Writing the history of the Šäwa region in Ethiopia: what recompositions of the historical method in the XXe century?

TERRAIN / FIELDWORK

Writing the history of the Šäwa region in Ethiopia: what recompositions of the historical method in the XXe century?

By Emmie Le Galès

Emmie Le Galès is a doctoral student in History at the Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS). She is pursuing research in the framework of a thesis entitled “Writing the history of Šäwa from the late nineteenth century to the 1970s: changes and reconfigurations of historiographic discourse in Ethiopia,” conducted under the supervision of Anaïs Wion (IMAF) and …(EHESS). Winner of a CFEE field grant in 2021, this note presents the first results of field research conducted with the financial support of the French Center for Ethiopian Studies and the Institute of African Worlds from June to October 2021.

French version bellow

 

Distancing the history of Šäwa from the Ethiopian national history

Šäwa was successively an Islamic sultanate (IXth-XIIth centuries) and a peripheral province of the Christian kingdom (XIVth -XVIIIth centuries). The region became an independent kingdom under the descendants of a certain Nägasi but was only reintegrated into the empire in 1855, conquered by the armies of Tewodros (r. 1855-1868). The reign of Menelik II as King of Šäwa (r. 1863-1889) and later as King of Kings of Ethiopia (r. 1889-1913) marked the return of the province into the hands of the Šäwa dynasty and established the region as the new centre of power in united Ethiopia. The history of Šäwa and its dynasty then replaced the history of the Ethiopian nation in the official discourse, constituting the basis of a homogeneous national identity, Christian and Amhara. Asfa Wossen Asserate sums up this turning point as follows: “With the enthronement of Menelik, the regional history of the Šäwa ends: the whole history of Ethiopia begins”.[1]

From the 19th century onwards, the Europeans travelling to Šäwa were the first to write down the information they collected on the Šäwa dynasty. An anonymous Šäwa chronicle, found in the ms Éthiopien 261 in BNF, appears however to be the first Ethiopian compilation dealing with the history of the Shoan kings. It was given to Casimir Mondon-Vidailhet by the ṣaḥafe tǝ’ǝzaz Gäbrä Sǝllase in 1896. Since Hussein Ahmed has shown that this text was found, almost identically, integrated to the chronicle of Menelik II, it is very likely that this royal secretary and personal chronicler of Menelik was its author.[2] A reading of later Šäwa histories shows that this chronicle is one of, if not the main source used by historians of the region. This is the case, for example, of the blattengeta Heruy Wäldä Sǝllasé who, although he does not quote his sources, certainly had access to the text insofar as he attended the Entotto Raguel church, of which Gäbrä Sǝllasé was the aläqa. Like the latter, Heruy integrated the history of the Šäwa into a larger historical compilation, devoting 22 of the 66 chapters of his Tarikä Nägäst[3] to it. In the writings of these scholars, the history of Šäwa is thus not written as the history of a region, but rather as a great prophetic narrative of the united Ethiopia, and is written in the traditional genres of Ethiopian Christian historiography: the chronicle and the Tarikä Nägäst[4]. Other histories of Šäwa appeared in the course of the XXth century, which took up the elements of this first source text as well as elements of the oral tradition, while reconfiguring them in the light of new methods of research and history writing. The fieldwork I present here therefore aimed to collect different versions of this history, in order to understand how the production of knowledge about the Šäwa evolves, at the same time as the very conditions of this production, and to understand the history of Šäwa once again as a regional history, uncorrelated from the national history.

 

The personal archive of a Šäwa historian: the Märs’é Ḫazän Wäldä Qirqos collection

The establishment of a centralized archives unit within the National Library in 1979 allowed for the gathering of administrative archives that had previously been kept independently in each ministry[5]. It made possible the collection and organization of the imperial archives from the reign of Haylä Sǝllasé and documents relating to provinces of Ethiopia, judicial system and education. The latest acquisitions of the National Archives consisted mainly in the archives of eminent personalities, such as Käbbadä Mika’él or Tayyä Gäbrä Maryam, which have enriched the collection of historical documents. It was in the context of these acquisitions that Märs’é Ḫazän’s personal library, originally located in Enṭoṭṭo, was transferred to the National Archives in 1995/6. The fonds consists of 764 files, organised into 54 sections, and allows the career of this Ethiopian scholar to be traced. The son of an aläqa from Enṭoṭṭo Maryam, he taught at the Täfäri Mäkʷännǝn School and participated in 1930 in the commission responsible for delimiting the borders between Ethiopia and Somaliland. After the Italian Occupation, he was appointed head of the Imperial Archives and served as Deputy Minister of Justice until 1957[6]. He produced many works of translation, editing, biblical commentary and history. Thus, in his archives we find the minutes of commissions for the translation of the Old Testament into Amharic, his correspondence and documents related to his activity as an historian.

A document, dated 25 January 1936 E.C., i.e. from the beginning of 1944, and entitled የታሪክና የቤተ መንግስት ዜና ማሰናጃ የሥራ ደንብ (Regulations of the Department of History and News[7] of the Government), attests the creation, under the leadership of Märs’é Ḫazän, of a department within the Ministry of Pen dedicated to organizing the work of historians in the service of Haylä Sǝllasé.

Between 1941 and 1943, the emperor, who had returned from exile, had to face the growing influence of the British and the demands for official recognition from the resistance fighters who had remained in Ethiopia during the Occupation. Having been freed from British control from 1944 onwards, the creation of this department came at a time when Haylä Sǝllasé was regaining control of power. It is all the more interesting because the immediate post-war period has been interpreted by historiography as a period of decline in Ethiopian intellectual life: Bahru Zewde explains that almost all Ethiopian intellectuals were executed during the occupation[8]. Christopher Clapham has shown, however, that the number of educated Ethiopians in positions of power was roughly the same as before 1935 and that many retained their pre-occupation positions[9]. Indeed, the establishment of a history agency within the Ministry of the Pen, concomitant with the appointment of Märs’é Ḫazän as head of the Imperial Archives, seems to support the idea that Ethiopian intellectuals went back to work in a collective and organised manner before the establishment of the University in 1951[10].

