Geohistorical approach of environmental changes and socio-environmental relations

TERRAIN/FIELDWORK

Environmental changes and socio-environmental relations during the Holocene in Eastern Tigray: a geohistorical approach through archives

By Ninon Blond

Ninon Blond is a doctorate in geography, lecturer at the ENS of Lyon and attached to the EVS laboratory (UMR 5600) and Archéorient (UMR 5133). Her work focuses on environmental and landscape changes in the Northern Nile Basin (Ethiopia, Sudan, Egypt) during the Holocene. In Ethiopia, she is particularly interested in the short- and long-term effects of climate change on landscapes, but also in the impacts of societies, notably through agriculture, on their environment (deforestation, erosion, resource exploitation).

The French version is below.

 

Introduction

This post-doctoral research project, funded by the Fondation des Maisons des Sciences de l’Homme (FMSH – ATLAS Program for the Horn of Africa) and the French Centre for Ethiopian Studies (CFEE), is part of a larger research project on environmental changes in the Nile Basin and the mutations of socio-ecological systems over the Holocene period. This broad project is based on the wish to document environmental changes in the Nile Basin using local data located at various complementary points in the Basin (extreme upstream, middle part of the valley, Egyptian desert areas).

The aim here is to document Ethiopian environmental changes not on the basis of sedimentary archives preserved in the deltaic deposits of the extreme downstream, but by means of local data on a relatively short time-scale, not exceeding the 20th century. Although this type of geohistorical approach is relatively widespread in European countries, particularly in France (Antoine et al., 2009; Djament-Tran, 2009; Jacob-Rousseau, 2009; Le Lay & Rivière-Honegger, 2009), it is not very common in other countries (see for example Crépy & Boussac, 2021). In Ethiopia, archive documentation, especially old photographs, was used for the Tigray landscapes by Jan Nyssen’s team (Nyssen et al., 2009, 2010, 2016). The geohistorical method, allowing the study of environmental and landscape changes with the help of archives (in this case travellers’ accounts, engravings, drawings, ground and vertical diachronic photographs) was applied during my PhD work and allowed to highlight the absence of mention of cultivation terraces in the studied region before the second half of the 20th century, as well as the recent conquest (end of the 20th century) of even the most remote valleys by terraced agriculture (Blond et al., 2018; Blond, 2019).

This project, therefore, aims to continue the implementation of this approach for the study of environmental evolutions in Tigray, and more broadly in Ethiopia. The research residency is therefore in line with the work undertaken during my PhD, by expanding the area studied, while constituting a change of focus, linked to the current political and health situation in Tigray. As the ongoing clashes prevented me from going to the field, I sought to pursue environmental studies in this region, and more broadly in Ethiopia, by identifying available documentary collections that could provide information.

Thus, the objective of this post-doctoral mobility is the constitution of a database of documents and archives useful for the study of environmental evolutions in Tigray and, more widely, in Ethiopia. This project is based on the further study of the collections identified during my doctoral work and the analysis of new collections.

 

Methodology

During my stay, my work focused mainly on the precise identification of holdings and the review of documents at the Institute for Ethiopian Studies (IES) and the Ethiopian National Archives and Library Agency (ENALA). I also worked at the Geospatial Information Institute (GII, formerly Ethiopian Mapping Agency) and the Geological Survey of Ethiopia (GSE), to integrate topographic and geological maps, from the national scale to finer scales (1:50,000 and even 1:10,000), and aerial photographs into the database. These photographs cover the whole of the national territory (as well as Eritrea), in two periods, in the 1960s and in the 1990s. These institutions are located on the map (fig. 1).

Fig. 1. Location of the institutions visited during the fieldwork. Background: OpenStreetMap

 

At ENALA and IES, I consulted existing paper catalogues or cardboard cards to identify documents that might be of interest. The study focused on documents in Latin script, mostly in English, but also in French, German and Italian. The majority of these documents are reports on agriculture and its reform possibilities, and on the construction of dams and the exploitation of water resources, especially at Lake Tana. Some reports are accompanied by maps and/or iconographic documents. At the IES, the Italian collection was not available due to the reorganization of the shelf space and the catalogue.

I was, therefore, able to compile a list of documents (title, authors, date, theme) and consult them, focusing on certain aspects such as agriculture or the exploitation of water resources. This registration is the first step towards the database mentioned above. Reading and consulting these documents can contribute to the reflection on the changes in Ethiopian socio-ecological systems, by highlighting the changes in people’s relationship with their environment and its exploitation. The following paragraphs will present a few examples, dealing with the evolution of the relationship with dams; agricultural development and its landscape and social effects; the evolution of the city of Lalibela and its surroundings in relation to the classification of the site as a UNESCO World Heritage Site.

