Documentary Screening: Bitchabé, the village of the blacksmiths / Friday 28th April / 2 PM

DOCUMENTARY / DOCUMENTAIRE

Bitchabé, the village of the blacksmiths

By Caroline Robion-Brunner, Marie-Pierre Coustures, Zouhair Fartahi (2017)

Friday 28th April, 2 PM @ CFEE

To restart the screening cycle of documentaries at CFEE will be presented the ethnographic documentary film of 48mn, shot in 2016 and achieved in 2017 : Bitchabé, the village of the blacksmiths. This film retraces the iron purification stage through an original experiment on the traces of ancient techniques.

Their name was blacksmith. Modernity had robbed their hands of their knowledge. But there they are today in front of the camera, men, women, old and young, the inhabitants of Bitchabé, a small village in northern Togo. At the request of archaeologists, they agreed to make a collective journey to the roots of their history, the iron. Step by step, forgotten gestures are rediscovered, the tools of the past come back to life, the elders remember and pass on to the younger ones. Generously, they accept our presence in this journey which is both scientific and identity-related. The proposal made by the researchers is to rediscover how their ancestors purified a mass of raw iron.

For more than a thousand years, the inhabitants of the Bassar region extracted iron ores from the mountains and transformed them directly into metallic iron. To do this, they built a furnace with a chimney height greater than that of an adult. The metallurgists then charged the furnace, i.e. filled it successively with charcoal and iron ore. This was the last step before lighting. Thanks to the high chimney and the numerous openings at the bottom of this column, the air movement was important and led to a rise in temperature which, at the level of the vat, reached more than 1250°C, allowing the iron atoms contained in the ore to separate from the oxygen atoms and the other elements of the rock and to form an irregular mass of crude iron by agglomerating in a paste-like state. This cooled mass could not be directly deformed to make a knife or axe blade. It had to be purified, i.e. the fragments of charcoal and slag had to be removed and the small cavities compacted.

English version HERE

French version ICI

Bitchabé, le village des forgerons

Réalisé par Caroline Robion-Brunner, Marie-Pierre Coustures, Zouhair Fartahi (2017)

Vendredi 28 Avril, 14h @ CFEE

Pour relancer le cycle de projection de documentaires au CFEE, sera présenté le film documentaire ethnographique de 48mn, tourné en 2016 et réalisé en 2017 : Bitchabé, le village des forgerons. Ce film retrace l’étape de l’épuration du fer à travers une expérience inédite sur les traces des techniques ancienne.

Ils avaient pour nom forgeron. La modernité avait dépossédé leurs mains de leur savoir. Mais, ils sont là aujourd’hui devant la caméra, des hommes, des femmes, des vieux, des jeunes, les habitants de Bitchabé, petit village au nord du Togo. À la demande d’archéologues, ils ont accepté de faire un voyage collectif vers les racines de leur histoire, le fer. Étape après étape, les gestes oubliés sont retrouvés, les outils du passé reprennent vie, les anciens se souviennent et transmettent aux plus jeunes. Généreux, ils acceptent notre présence dans ce cheminement qui se révèle tout à la fois scientifique et identitaire. La proposition faite par les chercheurs est de redécouvrir comment leurs ancêtres faisaient pour épurer une masse de fer brut.

Pendant plus d’un millénaire, les habitants de la région de Bassar ont extrait les minerais de fer des montages et les ont transformé directement en fer métallique. Pour ce faire, ils procédaient à la construction d’un four dont la hauteur de cheminée dépassait celle d’un adulte. Puis, les métallurgistes le chargeaient, c’est-à-dire qu’ils le remplissaient successivement de charbon et de minerai de fer. C’était la dernière étape avant l’allumage. Grâce à sa haute cheminée et aux nombreuses ouvertures percées en bas de cette colonne, le déplacement de l’air était important et entraînait une montée des températures qui, au niveau de la cuve, atteignait plus de 1250°C permettant ainsi aux atomes de fer contenus dans le minerai de se séparer des atomes d’oxygène et des autres éléments de la roche et de former en s’agglomérant à l’état pâteux une masse irrégulière de fer brut. Cette masse refroidie ne pouvait être directement déformée pour fabriquer une lame de couteau ou de hache. Il fallait l’épurer, c’est-à-dire retirer les fragments de charbons et de scories qu’elle contenait et la compacter pour élimer les petites cavités.

Réalisateurs :

Caroline Robion-Brunner : Archéologue et ethnohistorienne, elle est directrice de recherche CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) au centre français des études éthiopiennes et au laboratoire TRACES (Travaux et Recherches Archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés) à Toulouse. Ses recherches portent sur l’histoire des métallurgies durant les périodes protohistoriques et historiques en Afrique. Depuis fin 2013, elle dirige le programme de recherche SIDERENT dont les missions de terrain se situent dans la région de Bassar au Togo.

Marie-Pierre Coustures : Archéomètre, géologue de formation initiale, elle travaille à l’université Jean Jaurès (TRACES) où elle est chargée d’effectuer des analyses de laboratoire pour répondre à des questions historiques et archéologiques qui ne peuvent être résolues par les seules méthodes des sciences humaines. Elle se consacre à l’étude des métallurgies anciennes et plus particulièrement à la sidérurgie. Ses recherches contribuent à retracer les circuits d’échanges du fer, restituer les procédés métallurgiques anciens, évaluer l’ampleur des productions de métal…

Zouhair Fartahi : Réalisateur de courts métrages fiction et de documentaires diffusés et primés par de nombreux festivals, il a effectué ses études à l’ENSAV (Ecole Nationale Supérieure d’Audiovisuel à Toulouse). Il vénère Hitchcock, pour son art du suspense et de la mise en scène. Passionné de documentaire, il admire J. van der Keuken pour sa manière d’entrer en contact avec le monde.



Citer ce billet
Secrétaire Scientifique (2023, 25 avril). Documentary Screening: Bitchabé, the village of the blacksmiths / Friday 28th April / 2 PM. UN ŒIL SUR LA CORNE / AN EYE ON THE HORN. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mlz0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search