The regulations set out in 43 points the hierarchical organisation of the department and the role of each person within it, starting with the most prestigious rank: the main director, the historians, all those with historical skills, the secretary general, all those with additional historical skills, and then all the employees, who are grouped together under the name of ‘ordinary workers’. The regulations thus describe all the activities expected from historians employed by the department, their rights and duties. A monthly report must be submitted to the director, who in turn submits a quarterly report to the Ministry of the Pen and an annual report to the Emperor himself, in the form of a booklet containing the year’s texts. Five objectives are also defined, but it is the third that interests me here:

  1. Collect and collate what is said orally about local history, about the whole Ethiopia or just one of its provinces. Research and organise this.

Regional history thus belongs to the new historiographical directions set by the department. In the archives of Märs’é Ḫazän, we find texts that correspond to this axis: a History of the Ḥamasen by the aläqa Tä’mrat Amanuel, a Visit to the Tombs of the Šäwa kings by Märs’é Ḫazän, and finally a Visit to the Mänz and a History of the Mänz by Arya Sǝllase Wareta. These authors are indeed interested in local history, they visit the place, compile oral traditions and research manuscripts. Ethiopian historiography thus seems to take a turn within this agency and the history of Šäwa, under the pen of Märs’é Ḫazän and Arya Sǝllase Wäreta, regains a regional and local dimension.

 

Visit the tombs of the Šäwa kings in the town of Ankobärr in Märs’é Ḫazän

The seventeen-page text written by Märs’é Ḫazän in June 1945, the Visit to the Tombs of the Kings of Šäwa in the town of Ankobärr has never been published. It can be found in manuscript form in the Märs’é Ḫazän collection of ENALA under the reference 63.1.3.02 as well as in the manuscript NALE 575. The text recounts the author’s visit to the town of Ankobärr, the former capital of the Šäwa dynasty founded by Amha Iyassus at the beginning of the 18th century and where successive Shoan rulers lived until Menelik himself. The text is organised in parts entitled “History of the country”, and “Geographical characteristics”. Each church of Ankobärr is then the subject of a paragraph, with a reminder of its foundation, the Shoan king who is buried there, the various destructions that may have marked its history, but also a brief description of its building materials, its liturgical objects, and sometimes its manuscripts. In this text, Märse Ḫazän tries to link the elements of a history he knows, the canonical history of the Šäwa as written by Gäbrä Sǝllase, to his observations and to what his informants tell him. He looks for historical traces of the dynasty, sometimes unsuccessfully: at Tämeqqe, below the town of Qundi, he is told that there was the palace in which Menelik and then the lǝg Iyyasu, his grandson, grew up, a palace of which he finds no trace. He also describes the church of Saint Michael, at the bottom of the Gwärabella slope, where the tomb of Sahlä Sǝllase is located and of which he notes that the Italians had made it their fortress during the Occupation. Although the historian uses the elements of the official narrative established by Menelik’s historiographer, such as the official genealogy, he takes the step of travelling to Ankobärr and the surrounding area to interview the holders of local knowledge about the dynasty and to observe the sites of this history in an extremely practical and situated way.

Another interesting element of the text is the attention paid by Märs’é Ḫazän to the destruction of the ecclesiastical heritage by the Italians during the Occupation, about which he collects complaints from the clergy. Here again, the political context is important: in 1945, Ethiopia sent a file to the United Nations War Crimes Commission, supported by a file of documentary evidence. Gianpaolo Calchi Novati mentions, for example, lists of looted property that were sent by the government of Ḫaylä Sǝllasé directly to Italy and that contained mainly books[11]. It is therefore conceivable that Märs’é Ḫazän’s interest in this heritage was not entirely unrelated to these requests for reparation, which were made precisely in the years that followed. It is interesting in this respect to recall that the work carried out in the history agency was to be submitted to the Emperor in the form of an annual report through the Ministry of the Pen. These reports have been preserved and can be found in the manuscript department of ENALA in the form of notebooks, in which these famous works are recorded.  I plan to conduct a more in-depth study of these notebooks later, as they are a material example of how information flowed back to Ḫaylä Sǝllase, and here in particular information of a historical nature.

The text of the visit to Ankobärr seems therefore to meet all the methodological requirements of the history department and was in fact recorded in one of these notebooks, notebook 38, which is now kept in the manuscript department of ENALA under the reference NALE 575. In this book, however, it is compiled with other texts related to Šäwa, written in the same year by Arya Sǝllase Wäreta: the Visit of the Mänz and the History of the Mänz.

 

The Mänz history by Arya Sǝllasé Wäreta: a break in the canon?

 Arya Sǝllase is a little-known historian, but his biography, which can be found among the personal papers of Märs’é Ḫazän, enables us to trace his career: born in 1875 E.C. in Tägulät, one of the districts of Šäwa, he studied qǝne in Däbrä Berhan and zema in Addis Abäba. He was then appointed däbtära in Harar, where he worked at the court of ras Täfäri, the future Ḫaylä Sǝllase[12]. After a brief stint in Dabra Libanos, he moved to Addis Abäba in 1913. He began working at the Ministry of Education in 1921 and wrote short historical texts which he submitted to the then Minister, Ato Saḥlä Tsädälu. When the Italians invaded Ethiopia, he went underground in the Bale Mountains where he was taken prisoner in 1929 and sent to Somalia in Dänané. In 1938 E.C., Ato Arya was chosen to be a member of a committee for the study of the sacred books and the strengthening of the Amharic language, for which he worked for seven years in the palace under the direction of Märs’é Ḫazän.