 

Database and examples of information that can be collected

The database is structured in lines corresponding to a reference and in columns, describing the main characteristics of the reference: its identification number in the catalogue, authors, originating authority, title, date, number of pages and subject. In the form of an Excel spreadsheet (fig. 2), it will be made available online as part of a data paper.

Fig. 2. Extract of the database in its current state, in Excel. Documents consulted at ENALA.

A large number of reports has the advantage of providing raw figures on different themes, making it possible to establish a snapshot of the situation of the country and/or a region at a given time. These reports also make it possible to link different aspects of socio-ecological systems, in particular the weight of demography on the exploitation and management of water and/or agricultural resources. For example, the report entitled “Federal Democratic Republic of Ethiopia Ministry of Water Resources Omo-Ghibe River Basin Integrated Development Master Plan Study Final Report”, written by Richard Woodroofe and Associates (UK) and available at ENALA, provides a great deal of data for a picture of the situation in the Omo River Basin in the 1990s. This document is both a detailed entry into all the data that can contribute to the study of recent environments, their comparison with older data, and the multi-dimensional understanding of Ethiopian socio-ecological systems, in this case those of the Omo-Ghibe basin. It also contributes to national scale syntheses, for example on agricultural soil erosion. Such reports also exist at the scale of all the country’s watersheds, but also at the scale of well-identified basins, for example, the Baro-Akobo, the Blue Nile, the Tana-Beles or the Tekeze. Other reports provide additional information (FAO, various organizations involved in development projects).

 

Ethiopian socio-ecosystems, some examples

The following examples are intended to set out ways of using the archival material identified. They do not aim to be exhaustive in their treatment of the issue, which is not the objective here.

1) Hydroelectric dams

The archival documents concerning hydroelectric dams, their siting and construction, make it possible to study in detail the change of perspective on these structures and what they say about the socio-ecological systems to which they belong. Lake Tana, for example, was the subject of a “dispute” at the end of the 1940s between Egypt and British Sudan and Ethiopia over the construction of a dam by the Egyptians on the lake, while it is currently the focus of another type of opposition between these three independent countries over the construction of the “Renaissance” dam. We observe a reversal of the paradigm of the unity of the Nile Valley, in the continuity of an argument of national unity, proposed first by Egypt and then by Ethiopia.

2) Agriculture

A large part of the documents consulted consists of various reports on agriculture and how to improve it, from a developmentalist perspective. Some of these documents were produced before the agricultural reforms, and propose ways to achieve them, while others offer a report on the famine, its consequences but also its causes in different regions of the country. The study of these documents (five-year plans, objectives of private companies, e.g. the Tendaho cotton company) highlights, as in the case of dams, the deep and systemic interweaving of resource exploitation, the assertion of political power, and environmental and landscape impacts. Numerous documents also allow for the study of land conflicts in certain provinces (e.g. Harar) due to the implementation of agricultural reforms: the spoliations and evictions caused by these economic changes are thus combined with tensions over land ownership and the opposition between sedentary agricultural development and the maintenance of nomadic herders’ rangelands. These tensions are coupled with a contempt for the pastoralists’ rangelands: in Ethiopian law (Fetha Nägäst), livestock rearing is considered as predation and the pastoralists, who are mostly Muslim, are seen by sedentary Christians as potential enemies (Gascon, 2006). These social and political tensions were compounded by strong pressure on fragile soil resources and dry years, which resulted in the 1973-1974 famine and the 1974 revolution and subsequent agrarian reform. The archives consulted document the famine and its consequences with the help of various sources.

The examination of archival documents thus contributes to the understanding of the systems that contributed to the establishment of the current conditions of Ethiopian agriculture: organization of land ownership, land conflicts, famine and land reform.

3) Lalibela

Finally, the corpus of documents collected during the field mission also includes maps and aerial photographs, which allow us to understand, through diachronic cartography, the landscape evolution around the town of Lalibela. As the aerial photographs were not geolocated, it was first necessary to georeference the photographs (fig. 3), and then to digitize the extension of the town of Lalibela (fig. 4) in both periods. A double phenomenon can already be observed: the extension of the city onto its margins, with the construction of new housing estates based on the model of Addis Ababa’s condos, and the eviction of populations from the city centre, in particular from the areas around the listed churches, a phenomenon documented by Marie Bridonneau (2017). This first approach will be completed, later on, by means of a more precise mapping of the occupation of the city of Lalibela and the evolution of its functional zoning (fig. 5).

