La culture Shay d’Éthiopie / The Ethiopian Shay Culture

PUBLICATION CFEE / CFEE PUBLICATION

Le 3ème hors-série des Annales d’Éthiopie s’intitule La culture Shay d’Éthiopie (Xe-XIVe siècle). Recherches archéologiques et historiques sur une élite païenne. Il est dirigé par François-Xavier Fauvelle-Aymar et Bertrand Poissonnier.

The 3rd special issue of Annales d’Éthiopie is entitled La culture Shay d’Ethiopie (Xe-XIVe siècle). Recherches archéologiques et historiques sur une élite païenne (in French). It is directed by François-Xavier Fauvelle-Aymar et Bertrand Poissonnier.

Présentation (en français)

Sur les hauts plateaux d’Éthiopie, dans les régions du Mänz et du Wällo, l’archéologie lève le voile sur un ensemble remarquable de tumulus, dolmens à couloir et hypogées, quelquefois associés à des stèles. Datés du Xe au XIVe siècles, ces tombeaux collectifs sont dotés d’un riche mobilier, en particulier une céramique très originale, des armes et des objets de parure locaux et importés. Quelle société fut responsable de cette culture appelée Shay ? Une société païenne à en juger par ses pratiques funéraires, mais qui cependant dut cohabiter avec ses voisines, chrétienne et musulmane. Une société puissante dont les élites opulentes surent maintenir leur statut pendant plusieurs siècles durant. Si la genèse de cette culture Shay demeure encore dans l’ombre, si nous peinons à l’apercevoir dans les textes en son plein développement, les sites fouillés, notamment les hypogées de Keteiya, offrent la vision d’une société en contact avec les mondes nouveaux qui la feront disparaître. En cela la culture Shay constitue un nouveau maillon de l’histoire éthiopienne : elle documente en effet un haut Moyen Âge qui n’avait pas encore été identifié en ces régions. Elle est aussi un reflet des dynamiques de circulation commerciale et religieuse qu’elle est probablement première à mettre en place. Elle est enfin un témoin d’une diversité religieuse et politique qui permet d’interroger les pratiques et la place des « païens » dans l’environnement éthiopien.

François-Xavier Fauvelle-Aymar est historien et archéologue spécialiste de l’Afrique. Ancien directeur du Centre français des études éthiopiennes à Addis-Abeba, il est directeur de recherche au CNRS (TRACES, Université Toulouse Jean Jaurès) et chercheur honoraire à la School of Geography, Archaeology and Environmental Studies de l’Université de Witwatersrand (Afrique du Sud).

Bertrand Poissonnier est archéologue à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) et membre du laboratoire TRACES (CNRS, Université Toulouse Jean Jaurès). Il a séjourné en Éthiopie de 1998 à 2000 comme chercheur détaché auprès de l’Authority for Research and Conservation of the Cultural Heritage, et a effectué de nombreuses missions de recherche et d’archéologie préventive dans ce pays.

La culture Shay d’Ethiopie (Xe-XIVe siècle), François-Xavier Fauvelle-Aymar & Bertrand Poissonnier (dir.), Annales d’Éthiopie, hors série n° 3, De Boccard / CFEE, 2012, 253 p.

Commandez sur le site Internet des éditions De Boccard / Order on De Boccard publishers’ website.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.