According to Amha Ḫazän, Arya Sǝllasé’s work in Mänz was personally commissioned by Märs’é Ḫazän[13]. The stakes are high: it is in Mänz, a region northeast of Šäwa, that the Shoan dynasty traces its origins. In the Chronicle of Menélik II, Gäbrä Sǝllasé recounts that Lebna Dengel, a Christian king of the 16th century attacked by the troops of Imam Ahmed b. Ibrahim, left one of his sons, Yaqob, in Mänz. As the story goes, it is from Sǝgwä Qal, son of Yaqob, that descended the Šäwa dynasty, up to Menelik II. This ancestor made it possible to link the Shoan lineage to that of the great king Solomon and to assert its singularity vis-à-vis the kings of Gondar. Arya Sǝllasé was therefore sent to Mänz to research the ancient history of the dynasty: he visited the monasteries and churches indicated by his informants, asked to see manuscripts and collected oral traditions from peasants and local intellectuals. He left on March 10, 1936 E.C. and returned to Addis Abäba on May 4, 1936 E.C. From this field of research he produced two texts: a twelve-page Visit of the Mänz, which he wrote the day after his return, and an eight-page History of the Mänz, which he wrote in 1937 E.C., the same year as Märs’é Ḫazän’s visit to Ankobärr. The text of the Visit could be related to a fieldwork diary, in which Arya Sǝllasé reports on his difficulties in negotiating the consultation of the manuscripts with the local clergy, walking long distances in the very steep Mänz region and finding cooperative officials. Although the official purpose of his mission is not explained in this text, it is the historical work that appears in the background, which is aimed at the Shoan dynasty. He notes, for example, signs of deference by soldiers to a hill on which Nägasi is said to have been crowned. However, he reports on many other things: for example, he observes the state of the crops in the various wareda he passes through and is concerned to see land lying fallow because of the exile of the population during the Occupation. Like Märs’é Ḫazän’s work in Ankobärr, Arya Sǝllasé’s visit to the Mänz is strongly marked by a post-war atmosphere, as the elites leave the capital to try to provide an overview of the country’s provinces. The interest in local history seems to go hand in hand with a survey of the cultures and the forces of the empire: the historian sees in the peasants of the Mänz, ”suitable natures to judicial or military matters”.

This text is therefore interesting from a political point of view, but also because it recounts the itinerary of a historian in a field whose results we have, since following the Visit, he wrote a History of the Mänz, which clearly informs the objective of this mission: to research the genealogy of the Shoan dynasty and in particular the ancestors Yaqob and Sǝgwä Qal.

Arya Sǝllasé thus opens his text:

Among the people of Mänz, one does not hear that the wareda of Mänz is a place where Yaqob Lebna Dengel lived and had children. Not a single person in the country tells that there was a king named Yaqob[14] .

This non-finding is actually not so surprising, since the mention of the ancestor Yaqob, which would thus link Menelik’s lineage to that of the Christian kings who reigned over the Šäwa before the invasion of Imam Ahmed b. Ibrahim appears apparently only in texts written or rewritten during Menelik’s reign. All European travellers who came to Ethiopia during the reign of Sahlä Sǝllasé and up to Paul Soleillet’s trip to Menelik’s court when he was still king of Šäwa, link the Shoans to the Solomonic lineage but never through Yaqob, nor through his presumed sons Sǝgwä Qal and Gram Fasil. Sǝgwä Qal’s name appears for what would seem to be the first time in a note that was added to the royal manuscripts of the Dersana Raguel that had been commissioned by Menelik and Taytu[15]. This ancestor was subsequently incorporated into all the genealogies of the Shoan kings, Menelik’s chronicle and generally into all secondary literature on the history of the Šäwa, until recent times, as it is found in Täklä Ṣadǝq Mäkʷǝriya[16]. Now Arya Sǝllasé, when he goes to Mänz, is precisely looking for the trace of Yaqob and his son Sǝgwä Qal. He finds only genealogy that mentions Yaqob and nothing about Sǝgwä Qal, with one exception. He writes thus:

Nägasi’s great-grandfather is Sǝgwä Qal. We did not find where this was said. A secretary of ras Wäldé, named aläqa Täsämma said this:

The genealogy of Sǝgwä Qal is found in Qay and Doba, [place of origin] of the däğğač Wäldä Mika’él, but we do not know whether it belongs to the genealogy of Nägasi.

And the author adds:

There is a book about this in the hands of ras Wäldé; the other one I buried[17].

He then states that a second copy is in the hands of the grandson of ras Wäldé, who has refused to show it to him and takes care to give all the necessary details to anyone who wants to find this book and its owner. By admitting his concern about the existence of a different version of the imperial genealogy, Arya Sǝllasé half-heartedly acknowledges the latter’s grey areas. His text, therefore, allows us to see a discrepancy between the history that is written under the control of the imperial power and that represents Mänz as the mythical place of origin of the dynasty and the local history of Mänz, which on the contrary valorizes other lineages, such as that of Gera, a competitor of Nägasi[18]. The historian’s act of concealment also shows that these intellectuals, although they go to the place in a process of historical research, are nonetheless representatives of the direct interests of the ruling power. Within the corpus of Šäwa histories, this text thus appears as a deviation, a sort of notch in the official narrative, probably permitted because it was written within a department in charge of official censorship and strictly controlled by the authorities.

 

Conclusion

The documents preserved in Märs’é Ḫazän’s personal archives therefore shed light on a little-known moment in Ethiopian intellectual history. They allow us to make the link between a theory of history, developed within a department that instituted a bureaucratic management of history writing under Haylä Sellase, and historical practice, the various works that followed this work of standardization and the methods that were actually used by historians. The activity of this department, which financed historical research but also printed some of the texts produced within it, invites us to reflect afresh on the relationship of Haylä Sǝllase’s power to history, and in particular to the history of the country’s various provinces. These documents also show that, in the 1940s, the major references of Šäwa historiography, in particular the Chronicle of Menélik II and Heruy’s Tarikä Nägäst, no longer seemed to suffice for historians of the region, who went to the region, questioned the elements of tradition and, by this very process, differenciated the history of Šäwa from the national history.

 

[1] Asfa-Wossen Asserate, 1980: 20.

[2] Hussein Ahmed, “The Chronicle of Menilek II of Ethiopia, a brief assessment of its versions”, Journal of Ethiopian Studies, vol. XVI, 1983.

[3] This section was edited by Asfa Wossen Asserate as part of his master’s thesis. See Asfa Wossen Asserate, Die Geschichte von Shoa (Aethiopien) 1700-1865, Studien zur Kulturkunde, Wiesbaden, 1980.

[4] For a discussion of the Tarikä Nägäst genre, see the recently defended thesis by Asfaw Tilahun Feleke, Tarikä Nägäśt of Zuramba monastery (South Gondar). Edition, translation, and historical analysis of the interpolated short chronicles, Addis Ababa University, 2020.