Fig. 3. QGIS screenshot, georeferencing of Abuna Josef peak (Lalibela), on the 1982 aerial photograph (Geospatial Information Agency).

 

Fig. 4. Extract of the comparison between the extension of the city of Lalibela in 2021 (Google Earth) and in 1982 (photograph).

 

Fig. 5. Zoom in to a newly developed area (after 1982) on the outskirts of the centre of Lalibela.

 

Conclusion

Given the length of the visit (one month), the number of documents, the absence of a precise catalogue at IES and ENALA, and the unavailability of some of the documents being reclassified at ENALA, I was not able to review all of the available material. However, the database already contains more than 200 textual references. The cartographic and photographic documents are more numerous and count several thousand references. Further work will probably be necessary to review the remaining documents. This research has identified documents on specific themes (e.g. conflicts and evolving discourses around water resource management), which can be further explored during subsequent visits and/or as research topics for Masters students. This research has highlighted and strengthened the reflection on the link between environmental change and social, political and cultural dimensions.

 

_______

Changements environnementaux et relations sociétés-milieux durant l’Holocène dans le Tigray Oriental (Ethiopie) : une approche par les archives

Par Ninon Blond

Ninon Blond est docteure en géographie, maîtresse de conférences à l’ENS de Lyon et rattachée aux laboratoire EVS (UMR 5600) et Archéorient (UMR 5133). Ses travaux portent sur les changements environnementaux et paysagers dans le Bassin septentrional du Nil (Éthiopie, Soudan, Égypte) durant l’Holocène. En Éthiopie, elle s’intéresse particulièrement aux effets, à court et long terme, des changements climatiques sur les paysages, mais aussi aux impacts des sociétés, notamment via l’agriculture, sur leur milieu (déboisement, érosion, exploitation des ressources).

 

Introduction

Ce projet de recherche post-doctorale, financé par la Fondation des Maisons des Sciences de l’Homme (FMSH – Programme ATLAS Corne de l’Afrique) et le Centre Français des Etudes Ethiopiennes (CFEE) s’inscrit dans un projet de recherches plus large, portant sur les évolutions environnementales dans le bassin du Nil et les mutations des socio-écosystèmes sur la longue durée de l’Holocène. Ce projet large repose sur la volonté de documenter les évolutions environnementales du bassin du Nil en partant de données locales, situées en divers points complémentaires du bassin (extrême amont, partie médiane de la vallée, espaces désertiques égyptiens).

Il s’agit ici de documenter les évolutions environnementales éthiopiennes non pas à partir d’archives sédimentaires conservées dans les dépôts deltaïques de l’extrême aval, mais par des données locales, à une échelle temporelle relativement réduite, ne dépassant pas le 20e siècle.

Ce type d’approche géohistorique, s’il est relativement répandu sur les terrains européens, en particulier en France (Antoine et al., 2009 ; Djament-Tran, 2009 ; Jacob-Rousseau, 2009 ; Le Lay et Rivière-Honegger, 2009) reste en revanche assez peu fréquent sur d’autres terrains (voir par exemple Crépy et Boussac, 2021). En Éthiopie, la documentation ancienne, notamment les photographies anciennes, a été utilisée pour les paysages du Tigray, par l’équipe de Jan Nyssen (Nyssen et al., 2009, 2010, 2016). La méthode géohistorique, permettant d’étudier les changements environnementaux et paysagers à l’aide d’archives (en l’occurrence récits de voyageurs, gravures, dessins, photographies au sol et verticales diachroniques) a été appliquée durant mes travaux de thèse et a permis de mettre en avant l’absence de mention de terrasses de culture dans la région étudiée avant la seconde moitié du 20e siècle, et la conquête récente (fin du 20e siècle) des vallons, même les plus reculés, par l’agriculture en terrasses (Blond et al., 2018 ; Blond, 2019).

Ce projet vise donc à poursuivre l’implémentation de cette approche pour l’étude des évolutions environnementales dans le Tigray, et plus largement en Éthiopie. Le séjour de recherche financé par la FMSH et le CFEE s’inscrit donc dans la lignée de travaux entrepris durant ma thèse, en élargissant la zone étudiée, tout en constituant un changement de focale, lié à la situation politique et sanitaire actuelle dans le Tigray. Les affrontements en cours ne permettant pas de se rendre sur le terrain, j’ai cherché à poursuivre les études environnementales dans cette région, et plus largement en Éthiopie, en identifiant les fonds documentaires disponibles susceptibles de fournir des informations.

