments and People.

[2]    Formées respectivement sous les régimes de Hailé Sélassié, du Derg et de l’EPRDF/PP.

[3]    Center for Advancement of Rights and Democracy.

[4]    Tadelech Hailemichael (2020), ዳኛው ማነው. Addis Ababa ; Engudai Bekele & Della Valle, V. (2019), A l’ombre des eucalyptus, Addis Ababa ; Hiwot Teffera (2012). Tower in the Sky. Addis Ababa: Addis Ababa University Press ; Bahru Zewde (ed.), (2010). Documenting the Ethiopian Student Movement : An Exercise in Oral History. Addis-Abeba: Forum for Social Studies. Voir aussi les romans de Konjit Berhan (2010). ምርኮኛ. Addis Ababa ; Konjit Berhan (2018). ያላረፉ ነፍሶች. Addis Ababa. Et le récent film de Tamara Mariam Dawit (2020), Finding Sally. Catbird Films.

[5]    Sur le sujet des maquisardes sous l’occupation italienne, voir le récent roman de Maaza Mengiste, The Shadow King, Canongate, 2019.

[6]    Fondée en 1930 sous le patronage de l’Impératrice Menen elle-même, cette école a formé les élites féminines éthiopiennes jusqu’à la révolution de 1974.

[7]    Negest Adane (1976). ሴቶችና የኅብረተሰብ ዕድገት (Les femmes et l’évolution sociale). Addis Ababa :

Central printing press.

[8]    Ce mouvement lutte contre les violences faites aux femmes dans les universités et autres établissements scolaires. http://www.aau.edu.et/the-yellow-movement/

[9]    Pour une synthèse sur l’histoire internationale des différents de types de féminismes, voir la très bonne notice Wikipedia https://en.wikipedia.org/wiki/Feminism

[10]  https://setaweet.com/

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search