[5] Wion, 2006.

[6] Asfaw Damte, “Märsǝ’e Ḫazen Wäldä Qirqos”, in Uhlig S. (ed.), Encyclopedia Aethiopica, vol. 3, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 2007.

[7] I give here the translation of Thomas Kane’s dictionary, which gives the Amharic word zena the meaning of ‘news, fame, reputation’, but this is a temporary translation.

[8] Bahru Zewde, ‘The Ethiopian Intelligentsia and the Italo-Ethiopian War, 1935-1941’, The International Journal of African Historical Studies, vol. 26, n°2, 1993: 271-295.

[9] Clapham, 1969: 20.

[10] James De Lorenzi suggests, on the contrary, that the Italian Occupation put an end to the historiographical dynamism of the 1920s and 1930s, and it was not until 1951 and the creation of the University that a new generation of historians appeared, whose modern methods were in contrast to those of their predecessors. See De Lorenzi, 2013: 120.

[11] Novati, 1991.

[12] Märs’é Hazen Wäldä Qirqos, 2009: 34.

[13] Telephone interview of 20 October 2021.

[14] Arya Sǝllasé Wäreta, Yä-Mänz tarik, 1937 E.C.: 1.

[15] Bosc-Tiessé, 2010.

[16] Täklä Ṣadǝq Mäkʷǝriya, Yä-Ityopya Tarik, vol. II, Addis Abäba, Tasfa Printing press, 1958.

[17] Arya Sǝllasé Wäreta, 1937 E.C.: 8.

[18] Work carried out in the Mänz in the framework of a survey on the Gabriel church by Marie-Laure Derat and Deresse Ayenachew confirms Arya Sǝllasé’s observations: in Gerameder, a district of the Mänz, Yaqob is rarely mentioned in oral and written tradition, and it is more generally rare to find mention of Nägasi’s ancestors. On the other hand, many of their informants claim descent from Gera.

 


 

Écrire l’histoire de la région du Šäwa en Éthiopie : quelles recompositions de la méthode historique au XXe siècle ?

Par Emmie Le Galès

Emmie Le Gallès est doctorante en Histoire à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS). Elle poursuit des recherches dans le cadre d’une thèse intitulée « Écrire l’histoire du Šäwa de la fin du XIXe siècle aux années 1970 : évolutions et reconfigurations du discours historiographique en Éthiopie », conduite sous la direction d’Anaïs Wion (IMAF) et …(EHESS). Lauréate d’une bourse de terrain du CFEE en 2021, cette note présente les premiers résultats d’une recherche de terrain menée avec le soutien financier du Centre français des études éthiopiennes et de l’Institut des mondes africains de juin à octobre 2021.

Décorréler l’histoire du Šäwa de l’histoire nationale éthiopienne

Le Šäwa fut successivement un sultanat islamique (IXe-XIIe siècles) et une province périphérique du royaume chrétien (XIVe-XVIIIe siècles). Devenue un royaume indépendant sous l’impulsion des descendants d’un certain Nägasi, la région ne fut réintégrée à l’empire qu’en 1855, conquise par les armées de Tewodros (r. 1855-1868). Le règne de Ménélik II comme roi du Šäwa (r. 1863-1889), puis comme roi des rois d’Éthiopie (r. 1889-1913) marqua le retour de la province entre les mains de la dynastie du Šäwa et institua la région comme nouveau centre de pouvoir de l’Éthiopie unifiée. L’histoire du Šäwa et de sa dynastie se substitue alors dans le discours officiel à l’histoire de la nation éthiopienne, constituant le socle d’une identité nationale homogène, chrétienne et amhara. Asfa Wossen Asserate résume ainsi ce tournant : « Avec l’intronisation de Ménélik, l’histoire régionale du Šäwa se termine : toute l’histoire de l’Éthiopie commence[1] ».

Les voyageurs européens qui se rendirent au Šäwa à partir du XIXe siècle mirent les premiers par écrit les informations qu’ils collectaient sur la dynastie shoanne. Une chronique du Šäwa anonyme, que l’on retrouve dans le manuscrit Éthiopien 261 de la BNF, semble néanmoins être la première compilation éthiopienne ayant trait à l’histoire des rois de la dynastie shoanne. Elle fut donnée à Casimir Mondon-Vidailhet par le ṣaḥafe tǝ’ǝzaz Gäbrä Sǝllase en 1896. Hussein Ahmed ayant montré que l’on retrouvait ce texte, presque à l’identique, intégré à la chronique de Ménélik II, il est très probable que ce secrétaire royal et chroniqueur personnel de Ménélik en soit l’auteur[2]. À la lecture d’histoires du Šäwa postérieures, il apparaît que cette chronique constitue l’une, sinon la source principale utilisée par les historiens de la région. C’est par exemple le cas du blattengeta Heruy Wäldä Sǝllasé qui, s’il ne cite pas ses sources, eut très certainement accès au texte dans la mesure où il fréquentait l’église d’Entotto Raguel, dont Gäbrä Sǝllasé était l’aläqa. Tout comme ce dernier, Heruy intégra l’histoire du Šäwa à une compilation historique plus large, en lui consacrant 22 des 66 chapitres de son Tarikä Nägäst[3]. Sous la plume de ces savants, l’histoire du Šäwa ne s’écrit donc pas comme l’histoire d’une région, mais plutôt comme un grand récit prophétique de l’Éthiopie unifiée, et s’écrit dans les genres traditionnels de l’historiographie chrétienne éthiopienne : la chronique et le Tarikä Nägäst[4]. D’autres histoires du Šäwa apparaissent au fil du XXe siècle, qui reprennent les éléments de ce premier texte source ainsi que des éléments de la tradition orale, tout en les reconfigurant à l’aune de nouvelles méthodes de recherche et d’écriture de l’histoire. Le terrain que je présente ici avait donc pour objectif de collecter différentes versions de cette histoire, pour comprendre comment la production de savoirs sur le Šäwa évolue, en même temps que les conditions mêmes de cette production, et appréhender l’histoire du Šäwa à nouveau comme une histoire régionale, décorrélée de l’histoire nationale.