Ainsi, l’objectif de cette mobilité post-doctorale est la constitution d’une base de données de documents et d’archives utiles à l’étude des évolutions environnementales dans le Tigray et, plus largement, en Éthiopie. Ce projet prend appui sur l’approfondissement de l’étude de fonds identifiés lors de ma thèse et le dépouillement de nouveaux fonds.

 

Méthodologie

Durant le séjour, mon travail s’est surtout concentré sur l’identification précise des fonds et la revue de documents à l’Institute for Ethiopian Studies (IES) et à l’Ethiopian National Archives and Library Agency (ENALA). J’ai aussi travaillé au Geospatial Information Institue (ex-Mapping Agency) et au Geological Survey of Ethiopia, afin d’intégrer les cartes topographiques et géologiques, de l’échelle nationale à des échelles plus fines (1:50000, voire 1:10000) ainsi que les photographies aériennes à la base de données. Ces photographies couvrent l’ensemble du territoire national (ainsi que l’Érythrée), à deux périodes, dans les années 1960 et dans les années 1990. Ces institutions sont localisées sur la carte (fig. 1).

Fig. 1 – Localisation des institutions visitées durant le terrain. Fond OpenStreetMap

A l’ENALA et à l’IES, j’ai consulté les catalogues papiers ou les fiches cartonnées qui existaient afin de repérer les documents pouvant présenter un intérêt. L’étude s’est concentrée sur les documents en caractères latins, la plupart en anglais, mais aussi en français, en allemand ou en italien. La majorité de ces documents sont des rapports portant sur l’agriculture et les possibilités de la réformer et sur la construction de barrages et l’exploitation de la ressource en eau, en particulier au lac Tana. Certains rapports sont accompagnés de cartes et/ou de documents iconographiques. À l’IES, le fond en italien n’était pas disponible du fait du remaniement des cotes et du catalogue.

J’ai ainsi pu constituer une liste de documents (titre, auteurs, date, thème) et les consulter, en mettant l’accent sur certains aspects comme l’agriculture ou l’exploitation de la ressource en eau. Cet enregistrement constitue une première amorce de la base de données évoquée plus haut.

La lecture et la consultation de ces documents permet de contribuer à la réflexion sur les mutations des socio-écosystèmes éthiopiens, en mettant en avant les évolutions des rapports des populations à leur environnement et à son exploitation. Les paragraphes suivant permettront de présenter quelques exemples, portant sur l’évolution du rapport aux barrages ; le développement agricole et ses effets paysagers comme sociaux ; l’évolution de la ville de Lalibela et de ses alentours en lien avec le classement du site au patrimoine mondial de l’UNESCO.

 

Base de données et exemples d’informations qu’il est possible de recueillir

La base de données est structurée en lignes correspondant à une référence et en colonnes, décrivant les principales caractéristiques de la référence : sa cote dans le catalogue, les auteurs, l’autorité à l’origine du document, le titre, la date, le nombre de pages et le thème. Sous la forme d’un tableur Excel (fig. 2), elle sera mise à disposition en ligne dans le cadre d’un data paper.

Fig. 2 – Extrait de la base de données dans son état actuel, sous Excel. Documents consultés à l’ENALA.

Le nombre important de rapports présente l’avantage de fournir des chiffres bruts sur différentes thématiques, permettant d’établir un instantané de la situation du pays et/ou d’une région à un moment donné. Ces rapports permettent aussi de faire le lien entre différentes facettes des socio-écosystèmes, notamment le poids de la démographie sur l’exploitation et la gestion des ressources hydriques et/ou agricoles. Ainsi, le rapport intitulé « Federal Democratic Republic of Ethiopia Ministry of Water Resources Omo-Ghibe River Basin Integrated Development Master Plan Study Final Report”, rédigé par Richard Woodroofe and Associates (UK) et disponible à l’ENALA, fournit-il beaucoup de données permettant de dresser un tableau de la situation du bassin de l’Omo dans les années 1990. Ce document constitue à la fois une entrée de détail dans toutes les données pouvant contribuer à l’étude des environnements récents, leur comparaison avec des données plus anciennes, et la compréhension multi-dimensionnelle des socio-écosystèmes éthiopiens, en l’occurrence ceux du bassin de l’Omo-Ghibe. Il contribue aussi à des synthèses d’échelle nationale, par exemple sur l’érosion des sols agricoles. De tels rapports existent aussi à l’échelle de l’ensemble des bassins versants du pays, mais aussi à l’échelle de bassins bien identifiés, par exemple le Baro-Akobo, le Nil Bleu, le Tana-Beles ou encore le Tekeze. D’autres rapports apportent des informations complémentaires (FAO, divers organismes en lien avec des projets de développement).