 

Les archives personnelles d’un historien du Šäwa : le fonds Märs’é Ḫazän Wäldä Qirqos

La création en 1979, au sein de la Bibliothèque Nationale, d’un service centralisé de conservation des archives éthiopiennes, permit le regroupement des archives administratives qui étaient jusqu’alors conservées indépendamment dans chaque ministère[5]. Elle permit de collecter et d’organiser les archives impériales du règne d’Haylä Sǝllasé et des documents relatifs aux provinces d’Éthiopie, au système judiciaire et à l’éducation. Les dernières acquisitions des Archives nationales visaient davantage les archives de personnalités éminentes, comme Käbbadä Mika’él ou Tayyä Gäbrä Maryam, qui sont venues enrichir le fonds de documents historiques. C’est dans le cadre de ces acquisitions que la bibliothèque personnelle de Märs’é Ḫazän, qui se trouvait originellement à Enṭoṭṭo, a été versée aux Archives nationales en 1995/6. Le fonds se compose de 764 dossiers, organisés en 54 sections, et permet de retracer la carrière de ce savant éthiopien. Fils d’un aläqa d’Enṭoṭṭo Maryam, il enseigna à la Täfäri Mäkʷännǝn School et participa en 1930 à la commission chargée de délimiter les frontières entre l’Éthiopie et le Somaliland. Après l’Occupation italienne, il fut nommé à la tête des Archives impériales et occupa le poste de vice-ministre de la Justice jusqu’en 1957[6]. Il produisit de nombreux travaux de traduction, d’édition, de commentaire biblique et d’histoire. On trouve donc dans ses archives les comptes-rendus de commissions chargées de la traduction de l’Ancien Testament en amharique, ses correspondances et des documents relatifs à son activité d’historien.

Un document, daté du 25 janvier 1936 E.C., donc du début de l’année 1944, et intitulé የታሪክና የቤተ መንግስት ዜና ማሰናጃ የሥራ ደንብ (Règlement du département de l’histoire et des nouvelles[7] du gouvernement), atteste ainsi de la création, sous la direction de Märs’é Ḫazän, d’un département au sein du Ministère de la Plume dédié à l’organisation du travail des historiens au service d’Haylä Sǝllasé.

Entre 1941 et 1943, l’empereur revenu d’exil doit faire face à l’influence grandissante des Britanniques et aux demandes de reconnaissance officielle de la part des résistants restés en Éthiopie durant l’Occupation. Débarrassé de la mainmise britannique à partir de 1944, la création de ce département intervient donc à un moment de reprise en main du pouvoir par Haylä Sǝllasé. Elle est d’autant plus intéressante que la période de l’immédiat après-guerre a été interprétée par l’historiographie comme une période de creux dans la vie intellectuelle éthiopienne : Bahru Zewde explique ainsi que la quasi-totalité des intellectuels éthiopiens auraient été exécutés durant l’Occupation[8]. Christopher Clapham a pourtant montré que le nombre d’Éthiopiens éduqués occupant des postes de pouvoir était sensiblement le même qu’avant 1935 et que beaucoup conservèrent leurs postes d’avant l’Occupation[9]. La création d’une agence de l’histoire au sein du Ministère de la Plume, concomitante à la nomination de Märs’é Ḫazän à la tête des Archives impériales, semble en effet appuyer l’idée que les intellectuels éthiopiens se remirent au travail de manière collective et organisée avant la création de l’Université en 1951[10].

Le règlement décline en 43 points l’organisation hiérarchique du département et le rôle de chacun en son sein, en partant du rang le plus prestigieux : le directeur principal, les historiens, toute personne ayant des capacités en histoire, le secrétaire général, tous ceux qui ont des compétences supplémentaires en histoire, puis tous les employés, qu’il regroupe sous le nom de « travailleurs ordinaires ». Le règlement décrit ainsi l’ensemble des activités attendues des historiens employés par le département, leurs droits et leurs obligations. Un rapport mensuel doit être remis au directeur, qui remettra ensuite à son tour un rapport trimestriel au ministère de la Plume et un rapport annuel à l’Empereur lui-même, sous la forme d’un cahier regroupant les textes de l’année. Cinq objectifs sont également définis, mais c’est le troisième qui m’intéresse ici :

  1. Collecter et recueillir ce qui est dit oralement sur l’histoire locale, sur la totalité de l’Éthiopie ou sur seulement l’une de ses provinces. Faire des recherches à ce propos et les organiser.

L’histoire régionale appartient donc aux nouvelles directions historiographiques fixées par le département. Or dans les archives de Märs’é Ḫazän, on retrouve des textes qui correspondent à cet axe : une Histoire de l’Ḥamasen par l’aläqa Tä’mrat Amanuel, une Visite des tombeaux des rois du Šäwa par Märs’é Ḫazän, et enfin une Visite du Mänz et une Histoire du Mänz par Arya Sǝllase Wareta. Ces auteurs s’intéressent de fait à l’histoire locale, ils se rendent sur place, compilent des traditions orales et recherchent des manuscrits. L’historiographie éthiopienne semble donc prendre un tournant au sein de cette agence et l’histoire du Šäwa, sous la plume de Märs’é Ḫazän et Arya Sǝllase Wäreta, retrouve une dimension régionale et locale.

 

La Visite des tombeaux des rois du Šäwa dans la ville d’Ankobärr de Märs’é Ḫazän

Texte de dix-sept pages rédigé par Märs’é Ḫazän en juin 1945, la Visite des tombeaux des rois du Šäwa dans la ville d’Ankobärr n’a jamais été publiée. On la retrouve sous forme manuscrite dans le fonds Märs’é Ḫazän de l’ENALA sous la cote 63.1.3.02 ainsi que dans le manuscrit NALE 575. Le texte fait le récit de la visite de l’auteur dans la ville d’Ankobärr, ancienne capitale de la dynastie shoanne fondée par Amha Iyassus au début du XVIIIe siècle et où vécurent successivement les dirigeants shoans jusqu’à Ménélik lui-même. Le texte est organisé en parties intitulées « Histoire du pays », « Caractéristiques géographiques », puis chaque église d’Ankobärr fait l’objet d’un paragraphe, avec rappel de sa fondation, du roi shoan qui y est enterré, des différentes destructions qui ont pu jalonner son histoire, mais aussi la brève description de ses matériaux de construction, de ses objets liturgiques, parfois de ses manuscrits. Dans ce texte, Märse Ḫazän s’efforce de raccrocher les éléments d’une histoire qu’il connaît, l’histoire canonique du Šäwa telle qu’elle fut écrite par Gäbrä Sǝllase, à ses observations et à ce que lui disent ses informateurs. Il cherche les traces historiques de la dynastie, parfois sans succès : à Tämeqqe, en contrebas de la ville de Qundi, on lui raconte que se trouvait le palais dans lequel Ménélik puis le lǝg Iyyasu, son petit-fils, auraient grandi, palais dont il ne trouve aucune trace. Il décrit encore l’église de Saint Michel, au bas de la pente de Gwärabella, où se trouve la tombe de Sahlä Sǝllase et dont il note que les Italiens en avaient fait leur forteresse au temps de l’Occupation. Bien que l’historien reprenne les éléments du récit officiel établi par l’historiographe de Ménélik, par exemple la généalogie officielle, il fait la démarche de se rendre sur place, à Ankobärr et dans les environs, pour interroger les détenteurs d’un savoir local sur la dynastie et observer les lieux de cette histoire de manière extrêmement pratique et située.

Un autre élément intéressant du texte est l’attention portée par Märs’é Ḫazän aux destructions du patrimoine ecclésiastique par les Italiens lors de l’Occupation, destruction à propos desquelles il recueille les plaintes du clergé. Ici encore, le contexte politique est important : en 1945, l’Éthiopie envoie un dossier à la Commission d’enquête des Nations unies sur les crimes de guerre, appuyé par un dossier de preuves documentaires. Gianpaolo Calchi Novati mentionne par exemple des listes de biens spoliés qui furent envoyées par le gouvernement d’Ḫaylä Sǝllasé directement à l’Italie et qui contenaient principalement des livres[11]. On peut donc imaginer que l’intérêt de Märs’é Ḫazän pour ce patrimoine n’est pas totalement étranger à ces demandes de réparation qui sont formulées précisément dans les années qui suivent. Il est intéressant à cet égard de rappeler que les travaux menés au sein du département d’histoire devaient être remis à l’empereur sous la forme d’un rapport annuel à l’Empereur par l’intermédiaire du ministère de la Plume. Or ces rapports ont été conservés et se trouvent dans le département des manuscrits de l’ENALA sous la forme de cahiers, dans lesquels sont consignés ces fameux travaux.  Je prévois de mener par la suite une étude plus approfondie de ces cahiers, dans la mesure où ils constituent un exemple matériel de la manière dont l’information remontait à Ḫaylä Sǝllase, et ici en particulier l’information de nature historique.

Le texte de la visite d’Ankobärr me semble donc répondre en tous points aux exigences méthodologiques du département d’histoire et fut de fait consigné dans l’un de ces cahiers, le cahier 38, qui est aujourd’hui conservé dans le département des manuscrits de l’ENALA sous la cote NALE 575. Or il est compilé dans ce cahier à d’autres textes en lien avec le Šäwa, rédigés la même année par Arya Sǝllase Wäreta : la Visite du Mänz et l’Histoire du Mänz.

 

L’histoire du Mänz d’Arya Sǝllasé Wäreta : une entorse au canon ?

 Arya Sǝllase est un historien méconnu, mais sa biographie, qui se trouve parmi les papiers personnels de Märs’é Ḫazän, permet de retracer son parcours : né en 1875 E.C. à Tägulät, l’un des districts du Šäwa, il étudie le qǝne à Däbrä Berhan puis le zema à Addis Abäba. Il est ensuite nommé däbtära à Harar, où il évolue à la cour du ras Täfäri, futur Ḫaylä Sǝllase[12].  Après un bref passage à Dabra Libanos, il s’installe à Addis Abäba en 1913. Il commence à travailler au ministère de l’Éducation en 1921 et rédige de courts textes historiques qu’il soumet au ministre de l’époque, Ato Saḥlä Tsädälu. Quand les Italiens envahissent l’Éthiopie, il prend le maquis dans les montagnes du Balé où il est fait prisonnier en 1929 et envoyé en Somalie à Dänané. En 1938 E.C., Ato Arya est choisi pour être membre d’un comité destiné à l’étude des livres sacrés et au renforcement de la langue amharique, pour lequel il travaillera pendant sept ans, au palais, sous la direction de Märs’é Ḫazän.

D’après Amha Ḫazän, le travail d’Arya Sǝllasé au Mänz lui aurait été commandité personnellement par Märs’é Ḫazän[13]. L’enjeu est de taille : c’est au Mänz, région située au nord-est du Šäwa, que la dynastie shoanne situe ses origines. Dans la Chronique de Ménélik II, Gäbrä Sǝllasé raconte ainsi que Lebna Dengel, roi chrétien du XVIe siècle attaqué par les troupes de l’imam Ahmed b. Ibrahim, aurait laissé l’un de ses fils au Mänz, Yaqob. Du fils présumé de Yaqob, Sǝgwä Qal, descendraient ainsi les dirigeants du Säwa, jusqu’à Ménélik II. Cet ancêtre permettait de rattacher la lignée shoanne à celle du grand roi Salomon et d’affirmer la singularité de celle-ci vis-à-vis des rois de Gondar. Arya Sǝllasé est donc envoyé au Mänz pour faire des recherches sur l’histoire ancienne de la dynastie : il se rend dans les monastères et les églises que lui ont indiqué ses informateurs, demande à voir des manuscrits et recueille des traditions orales parmi les paysans et les intellectuels locaux. Parti le 10 mars 1936 E.C., l’historien était de retour à Addis Abäba le 4 mai 1936 E.C. De ce terrain de recherche, il produit deux textes : une Visite du Mänz, document de douze pages qu’il rédige le lendemain de son retour et une Histoire du Mänz de huit pages qu’il rédige en 1937 E.C., soit la même année que la visite d’Ankobärr par Märs’é Ḫazän. Le texte de la Visite pourrait s’apparenter à un journal de terrain, Arya Sǝllasé y fait part de ses difficultés à négocier la consultation des manuscrits avec le clergé local, à marcher sur de longues distances dans la région très escarpée du Mänz et à trouver des officiels coopératifs. Bien que le but officiel de sa mission ne soit pas explicité dans ce texte, c’est le travail historien qui apparaît en creux et qui a pour objet la dynastie shoanne. Il note par exemple des signes de déférence de la part de soldats envers une colline sur laquelle Nägasi aurait été couronné. Il rapporte cependant beaucoup d’autres éléments : il observe par exemple l’état des cultures dans les différents wareda qu’il traverse et s’inquiète de voir des terres en jachère du fait de l’exil des populations durant l’Occupation. Tout comme le travail de Märs’é Ḫazän à Ankobärr, la visite du Mänz par Arya Sǝllasé est fortement empreinte d’une atmosphère d’après-guerre, les élites sortent de la capitale pour tenter de faire un état des lieux des provinces du pays. L’intérêt pour l’histoire locale va donc de pair avec un travail de recension des cultures et des forces vives de l’empire : l’historien voit notamment chez les paysans du Mänz « des caractères propres aux affaires judiciaires ou militaires ».