 

Socio-écosystèmes éthiopiens, quelques exemples

Les exemples suivants visent à mettre en place des pistes d’utilisation des documents d’archives identifiés. Ils ne visent pas à l’exhaustivité du traitement de la question, qui n’est pas l’objectif ici.

1) Barrages hydroélectriques

Les documents d’archives concernant les barrages hydroélectriques, leur implantation et leur construction permettent d’étudier dans le détail le changement de perspective sur ces ouvrages et ce qu’ils disent des socio-écosystèmes auxquels ils appartiennent. Ainsi, du lac Tana, par exemple, objet d’une « dispute » à la fin des années 1940 entre l’Égypte et le Soudan britannique et l’Éthiopie, au sujet de la construction d’un barrage par les Égyptiens au niveau du lac, tandis qu’il cristallise, actuellement un autre type d’opposition entre ces trois pays indépendants, quant à la construction du barrage « Renaissance ». On observe un retournement du paradigme de l’unité de la vallée du Nil, dans la continuité d’un argumentaire d’unité nationale, proposé d’abord par l’Égypte puis par l’Éthiopie.

2) Agriculture

Une grande partie des documents consultés est formée par divers rapports portant sur l’agriculture et les moyens de l’améliorer, dans une perspective développementaliste. Certains de ces documents ont été produits avant les réformes agricoles, et proposent des pistes pour celles-ci, tandis que d’autres proposent un état des lieux de la famine, de ses conséquences mais aussi de ses causes dans différentes régions du pays. L’étude de ces documents (Plans quinquennaux, objectifs de compagnies privées, p.ex. la compagnie Tendaho, productrice de coton) permet de mettre en lumière, comme pour le cas des barrages, l’imbrication profonde et systémique entre exploitation des ressources, affirmation du pouvoir politique, et impacts environnementaux et paysagers. De nombreux documents permettent aussi l’étude des conflits fonciers dans certaines provinces (p. ex. au Harar) dus à la mise en place des réformes agricoles : les spoliations et expulsions qu’entraînent ces mutations économiques se combinent ainsi aux tensions sur la propriété terrienne et à l’opposition entre développement agricole sédentaire et maintien de parcours d’éleveurs nomades. Ces tensions se doublent d’un mépris pour les parcours des pasteurs : dans le droit éthiopien (Fetha Nägäst), l’élevage est considéré comme une prédation et les pasteurs, majoritairement musulmans, sont vus par les chrétiens sédentaires comme des ennemis potentiels (Gascon, 2006). A ces tensions sociales et politiques s’adjoint une forte pression sur des ressources en sols fragiles et des années sèches, qui ont comme conséquence, d’une part, la famine de 1973-1974 et d’autre part la révolution de 1974 et la réforme agraire qui s’ensuit. Les archives consultées permettent de documenter la famine et ses conséquences à l’aide de sources diverses.

La compulsation des documents d’archives permet ainsi de contribuer à la compréhension des systèmes qui ont concouru à la mise en place des conditions actuelles de l’agriculture éthiopienne : organisation de la propriété foncière, conflits fonciers, famine et réforme agraire.

3) Lalibela

Enfin, le corpus documentaire rassemblé lors de la mission de terrain comporte aussi des cartes et des photographies aériennes, qui permettent d’appréhender par la cartographie diachronique, l’évolution paysagère autour de la ville de Lalibela. Les photographies aériennes n’étant pas géolocalisées, il a fallu en premier lieu géoréférencer (fig. 3) les photographies, puis digitaliser l’extension de la ville de Lalibela (fig. 4) aux deux périodes. On observe déjà un double phénomène : l’extension de la ville sur ses marges, avec la construction de lotissements neufs sur le modèle des condos d’Addis-Abeba, et l’éviction des populations du centre de la ville, en particulier des abords des églises classées, un phénomène documenté par Marie Bridonneau (2017). Cette première approche sera à compléter, par la suite, au moyen d’une cartographie plus précise de l’occupation de la ville de Lalibela et de l’évolution de son zonage fonctionnel (fig. 5).

Fig. 3 – Capture d’écran de QGIS, géoréférencement du sommet d’Abuna Josef (Lalibela), sur la photographie aérienne de 1982 (Geospatial Information Agency)

Fig. 4 – Extrait de la comparaison entre l’extension de la ville de Lalibela en 2021 (Google Earth) et en 1982 (photographie)

Fig. 5 – Zoom permettant d’apercevoir une zone nouvellement lotie (après 1982), en périphérie du centre de Lalibela

 

Conclusion

Compte tenu de la durée du séjour -un mois -, de la quantité de documents, de l’absence de catalogue précis à l’IES et l’ENALA, et de l’indisponibilité d’une partie des documents en cours de reclassement à l’ENALA, je n’ai pas pu passer en revue l’intégralité des éléments disponibles. La base de données compte cependant déjà plus de 200 références textuelles. Les documents cartographiques et photographiques sont plus nombreux et comptent plusieurs milliers de références. Un travail ultérieur sera probablement nécessaire afin de passer en revue les documents restants. Ces recherches ont permis l’identification de documents sur des thèmes précis (p. ex. conflits et évolutions des discours autour de la gestion de la ressource en eau), qui pourront être explorés plus amplement lors de séjours ultérieurs et/ou dans le cadre de sujets de recherche pour des étudiants de master. Ces recherches ont fait émerger et ont renforcé la réflexion sur le lien entre changements environnementaux et dimensions sociales, politiques et culturelles.

 

 

References

Antoine, J.-M., Desailly, B., Peltier, A., 2009. Sources historiques et problématiques de recherche en géographie des risques naturels. Géocarrefour 2009, 229–239. https://doi.org/10.4000/geocarrefour.7519

Blond, N., Jacob-Rousseau, N. et Callot, Y., 2018. Terrasses alluviales et terrasses agricoles. Première approche des comblements sédimentaires et de leurs aménagements agricoles depuis 5000 av. n. è. à Wakarida (Éthiopie). Géomorphologie : relief, processus, environnement 24(3), 277–300. doi:10.4000/geomorphologie.12258.

Blond, N., 2019. Dynamiques sédimentaires holocènes et terrasses agricoles dans les montagnes du Tigray oriental (Éthiopie). Thèse de doctorat. Université Lumière Lyon 2, France. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02407967

Bridonneau, M., 2017. Mondialisation, patrimoine et tourisme en Éthiopie : la petite ville sacrée de Lalibela. Géoconfluences. http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/afrique-dynamiques-regionales/corpus-documentaire/mondialisation-patrimoine-tourisme-lalibela

Crépy, M., Boussac, M.-F., 2021. Western Mareotis lake(s) during the Late Holocene (4th century BCE–8th century CE): diachronic evolution in the western margin of the Nile Delta and evidence for the digging of a canal complex during the early Roman period. E&G Quaternary Sci. J. 70, 39–52. https://doi.org/10.5194/egqsj-70-39-2021.

Djament-Tran, G., 2009. Questions géographiques, sources historiques. Géocarrefour 2009, 241–248. https://doi.org/10.4000/geocarrefour.7531

Gascon, A., 2006. Sur les hautes terres comme au ciel : Identités et territoires en Ethiopie. Paris: Publications de la Sorbonne.

Jacob-Rousseau, N., 2009. Géohistoire/géo-histoire : quelles méthodes pour quel récit ? Géocarrefour 2009, 211–216.

Le Lay, Y.-F., Rivière-Honegger, A., 2009. Expliquer l’inondation : la presse quotidienne régionale dans les Alpes et leur piedmont (1882-2005). Géocarrefour 2009, 259–270. https://doi.org/10.4000/geocarrefour.7555

Nyssen, J. et al., 2009. Desertification? Northern Ethiopia re-photographed after 140 years. Science of The Total Environment 407(8), 2749–2755. doi:10.1016/j.scitotenv.2008.12.016.

Nyssen, J. et al., 2010. Digital Photographic Archives for Environmental and Historical Studies: An Example from Ethiopia. Scottish Geographical Journal 126(3), 185–207. doi:10.1080/14702541.2010.527856.

Nyssen, J. et al., 2016. Recovery of the aerial photographs of Ethiopia in the 1930s. Journal of Cultural Heritage 17, 170–178. doi:10.1016/j.culher.2015.07.010.

 



Citer ce billet
Secrétaire Scientifique (2021, 21 décembre). Geohistorical approach of environmental changes and socio-environmental relations. UN ŒIL SUR LA CORNE / AN EYE ON THE HORN. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mly6

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search