Ce texte est donc intéressant sur le plan politique mais aussi parce qu’il raconte l’itinéraire d’un historien sur un terrain dont on a les résultats puisqu’à la suite de la Visite, il rédigea cette fois une Histoire du Mänz, qui informe clairement l’objectif de cette mission : faire des recherches sur la généalogie de la dynastie shoanne et en particulier sur les ancêtres Yaqob et Sǝgwä Qal.

Or Arya Sǝllasé ouvre ainsi son texte :

Parmi les gens du Mänz, on n’entend pas raconter que le wareda du Mänz est un endroit où Yaqob Lebna Dengel a vécu et a eu des enfants. On ne trouve pas une seule personne du pays qui raconte qu’il y avait un roi nommé Yaqob[14].

Cette non trouvaille n’est à vrai dire pas si étonnante, dans la mesure où la mention de l’ancêtre Yaqob, qui rattacherait donc la lignée de Ménélik à celle des rois chrétiens ayant régné sur le Šäwa avant l’invasion de l’imam Ahmed b. Ibrahim, n’apparaît semble-t-il que dans des textes écrits ou réécrits sous le règne de Ménélik. Tous les voyageurs européens qui ont venus en Ethiopie sous le règne de Sahlä Sǝllasé et jusqu’au voyage de Paul Soleillet à la cour de Ménélik lorsqu’il était encore roi du Šäwa, rattachent les shoans à la lignée salomonienne mais jamais par l’intermédiaire de Yaqob, ni de ses fils présumés Sǝgwä Qal et Gram Fasil. Le nom de Sǝgwä Qal apparaît pour ce qui semblerait être la première fois dans une note qui a été ajoutée aux manuscrits royaux du Dersana Raguel qui avaient été commandités par Ménélik et Taytu[15]. Cet ancêtre a par la suite été intégré à la totalité des généalogies des rois shoans, à la chronique de Ménélik et généralement à toute la littérature secondaire sur l’histoire du Šäwa, jusqu’à des périodes récentes, puisqu’on le retrouve chez Täklä Ṣadǝq Mäkʷǝriya[16]. Or Arya Sǝllasé, lorsqu’il se rend dans le Mänz, cherche justement la trace de Yaqob et de son fils Sǝgwä Qal. Il trouve seulement une généalogie qui mentionne Yaqob et rien sur Sǝgwä Qal, à une exception près. Il écrit ainsi :

L’arrière-grand-père de Nägasi est Sǝgwä Qal. Nous n’avons pas trouvé où cela était dit. Un secrétaire du ras Wäldé, du nom d’aläqa Täsämma a dit ceci :

La généalogie de Sǝgwä Qal se trouve à Qay et Doba, [lieu d’origine] du däğğač Wäldä Mika’él, mais nous ne savons pas si elle appartient à la généalogie de Nägasi.

Et l’auteur d’ajouter :

Il y a un livre qui raconte cela entre les mains du ras Wäldé et l’autre je l’ai enterré[17].

Il précise ensuite qu’un second exemplaire se trouve entre les mains du petit-fils du ras Wäldé, qui a refusé de lui montrer, et prend soin de donner tous les détails nécessaires à quiconque voudrait retrouver ce livre et son propriétaire. Par l’aveu de son inquiétude quant à l’existence d’une version différente de la généalogie impériale, Arya Sǝllasé reconnaît à demi-mot les zones d’ombre de cette dernière. Son texte permet donc de voir un décalage entre l’histoire qui s’écrit sous contrôle du pouvoir impérial et qui représente le Mänz comme lieu d’origine mythique de la dynastie et l’histoire locale du Mänz, qui valorise au contraire d’autres lignées, comme celle de Gera, un concurrent de Nägasi[18]. Le geste de dissimulation de l’historien montre aussi que ces intellectuels, bien qu’ils aillent sur place dans une démarche de recherche historique, n’en restent pas moins des représentants des intérêts directs du pouvoir en place. Au sein du corpus des histoires du Šäwa, ce texte apparaît donc comme une déviation, une sorte d’encoche au narratif officiel, probablement permis car rédigé au sein d’un département en charge de la censure officielle et strictement contrôlé par le pouvoir.

 

Conclusion

Les documents conservés au sein des archives personnelles de Märs’é Ḫazän permettent donc d’éclairer un moment méconnu de l’histoire intellectuelle éthiopienne. Ils permettent de faire le lien entre une théorie de l’histoire, développée au sein d’un département qui institue une gestion bureaucratique de l’écriture de l’histoire sous Haylä Sellase, et la pratique historienne, les différents travaux qui suivent ce travail de normalisation et les méthodes qui furent effectivement employées par les historiens. L’activité de ce département, qui finançait la recherche historienne mais imprimait également certains des textes produits en son sein, invite à réfléchir à nouveaux frais la relation du pouvoir d’Haylä Sǝllase à l’histoire et notamment à l’histoire des différentes provinces du pays. Ces documents permettent également de voir que, dans les années 1940, les références majeures de l’historiographie du Šäwa, en particulier la Chronique de Ménélik II et le Tarikä Nägäst d’Heruy, ne semblent plus suffire aux historiens de la région, qui se rendent sur place, interrogent les éléments de la tradition et décorrèlent par cette démarche même l’histoire du Šäwa à l’histoire nationale.

 

[1] Asfa-Wossen Asserate, 1980 : 20.

[2] Hussein Ahmed, “The Chronicle of Menilek II of Ethiopia, a brief assessment of its versions”, Journal of Ethiopian Studies, vol. XVI, 1983.

[3] Cette partie a été éditée par Asfa Wossen Asserate dans le cadre de son travail de master. Voir Asfa Wossen Asserate, Die Geschichte von Shoa (Aethiopien) 1700-1865, Studien zur Kulturkunde, Wiesbaden, 1980.

[4] Pour une discussion du genre du Tarikä Nägäst, voir la thèse récemment soutenue par Asfaw Tilahun Feleke, Tarikä Nägäśt of Zuramba monastery (South Gondar). Edition, translation, and historical analysis of the interpolated short chronicles, Addis Ababa University, 2020.

[5] Wion, 2006.

[6] Asfaw Damte, « Märsǝ’e Ḫazen Wäldä Qirqos », in Uhlig S. (éd.), Encyclopedia Aethiopica, vol. 3, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 2007.

[7] Je donne ici la traduction du dictionnaire de Thomas Kane, qui donne au terme amharique zena le sens de « news, fame, reputation », mais il s’agit d’une traduction provisoire.

[8] Bahru Zewde, « The Ethiopian Intelligentsia and the Italo-Ethiopian War, 1935-1941 », The International Journal of African Historical Studies, vol. 26, n°2, 1993 : 271-295.

[9] Clapham, 1969 : 20.

[10] James De Lorenzi suggère au contraire que l’Occupation italienne ayant mis fin au dynamisme historiographique des années 1920 et 1930, ce n’est qu’à partir de 1951 et la création de l’Université qu’une nouvelle génération d’historiens serait apparue, dont la modernité des méthodes aurait tranché d’avec celles de leurs prédécesseurs. Voir De Lorenzi, 2013 : 120.

[11] Novati, 1991.

[12] Märs’é Hazen Wäldä Qirqos, 2009 : 34.

[13] Entretien téléphonique du 20 octobre 2021.

[14] Arya Sǝllasé Wäreta, Yä-Mänz tarik, 1937 E.C. : 1.

[15] Bosc-Tiessé, 2010.

[16] Täklä Ṣadǝq Mäkʷǝriya, Yä-Ityopya Tarik, vol. II, Addis Abäba, Tasfa Printing press, 1958.

[17] Arya Sǝllasé Wäreta, 1937 E.C.: 8.

[18] Les travaux qui ont été menés dans le Mänz dans le cadre d’une enquête sur l’église Gabriel par Marie-Laure Derat et Deresse Ayenachew confirment les observations d’Arya Sǝllasé : au Gerameder, un district du Mänz, il est rarement question de Yaqob dans la tradition orale et écrite et il est plus généralement rare de trouver mention des ancêtres de Nägasi. En revanche, nombreux sont leurs informateurs à se revendiquer de la descendance de Gera.

 

Bibliographie

Arya Sǝllasé Wäreta, Yä-Mänz mägʷäbǝññät, dossier 63.1.1.14, ENALA, 1936 E.C.

Arya Sǝllasé Wäreta, Yä-Mänz Tarik, dossier 63.1.1.15, ENALA, 1937 E.C.

Bahru Zewde, Pioneers of change in Ethiopia. The Reformist Intellectuals of the early twentieth

century, Addis Ababa University Press, Addis Ababa, 2002.

Bosc-Tiessé C., « La tête qui fume de l’église de Nārgā : Histoire des mœurs et histoire politique du royaume d’Ethiopie du Xvème siècle au Xxème siècle », Afriques, 2010.

Clapham C., Haile Selassie’s government, New York, Praeger, 1969.

De Lorenzi J., Guardians of tradition: historians and historical writing in Ethiopia and Eritrea, University of Rochester Press, New York, 2015.

Derat M. & Deresse Ayenachew, Les sites de Mesḥāla Māryām et de Gabriel : pierres d’attente pour l’histoire du Manz, in Derat M. & Jouquand A-M. (dir.), Gabriel, une église médiévale d’Éthiopie : Interprétations historiques et archéologiques de sites chrétiens autour de Mesḥāla Māryām (Manz, Éthiopie), XVe-XVIIe siècles, Addis Abeba, Centre français des études éthiopiennes, 2012.

Gäbrä Sǝllassé, Chronique de Ménélik II roi des rois d’Ethiopie, traduite de l’amharique par Tèsfa Sellassé, publiée et annotée par Maurice Coppet, Paris, Maisonneuve Frères, 1930.

Hussein Ahmed, « The Chronicle of Menilek II of Ethiopia, a brief assessment of its versions” Journal of Ethiopian Studies, vol. XVI, 1983.

Märs’é Ḫazän Wäldä Qirqos, Tǝztaye sǝlärase yä-mastawǝsäw, 1891-1923 a.m., Addis Abäba, Rǝhobot Atamiwoč, 2009.

Märs’é Ḫazän Wäldä Qirqos, Bä-Ankobärr kätäma yä-Šäwan nägäśtat mäqabǝr mägʷäbǝññät, dossier 63.1.3.02, ENALA, 1936 E.C.

Novati, G. C., « Italia e Etiopia dopo la guerra : una nuova realtà,i risarcimenti e la stela rapita » Africa, vol. 46, n°4, 1991, 479-502.

Täklä Ṣadǝq Mäkʷǝriya, Yä-Ityopya Tarik kä-asé Lebna eskä aṣé Tewodros, vol. II, Addis Abäba, Tasfa Printing press, 1958.

Wion A., « The National Archives and Library of Ethiopia: six years of Ethio-French cooperation (2001-2006) », 2d International Littmann Conference, 2006.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Secrétaire Scientifique (8 juin 2022). Writing the history of the Šäwa region in Ethiopia: what recompositions of the historical method in the XXe century? UN ŒIL SUR LA CORNE / AN EYE ON THE HORN. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mlyk


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search